Analyses & psychologie du jeu,  Jeux de plateau,  Jeux de rôle

Le jeu de société en 2021 sera défini par ces 12 derniers mois de chaos

Comment la pandémie, les troubles sociaux et les relations de travail ont façonné les jeux de société et les jeux de rôle.


Nous venons de traverser 12 mois de crise majeure et inédite. Entre crise environnementale, crise sociale, politique et civique, et crise sanitaire bien sûr, le monde a été confronté, est encore confronté par des situations compliquées qui ont demandé à de nombreux secteurs d’activité de se réinventer. Tourisme (à l’arrêt), gastronomie (à l’arrêt), école (parfois à distance), sport (salles et entraînements à l’arrêt), même l’armée a dû innover (en Suisse, une partie de la formation militaire, obligatoire, est passée… en visio : L’avènement du militaire de canapé).

Le secteur du jeu de société n’est pas en reste. Au cours de ces 12 derniers mois de chaos, lui aussi a traversé cette crise. Lui aussi a subi des changements importants. Lui aussi a été impacté par toutes ces crises. Lui aussi a dû se réinventer. En mars 2020, nous avons publié plusieurs articles qui s’intéressaient à la situation :

Et nous voici une année plus tard, une année après le tout début de cette pandémie historique qui a tué près de 2 millions de personnes à travers le monde, et qui en a contaminé près de 90 millions. Une année après, dans quelle situation, dans quel état se trouve le secteur des jeux de société, de rôle et de jeux de plateau ?

Voici un excellent article paru ce vendredi 8 janvier 2021 sur le site Polygon qui s’intéresse de près à tous ces changements majeurs qui ont affecté le jeu de société. Nous vous en proposons ici une traduction, ça peut vous intéresser.


Le jeu de société en 2021 sera défini par ces 12 derniers mois de chaos

Polygon, par Charlie Hall 8 janvier 2021.

Une des raisons pour lesquelles les jeux de société sont devenus si populaires au cours des deux dernières décennies est qu’ils rassemblent les gens. La pandémie en cours a rendu les rassemblements de gens presque impossibles tout au long de 2020, et cette fois, en dehors de nos amis et voisins, cette situation aura des répercussions sur les industries des jeux de société et des jeux de rôle pour les années à venir.

Mais le coronavirus n’était pas le seul défi que l’industrie a rencontré l’année dernière. Les problèmes liés au travail et le mouvement Black Lives Matter ont forcé beaucoup de gens à affronter le racisme et les inégalités dans le loisir qu’ils apprécient. Le calcul culturel qui en a résulté a placé certains des plus grands noms de l’industrie sur la sellette.

Pour terminer l’année, Polygon a contacté des voix de toute l’industrie des jeux de société pour parler de leur expérience. Notre histoire sert également de guide sur les tendances qui auront un impact en 2021 et au-delà.

Boutiques indépendantes en crise

Lorsque la distanciation sociale et les confinements ont commencé au début de l’année dernière, le secteur de la vente au détail déjà fragile de l’économie américaine est entré en chute libre. Les fermetures de magasins ont entraîné une perte de revenus immédiate pour les détaillants indépendants. Certains ont pris des mesures décisives pour continuer à servir leurs communautés en ouvrant des boutiques en ligne, en numérisant leur inventaire disponible et en le mettant en vente en « click and collect » ou par livraison.

L’Association des fabricants de jeux (GAMA) est l’organisme commercial national de l’industrie des jeux de loisir. Le directeur exécutif, John Stacy, a déclaré à Polygon que les ventes en ligne – et les événements en ligne, y compris des piliers comme Friday Night Magic – étaient essentiels pour maintenir les entreprises à flot tout au long de l’année. Les magasins ont pu rouvrir pendant une courte période de temps, mais même maintenant, les pics de cas de coronavirus provoqués par les rassemblements des vacances obligent certains à fermer à nouveau leurs portes.

Environ 20% des détaillants indépendants ont déjà fermé ou vont bientôt cesser leurs activités

«Vous prévoyez d’ouvrir si vous êtes un magasin de détail, puis votre ville retombe dans un confinement», a déclaré Stacy à Polygon dans une interview à la fin décembre. «Et donc toutes ces planifications – en quelque sorte une expérience d’achat sûre et sociale – disparaissent par la fenêtre.»

Sur les 3’000 à 4’000 magasins de jeux indépendants aux États-Unis au début de 2020, GAMA estime que 20% ou plus ont déjà fermé ou cesseront bientôt leurs activités.

«Ils vivent essentiellement au mois par mois», a déclaré Stacy. «Nous ne saurons [les chiffres définitifs] que lorsque nous sortirons de cette situation.»

Préoccupations internationales

Le co-fondateur de Modiphius Entertainment, Chris Burch, dont la société est basée au Royaume-Uni, a déclaré que les boutiques internationales recommençaient à commander des stocks en quantité. Le Brexit – qui sépare formellement le Royaume-Uni de l’Union européenne – entraîne de nouvelles complications, telles que le potentiel de coûts supplémentaires pour les personnes vivant dans l’UE et ailleurs. C’est l’une des raisons pour lesquelles il explore de nouvelles options pour distribuer ses produits dans le monde.

Même si les ventes de jeux de figurines sont en hausse – Games Workshop a connu une autre année record, par exemple – Modiphius se penche sur le marché en pleine croissance de l’impression 3D à domicile. Burch fournit désormais aux consommateurs des fichiers sous licence officielle à imprimer chez eux, y compris des décors pour ses jeux populaires Fallout et Elder Scrolls.

Un rendu d'un modèle Vault Girl, vêtu de la combinaison emblématique de coffre-fort et donnant le signe du pouce levé.
L’un des modèles disponibles sous forme de fichier téléchargeable pour l’impression 3D à domicile.

«Je pense que l’avenir de l’industrie des miniatures est dans l’impression 3D», a déclaré Burch.

Son entreprise a également fait de grands efforts pour renforcer ses relations avec les boutiques indépendantes, offrant des incitations pour les clients qui préfèrent commander des produits en ligne sur la boutique en ligne de Modiphius.

«Si un détaillant adhère à notre programme d’affiliation, nous lui accordons 40% de la vente en ligne», a déclaré Burch à Polygon. «Le client qui achète par leur intermédiaire – tant qu’il n’a pas acheté chez nous auparavant – est connecté en permanence à cette boutique. Donc, si dans cinq ans cette personne achète chez nous, cette boutique obtient toujours ces 40%, et le client obtient 10% de réduction pour compenser. »

«La vie va être difficile pour tout le monde, je pense pendant encore un an ou deux», a ajouté Burch. «Je veux qu’un revendeur réfléchisse, je pourrais vendre tous les produits Modiphius et je n’ai pas à acheter le stock du distributeur, ce qui est fou si vous y réfléchissez.

Couverture de Cyberpunk Red, qui sert de préquelle au jeu vidéo Cyberpunk 2077.

R. Talsorian Games travaille également avec les détaillants pour offrir une valeur supplémentaire aux consommateurs qui choisissent de faire leurs achats en personne. Comme Modiphius, ils sont inscrits au nouveau programme Bits and Mortar, une alliance de 124 développeurs de jeux de rôle – y compris Bully Pulpit Games, Evil Hat Productions et Free League Publishing – qui promet d’inclure une copie PDF gratuite de tout livre « physique » acheté grâce à un magasin de jeux local participant.

«Nous avons décidé de nous y mettre en quelque sorte avec Cyberpunk Red», a déclaré Cody Pondsmith à Polygon, faisant référence au nouveau JDR de son entreprise, une préquelle de Cyberpunk 2077. «Nous avons eu des problèmes d’expédition à cause de la COVID. Nous avons pu dire: « OK, selon l’endroit où vous vous trouvez dans le monde, votre magasin peut ne pas obtenir de copies physiques de Red pendant un peu plus longtemps. Mais, si vous y allez, vous pouvez pré-acheter le livre et ils vous donneront accès au PDF. Ensuite, vous pouvez venir chercher le livre lorsqu’il arrive dans votre magasin. Cela donne beaucoup de liberté pour réduire un peu la résistance à l’achat pour beaucoup de gens.

La table passe au numérique

Tout comme les jeux vidéo, les jeux de société peuvent prendre un certain temps à produire. Les jeux que vous apprécierez en 2021, 2022 et au-delà ont tous été conçus et prototypés en 2020. D’une manière ou d’une autre, ils ont dû être testés pendant la pandémie. Pour ceux qui suivent les directives des Centers for Disease Control (NdT : le CDC, l’organe fédéral de suivi et de gestion des épidémies aux US. Si vous avez joué à Pandemic, vous savez que son siège se trouve à Atlanta), cela nécessitait des solutions plus créatives.

« Le test de jeu numérique est vraiment comme n’importe quel autre test de jeu que nous pourrions vouloir faire avec des prototypes physiques », a déclaré Suzanne Sheldon de Restoration Games, « sauf que tout est exécuté sur une plate-forme numérique – principalement sur Tabletop Simulator. »

Alors que les fans de jeux de plateau ont passé beaucoup de temps en 2020 avec des titres bien établis sur des plateformes comme Board Game Arena, les concepteurs se sont plutôt appuyés sur la plateforme Steam basée sur sa capacité à gérer du nouveau contenu. Tabletop Simulator est conçu dès le départ pour permettre un prototypage rapide en 3D, ce qui a aidé les concepteurs à se faire une idée de la manière dont un groupe interagirait avec les composants finaux une fois qu’ils sont fabriqués.

«Avoir ce genre d’outil numérique disponible», a déclaré Sheldon à Polygon, «est assez stimulant et assez puissant. C’est un peu un défi d’apprendre Tabletop Simulator et de se familiariser avec lui, mais une fois que vous avez fait cela, c’est un outil incroyable pour nous.

«J’ai entendu d’autres concepteurs dire que Tabletop Simulator était une aubaine», a déclaré l’autrice de Wingspan Elizabeth Hargrave.

Alors que d’autres concepteurs à qui nous avons parlé ont également utilisé des outils de visioconférence comme Zoom avec beaucoup de succès, certains dans l’industrie ont eu plus de mal à adapter un processus de création itératif à un environnement en ligne.

«J’ai entendu d’autres concepteurs dire que Tabletop Simulator a été une aubaine», a déclaré Elizabeth Hargrave, autrice primée de Wingspan and Mariposas. «J’ai l’impression que tout d’un coup, il y a tous ces gens qui sont prêts à jouer à leurs jeux n’importe quel jour de la semaine! J’ai vraiment réalisé que beaucoup de commentaires que j’apprécie des tests de jeu sont de regarder les gens jouer, leurs expressions faciales, la façon dont ils interagissent physiquement avec le jeu, leur langage corporel et tout cela. Vous n’obtenez tout simplement pas cela dans Tabletop Simulator. »

Hargrave a déclaré qu’elle attendait avec impatience un point en 2021 où elle pourra reprendre ses réunions hebdomadaires en personne avec un petit groupe de joueurs et d’auteurs qualifiés dans sa région.

Financement participatif pendant une pandémie

Au cours de la dernière décennie, le financement participatif est devenu le moteur du monde du jeu de plateau. Alors que la pandémie se déclarait au printemps, beaucoup craignaient que des plates-formes comme Kickstarter en prennent un coup. Au lieu de cela, il a connu une année record. Le financement des jeux de plateau a continué de dominer toutes les catégories, avec plus de 233 millions de dollars levés, soit une augmentation de 32% par rapport à 2019.

Lorsque Polygon s’est entretenu avec le designer Isaac Childres en mars, il semblait réticent à faire le saut vers Kickstarter avec Frosthaven. La suite de son populaire « jeu de rôle en boîte » Gloomhaven était sur la planche à dessin depuis des années, et avait maintenant sa chance d’obtenir le financement dont il avait besoin pour le commercialiser. En fin de compte, Frosthaven a récolté près de 13 millions de dollars, devenant le jeu de plateau le plus financé de l’histoire de Kickstarter.

Les jeux de plateau les plus financés en 2020

NomCréateurFonds levésBackers
FrosthavenIsaac Childres12’969’608 $83’193
Table modulaire WyrmwoodWyrmwood Gaming8’808’136 $7’713
Nemesis LockdownAwaken Realms5’174’153 £ (approx. $6.9 million)41’907
Darkest Dungeon le jeu de sociétéMythic Games5’657’479 $28’842
Return to Dark TowerRestoration Games4’054’744 $23’661
WildlandsDwarven Forge4’005’183 $3’526
La 7e CitadelleSerious Poulp3’289’904 € (environ 4 millions de dollars)33’353
Massive Darkness 2: HellscapeCMON3’813’274 $21’763
Ankh: dieux d’ÉgypteCMON3’320’196 $23’386
Miniatures personnalisées en couleur avec Hero Forge 2.0Hero Forge3’106’660 $39’167

Childres a déclaré que son incursion dans le commerce de détail en grande surface – une version allégée de son jeu célèbre intitulé Gloomhaven: Jaws of the Lion – a également été étonnamment réussie. Il a été mis en vente en exclusivité sur Target (Ndt : une chaîne de supermarché aux US) cet été.

«Cela s’est très bien passé», a déclaré Childres à Polygon. « Nous avons définitivement dépassé leurs attentes. […] Ils ont très vite commencé à commander plus que leurs projections. »

Childres a déclaré que la hausse initiale des ventes provenait de la bas de fans qui se sont précipités pour acheter le nouveau jeu, qui sert également d’extension à l’original. À partir de là, la croissance a été plus organique.

Jeu de rôle en ligne

Alors que des marques établies comme Donjons & Dragons ont connu une année 2020 fantastique, comme en 2019 déjà – les représentants ont dit à Polygon que le jeu de rôle original a dépassé toutes les attentes – les petits éditeurs ont connu une période plus difficile. Lorsque Gen Con, la plus grande convention de jeux sur table du pays, a été annulée en mai, de nombreuses entreprises se sont préparées à un énorme coup dur pour leurs revenus de l’année.

D’autres, comme Paizo Publishing – créateurs de Pathfinder et Starfinder – risquaient de perdre un point de contact majeur avec leurs communautés. Ces entreprises prospèrent grâce à des événements en personne pour dynamiser leurs ventes tout au long de l’année. Les JDR ont également été soutenus par l’adoption d’alternatives numériques.

Un humanoïde ressemblant à un rat dans un masque respiratoire gère les systèmes d'armes dans un vaisseau spatial tandis qu'une femme aux cheveux violets aboie des ordres.
Visuel du jeu de rôle de science-fiction Starfinder de Paizo .

«La vraie histoire ici pour l’ensemble de notre industrie», a déclaré l’éditeur de Paizo, Erik Mona, «est que le passage au jeu en ligne a été accéléré, je pense, par des années depuis le début.»

Mona a déclaré que des outils tels que Roll20 et Discord jouent un rôle important dans la cohésion des communautés Pathfinder et Starfinder. Ils ont aidé la PaizoCon annuelle, initialement prévue comme un événement en personne à Seattle, à devenir entièrement numérique en 2020. Quel que soit le système utilisé par les joueurs, les tables virtuelles (VTT, Virtual Table Top. JDR virtuel) ont contribué à développer le passe-temps tout au long de l’année. Même l’éditeur de D&D Wizards of the Coast s’est lancé dans l’acte, déplaçant sa propre initiative de jeu organisé entièrement en ligne grâce à son partenariat avec Baldman Games.

«Les chiffres sont évidents», a déclaré Mona à Polygon. « Une partie importante du loisir est passée à ce format pour jouer. Nous voyons des chiffres sur tous les VTT qui explosent. »

Le monde du travail avance

La syndicalisation dans l’industrie du jeu est un sujet brûlant depuis des années. Alors que beaucoup attendaient que les principaux développeurs de jeux vidéo fassent le premier pas, 2020 a vu ceux de l’industrie des jeux de société se présenter à la place.

Le premier mouvement est survenu en février, lorsque les employés de Kickstarter ont officiellement voté pour former un syndicat. Plus tard, les employés du jeu de cartes Cards Against Humanity se sont également organisés pour demander des changement de conditions de travail et de leadership.

Dans les dernières semaines de 2020, les travailleurs de Wyrmwood Gaming – fabricants de meubles de luxe et d’accessoires de jeu – exigeraient également de meilleures conditions de travail. Leurs efforts ont conduit à la démission du PDG Doug Costello, qui a été présentée en temps réel par la propre chaîne YouTube de l’entreprise .

Les grandes marques sont critiquées

Au cours de l’année 2020, les marques et les entreprises de l’industrie du jeu de société ont été confrontées au racisme et à la toxicité dans leurs communautés. De nombreux éditeurs ont fait des déclarations en faveur des manifestations de Black Lives Matter aux États-Unis après la mort de George Floyd. Le message était clair: l’avenir du jeu de société sera plus diversifié que par le passé.

Ces déclarations n’ont pas empêché certaines grandes marques d’être critiquées par les fans pour avoir tardé à affronter leurs propres démons.

Suite à la pression de leur communauté, les développeurs de Magic: The Gathering ont choisi de supprimer sept cartes de leur base de données officielle, certaines remontant à 1994, en raison de propos et d’images racistes.

«Les événements des dernières semaines et la conversation en cours sur la façon dont nous pouvons mieux soutenir les personnes de couleur nous ont amenés à nous examiner, nos actions et nos inactions», a déclaré Wizards of the Coast dans un communiqué de juillet. « Nous apprécions que chacun nous aide à reconnaître quand nous échouons. Nous aurions dû être meilleurs, nous pouvons être meilleurs et nous serons meilleurs. »

Des représentants de Wizards of the Coast ont déclaré à Polygon que personne n’avait perdu son emploi suite à la polémique.

«Ces cartes sont si loin dans le passé de Magic », a déclaré Blake Rasmussen, directeur des communications chez Wizards of the Coast, dans une interview avec Polygon le mois dernier. «Il n’y a qu’une poignée de personnes qui ont travaillé [ici] aussi longtemps, et il est très facile de dire que maintenant elles n’ont plus rien à voir avec ça.

Rasmussen a déclaré que son équipe était en train d’engager un directeur de la diversité et de l’inclusion, et travaillait également avec des consultants externes pour «jeter un regard plus large sur le passé du jeu».

Une fenêtre vide sur le site Web Wizard of the Coast's Magic: The Gathering indique: «Nous avons supprimé cette image de carte de notre base de données parce qu'elle contient de l'art, du texte ou une combinaison de ceux-ci racistes ou culturellement offensants.  Le racisme et l'insensibilité culturelle sont inacceptables et n'ont aucune place dans nos jeux, ni nulle part.
Invoke Prejudice a été archivé à l’origine à une URL qui comprenait des nombres associés à la suprématie blanche. Le lien a depuis été changé et l’image de la carte a été remplacée par des excuses.

L’autre marque clé de Wizards, Donjons & Dragons, a également été critiquée pour son contenu. En plus des représentations délicates de certaines cultures fictives, les fans ont expliqué comment le jeu gère le concept de race au niveau structurel. Des méthodes alternatives de génération de personnages ont été introduites à la fin de l’année avec un supplément intitulé Tasha’s Cauldron of Everything , mais de nombreux joueurs estiment que ce n’est pas allé assez loin.

Suite à la publication de ce post, Greg Tito – responsable principal des communications chez Wizards of the Coast – a déclaré à Polygon que l’équipe D&D n’avait pas encore fini de traiter les problèmes de race dans le jeu de rôle original.

«Vous regardez une propriété qui a 47 ans d’histoire, qui remonte même au mouvement des droits civiques [de la fin des années 1960 et du début des années 1970]», a déclaré Tito dans une interview avec Polygon le mois dernier. «Nous avons cette philosophie, nous avons ce principe, que nous sommes [toujours] à l’écoute de nos fans.»

«Nous sommes toujours dans ce processus ici où nous écoutons et entendons tout», a poursuivi Tito, «et écoutons autant de commentaires que possible. Nous allons prendre ces commentaires et les transformer en documents publiés.»

Construire quelque chose de mieux

Alors que le mouvement pour la justice sociale balayait le pays, Eric Lang, un concepteur de jeux de plateau prolifique et Noir, s’est prononcé en faveur du mouvement Black Lives Matter et a œuvré en tant que défenseur de l’inclusivité du secteur. Il a même passé du temps avec Tom Vasel, une personnalité renommée du jeu de société, pour discuter de la question en détail.

Pour ses efforts, il a été harcelé en série sur les réseaux sociaux pendant une bonne partie de l’année. À un moment donné, son compte Twitter a même été suspendu (en raison de réactions en masse sur son compte) par ceux qui espéraient le faire taire. Polygon a demandé à Lang si la communauté de table au sens large avait fait assez pour traiter les problèmes liés au racisme.

«Fuck non», a-t-il déclaré lors d’une interview avec Polygon le mois dernier. «Et je dis cela dans le cadre du problème.»

«Je suis dans l’industrie depuis 25 ans», a poursuivi Lang. «J’ai été vocal-ish, non? Mais vocal de la manière facile. J’ai « code-switched » (NdT : littéralement, changé de code en français, ou alternance codique, qui implique une alternance entre plusieurs codes linguistiques. Dans le cadre d’une approche socioculturelle, l’alternance codique peut servir à construire une identité, à s’associer à un groupe ou à une communauté ou pour faire référence à des valeurs communes.) pendant une décennie, pour m’intégrer à tout le monde. Je suis culturellement blanc. […] Je suis le meilleur ami de tous les Blancs.

Ce genre de comportement, a déclaré Lang, témoigne de sa complicité dans le renforcement du racisme au sein de l’industrie des jeux de société. Tout au long de 2020, il a écouté les histoires d’autres Noirs, les prenant à cœur et s’efforçant de partager ce qu’il a appris avec ses followers sur les réseaux sociaux. Il a également encadré des développeurs bien en dehors des canaux de jeu habituels – et s’est démené pour donner vie à leur travail.

«Je passe beaucoup de temps à établir des contacts avec des catégories d’activité à intérêts financiers qui entrent dans cette industrie sans aucune idée préconçue, sans aucun dogme, et ils sont très malléables», a déclaré Lang. «Je peux donc dire: ‘Hé, vous n’avez pas besoin de faire ce 75e jeu de placement d’ouvriers. Pourquoi ne pas faire un jeu pour cet énorme marché auquel nous ne nous sommes pas occupés [avant] ? »

Le résultat, espère-t-il, sera l’élargissement supplémentaire d’une industrie du jeu de société déjà massive et vigoureuse. 

Et vous, comment avez-vous vécu tout ce chaos qui a affecté le jeu de société en 2020 ?

À vous de jouer ! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :