Jeux de plateau

ERIC LANG, L’UN DES AUTEURS DE JEUX DE SOCIÉTÉ LES PLUS CÉLÈBRES, BANNI DE TWITTER

Temps de lecture: 3 minutes

Le compte Twitter d’Eric Lang, l’un des concepteurs de jeux de société les plus célèbres de la planète, a été suspendu. Il dit avoir été la cible de cyber-harcèlement.


C’est hier qu’on apprenait que le compte Twitter d’Eric M. Lang a été suspendu.

Eric M. Lang est sans doute l’un des auteurs de jeux de société les plus célèbres de l’industrie. Il a créé plusieurs titres forts et qui ont connu un gros succès, dont Cthulhu: Death May Die, Rising Sun, Blood Rage, Victorian Masterminds avec Antoine Bauza, et différents jeux de cartes chez FFG, dont Star Wars et Game of Thrones.

En pleine contestation sociale planétaire en faveur de plus de droits civiques pour les minorités ethniques et pour lutter contre les violences policières, Eric Lang a utilisé ses comptes Facebook et Twitter pour partager ses propres expériences d’Afro-Américain avec la police.

Il y a quelques semaines, Eric Lang a également participé au boycott de la convention virtuelle Origins Online aux US. Le but était de faire pression sur la GAMA, l’association de fabricants de jeux de société qui n’avait pas pris position en faveur du mouvement Black Lives Matter. Boycott qui a finalement poussé les organisateurs à annuler l’événement.

Récemment, Eric Lang a déclaré qu’il était devenu la cible de « milliers » de réactions hargneuses à caractère raciste. Autrement dit, du cyber-harcèlement.

C’est sur son compte Facebook qu’on peut découvrir toute l’explication en détail :

Il y a quelques semaines, mon compte Twitter a été verrouillé («restreint» est le terme) peu de temps après avoir bloqué des milliers d’adeptes d’un harceleur en série (à qui je refuse de faire de la publicité gratuite).

J’ai utilisé une application de blocage de chaîne (la même que plusieurs personnes que je connais ont utilisée sans problème), car il y avait beaucoup de followers à bloquer, et j’ai fait une erreur tactique : j’ai tweeté à l’avance sur l’action de blocage pour prévenir mes followers de ne plus me suivre s’ils ne voulaient pas être bloqués.

J’ai utilisé la restriction à plusieurs reprises au cours des deux dernières semaines, sans obtenir de réponse de Twitter. Et il y a deux jours mon compte a été soudainement suspendu sans préavis.

Première question: pourquoi ai-je bloqué les partisans du harceleur ?

Le compte en question est connu pour avoir harcelé et perverti des personnalités publiques de gauche sur Twitter, en particulier les femmes et les POC (NdT : People of Color, personnes de couleur). Ils savent comment exploiter les faiblesses des médias sociaux et peuvent prétendre à un déni plausible s’ils sont confrontés. Mais dans plusieurs cas bien documentés, lorsque ce compte cible une personnalité, cette personnalité est entravée par des trolls sans fin citant South Park et d’autres ordures à la « edgelord » (NdT : Un edgelord est quelqu’un sur Internet qui parle de sujets controversés, offensants ou tabous dans le but de choquer les autres pour paraître cool ou énervé.)

Récemment, la vermine ( NdT : ou « scumbag », en anglais) a ciblé John Boyega (le Stormtrooper noir de Star Wars et activiste bruyant), et le « dogpiling » (NdT : Un débat sur un Internet dans lequel une personne donne son avis, et un grand nombre de personnes ajoutent leur commentaire pour dire à la personne à quel point elle et/ou son avis est nul, et continuent de dénigrer la personne à l’origine du premier avis) était un spectacle tragique à voir. J’ai alors remarqué que j’avais commencé à rassembler certains des adeptes de cette vermine, et j’ai immédiatement reconnu le motif. J’ai réagi rapidement, principalement pour empêcher ces connards d’avoir accès à mes amis et à mes followers, en bloquant simplement l’ensemble du compte.

Question deux : Pourquoi mon compte a-t-il été suspendu ?

Votre supposition est aussi bonne que la mienne. Twitter ne m’a pas informé sur les raisons du blocage. Je sais exactement la même chose que le public, pas plus. De plus, j’ai été informé de ma suspension ultérieure par un ami qui a essayé de consulter mon compte.

Bien sûr, j’ai des avis sur la raison, et j’ai constaté suffisamment de signalements abusifs dans le passé pour reconnaître le modèle. Est-ce que cela peut être prouvé ? Nan. Est-ce que c’est important ? Je ne pense pas. Il ne s’agit pas vraiment de trolls. Il ne s’agit pas de harceleurs en série, mais d’un système facilement exploitable qui encourage les comportements abusifs par omission d’une surveillance vigilante.

Donc pour résumer : nous avons un auteur de jeux de société, Eric Lang, Afro-Américain, engagé pour la cause, qui a subi du cyber-harcèlement, et qui se voit lui-même banni de Twitter. Il n’a pas été prévenu, ni entendu, et il n’a reçu aucune communication de la part du réseau social. Pas cool Twitter, pas cool.


🔴 Mise à jour du samedi 11 juillet

Suite aux nombreuses réactions sur la Toile, Twitter est revenu sur sa décision. Le compte Twitter d’Eric Lang a été réactivé !

%d blogueurs aiment cette page :