Tendance : est-ce que la Gencon change la donne?

Par défaut

gen-con-logo

Soyons honnêtes: le Festival International de Cannes 2014 fut une déception. Pas en terme de rencontres, le public comme les éditeurs et auteurs furent extrêmement sympathiques, ni en terme d’organisation, tout s’est très bien déroulé, mais en terme de sorties de jeux.

En effet, les grandes nouveautés ludiques sorties juste pour l’occasion étaient plutôt rares, la grande majorité des éditeurs se contentant de présenter leurs prochaines sorties 2014 : Space Cowboys avec Black Fleet, Bombyx avec Abyss, Deus et l’Auberge Rouge chez Pearl Games, Lords of Xidit et Loony Quest chez Libellud, Witness, Concordia et Drake chez Ystari, et j’en passe.

Le FIJ fut plutôt une vitrine des jeux à venir. Et à chaque fois que je demandais aux éditeurs la date de sortie, la réponse la plus fréquente fut : fin août / début septembre en Europe, avec une sortie en avant-première pour la GenCon. Depuis 2-3 ans, la GenCon est devenue un événement majeur dans le calendrier ludique, tendance qui va clairement se renforcer en 2014 et ces prochaines années.

gencon

La GenCon, établie à Indianapolis depuis 2005, existe depuis 1968 (!). Elle a été créée par feu-Gary Gigax, le papa du cultissime jeu de rôle Donjons&Dragons.

Chaque été, fin juillet ou mi-août, pendant 4 jours, ce sont des dizaines de milliers de visiteurs / joueurs, près de 50’000 en 2013, qui viennent pour acheter, mais pas que. Sur 5 halles, une seule est réservée aux stands des éditeurs, les autres le sont uniquement pour le jeu: multiples tournois, parties d’initiation, etc.

La GenCon est la plus grosse convention en Amérique du Nord et correspond plus ou moins à notre Essen européen à nous. Presque. Car si Essen fait la part belle aux achats, soyons clairs, il est toujours extrêmement difficile de jouer sur le salon.

Bref, en 2-3 ans, la GenCon d’Indianapolis est devenu le nouveau rendez-vous impératif des éditeurs francophones. Et au vu du peu de sorties à Cannes cette année, je pourrais même affirmer que la méga-convention américaine a supplanté l’événement de la Croisette. Il est certes toujours nécessaire pour les éditeurs et auteurs d’être présent au FIJ de Cannes, rien que pour se faire voir, mais la GenCon est le nouvel Eldorado des éditeurs francophones. Pourquoi?

marche

Est-ce que le marché européen stagne et que le marché américain représente un nouvelle plateforme intéressante? Il y a certainement un peu de cela. Tout nouveau marché est bon à prendre, surtout qu’en terme de chiffres, les US sont quand même le troisième pays le plus peuplé au monde, et en y rajoutant le Canada, anglophone et francophone, le bassin de population devient juste immense. D’autant que le marché du jeu en Europe est un marché de niche concentré sur les rares boutiques spé. Tandis qu’aux US, le marché est beaucoup plus établi avec un e-commerce très présent et logique avec le vaste territoire américain. Soyons clairs, il est toutefois encore très difficile d’obtenir la grande majorité des titres ludiques européens dû à une difficile distrib outre-Atlantique. D’où l’intérêt d’être présent à Indianapolis pour améliorer sa présence sur sol américain.

Mais surtout, la GenCon, comme Essen, attire plusieurs centaines de milliers de visiteurs, donc acheteurs potentiels, sans parler de l’engouement médiatique que représente l’événement, une excellente plateforme publicitaire qui génère visibilité et envie des européens, qui devront encore attendre 1d6 semaines avant d’obtenir les nouveautés sur le Vieux Continent.

calendrier

Cannes, trop rapproché d’Essen? Essen, c’est évidemment l’événement majeur / capital dans le calendrier de tout éditeur. L’année passée, record historique, plus de 800 jeux y furent présentés (Essen en 11 chiffres). Ne pas être présent à Essen avec un nouveau jeu c’est un peu "rater" son année, même si du coup son jeu est perdu dans la masse, et c’est peu dire.

Cannes a lieu fin-février début mars, juste après les fêtes de fin d’année, quand le soufflet d’Essen est retombé. Difficile donc pour les éditeurs de relancer la machine si rapidement après Essen. La GenCon permet donc aux éditeurs de respirer quelques mois pour de nouvelles sorties mi août.

D’autant que mi août n’est pas si loin d’octobre, donc pour les plus petits éditeurs, ou moins "gourmands", le seul jeu présenté à Indianapolis pourra être "recyclé" deux mois plus tard à Essen.

Ce qui fait qu’aujourd’hui, en avril, et depuis plusieurs semaines, les sorties sont plutôt rares, tous les éditeurs préparent la GenCon et / ou Essen, le rush risque d’être hallucinant en septembre-octobre.

Je ne sais pas pour vous, mais personnellement je trouve ce premier semestre très morne en terme de sorties. Essen, et maintenant la GenCon, demande une certaine concentration et préparation des éditeurs pour pouvoir sortir leurs galettes au "bon moment". Je mets entre guillemets, car si tous les éditeurs de jeux font pareil, je ne suis pas persuadé que le "bon moment" soit véritablement le "bon moment"…

meute

Tous les éditeurs francophones se connaissent, se fréquentent, et, chose inouïe, pour la plupart, s’apprécient. Je me demande si les patrons de Samsung, HTC et Apple vont boire des godets ensemble, jouer au bowling ou passer des vacances de ski. Les éditeurs de jeux, oui, alors qu’ils sont tous concurrents! Dingue.

Depuis 2-3 ans donc, depuis qu’Asmodée US y a une forte délégation, de plus en plus en d’auteurs et éditeurs européens font le déplacement à la GenCon, ce qui motive alors d’autres collègues à faire pareil. Effet boule de neige, malgré la distance, 15h de vol depuis la France, et les coûts.

public

Un autre facteur rend la GenCon intéressante pour les éditeurs : son public. Au contraire des Européens que nous sommes, les Américains sont encore très peu "blasés" car ils ne sont pas "inondés" par autant de titres que nous. Le marché européen, même si de niche, est extrêmement bien distribué intra-Europe, ce qui n’est clairement pas le cas aux US (relire la chapitre "marché"). Le public est donc moins "gavé", plus ouvert à la découverte, même si bien différent du public européen.

Si les Américains sont connus pour préférer l’Ameritrash, jeux à thème fort et au matériel élaboré, plutôt qu’à des mécaniques ripolinées mais au thème collé, les Eurogames, ce public n’a en fait pas eu tellement la chance de découvrir autre chose, l’Ameristrash étant fortement implanté aux Etats-Unis, logique.

gus&CoBon, ne nous reste plus qu’à trouver un éditeur qui veuille bien nous financer le déplacement pour aller couvrir l’événement. Ou attendez, nous pourrions lancer une campagne Kickstarter pour ça, c’est bien la mode, non?

Et Cannes? En ce qui nous concerne, après notre déception de cette année, nous ne pensons plus nous rendre à Cannes, en tout cas pas ces prochaines années. Nous ne trouvons l’événement plus véritablement "nécessaire" en terme de sorties, comme vu dans cet article un shift est clairement en train de s’effectuer au profit des US.

D’autant que Nadine Seul, présidente du FIJ et son comité organisateur, se sont montrés plutôt malhonnêtes: avant de partir à Cannes ils nous ont très gentiment proposé de prendre en charge les frais de déplacement pour venir et couvrir le salon, comme ils le font avec d’autres collègues journalistes en leur offrant le logement ou autres.

Une fois sur place, nous leur avons donné les quittances. Ils ont alors louvoyé pendant toute la durée du festival en prétextant être beaucoup trop occupés, et ils ne nous ont finalement rien remboursé du tout ni répondu à nos courriels après l’événement. Malhonnête. Nous hésitons à les poursuivre en justice, mais ça serait bien trop long et compliqué. Donc pas super motivé par retourner à Cannes voir cette bande de malandrins.

Cette année, la GenCon aura lieu du 14 au 17 août 2014.

Et vous, avez-vous prévu de vous rendre prochainement / une fois / jamais à la GenCon?

Gagnez des millions au casino. En trichant? Le cas de Phil Ivey

Par défaut

philivey11.gif

Cette histoire est en train de faire le tour du net, et pour cause, elle implique l’un des plus grands joueurs de poker au monde, Phil Ivey.

Phil Ivey est poursuivi en justice par le casino américain Borgata pour avoir gagné 10 millions de dollars au baccarat. Cas intéressant, car Phil avait déjà procédé de la même manière dans un casino britannique en 2012, Crockfords, mais cette fois c’est Phil qui poursuit ce casino qui refuse de lui verser de 12 millions de dollars, pour les mêmes raisons.

Comment est-ce que Phil a fait pour tricher? Les cartes utilisées au baccarat (aussi appelé Punto Banco ou Chemin de Fer) présentent en fait un léger défaut de fabrication.

zffvkeqbzcvqtmmaoxhf

Avec un œil averti et en orientant les cartes d’une certaine manière dans le deck, le joueur peut plus ou moins déterminer quelle carte sortira et si c’est à son avantage de miser.

Phil a donc empoché la rondelette somme 10 millions de dollars en procédant de la sorte. Le casino le poursuit aujourd’hui en justice, ainsi que l’entreprise qui manufacture les cartes.

Y a-t-il eu tricherie, ou est-ce que Phil a juste réussi à exploiter une faille dans le système et qu’il est innocent? Qu’en pensez-vous?

Source : Regressing.deadspin,com

Preview : Loony Quest chez Libellud

Par défaut

LQ-box

Au festival de Cannes j’ai eu la chance de découvrir Loony Quest (LQ) en avant-première. Attention, jeu ébouriffant. Et je ne dis pas ça parce que je n’ai pas de cheveux.

Présentation

Après avoir réinventé le Pictionary dans PIX, les compères ludiques David Franck et Laurent Escoffier nous reviennent avec un jeu de dessin délire. Vraiment délire.

LQ est prévu pour 3 à 5 joueurs pour des parties fun d’une vingtaine de minutes pour toute la famille, avec une sortie prévue pour septembre-octobre 2014.

Principe

On place un tableau dans la boîte de jeu, et chaque joueur doit essayer de relier un point A à un point B, ou toute autre mission, à main levée, en regardant le tableau mais sans y appliquer sa feuille. Décrit comme ça ça paraît plutôt compliqué, mais en fait non.

Il faut observer le tableau, le visualiser sur sa feuille blanche et tenter ensuite de tracer le meilleur itinéraire possible qu’on placera plus tard en calque sur le tableau pour voir quel le joueur y sera parvenu le mieux.

LQ est clairement inspiré des jeux vidéo de plateformes dans lesquels il faut sauter partout, éviter les méchants (les loonies dans LQ) et collecter des trésors de tous les côtés. LQ, c’est pareil. Mais en collectif, en dessin et en jeu de société. Et c’est vraiment fun.

Alors?

Perso, je déteste dessiner. Parce que je suis une vraie bille. Et parce que tous les membres de ma famille sont des artistes, du coup je me sens encore plus frustré (j’ai d’ailleurs rendez-vous avec mon psy cet après-midi mais j’arrête de parler de moi).

LQ va clairement cartonner. Après 2-3 années plutôt calmes et des sorties en demie-teinte depuis leur box office Dixit, la fin d’année 2014 va être forte pour Libellud, entre LQ et Lords of Dixit XIDIT, la version remasterisée d’Himalaya.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Soutenons ProxiJeux

Par défaut

proxi-jeux

Le financement participatif est décidément à la mode. Après TricTrac, c’est aujourd’hui au tour de Proxijeux de se lancer dans l’aventure.

On vous en parle depuis leur tout début il y a trois ans, ProxiJeux est l’un des meilleurs podcast ludiques francophones.

Olivier et Jérémy et leurs 200’017 invités (dont nous il y a un petit moment) nous décantent l’actu, nous donnent leur avis sur les jeux, les événements, avec également des dossiers spéciaux pointus (DIY, Izobretenik, JCE, etc.)

100% bénévole, ProxiJeux a besoin de notre soutien sur Patreon pour nous proposer un contenu de qualité, avec un matos de qualité aussi et des reportages chatoyants.

C’est pas cher et ça le vaut bien. En plus, en soutenant le podcast vous pouvez gagner des bons de réduction sur Philibert.

Hop, faites chauffer la carte de crédit et show some love!

Le lien sur Patreon

Proxijeux

Support Proxi Jeux creating Podcast about boardgames