Jeux de plateau

Comment et à quel âge enseigner le jeu d’échecs aux enfants

Temps de lecture: 5 minutes

Les échecs sont redevenus tendance grâce à la série Netflix The Queen’s Gambit. Comment enseigner ce jeu aux enfants, et à quel âge ?


Je me souviens du tout premier jour où j’ai enseigné les échecs à mon fils. C’était il y a deux ans, il avait alors 5 ans. Nous sommes partis dans un restaurant, indien, le lieu d’origine des échecs (le chaturanga), un échiquier sous le bras. Curieux, émoustillé, il se demandait ce qu’était cet étrange parallélépipède de bois marbré au contenant mystérieux se baladant à l’intérieur. Comme un cadeau de Noël au tintamarre. Une fois attablé et la commande passée, pour patienter, je plaçai l’échiquier, l’ouvris et en déversa le contenu dans ce lieu aux milles odeurs fringantes d’épices. Les yeux écarquillés, mon fils ne voulut rien perdre de la scène qui se déroulait devant lui, comme un spectacle légendaire qui lui était réservé.

Pièces après pièces, je posais fous, chevaux, tours et reines pour peu à peu habiter le plateau. La partie était prête. Je commençais alors à lui raconter l’histoire du jeu, et les mouvements, des pions pour commencer. Notre toute première partie fut épique. Au moment de recevoir nos plats, végétariens, nous ne voulions pas l’interrompre et durent nous faire violence pour nous mettre à goûter, en picorant, de loin, les plats savoureux. Ce jour-là, milestone, mon fils rencontra les échecs.

Et nous voici en 2021. Peut-être pour la toute première fois de leur histoire, les jeux d’échecs s’arrachent sur Internet. Il faut avouer que le succès critique et mérité de l’excellente série Netflix The Queen’s Gambit y est pour quelque chose. Tout le monde se passionne pour Elizabeth Harmon, héroïne glamour et sixties la minisérie qui fait un carton depuis sa mise en ligne, le 23 octobre dernier. The Queen’s Gambit est devenu le succès le plus rapide de Netflix avec plus de 70 millions de personnes qui ont vu la mini-série depuis sa sortie fin octobre.

Si la minisérie réussit bien une chose, c’est de prouver à quel point les échecs sont cool. Et les enfants ont tout à gagner à savoir y jouer : maîtrise, stratégie, observation, déduction, mémoire et persévérance. Et apprendre à gagner et à perdre, aussi.

Dans notre long article sur l’histoire des échecs paru il y a quelques jours, nous nous sommes également intéressés au clivage fille-garçon qu’il existait dans le jeu et les compétitions internationales. Et qui repose sur aucun fondement scientifique ! Non, les filles ne sont pas moins douées que les garçons aux échecs. Ni moins compétitives. C’est une sottise de croire que seuls les hommes sont capables de se montrer… belliqueux (coucou Gina Carano).

Voici quelques conseils pour enseigner le jeu d’échecs aux enfants.

Commencez quand ils sont jeunes

Les échecs ne sont pas réservés aux adultes. L’enfance est une période idéale pour apprendre à jouer aux échecs. Leur cerveau plastique et agile doit assimiler un nombre important de nouvelles informations. Comme pour les langues, les échecs deviennent une activité nourricière pour leur développement cognitif. Leur enseigner le jeu d’échecs peut les aider à obtenir et affiner leur esprit d’analyse et leurs compétences à résoudre des problèmes. Je dois réussir ceci (mettre le roi adverse en échet et mat), quels moyens et stratégies mettre en place pour y parvenir ?

À quel âge commencer ? Chaque enfant est différent. Il n’y a donc pas d’âge précis ou optimal pour enseigner les échecs. Ils sont toutefois prêts plus tôt que vous ne le pensez. Même les experts ne s’accordent pas sur un âge optimal pour que les enfants commencent à apprendre à jouer aux échecs. Certains disent que le plus tôt sera le mieux. Dès la maternelle / jardin d’enfants, dès 4 ans, pourquoi pas. Après tout, les jeunes enfants ont le cerveau « comme des éponges ».

D’autres experts avancent que l’âge idéal est vers 7-8 ans, quand les enfants ont quelque peu gagné en maturité cognitive.

Perso, j’ai enseigné les échecs à mon fils à 5 ans, et ça c’est « très bien » passé. Alors certes, il n’a pas été capable de me laminer et de tout voir ce qu’il fallait faire ou éviter pour perdre des pièces, mais il a déjà pu apprendre les mouvements des six différents pions : fou, tour, roi, reine, pion, cheval.

Passez beaucoup de temps sur les bases

Pour commencer, inutile de faire l’étalage de toutes les pièces et de tous les mouvements spécifiques. Il y en a six différents, c’est peu, mais c’est déjà suffisant pour dépasser les capacités de raisonnement d’un enfant.

Enseignez à l’enfant à peu à peu gérer les pièces, les unes après les autres. Commencez petit. Commencez par les pions. « Chaire à canon » et pourtant extrêmement nécessaires, ils ne sont pas aussi évidents qu’on pourrait croire : ouverture à 2 cases possible, puis 1, mouvement droit mais attaque en diagonale… Une fois que l’enfant les maîtrise, passez à une autre pièce : le roi, pourquoi pas, une seule case partout, puis la tour, peut-être, au mouvement orthogonal solide, puis le fou, la reine, et enfin le cavalier. C’est, selon moi, la pièce la plus capricieuse. Les enfants ont souvent de la peine à comprendre et à reproduire ce mouvement si spécial en L.

Bref, évitez, au départ, de les submerger avec trop. Si l’enfant paraît « sous l’eau » avec tant d’informations à traiter, arrêtez-vous aussitôt et reprenez un autre jour.

Si vous n’êtes pas au point avec les échecs vous-même, la chaîne YouTube Kids Academy pourra vous aider :

Jouez, souvent

Plus vous jouez souvent avec l’enfant, et plus tout devient routine. Le mouvement des pièces devient connu, maîtrisé, et l’enfant pourra peu à peu s’investir dans les stratégies. Comment éviter de se faire dévorer un pion, comment manger, comment mettre en échec, comment « roquer ».

En famille ou à l’école, vous pouvez même établir un petit rituel, ce jour à cette heure c’est « échecs », repère ou repaire ludique. L’enfant s’y retrouvera et cela deviendra une habitude, un entraînement.

Mais surtout, gardez un élément à l’esprit, le jeu doit rester un… jeu. Et donc, un plaisir. Et quand, et si l’enfant développe et témoigne d’un intérêt marqué pour les échecs, pourquoi ne pas l’inscrire à un club local d’échecs. Si ça existe, s’ils sont ouverts (coucou COVID).

Tout ce qu’il vous faut pour bien débuter aux échecs

La boutique de jeux Philibert vous propose quelques références qui peuvent vous aider à vous lancer avec des enfants aux échecs :

Have fun !


Pour vous proposer une expérience de lecture plus agréable, nous vous proposons un site sans aucune publicité. Nous entretenons des relations d’affiliation avec Philibert et Play-in. Ainsi, lorsque vous achetez un jeu en cliquant sur les liens menant aux boutiques, vous nous soutenez. Grâce à vous, nous pouvons obtenir une petite part des revenus. Ceci nous permet alors d’acheter d’autres jeux et de continuer à pouvoir vous proposer de nouveaux articles.

Et vous, à quel âge avez-vous appris à jouer aux échecs ? Avez-vous déjà enseigné le jeux à des enfants ? Comment est-ce que cela s’est passé ?

11 Comments

    • Patrick

      Oui, il y a chess.com que je conseil énormément. Vous trouverez des parties pédagogique sur la chaîne de Blitzstream. Un excellent pédagogue pour comprendre le jeu.

  • Riderglingo

    Je suis prof de échecs et je laisse les pions de côté et les fait apprendre en fait. Je fait en premier Tour Fou et Roi. A partir de là, on peut jouer aux échecs c à dire gagner le roi… Un bon site est lichess.

  • JEF

    Pour ma première rencontre avec les échecs, je devais avoir 7 ou 8 ans. Je ne me souviens pas avoir eu de réels problèmes pour comprendre les mouvements.

    Par contre, le côté immuable de « les BLANCS jouent en premier » … mouais … ajoutons que les blancs affrontent les noirs … Il aura fallu attendre mes 15 ou 16 ans pour y revenir avec un peu plus de recul et considérer le jeu avec plus d’abstraction.

    Pour autant, à un peu plus de 40 ans, c’est quelque chose qui me picote encore l’échine. Et cela explique sûrement que je n’ai jamais eu l’idée de présenter ce jeu à ma fille.

    • Romaric

      Petite astuce, ce qui est important, c’est de laisser un échiquier à portée de mains, dans ses jeux. Ainsi il le sortira des qu’il en aura envie.
      Là où on en est il déplace les pièces où il veut. L’important c’est qu’il se familiarise avec le toucher, les cases libres, etc. Je ne force pas de règle de déplacement pour l’instant il bouge les pièces qu’il veut où il veut. En ce moment j’introduis le fait que la pièce qu’il veut bouger est « bloquée » sur le chemin qu’il veut emprunter par une autre pièce.
      Voilà mais c’est lui qui dicte le rythme, et le degré d’intérêt qu’il y porte, c’est très important.

  • Romaric

    Perso mon fils a 2ans, on a commencé à jouer avec les cavaliers parce qu’il adore les chevaux. Puis il s’est amusé à mettre toutes les pièces à la queue leu leu. Puis à les placer au hasard mais 1 pièce par case. Puis chacune sur leur couleur. On utilise l’échiquier d’analyse de lichess en parallèle car des points verts apparaissent sur les cases où les pièces peuvent aller.
    Aujourd’hui à 3ans il connaît le nom des pièces, est capable de reproduire la position de départ de son côté de l’échiquier, jouer chacun son tour, aller de l’avant, et commence à « manger » des pièces. Le déplacement ça commence à arriver tout seul inconsciemment.
    Voilà le tout c’est d’ajouter des notions au fur et à mesure par le jeu !

  • Nornand

    Magnus Kingdom of Chess. L’application Android idéale pour apprendre les déplacements, de manière ludique.
    Ma fille a appris à jouer aux échecs avec, à 5 ans. Il fallait que je lui lise les explications. C’est mignon, très bien pensé. Et même si on connaît les règles, on apprécie la manière dont ils abordent l’apprentissage.

À vous de jouer ! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :