Mais au fond, c’est quoi un jeu à la mode?

La mode. Un mot honni. Mais en secret, sans oser nous l’avouer, un mot vénéré.

Qu’est-ce que la mode? Comment est-ce qu’un jeu devient à la mode?

De tous temps, en produits culturels (musique, livre, film, jeu) ou en vêtements, nous entretenons une relation ambiguë, contradictoire et passionnée avec la mode.

En réalité, nous ne voulons jamais admettre que la mode nous influence ou que nous y participons. La mode, c’est pour les moutons. Pour les suiveurs. Pour les faibles. Pour les autres. La mode, nous la repoussons, la refoulons, nous nous considérons toujours comme meilleurs que la meute. Et pourtant, nous avons tous en même temps besoin d’appartenir à un groupe. D’un point de vue sociologique, nous sommes toujours tiraillés entre ces deux radicalités. Crier notre différence, notre originalité, s’affranchir des codes et des modes, tout en les embrassant de manière plus ou moins implicite ou conscientisée.

Prenons l’exemple de Pokemon Go. Un jeu qui a passionné plusieurs dizaines de millions de joueurs en été 2016. Tout le monde en parlait. Les médias, friands de tendance, s’étaient emparés du phénomène et le relayaient à coup de comm rugissante. Pokemon Go, un véritable phénomène de mode mondial. Et vous? Y avez-vous joué? Avez-vous craqué? Résisté et dénigré? Difficile de rester indifférent. Comme toutes les modes, d’ailleurs.

Comment est-ce qu’une mode s’installe? Comment est-ce qu’un jeu soit sous les feux de la rampe, au point de devenir presque un… impératif?

Réseaux

Pour qu’une mode s’installe, deux initiatives doivent entrer en synergie. Le « bottom-up » et le « top-down ». Le premier provient du public. Le second, des entreprises qui essaient de pousser leur produit: un livre, une chanson, un jeu. Si les deux initiatives ne travaillent pas en bonne intelligence, c’est le flop et plus le top.

Il y a encore dix, vingt ans, la mode s’installait de manière tout à faire différente. Associés à la publicité, les médias dits aujourd’hui classiques, ou encore Legacy Media, presse, radio, télévision, jouaient un rôle prépondérant dans la propagation de la mode.

Mais depuis les années 2000-2010, Internet et les réseaux sociaux ont modifié la distribution de l’information de manière puissante. On ne communique plus comme avant. Facebook (2004), Instagram (2010), WhatsApp (2009), Twitter (2006), Snapchat (2011), YouTube (2005), Tumblr (2007), les podcasts audio, les sites et blogs, tous ont changé de manière profonde le paysage médiatique et notre accès à la communication, à l’information. En plus des médias classiques, la mode se diffuse aujourd’hui via ces canaux contemporains. Les seconds supplantant souvent les premiers.

Les réseaux sociaux sont d’ailleurs devenus les nouveaux chevaux de bataille des éditeurs. A coup de buzz, la publicité « ordinaire » est devenue sociale, virale, massive et organique. Le fabricant de buzz est devenu un véritable métier. Maîtriser les réseaux sociaux, sa « communauté » slash public slash clientèle est devenu crucial. C’est le top-down. Qui, avec un peu de patience, de chance, de brio et d’investissement, à la force du clic, du RT et du commentaire, se transforme alors en bottom-up. Et là, c’est banco. Le public s’en empare, la mode démarre.

Pour qu’une mode se crée, s’installe, se développe et se dissémine, les bottom-up et top-down doivent travailler en synergie. L’un sans l’autre, et la mode ne prend pas, ne trouve pas son public et fait un bide.

Les prix, Spiel des Jahres, As d’Or, Swiss Gamers Awards, assurent une certaine pérennité au jeu, reconnus par le public ou par un jury plus ou moins professionnel. La starisation, bien implanté depuis quelques années, joue également son rôle. Certains auteurs, certains éditeurs jouissent d’une réputation, d’une aura plus bankable que d’autres.

Alors c’est quoi, un jeu à la mode? C’est un jeu dont on entend parler, qu’on voit joué, souvent, par ses amis, sur Internet, sur les réseaux sociaux. Le jeu « du moment », celui qu’il faut avoir essayé. Pour ne pas être « largués ». Et toujours avec cette contradiction notoire. Plus un jeu est buzzé, et plus certaines voix s’élèveront pour s’y opposer, le remettre en question et se la jouer « rebelle ». Le piquant backlash.

Caté

On peut ranger les modes dans trois catégories. Pour expliciter leurs différences, prenons l’exemple d’un feu. Plus ou moins puissant, qui dure plus ou moins longtemps, chacun a sa particularité:

Combustion

Quand quelque chose prend feu, c’est soudain, intense. La combustion, traduit en mode, c’est quand un produit connaît une carrière aussi brève que fulgurante. Tout le monde parle de ce jeu, c’est LE blockbuster du moment. Qui disparaît aussi vite qu’il est arrivé. Soit remplacé par un autre, soit parce qu’après coup on se rend compte de ses défauts.

Feu de Camp

Le feu de camp chauffe beaucoup, puis refroidit, puis s’éteint tout seul (ou on fait pipi dessus, mais ça n’a rien à voir ici… 😄).

Le feu de camp, traduit en mode, c’est un produit dont la durée de vie est assez longue, mais dont l’intérêt diminue peu à peu. Puis disparaît. C’est un peu Pokemon Go. Folie en été 2016, puis gros ralentissement quelques semaines, mois plus tard. Des gens y jouent toujours bien sûr, mais la vague, la mode est passée. Time Stories, aussi, d’une certaine manière. Immense carton à sa sortie en septembre 2015, puis, malgré les nouveaux scénarios, l’essoufflement.

Bougie

La bougie produit peu de chaleur, peu de lumière, mais elle brûle longtemps. Rares sont les produits culturels, les jeux qui connaissent cette carrière. Les indispensables, bien sûr, Puerto Rico, Caylus, et les autres. Parfois, certains jeux commencent comme une combustion, puis finissent par devenir des bougies. Le cas de 7 Wonders, Pandémie, Dixit, Room 25, toujours joués, toujours connus. Magic, aussi, bien sûr, le jeu de cartes à collectionner qui depuis 1993 connaît toujours une carrière triomphale. Ou le dino, le jeu de rôle culte Donjons et Dragons, sorti en 1974, toujours joué depuis plus de quarante ans!

Méca

Il n’y a pas que des jeux qui peuvent être à la mode, mais certaines mécaniques aussi. La mode du deckbuilding, apparue en 2008 avec Dominion, continue son petit bout de chemin. Transformée, améliorée, parfois dissimulée, on la retrouve encore bien vigousse en 2016-2017 dans Star Realms, Not Alone ou Great Western Trail.

Depuis 2005 et Caylus, le placement d’ouvriers a réussi à s’imposer pour devenir aujourd’hui un poncif, entre Agricola et Lorenzo le Magnifique.

D’autant que des modes en génèrent d’autres. Prenez 7 Wonders qui a su se réapproprier le draft. Plusieurs mois, années plus tard, galvanisés par ces mécaniques d’autres titres apparaissent pour engendrer de nouvelles modes.

Souvent décriées mais toujours suivies, les modes n’en finissent pas de dresser le portrait de nos sociétés. Ce besoin d’appartenir au groupe, de partager les mêmes produits, les mêmes valeurs, tout en cherchant à s’octroyer une part de différence. La mode, c’est l’expression de la validation sociale teintée de ce doux parfum d’individualité.

 

Pour vous, quels sont aujourd’hui les jeux à la mode? Et avez-vous déjà suivi une mode que vous avez ensuite regretté d’avoir suivi?

Ce weekend, c’est #ShareTheLove

Ce week-end, lançons une opération spéciale #ShareTheLove

Sur Twitter, Instagram, Snapchat, Facebook, utilisons tous le hashtag #ShareTheLove (partageons l’amour) pour partager nos photos de parties. De jeux de rôle, de jeux de plateau.

Partageons notre passion commune, notre loisir, notre hobby, notre intérêt pour les jeux. Parce que non, il n’y a pas que le Monopoly dans la vie.

Essayons de communiquer notre passion au plus de monde possible. A quoi jouons-nous? Où? Avec qui?

Sortons, et allons jouer dehors, en public. Au resto, à la plage, sur un banc (pas super, super pratique), dans un parc.

On se réjouit de découvrir vos photos!

Cet événement est en partenariat avec le podcast ludique Proxi-Jeux, les sites Ludovox et Kubenboites, et la boutique Ludikbazar.

Share The Love

Destockage de jeux. Massif.

La boutique Helvétia Games de Genève va fermer ses portes. C’est fini. Ils ont essayé de trouver un repreneur, mais rien pour l’instant.

Du coup, samedi 25 mars, ils destockent tous leurs jeux. Et il y en vraiment, vraiment beaucoup: jeux de cartes, jeux de plateau, jeux de rôle, jeux de figurines.

Le tout avec un barème dégressif. Plus vous en prenez, et plus le pourcentage de réduction est élevé.

Une super opportunité.

Si vous cherchez des jeux, neufs, pas chers, notez la date dans votre agenda:

Samedi 25 mars dès 10h du matin.

Rue Jean-Antoine-Gautier 9, aux Paquis, près de la place de la Navigation, 1201 Genève, Suisse (voir le plan ici)

Ça vous intéresse?

Le bonheur nous va si bien

Hier soir samedi, notre Pop-Up Bar à Jeux était ouvert. Pour y accueillir pas loin de 80 personnes.

Les joueurs sont venus pour y découvrir des nouveautés.

Mais au fond, on s’en fout un peu, des jeux. Ce qui compte, ce sont les gens.

En réalité, les jeux de société sont l’excuse pour passer la soirée en société. Rencontrer des inconnus ou venir avec des amis, des amoureux. Pour partager un rire, un sourire, de la complicité, de la solidarité, du bonheur. Pour se retrouver plus tard tout-e seul-e, et se dire que la soirée était unique, magique, heureuse. Le jeu, comme ciment de nos sociétés.

Vivement le prochain BàJ. Samedi 8 avril. Avec des invités qui viendront de (très) loin.

 

Merci à Super Meeple pour l’avant-première de Mafiozoo qui sort en avril

Merci à Space Cowboys, pour l’avant-première d’un nouveau scénario de démo pour Unlock, Casse sur la 5e Avenue

Merci à Catch Up Games, pour Twelve Heroes

Merci aux Danois de Plotmaker Games, pour Caesar’s Glory

Un tout grand merci à Marion, du studio Tourmaline de Genève, venue nous présenter Oniri Islands, ce jeu cross-plateforme, entre figurines et tablette prévu en novembre et dont le KS sera lancé ce jeudi soir 16 mars.

Et merci à tous nos autres partenaires:

Le CPV pour le local

cpv-logo

La boutique de jeux online Philibert

logo-phili_WEBmedium

Pour les jeux, le magasin de jeux à Carouge, Genève

Helvetia Games, éditeur et distributeur de jeux en Suisse

hg logo

Plato Magazine, un mag chatoyant francophone qui parle de jeux de société, à découvrir au Bar à Jeux

plato-logo

Iello, important éditeur et distributeur en Europe

LOGOIELLO

Blackrock, éditeur et distributeur familial et sympathique français

logo_blackrok_games_noir

Matagot, éditeur de jeux riches et immersifs

logo-matagot

Ludibay, boutique en ligne avec un beau et solide catalogue.
ludibayLudikBazar, boutique en ligne avec des jeux d’occasion, mais pas que.

ludikbazar-logo

Cocktail Games, éditeur de jeux ultra-fun.

logo-cocktailgames

Helvetiq, éditeur suisse de jeux suisses. Mais pas que.

helvetiq

Space Cowboys, éditeur français de jeux immersifs et puissants.

space-cow-boy

Bye bye Timidité. Ou comment le jeu aide à prendre la parole

Pour une grande majorité d’entre nous, prendre la parole en public, devant des amis, des collègues, des membres de la famille ou des inconnus représente un véritable défi.

Entre estime de soi, volonté, maîtrise de son souffle, de sa voix, de sa connaissance du sujet, de sa posture et de ses émotions, la prise de parole n’est jamais facile. Et pourquoi certains s’avancent avec aisance et éloquence, tandis que d’autres bafouillent ou rougissent?

Prendre la parole. Est-ce inné, ou est-ce que cela s’apprend? L’éloquence, un don, ou des compétences qui se travaillent?

Prof un jour, prof…

Depuis 21 ans, je suis enseignant de lycée à Genève. Chaque jour, chaque semaine, comme tous mes collègues enseignants, je m’adresse à plusieurs centaines de jeunes étudiants. Un beau défi, pas toujours évident à relever.

Selon le sujet, l’humeur du jour, l’horaire -nous n’avons pas tous le même chronotype-, la préparation, la nature et intérêt de la classe, je dois gérer mon anxiété et ma prise de parole.

On pense que tous les enseignants sont de grands extravertis, crâneurs, expansifs et loquaces.

Rien n’est plus faux.

Toute la vérité vraie sur les profs

En plus de vingt ans de carrière, j’ai côtoyé beaucoup d’enseignants. Et je peux vous assurer que cette image d’extraverti bavard est aussi absurde qu’erronée. Comme partout, il y a des individus timides, introvertis, discrets, froussards, mal à l’aise dès qu’il s’agit de prendre la parole, en classe ou en séance.

Tant qu’on n’a pas dû s’exprimer devant 20-30 élèves, on ne se rend pas compte de la pression, celle d’être parfois considéré par certains élèves comme l’ennemi public numéro un… Tant qu’on n’a pas dû prendre la parole devant ses collègues, devant sa direction, on ne se rend pas compte du jugement de ses pairs, tous universitaires.

Oui, les enseignants introvertis existent. Aussi. Comme les extravertis. Les enseignants tendent plutôt à être des ambivertis. Ni extravertis, ni introvertis, ils oscillent entre ces deux extrêmes.

Avec le temps, pour apprivoiser la prise de parole, les enseignants ont tous accumulé des petits trucs et astuces, plus ou moins efficaces, plus ou moins éthiques:

Se « cacher » derrière le mobilier de classe. Pas pour se cacher pour de vrai, juste pour mettre un élément entre soi et son audience, pour « se protéger ». Le bureau du prof, bien sûr, le rétroprojecteur (quoi, ça existe encore, en 2017?), un banc d’élève, la tablette numérique / ordinateur, etc.

Faire preuve d’une discipline de fer, pour se montrer fort, aux autres et surtout à soi-même

Parler sans cesse. Cela paraît contradictoire, et pourtant, derrière ce babillage incessant se cache l’idée de ne laisser aucune place aux autres, pour éviter de conscientiser son public et ainsi ne pas avoir à redouter sa prise de parole

Posséder une connaissance de fer sur le sujet

Porter des vêtements professionnels et élégants (pour se donner de la prestance)

Eviter le regard direct

Croiser les bras et autres codes de communication non-verbale pour « se protéger »

Mais pourquoi est-ce si difficile?

Non, pas facile de parler en public. Entre timidité, peur de ne pas être à la hauteur, peur d’être jugé, peur d’être exclu du groupe, la peur, la pression psychologique est telle que soit on rechigne et qu’on finit par éviter de prendre la parole, soit on se lance et sa prise de parole peut s’avérer alors maladroite.

La boule au ventre, on doit faire face aux bafouillements, aux répétitions, aux tics nerveux et de langage, aux hésitations, au souffle coupé. Qui aboutissent sur une prise de parole décevante, peu éloquente, pas percutante. Et c’est le cercle vicieux. Moins on est performant, et moins on le sera par la suite, parce que son propre jugement risque d’engendrer une spirale dommageable.

C’est le jugement des autres, et de soi-même, qui sont nos pires ennemis. Ce jugement est tel qu’il accapare nos facultés mentales et orales.

En réalité, tout est question de pouvoir. Le pouvoir qu’on pense posséder. Plus on en a, ou qu’on s’en donne, et plus facile sera la prise de parole.

Est-il plus facile de parler à un ami, ou à un supérieur hiérarchique? Est-il plus facile de parler à des jeunes, ou à des adultes? C’est le pouvoir qu’on a, ou pas, qui définira l’aisance dans le prise de parole. Et moins on pense en avoir, et plus la prise de parole sera difficile et peu efficiente.

Alors, comment s’en sortir?

Le jeu est un excellent outil pour se lancer et améliorer sa prise de parole.

Le jeu. Pour mieux prendre la parole

J’ai découvert le jeu de société et le jeu de rôle en 1989. Depuis, je trouve que le jeu m’a vraiment aidé à plus et mieux prendre la parole en public.

Rôle

Les jeux de rôle, il en existe des milliers au différentes règles et surtout univers. Méd-fan, space-op, post-apo, contemporain. On se retrouve à plusieurs autour d’une table à réagir à un scénario amorcé par un autre joueur, le Maître du Jeu. Le jeu de rôle a ceci de spécifique qu’il pousse les joueurs à s’exprimer:

Imaginez plutôt cette situation épique: « Tu viens de rentrer dans une salle pleine à craquer de Chevaliers-Panthères. Des hommes aux armes et armures puissantes, rutilantes et inquiétantes. Un intense et immédiat sentiment de danger te prend à la gorge. Que fais-tu? »

Evidemment, la réaction dépendra de multiples facteurs: le personnage que l’on incarne, sa psychologie, sa prestance, son objectif, le reste du groupe. Mais une chose est certaine, réaction il y aura. Et on commencera par l’énoncer. La prise de parole sera alors automatique et aisée. Parce que tout est imaginé, simulé, inventé. Les chevaliers ne sont pas réellement là. Le danger qu’ils peuvent représenter non plus. Sa peur, de se tromper, d’être jugée, de ne pas être à la hauteur, sera alors absente. Parce qu’il s’agit d’un jeu. La réalité, elle, est bien réelle. Duh.

Et même si on décrit les actions du personnage fictif que l’on incarne, on s’exprime. Qui plus est, en public. On assume ses choix. Pour le bien de la partie, on se doit d’être clair et précis.

Le jeu de rôle devient un formidable outil et exercice de prise de parole. Il permet de gagner en confiance. Même si tout est simulé. Et la prochaine fois que vous devrez parler « en vrai », vous pourrez utiliser ce que vous avez appris, acquis grâce au jeu de rôle.

Règles

Expliquer des règles de jeu à son groupe d’amies est un exercice périlleux. Il existe quelques trucs et astuces pour être plus performantes, mais au final, pas facile d’expliciter des aspects extrêmement techniques et symboliques d’un jeu par la parole. Tu lances un dé, qui active ça, et après tu peux faire ça pour gagner ceci…

N’empêche.

Autant l’exercice est sec et ardu, autant il est un excellent exercice de prise de parole. Car au lieu de se focaliser sur sa prestation, sur sa personne, on doit se concentrer sur le contenu. Pas le temps d’avoir peur d’être jugée. On se doit d’être claire et percutante.

Essayez, vous verrez. Quand nous expliquons des règles de jeu nous nous concentrons tellement sur les mécaniques que les réticences finiront par disparaître. Et surtout, tout le monde à la table vous écoutera car VOUS êtes l’experte. Vous avez lu, étudié et compris le jeu. Les autres joueurs ont besoin de vous. Un élément à reprendre lorsqu’on doit prendre la parole. Le « pouvoir » est « inné ». Puisque vous êtes l’expert dans votre domaine, vous savez de quoi vous parlez (enfin, en principe… On y reviendra plus tard avec le bluff…).

Passion

Demandez à quelqu’un de vous raconter son dernier voyage. Son meilleur jeu. Son film ou série préférée. Et vous remarquerez aussitôt que ses yeux s’illuminent. La passion est souvent telle que votre interlocuteur est dévoré par l’expérience qui l’habite. Le message devient alors facile à transmettre. Parce qu’inné. Parce que profond. Parce que motivé. Plus forte que le jugement des autres ou du sien, la passion devient un formidable moteur de prise de parole.

En jeu, les joueurs sont souvent investis, immergés, enthousiastes. Observez par exemple une partie d’un jeu coopératif, Unlock ou Samurai Spirit. Vous constaterez une énergie incroyable qui s’en dégage. Parce que les joueurs sont plongés dans le Flow et le désir ardent de remporter la partie. Sans se soucier d’une prise de parole chevrotante ou intimidante.

Enfoiré

Certains jeux, notamment les jeux dits d’enfoirés, obligent les joueurs à passer des alliances, à parlementer, à bluffer. En un mot, à communiquer. Evidemment, il y a plusieurs techniques efficaces pour être un meilleur négociateur (cf. Trump, par exemple, qui en use et abuse).

Et soudain, son anxiété de prendre la parole en public disparaît au profit des manigouilles (= manigances, manipulation + magouilles) que l’on est en train d’échafauder.

Communiquer pour bluffer. Communiquer pour négocier.

 Mais encore. Quelques astuces

Voici quelques astuces pour vous aider à encore mieux prendre la parole. Peut-être en appliquez-vous déjà certaines.

Power Pose

Plus de 50% de notre communication est non-verbale. Notre regard, la position des bras, des jambes, de son haut du corps.

Pour mieux prendre la parole, et se sentir plus à l’aise, plus en confiance et avec plus de pouvoir (déjà dans sa tête), adoptez une « Power Pose ». Ça aide vraiment. La preuve.

Ecoute

La plupart des gens n’écoutent pas dans l’intention de comprendre, ils écoutent dans l’intention de répondre.

Stephen R. Covey

Pour mieux parler, il faut commencer par mieux écouter. Le regard permet d’y arriver. Avant de vous lancer dans votre prise de parole, commencez par écouter ce que les autres ont à vous dire. Ce que les autres cherchent à savoir. Votre prise de parole sera alors plus à l’écoute, plus dirigée vers l’autre et moins soi-même et son message à transmettre. Les canaux de transmission seront plus sains, plus ouverts, plus aboutis.

Ennemi

Votre plus grand ennemi, c’est vous-même. Quand vous devez prendre la parole, qu’elle soit préparée ou spontanée, vous commencerez sans doute par vous juger vous-même. Je ne suis pas assez ceci, je ne devrais pas dire cela. Et cet ennemi intérieur devient tellement prévalent qu’il risque d’affecter votre prise de parole.

Apprenez à mieux vous accepter. Diminuez votre jugement. Comment? Utilisez votre public. Cherchez parmi vos interlocuteur celle ou ou celui qui est acquis à votre cause, qui est intéressée par votre message, par votre présence. Il y en a toujours (au moins) un. Cette personne ne vous juge pas, ou moins que vous et les autres. Utilisez-la pour gagner en confiance, pour trouver la vitalité de surmonter votre propre jugement. Si cette personne est intéressée, cela veut dire que je ne me prends pas si mal.

Ennui

Lorsqu’on prend la parole, nous voulons qu’elle soit performante et passionnante. La pression que l’on se met devient telle qu’elle risque de nous affecter. Et si on se permettait d’être ennuyeux? Et alors? Le but est de transmettre un message. Pas de recevoir un Oscar pour le rôle de sa vie parce qu’on aura réussi à divertir son public.

On pense, à tort, qu’on a toujours besoin de paraître pour le meilleur, pour le plus efficace.

Pas. Besoin.

Il suffit de se dire qu’on a un message à transmettre, et c’est tout.

Anxiété

Parmi les peurs les plus importantes, parler en public arrive dans le TOP 5. Vous connaissez tous ce sketch de Seinfeld. Les gens ont plus peur de parler en public que de mourir…

Dès que vous commencerez à parler vous risquez de sentir l’anxiété, l’angoisse monter. Tant mieux. Si bien géré, ce stress devient un moteur motivationnel important. Encore faudra-t-il savoir bien le gérer.

Dès que vous sentez l’angoisse monter, rien que le fait de reconnaître et d’admettre ce stress vous permettra de mieux l’accepter, de mieux l’intégrer. Je sens que je commence à transpirer? Je sens que je commence à bafouiller? Parfait. Cela veut dire que le stress augmente. Utilisons-le comme énergie.

Opportunité

On pense, à tort, qu’une prise de parole se déroule en terrain miné, sur un champ de bataille. Qu’on est plongé en plein affrontement. Moi VS les autres.

En changeant de paradigme, tout devient plus simple, plus sain. Une prise de parole, c’est une opportunité. Une opportunité de communiquer une information, une opportunité de faire des rencontres, une opportunité de toucher l’autre par son message.

La prochaine fois que vous devrez prendre la parole, pensez juste à revoir votre conception. Parler en public représente un avantage, une chance, pas une épreuve.

Et vous, osez-vous prendre la parole? En quoi est-ce que le jeu vous a aidé?

A samedi

Ce samedi 11 mars, le pop-up Bar à Jeux de Genève sera ouvert comme d’habitude de 17h à 23h.

Et nous vous y attendons avec plusieurs nouveautés, dont

Caesar’s Glory, le nouveau jeu des Danois de Plotmaker Games (London Dread) qui sort en octobre. Un jeu de cartes de combat de gladiateurs

Twelve Heroes, le tout nouveau jeu à deux joueurs des très sympathiques éditeurs lyonnais de Catch Up Games (SOL)

Mafiozoo, un mois avant sa sortie officielle, chez Super Meeple (Amun-Re). Un jeu d’influence et de mafieux à essayer de toute urgence

The Others en VF, grâce à notre partenaire HG Distribution, un jeu de figurines à la Zombicide, le tout nouveau jeu d’Eric Lang

La 5e Avenue, un scénario inédit pour le blockbuster intersidéral Unlock

Et, en invité spécial, le Studio Tourmaline, qui passera la soirée avec nous, les créateurs genevois d’Oniri Islands. Un jeu de figurines qui se joue sur tablette et qui sera tout bientôt lancé sur KS. Vous pourrez essayer leur jeu en grande avant-première quelques jours avant le lancement de leur campagne de financement participatif.

A samedi! Nous nous réjouissons de vous (re)voir.

Toutes les infos sur le Bar à Jeux de Genève

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Psychologie. Les 5 raisons qui expliquent le succès des jeux

Qu’est-ce qui nous pousse à jouer? Quelles sont les raisons psychologiques qui expliquent le succès grandissant des jeux, de plateau, de rôle mais aussi vidéo? Voici quelques pistes de réflexion.

Feedback

Les jeux offrent un retour direct sur ses actions et décisions. Un feedback immédiat et constant. Qui permet de se corriger, de s’améliorer ou de valider ses décisions. Pas un phénomène fréquent dans la vraie vie IRL. Les jeux permettent ainsi de progresser et d’apprécier cette progression.

Victoire

IRL, nous ne gagnons pas souvent. Un salaire, peut-être. Des compliments, de l’amour, de l’amitié. Mais les vraies victoires dans la vraie vie sont rares. Les jeux offrent justement la possibilité d’en remporter et de ressentir cette joie qui les accompagne. Et se mesurer aux autres pour se dépasser.

Escapisme

L’escapisme, c’est chercher à quitter pour une durée plus ou moins courte la routine ordinaire d’un quotidien ordinaire. Littérature, cinéma, parcs d’attraction, sport, et jeux, bien sûr. En témoigne le succès récent de la VR. La réalité, virtuelle. L’ailleurs.

L’escapisme, un besoin humain de vivre, de ressentir, de connaître autre chose, de s’échapper, de rêver, d’imaginer. Pour mieux revenir ensuite.

Les jeux, par leurs univers et leur flow, plongent le joueur dans une réalité alternée ou sublimée.

Lien

Les jeux sont surtout partagés. Jeux, de société, de rôle et à plusieurs, vidéo MMOs, ils sont un formidable vecteur de rencontres et de partage. De lien social. Nous sommes des animaux grégaires. Nous avons besoin de nous sentir entourés, écoutés, reconnus. Le jeu offre permet de se retrouver autour d’une table ou par écran interposé.

Règles

IRL, nous avons de la peine à saisir comment toutes les choses fonctionnent. Les rapports humains. Le monde professionnel. La politique internationale. Tout ce genre de trucs. On évolue dans son quotidien via expérience et intuition.

Le jeu, lui, est simple. Il repose sur des règles précises qui explicitent l’autorisé et l’interdit. Tu peux faire ça, comme ça, mais pas ça. Une bouffée d’air dans un monde pas toujours limpide.

Et vous, dans quel aspect vous retrouvez-vous?

Ludesco. Des jeux. Des expériences

Ce week-end, du vendredi 10 au dimanche 12 mars aura lieu la 8e convention de jeux de Ludesco. En Suisse. A la Chaux-de-Fonds dans le canton de Neuchâtel.

Ludesco, c’est beaucoup plus qu’une convention de jeux (de plateau, de rôle). C’est aussi un week-end d’expériences ludiques. 40 animations. 40… 😱 Réparties dans plusieurs lieux de la ville.

Des grandeurs natures

Des tournois

Un Clay-o-Rama géant

Un espace proto

La remise du Swiss Gamers Award

Un espace « enfants »

Le programme au complet peut être consulté ici. Et il y a vraiment, vraiment beaucoup d’animations chatoyantes.

Oui, Ludesco, la plus grosse convention de jeux en Suisse.

Le site de Ludesco.

Vous y serez?

Envie de jouer plus? Toutes les astuces qu’il vous faut

Comme chaque début d’année, tous les joueurs que nous sommes prenons la résolution de jouer plus. Mais comment y arriver? Voici quelques astuces pour ne rater aucune opportunité de jouer. Et de s’en créer encore plus.

Libérez-vous

La télévision vole un temps fou à nos vies. Actu, sport, films… Et en plein nouvel âge d’or des séries, GoT, TWD, Santa Clarita Diet, et la possibilité de voir TOUS les épisodes d’une saison en une fois, ce qui n’arrange vraiment rien.

Nous passons beaucoup, beaucoup (trop) de temps devant la télévision. Ou YouTube en 2017, c’est selon. Une addiction. Pas loin.

w704

A ce sujet, je vous laisse (re)lire le percutant poème de Roald Dahl à ce sujet.

Television – Poem by Roald Dahl

The most important thing we’ve learned,
So far as children are concerned,
Is never, NEVER, NEVER let
Them near your television set —
Or better still, just don’t install
The idiotic thing at all.
In almost every house we’ve been,
We’ve watched them gaping at the screen.
They loll and slop and lounge about,
And stare until their eyes pop out.
(Last week in someone’s place we saw
A dozen eyeballs on the floor.)
They sit and stare and stare and sit
Until they’re hypnotised by it,
Until they’re absolutely drunk
With all that shocking ghastly junk.
Oh yes, we know it keeps them still,
They don’t climb out the window sill,
They never fight or kick or punch,
They leave you free to cook the lunch
And wash the dishes in the sink —
But did you ever stop to think,
To wonder just exactly what
This does to your beloved tot?
IT ROTS THE SENSE IN THE HEAD!
IT KILLS IMAGINATION DEAD!
IT CLOGS AND CLUTTERS UP THE MIND!
IT MAKES A CHILD SO DULL AND BLIND
HE CAN NO LONGER UNDERSTAND
A FANTASY, A FAIRYLAND!
HIS BRAIN BECOMES AS SOFT AS CHEESE!
HIS POWERS OF THINKING RUST AND FREEZE!
HE CANNOT THINK — HE ONLY SEES!
‘All right!’ you’ll cry. ‘All right!’ you’ll say,
‘But if we take the set away,
What shall we do to entertain
Our darling children? Please explain!’
We’ll answer this by asking you,
‘What used the darling ones to do?
‘How used they keep themselves contented
Before this monster was invented?’
Have you forgotten? Don’t you know?
We’ll say it very loud and slow:
THEY … USED … TO … READ! They’d READ and READ,
AND READ and READ, and then proceed
To READ some more. Great Scott! Gadzooks!
One half their lives was reading books!
The nursery shelves held books galore!
Books cluttered up the nursery floor!
And in the bedroom, by the bed,
More books were waiting to be read!
Such wondrous, fine, fantastic tales
Of dragons, gypsies, queens, and whales
And treasure isles, and distant shores
Where smugglers rowed with muffled oars,
And pirates wearing purple pants,
And sailing ships and elephants,
And cannibals crouching ’round the pot,
Stirring away at something hot.
(It smells so good, what can it be?
Good gracious, it’s Penelope.)
The younger ones had Beatrix Potter
With Mr. Tod, the dirty rotter,
And Squirrel Nutkin, Pigling Bland,
And Mrs. Tiggy-Winkle and-
Just How The Camel Got His Hump,
And How the Monkey Lost His Rump,
And Mr. Toad, and bless my soul,
There’s Mr. Rat and Mr. Mole-
Oh, books, what books they used to know,
Those children living long ago!
So please, oh please, we beg, we pray,
Go throw your TV set away,
And in its place you can install
A lovely bookshelf on the wall.
Then fill the shelves with lots of books,
Ignoring all the dirty looks,
The screams and yells, the bites and kicks,
And children hitting you with sticks-
Fear not, because we promise you
That, in about a week or two
Of having nothing else to do,
They’ll now begin to feel the need
Of having something to read.
And once they start — oh boy, oh boy!
You watch the slowly growing joy
That fills their hearts. They’ll grow so keen
They’ll wonder what they’d ever seen
In that ridiculous machine,
That nauseating, foul, unclean,
Repulsive television screen!
And later, each and every kid
Will love you more for what you did.

Roald Dahl

Ou si vous préférez la version lue et animée

Si vous ne lisez pas l’anglais, en gros, ça dit: fuck la télé! Et évitez de coller vos enfants devant. Faites-les lire plutôt. Ou faites-les jouer. Mais pas aux jeux vidéo.

Mais le problème du poste de télévision, c’est qu’il est là. Bien au chaud, trônant comme un roi au milieu du salon, la pièce de vie (living-room). Fatigués, il faut le soir une sacrée volonté pour ne pas s’affaler devant.

Diminuer le temps passé devant la télé, c’est l’augmenter. Pour faire quoi? Lire. Courir. Discuter. Sortir. Aimer. Et jouer, bien sûr.

Voici quelques moyens faciles pour gagner plus de temps:

virer son abonnement au bouquet de chaînes (=économie)

inviter plus souvent des amis à la maison (=on regarde moins la télé entre amis)

devenir de plus en plus sélectifs sur les séries, films. Et ne garder que les meilleurs

dégager son poste et le remplacer par une ludothèque

Organisez

Disposer d’une consistante ludothèque vous aidera à jouer plus. Le fait d’avoir tous ses jeux en une seule place permet de les voir, d’avoir envie de les prendre, de ne pas perdre de temps à les chercher un peu partout.

Et pourquoi ne pas envisager un rangement, une organisation, une apparence originale et créative? Pourquoi des étagères Ikea? On pourrait s’amuser à imaginer un classement insolite: par quantité de sourires décrochés, par poids, par nombre de fois joués…

La libraire de Yangzhou Zhangshuge en Chine. Ca vous inspire de vous créer une ludothèque pareille?
La libraire de Yangzhou Zhangshuge en Chine. Ca vous inspire pour vous créer une ludothèque originale et chatoyante?

Engagez-vous

C’est prouvé, c’est ce qu’on appelle l’effet de consistance. Le fait de se dire qu’on a pris une décision va nous pousser à nous y tenir. Clamez haut et fort sur les réseaux sociaux vos ambitions de nombre de parties à jouer cette semaine, ce mois, cette année. Notez ça sur un calepin ou sur Evernote. Vous aurez alors envie d’être consistants et de suivre vos décisions.

Réduisez votre Infobésité

Aujourd’hui, ce n’est pas qu’il y a trop de jeux, c’est qu’on passe beaucoup trop de temps à suivre et décortiquer les sorties. Quels sont les jeux qui semblent bons, passionnants ou médiocres? Du coup, on passe beaucoup, beaucoup (trop) de temps à consulter l’info. Peut-être même plus qu’à jouer. Et c’est prouvé par des psy, quand on surfe on perd toute notion du temps.

Pour jouer plus, passez moins de temps à consulter l’info, et plus à jouer. Prenez vos distances de TT, de BGG, de LX, même de nous (si si). Aujourd’hui, nous sommes tous confrontés à de « l’infobésité. » Dans l’histoire de l’humanité, la communication, l’information n’ont jamais été aussi pléthoriques. C’est chronophage au possible.

Nous sommes plus informés que jamais. Mais, sommes-nous plus heureux?

Jouez plus souvent au même jeu

Le zapping ludique nous guette tous. Avec tant de jeux qui sortent chaque mois, chaque année (près de 4’000 en 2016), la tentation est grande de pratiquer du « zapping ludique ». Une partie et puis c’est tout. Pour ne pas perdre de temps sur le même jeu, ce qui pourrait empêcher de « découvrir en rond ».

Changer de jeu à chaque fois ne vous permet évidemment pas de le découvrir dans son intégralité. Si un jeu se révèle après une partie, c’est qu’il y a un problème quelque part. Mais surtout, il faut à nouveau lire des règles de jeu, ce qui prend une poignée d’heures. Heures passées à étudier des règles et non à jouer. L’avantage de rejouer au même jeu, c’est qu’on n’a pas besoin de perdre ce temps d’apprentissage.

Essayez de jouer plus souvent au même jeu. Mettez-vous au défi de ne pas essayer un autre jeu avant d’avoir joué au moins 5 fois au même.

Constituez-vous une équipe de joueurs

Pouvoir compter sur un solide groupe d’amis, de collègues de boulot vous permettra de jouer plus souvent. Toute la difficulté réside dans le fait de trouver des gens. Il y a quelques trucs et astuces, mais ce n’est pas facile. D’autant que les joueurs réguliers, ça va, ça vient, entre déménagements, famille, disponibilité, ce n’est pas facile de garder le même groupe de joueurs pendant plusieurs années.

Un joueur disparaît de l’autre côté de la planète? Trouvez-lui une remplaçante. La nouvelle personne ne sera jamais capable de remplacer. Elle sera différente. Elle aimera d’autres types de jeux. Elle sera plus ou moins sympathique. Mais faites-lui de la place. Une nouvelle place. Sa place.

Et quels sont les joueurs les plus proches de soi? Sa famille, bien sûr. « Contaminez »-la avec votre passion.Ils vous contaminent déjà avec leur bactérie et autre gastro, alors pourquoi ne pas leur rendre la pareil avec des jeux de plateau? Faites-leur découvrir les pépites ludiques. A vos grands-parents pour leur changer du Scrabble ou du Bridge. A votre beau-frère, même s’il préfère la Champion’s League et les gros cubes à vos petits cubes. A vos enfants, bien sûr. C’est d’ailleurs bien pour ça qu’on en fait, non? J’ai raison ou j’ai raison? A votre partenaire de vie, aussi. Les couples qui jouent ensemble, restent ensemble, vous le savez, depuis le temps.

Et mutualisez. Pourquoi seriez-vous la seule à dépenser de l’argent pour acheter des jeux? Organisez-vous pour vous créer une ludothèque commune. Chacun met 5-10 euros par mois pour acheter des jeux en commun. Ou chacun achète différents jeux, et tout le monde en fait profiter aux autres.

Ritualisez

Se créer un rituel vous « obligera » à jouer. C’est l’effet de consistance, encore une fois. Un soir par semaine, ne faites que ça. Chaque semaine. Trouvez un cercle de jeu autour de vous, un bar à jeux, une assoc, ou jouez avec vos amis, en famille. Toujours le même jour.

Cela ne veut évidemment pas dire que vous ne jouerez pas les autres jours. Mais qu’au moins une fois par semaine, le même soir, vous serez sûrs de pouvoir vous retrouver autour d’un plateau.

Jouez. Partout.

Vous faut-il toujours une table, un cadre propice? Pour jouer plus, l’une des astuces réside à jouer plus partout. Emmenez toujours un petit jeu avec vous. Dans votre sac à main, besace, sac à dos, poche de votre pantalon cargo si vous vivez encore dans les années 90 😝.

Au resto, dans le train, chez des amis, sortez-les, et hop, vous venez de vous créer une nouvelle occasion de jouer plus.

Et vous, quels sont vos trucs et astuces pour jouer plus?

Remue-ménage dans la distribution française des jeux de société

Il est en train de se passer quelque chose au niveau de la distribution française.

En quelques mois, ce sont bien trois nouveaux acteurs qui viennent d’intégrer le marché.

Atalia

Novalis

Surfin’ Meeple France

Mais au fond, que fait un distributeur? Petit rappel des faits et gros blabla

Le distributeur… distribue. Il est l’intermédiaire entre l’éditeur qui fait produire le jeu et le vendeur qui s’adresse au client, au joueur. Autrement dit, le distributeur prend le jeu d’un éditeur et le distribue ensuite aux boutiques. Pour qu’ensuite le jeu finisse par s’échouer sur une table assiégée de joueurs.

Le distributeur de jeux de société peut compter sur un réseau de boutiques, un maillage national.

Quelles relations commerciales entretiennent l’éditeur avec son distributeur? En fait, tout dépend du pays. France et Suisse sont différents par exemple.

En France, les contrats entre éditeur et distributeur sont principalement du dépôt-vente. En général, c’est l’éditeur qui propose son prix et confie un stock au distributeur. Celui-ci va alors le relayer aux boutiques. En prenant une certaine commission sur la vente. Tout dépend du service rendu. Tout dépend du distributeur aussi. Cela va de 20% au minimum à 35% pour les plus onéreux.

Dans la plupart des cas, en France les distributeurs ne prennent pas de risque financier sur un jeu puisqu’ils n’achètent pas en ferme les jeux à l’éditeur. Mais la commission sert quand même à payer les salaires des commerciaux, les déplacements si besoin, la publicité le cas échéant, le transport, les frais douaniers si importation.

Encore une fois, tout dépend du contrat de prestation entre un éditeur et son distributeur. Mais disons, pour simplifier, plus la commission est élevée et plus les mandats du distributeurs sont conséquents. On peut alors parler de valeur ajoutée. Si elle existe. La captation finale des distributeurs est souvent plus importante que celle des éditeurs pour un risque financier au final minime, surtout avec le dépôt-vente en France.

Et une fois le jeu vendu?

En principe, le distributeur rend alors à l’éditeur le bénéfice des produits vendus, moins la commission.

Atalia. Le petit jeune. Mais ni très jeune ni très petit

atalia

Atalia, c’est le « petit » nouveau le moins nouveau des trois nouveaux distributeurs. Créé en 2015 par le truculent et doux géant mais néanmoins proactif Cesare Mainardi, la mini-micro société a vu son catalogue gonfler en deux ans. Azao Games, Sit Down, Flatlined Games, Elements Editions, Brain Games, Playad Games et d’autres.

Au point de vouloir se lancer dans l’édition et proposer son « propre » jeux en mars 2017, Lorenzo il Magnifico. Enfin, sa localisation VF. Atalia, le vent en poupe.

Novalis. Le vrai faux petit nouveau

novalis-logo

Lancé en juillet 2016, Novalis est le second de ces trois nouveaux distributeurs à intégrer le marché du jeu de société. Un petit nouveau. Enfin, plutôt un vrai faux petit nouveau. Car il s’agit en fait d’une division d’Asmodée.

Faut-il encore présenter Asmodée?

Non.

Asmodée est le plus gros éditeur et distributeur français. Avec un catalogue aussi long qu’une journée sans tofu. Et en juillet 2016, Asmodée a lancé Novalis. Une nouvelle structure de distribution pour jeux Core, jeux de rôle et « nouvelles pousses ». Enfin, ça c’est pour leur comm.

On peut tout de même s’interroger sur l’intérêt financier d’Asmodée à vouloir ainsi séparer les titres. Interro orale:

Pour alléger leur catalogue?

Pour segmenter jeu de rôle et jeu de plateau?

Pour arriver « en force » dans les boutiques, et plutôt que de leur demander de « cracher » un gros chèque, de le scinder sur deux commandes différentes, l’une à Asmodée et l’autre à Novalis?

Pour des raisons fiduciaires hermétiques?

Ou enfin, pour « rassurer » certains éditeurs de signer chez un « petit » distributeur au catalogue plus raisonnable et ne pas leur donner l’impression d’être noyés dans la masse de titres?

Levez la main si vous avez la bonne réponse.

Pour l’instant, Novalis distribue ces éditeurs en France: Helvétia Games, les jeux de rôle Black Book Editions et donc par extension le magazine Casus Belli, uniquement les jeux de rôle EDGE (Star Wars…), les jeux de rôle Raise Dead Editions (INS/MV) Ilopeli, Devil Pig Games. Ha oui et aussi j’oubliais, depuis très peu, Magic the Gathering, un tout petit jeu de cartes à collectionner pas très connu 😉.

Un non-non-événement qui est passé sous les radars. Hasbro a transféré le contrat de distribution de Magic (qui se porte très, très bien, merci de demander) du distributeur Abysse Corp à Novalis/Asmodée. Un test grandeur nature pour voir comment Asmodée gérait la distrib? Un truc qui se prépare en back-office entre Hasbro et Asmodée? De futures négo entre les deux colosses?L’avenir nous le dira. Mais quelque chose me dit que quelque chose se passe. Mais demander à Asmodée de distribuer Magic n’est peut-être pas aussi trivial qu’il n’y parait.

ps: tiens, en parlant d’Asmodée et de distribution, vous saviez, vous, qu’ils venaient tout juste d’annoncer avoir racheté Bergsala Editions, les distributeurs nordiques? Pour toute la Suède, Norvège, Finlande, Danemark, et aussi les Pays-Bas…

Surfin’ Meeple France. Ca va farter

surfing-meeple_logo

Ce mardi 21 février, Matagot a communiqué sur leur site l’arrivée d’un tout, tout, tout nouveau distributeur, Surfin’ Meeple France. Dès le 1er mars, SMF pour les intimes, distribuera les jeux Matagot de la gamme Experts (Inis, Captain Sonar…) et Entre amis (Dice Stars, Raptor…). Ainsi qu’en exclusivité les prochaines localisations de Matagot, dont Scythe et Oracles de Delphes.

Jusqu’au 31 décembre 2017, Blackrock continuera à distribuer les autres gammes Matagot, Family & Kids. Donc logiquement, dès 2018, tout Matagot devrait être rapatrié chez SMF. D’autres éditeurs sont déjà en discussion pour rejoindre ce tout nouveau distrisurfeur.

Tempête dans un verre d’eau?

Plus personne ne peut l’ignorer. Le marché du jeu de société est en pleine effervescence. En pleine croissance. Une bulle? Non. Plutôt une troisième phase qui s’amorce. Celle de la consolidation et de la validation. Le jeu de société ne s’est jamais autant bien porté, et vendu. Les chiffres du secteur témoignent de cette effrontée vitalité. Et KS et consœurs n’en représentent qu’une facette inouïe.

Et. Alors?

Et alors, la branche voit de plus de plus d’acteurs émerger. Auteurs, éditeurs, distributeurs. Comme la taille du gâteau gonfle, gourmands, de nouveaux intervenants veulent eux aussi prendre part au grignotage. Une saine concurrence?

Atalia, Surfin’Meeple et Novalis viennent aujourd’hui secouer l’ordre établi jusqu’ici pour proposer des services différents. Peut-être en offrant une commission plus basse qu’ailleurs. Peut-être en proposant une communication plus efficace qu’ailleurs. Peut-être en avançant un catalogue à taille plus « humaine » qu’ailleurs. Ce nouvel ordre est fertile pour le marché, il force à se réévaluer, à évoluer, à se réinventer, à chercher de nouveaux modèles plus performants, plus alléchants.

Et pour le joueur? Plus de distributeurs sur le marché, cela signifie quoi?

D’abord, plus de jeux, bien sûr. Tous ces éditeurs, plus ou moins petits, plus ou moins nouveaux, plus ou moins étrangers, bénéficient ainsi aujourd’hui d’un tremplin pour toucher leur public. Grâce à Novalis, Atalia et Surfin’, de nouveaux titres débarquent en boutique. Des titres qui, sans eux, ne seraient pas forcément trouvables. Alors, tant mieux.

Et pour faire leur place, sur le marché, au soleil, ces « jeunes » distributeurs vont se démener auprès des boutiques, auprès des joueurs, auprès des médias, pour placer leurs titres. Leur credo: « Too big too fail? We start small. »

Mais ne soyons pas naïfs. Nous ne pouvons mettre Novalis et les deux autres dans le même panier. Aucun acteur professionnel du secteur professionnel du jeu de société ne peut se targuer aujourd’hui de jouir du même impact commercial qu’Asmodée. Si Novalis se la joue « petit distributeur », ils bénéficient du soutien du « grand » frère, ce qui n’est pas le cas des deux autres nouveaux, qui doivent pierre par pierre construire leur assise, leur réput, leur réseau, leurs contacts, leur maillage, leurs contrats.

On ne peut que se réjouir de l’arrivée de ces trois nouveaux. Comme dans les médias, la pluralité de tons, d’acteurs, de genres, de philosophies enrichit le marché.

Nous sommes justement en train de vous préparer un article sur la géopolitique du jeu de société à paraître prochainement. Avec des agents et des enjeux pour les jeux qui deviennent de plus en plus géants et juteux. Une quatrième phase qui s’annonce encore plus massive pour 2020.

Et vous, comment voyez-vous l’apparition de nouveaux distributeurs sur le marché du jeu de société en France?

Edito: pourquoi l’As d’Or est nécessaire. Et en même temps complètement absurde

Ca y est, les résultats sont tombés hier soir. Le fameux prix a été décerné au meilleur jeu de société de 2016 (enfin, on va y revenir plus tard…), dans la catégorie grand public, joueurs experts et enfants.

Depuis 1988 ans, le festival du jeu organisé à Cannes en février-mars annonce quelques semaines au préalable les nominations des meilleurs jeux par catégorie, puis le palmarès final tombe le soir avant l’ouverture du festival. Hier, donc.

Pourquoi l’As d’Or est-il nécessaire?

Pour trois raisons.

Parce que ça fait du bien à l’industrie

L’As d’Or est un prix franco-français qui félicite un jeu sorti en VF en France dans l’année (en principe…). C’est donc un moment important et propice pour le marché des professionnels francophones, éditeurs, auteurs, distributeurs, illustrateurs, médias, de se retrouver autour de cet événement pour négocier des contrats et échanger autour des pratiques, des chiffres, de la situation. Pour juste se retrouver entre passionnés.

Dans la très grande majorité des cas, les professionnels se sont lancés dans l’aventure par passion. Le jeu de société était leur hobby, ils en ont fait leur métier (mais au fond, est-ce une bonne idée de faire de son hobby son métier? Les concernés s’expriment). Se retrouver entre professionnels passionnés, et souvent amis, est un moment privilégié. D’autant que ces opportunités sont très rares dans le calendrier annuel des professionnels, toujours tiraillés entre deadlines des sorties. Avec Essen et Nüremberg, Cannes est le troisième angle à constituer ce triptyque annuel. Avec la Gen Con qui vient de plus en plus s’immiscer dans la partie.

Parce que ça fait du bien aux joueurs

Mais au fond, qu’est-ce qui nous pousse à aller à Cannes, à Essen?

L’As d’Or, et le Festival International des Jeux à Cannes, est un événement fédérateur, rassembleur. Nous, êtres humains, mammifères grégaires, sommes extrêmement compliqués et contradictoires. Autant nous apprécions nous démarquer, nous montrer différents de la meute, ne pas faire comme tout le monde, marquer notre individualité, autant nous apprécions faire partie d’un tout, d’un groupe, d’une communauté, d’une famille. Nous tendons à la différence, mais partagée.

Nos contradictions sont notre identité.

Porter une cravate, ok, mais de couleur différente que celle de son voisin. Avoir une coupe de cheveux originale, certes, mais plus ou moins inspirée de celle de vedettes. Jouer à des jeux de société auxquels personne ne joue, parfait. Mais personne? vraiment?

Autant on a besoin de se démarquer et autant on a besoin de se retrouver, de partager, de communier autour d’une même passion.

Et c’est ça, l’As d’Or et le FIJ.

Enlevez ce genre de raouts, et qu’est-ce qui nous reste? Des soirées passées à jouer à 2-3 personnes et de longues heures devant son écran à suivre des sites et des blogs de passionnés… Un peu tristoune, non?

Parce que ça fait du bien au jeu de société moderne

On a mal débuté notre rencontre. On recommence?

Le jeu de société, c’est malheureusement ça. Faites un test, là, maintenant, tout de suite, aujourd’hui, ce soir, demain. Demandez aux gens qui vous entourent, dans le bus, dans le métro, dans votre famille, au boulot, allez-leur demander de vous citer trois jeux de société qu’ils connaissent. Vous verrez, leur réponse sera accablante. Quand on parle de jeu de société, la grande majorité du public continue à sortir des titres cultes, classiques et cucul comme le Monopoly, le Trivial Pursuit, ou au mieux, Dobble ou Jungle Speed… On se situe à des milliers de kilomètres des milliers de titres innovants et ébouriffants qui sortent chaque année (4’000 en 2016).

L’As d’Or est un formidable tremplin pour démocratiser le jeu de société, dit moderne depuis la fin des années 90 (au contraire du jeu de société dit traditionnel. Ante 1990). Tremplin, car les médias, friands de tendances et de hype, seront ravis de partager l’information. Et peu à peu, les petits ruisseaux font les grands fleuves, le jeu de société moderne deviendra, comme le cinéma, la bédé, la littérature, un véritable objet culturel reconnu par la masse, et non plus cet objet de dérision et de divertissement réservés aux grands-parents un dimanche de pluie. Ou à ces ludigeeks adulescents et mal-rasés.

Les poncifs ont la dent dure. L’As d’Or est un bon dentiste.

Mais en même temps complètement absurde?

Parce qu’en 2017, ce sont neuf personnes qui ont été sélectionnées pour choisir les trois meilleurs jeux. Neuf personnes triées sur le volet par les organisateurs du salon. Organisateurs qui eux-mêmes n’y connaissent pas grand chose au jeu, il faut le reconnaître. Ces organisateurs ont reçu comme mission de la part de la municipalité de faire vivre la ville en période creuse, d’animer le fameux Palais des Festivals trois mois avant les réjouissances cinématographiques qui cannibalisent toute la ville et les attentions internationales.

Neuf spécialistes du jeu, donc, moguls des médias, ludothécaires, boutiquiers, conservateurs de musée du jeu, qui vont trifouiller dans les sorties de l’année (enfin, on y reviendra) pour trouver LA pépite. Celle qui sort du lot. Celle qui plaira au plus grand nombre. Celle qui va procurer plaisir et immersion ludiques. Celle qui mérite la palme le dé prestigieuse. Le but de l’As d’Or n’est pas tellement de décerner un prix au meilleur jeu, mais de déceler celui qui va ravir le plus de joueurs.

Mais bon.

Soyons honnêtes.

Il ne s’agit que de neuf individus.

Je ne suis pas Français, une nation habituée à la « monarchie » constitutionnelle. On élit un « roi » (ou bientôt reine, en mai… Ou pas. Oui, disons « ou pas »), roi à la tête du pays qui en fait ensuite à sa tête pour introduire ou appliquer n’importe quelle loi (ou au pire, si le pouvoir législatif n’est pas d’accord, 49-3 dans tes dents).

On parle de république, puisque le gouvernement est élu au suffrage universel. Le peuple choisit, le peuple décide. Mais ensuite le peuple subit (la preuve avec le président actuel, extrêmement socialiste trois petits points ironiques).

Vous trouvez que je me perds en conjectures politique et citoyenne? Restez encore un tout petit peu avec moi. Vous verrez, ça deviendra limpide.

Je suis suisse. En Suisse, notre système est différent. J’ai été élevé par et dans la démocratie directe. La démocratie du peuple par le peuple. Les initiatives, les référendums, tout ça. Ou quand le peuple a vraiment la parole. Nous élisons notre pouvoir législatif national, qui, lui, choisira ensuite le pouvoir exécutif national. Tandis qu’au niveau communal et cantonal, donc « humain » et plus micro, c’est le peuple qui le désigne de manière directe.

Mais revenons à nos moutons.

Ces neuf spécialistes ont été désignés par des organisateurs. Organisateurs qui n’ont eux-mêmes qu’une bribe d’expertise dans le domaine du jeu de société. Ces désignations sont en fonction des activités, de la connaissance, de l’implication du jury dans le marché. Mais cela reste arbitraire, et le processus n’est absolument pas démocratique. D’autant qu’au final, le pouvoir décisionnel d’attribuer l’As d’Or est délégué par une assemblée constitutionnelle non-spécialiste (=les orgas du FIJ) à un parterre de spécialistes (=le jury) « triés » sur le volet. Triés, vraiment? Ou copinage? Ou flagrance (trop?) évidente? Ou instrumentalisation? Quel est le processus détaillé de désignation du jury?

Ma question est la suivante: faut-il en faire tout un foin de l’As d’Or, juste parce que neuf gulus catapultés décident que ces jeux sont mieux que d’autres? Quelle crédibilité attribuer à ce « fameux » prix?

La réponse paraît aussi évidente qu’abrupte.

Aucune.

Le prix est absurde.

Sauf la crédibilité qu’on veut bien lui conférer.

Et qu’importe le protocole ou le résultat, aussi biaisé et peu démocratique qu’il puisse être, c’est la finalité-même qui importe au monde et au marché du jeu. Parce que oui, l’As d’Or est important pour le monde du jeu de société. Pour nous, passionnées que nous sommes, qui passons tant d’heures à subir l’infobésité, à dépenser tant dans ce loisir culturel. L’As d’Or est un moment privilégié. Festif. Extraordinaire. Unique.

Vivement l’As d’Or 2018.

Un As d’Or 2017 qui restera dans les an(n)ales de l’histoire

Nous ne nous arrêterons pas sur l’As d’Or de la catégorie « Enfants », parce que nous n’y connaissons absolument rien en jeux pour enfants (ni en enfants, d’ailleurs. La preuve, j’en ai deux).

Mais arrêtons-nous tout de même deux minutes sur les deux autres jeux primés. Deux jeux qui peuvent soulever la polémique. Ou en tout cas une sérieuse surélévation de sourcils.

Catégorie Tout Public

Et c’est Unlock! qui remporte le prix. De l’As d’Or 2017. Ou devrais-je dire l’AsMODEE d’Or.

Unlock!, on vous en parle depuis « longtemps », depuis Essen où on a pu le découvrir en avant-première. Et déjà en octobre, on vous prédisait de son succès. Un jeu immersif. Incroyable. Et tout ce genres d’adjectifs épiques et dithyrambiques. Le jeu va cartonner, c’est sûr.

Un choix étrange qui pourra prêter à controverse. Pour trois raisons.

1. Asmodée

Unlock!, c’est du pur cocorico. L’auteur principal (Cyril D) est un employé d’Asmodée. Les deux autres qui ont signé les deux autres scénarios aussi, d’ailleurs. L’éditeur, Space Cowboys, appartient aussi à Asmodée. Et Unlock! est distribué par… devinez qui? Oui, vous avez trouvé. Bref, c’est plutôt l’AsMODEE d’Or. Unlock! est une pure production franco-française à l’interne d’Asmodée. Aucune trad, aucune localisation. Un choix politique? Volontaire? Economique? Indépendant?

Surtout quand on sait que 49% de TT est détenu par Asmodée, et que le contributeur principal du FIJ est… aussi Asmodée. Loin de moi l’envie d’échafauder des théoriques conspirationnistes complaisantes, mais on est en droit de se poser quelques questions. Surtout que point numéro deux.

2. Timing

Unlock! a été sélectionné et nominé par le jury de l’As d’Or bien avant que le jeu ne sorte officiellement. Même bien avant que le jeu ne soit arrivé dans les entrepôts de l’éditeur/distributeur. Le jury aurait alors joué au proto. Au. Proto. En décembre, c’est-à-dire quelques semaines avant que le jeu soit annoncé comme faisant partie des nominés, l’appli n’était même pas encore finalisée.

Cette situation rocambolesque s’était déjà produite en 2011 avec Skull n’Roses qui avait alors défrayé la chronique. Cette année, visiblement, la pratique ne semble plus choquer grand-monde. Une habituation? Un choix tellement évident? Une solide réput de l’éditeur qui ne prête pas à la polémique parce qu’ils sont vraiment trop sympa ces djeunes?

Mais étrange, quand même, de sélectionner un jeu pas encore sorti, pour le préférer à d’autres, plus… officiels et « légitimes ». Est-ce à dire que tous les autres sortis dans l’année étaient vraiment de la daube? Ou qu’il y a eu quelques pressions à l’interne pour pousser un jeu pas encore sorti, pour exploser tous les records de vente à sa sortie? Ou se la jouer As d’Or=pionnier=découvreur de talent?

3. Stigmate

Et puis, au final, que dire de ce choix baroque de décerner le fameux prix à un jeu… jetable? On y joue au maximum trois heures (ou un peu plus si on a de la peine), puis bye-bye. Impossible alors d’y rejouer. Pour en faire quoi, ensuite? Le laisser prendre la poussière? L’offrir à ses amis? Le revendre? Guettez les sites d’occas, à n’en pas douter la marée va bientôt se lever.

Ca ne vous choque pas, vous, qu’on ait préféré donner comme message que le meilleur jeu de 2017 se devait d’être un objet culturel obsolète, consommable, jetable? Un objet. Culturel. De société.

C’est vraiment ça, l’image qu’on veut donner du jeu? De notre culture? De notre société? Un usage unique?

Triste et accablant constat. Et pourtant tellement stigmate de nos sociétés actuelles. En 2016-2017, même la vérité n’a plus besoin d’être vraie , elle aussi est devenue à usage unique. On lance des post-vérités alternatives un jour, pour annoncer tout son contraire le lendemain. Le but ultime? Toucher le plus grande monde. Capter l’attention, la nouvelle économie, rare et précieuse. Susciter de l’émotion. Favoriser un court-terme certes flamboyant mais éphémère, VS le contraire.

Non, finalement, avoir choisi Unlock! ne me choque pas. Il m’atterre. Pas que le jeu soit mauvais, bien au contraire, comprenez-moi bien, juste qu’il est révélateur de notre société du jetable. Oui, un très bon choix, au final. Très cohérent. Très contemporain. Très cynique. Rarement un jeu aura à ce point cristallisé sa réalité. Un choix éclairé, politique et critique du jury?

Catégorie Expert

Et le prix du meilleur jeu pour experts 2017 va à… Scythe.

Pas besoin de s’étendre sur le sujet, nous l’avons déjà fait avec le Swiss Gamers Award qui a déjà décerné son prix 2016 à cette quintessence lumineuse du 4X. Un excellent jeu.

N’en reste que le choix est aussi étrange puisque le jeu n’est plus/pas encore disponible en français. Si vous n’avez pas suivi toute l’affaire, voici un petit rappel des faits.

Précédemment, dans Scythe…

Stegmaier, l’auteur et éditeur américain, lance un KS à succès (presque 2 millions récoltés) pour la VO en 2015. Le jeu sort en 2016, avec de l’avance, il faut le préciser, chose extrêmement rare dans le paysage des précommandes participatives. Et c’est l’éditeur toulousain Morning qui s’occupe de l’implantation (trad + distribution) comme ils l’ont déjà fait au préalable avec Euphoria. Le jeu est dispo en VF sur le stand Morning à Essen en octobre 2016. Plusieurs centaines de boîtes sont dispo.

Et là, c’est le drame.

Morning, pour des questions de politique interne, préfèrent se concentrer sur l’édition et plus l’implantation (onéreuse pour Scythe, qui plus est). Les droits pour la VF sont alors… abandonnés. Les boîtes Morning déjà produites seront finies d’être vendues, et puis, c’est tout.

Pas de nouveaux stock.

Bye bye.

Et là, rebondissement.

Matagot contacte l’éditeur américain Stegmaier pour négocier les droits pour une nouvelle implantation francophone. Ça marche!

Mais.

Mais le temps de relancer la machine, en Chine, avec le transport et le Nouvel-An chinois entre deux, la nouvelle édition de Scythe en VF chez Matagot ne sera pas disponible avant avril 2017. Disons plutôt mai, et on reste ami.

Donc voilà. On en est là.

Un jeu primé. Encensé. Mais indisponible. Quand le jeu sortira dans 2-3 mois, on verra si l’engouement sera toujours là. Car le tapis roulant des nouveautés continue d’avancer, lui, et de plus en plus vite.

Point. Barre.

Pour conclure, vous pourriez dire que Gus&Co se la ramène et essaie de jouer les empêcheurs de jouer de rond. Mais est-ce qu’une voix dissonante, une remise en question, n’est pas le fondement propre d’une démocratie et de la liberté? Son ADN, somme toute? Gus&Co, FAKE NEWS aussi? 😜 Qui a le monopole de la vérité? Celui qui affirme ou celui qui interroge?

“It isn’t the rebels who cause the troubles of the world, it’s the troubles that cause the rebels.” Carl Oglesby

Donc voilà. On en est là. L’As d’Or 2017 laisse un goût étrange dans la bouche. Un petit goût de polémique avachie, qui, au final, ne changera rien.

« The future is fine. Just keep shopping » Paolo Bacigalupi

PS cette année, encore une fois, Gus&Co ne sera pas à Cannes. Parce qu’au contraire de certains de nos confrères, nous ne bénéficions d’aucune entrée d’argent, d’aucune entrée publicitaire, d’aucun soutien financier. Du coup, on est fauché. Non, ce n’est pas parce qu’on est suisse qu’on a tous des comptes en banque cachés plein de lingots d’or. En chocolat. Et encore. Partir 3-4 jours à Cannes de Genève pour couvrir l’événement pour VOUS, lecteurs, ça coûte. Pas un bras, mais quand même un budget à dégager de 500-700 euros par personne. Quand vous avez un loyer et deux enfants à charge, tout de suite, ça calme.

On a pensé faire du stop et dormir sous tente pour réduire les frais, mais on n’a plus vingt ans non plus… (comptez plutôt le double, poivre et sel bien assumé…). C’est triste, mais c’est comme ça. Soyons honnêtes, nous ne pouvons pas en même temps fanfaronner sur notre indépendance et en même temps toucher un gros salaire versé par la comm des éditeurs…. Du coup, si vous voulez suivre l’événement, allez faire un tour sur le site de nos amis et non moins collègues.

Le site du Barbu à Carreaux

Nos amis des traboules

Et si chez vous aussi, cet As d’Or 2017 suscite un froncement de sourcils, levez la main. Ou laissez un commentaire. 

Les meilleurs aliments pour booster votre cerveau. Et vous aider à gagner aux jeux de plateau

Le cerveau est l’organe principal que nous utilisons quand nous jouons. Et jouer est une activité extrêmement exigeante pour notre cerveau: réflexion, raisonnement, analyse, logique, concentration, attention, anticipation, planification, compréhension, calcul, mémoire. Tant de processus cognitifs mis à contribution. Bien alimenter notre cerveau est crucial pour lui fournir l’énergie nécessaire.

Voici quelques aliments qui pourront booster votre cerveau et vous aider à gagner plus souvent (et à finir votre scénario Unlock! 😜)

Café

rzgv2da

Le café, comme stimulant bien sûr. Des études ont été menées sur des individus et sur leur mémoire. Selon leur chronotype (du matin ou du soir), et selon à quelle heure un café était consommé, matin ou soir, cela améliorait leur capacité mémorielle. Si vous êtes une personne du matin, un Lion ou un Ours, vous êtes au meilleur de votre forme physique et mentale le matin. Et moins dans l’après-midi / soir. Si vous êtes un Loup, c’est exactement le contraire.

Des chercheurs ont voulu savoir si la consommation de café pouvait stimuler les moments « de creux » de la journée. Avec un café trente minutes avant un test de mémoire, les chercheurs ont pu démontrer que grâce à cette boisson, les capacités mémorielles étaient améliorées. Tout dépend de son chronotype bien sûr. Si vous êtes du matin, buvez un café dans l’après-midi (mais pas trop tard non plus, au maximum jusqu’à 16h, pour que la caféine ne vous empêche pas de dormir le soir). Et si vous êtes de l’après-midi ou du soir, buvez un café le matin.

Un café. Pas un déca. Les chercheurs ont également prouvé qu’un déca n’avait aucun effet sur les capacité cognitives, puisque c’est la caféine qui agit comme stimulant.

Vous pouvez écouter toute l’explication ici dans l’épisode 35 de This Week I Learned paru vendredi 17 février 2017.

Chocolat

1920x1200-wdf_781263

Et qui dit café dit également chocolat, une autre fève. Le chocolat noir. Bourré de flavonols, des antioxydants et anti-inflammatoires qui diminuent la pression artérielle et améliorent ainsi le flux sanguin du cœur au cerveau. En plus, le chocolat possède également des vertus stimulantes et coupe-faim.

Mais pour cela, il faut le prendre le plus noir possible. Au minimum à 70% de chocolat/cacao. On trouve même du 99% sur le marché. Extrêmement amer, pas facile de s’y faire au début, mais un bienfait pour l’organisme.

No sugar

sugar-wallpapers-6

Et non. On croit souvent que le sucre nous donnera un coup de fouet bienvenu en cas de coup de fatigue. Une barre de chocolat (en réalité surtout du sucre), un soda, une part de dessert, et ça repart.

Oui, mais non.

Le sucre, raffiné ou non, de betterave ou de canne à sucre, possède un indice glycémique extrêmement élevé. En gros, cela va fournir de l’énergie rapidement à son cerveau, puis disparaître aussi rapidement qu’il est venu. Et nous laisser encore plus fatigués qu’avant. C’est ce qu’on appelle le pic glycémique. Beaucoup d’énergie très rapidement, mais une « chute », une diminution drastique juste après, une fois le sucre digéré.

Si vous avez un coup de barre en pleine partie, évitez donc de consommer sucré, ça sera encore pire qu’avant. Et de toute façon, une consommation trop importante de sucre favorise la prise de poids et le diabète. A éviter ou diminuer, donc.

Plus facile à dire qu’à faire, surtout quand ces biscuits croustillants ou ces juteuses tranches de tarte vous font de l’œil à la table, entre cartes et cubes.

Comment les éviter?

Les placer à distance, tout simplement. Comme son portable, d’ailleurs. C’est prouvé. Le fait d’avoir un élément près de soi augmente son utilisation, car sa volonté est mise à rude épreuve pour résister. Placer ces biscuits (ou votre portable) à distance, dans une autre pièce, ailleurs, et vous verrez, vous en consommerez moins.

Avocat

avocado-wallpaper-pictures-50131-51818-hd-wallpapers

L’avocat, c’est l’aliment-miracle. Il a mauvaise réputation, car extrêmement gras. Mais on se trompe, car l’avocat contient de la « bonne » graisse, de la graisse mono-saturée. Saine et nécessaire pour son organisme et pour son cerveau. Et coupe-faim, aussi. Manger un avocat pour le petit-déjeuner favorisera ses capacités cognitives. Ajoutez un peu de jus de citron (bio, non-traité), du poivre, du sel, saupoudrez de graines de chia riches en fibres, et vous êtes parés pour la journée.

Noix

Les noix, comme les avocats, sont eux aussi des aliments-miracles. Certes gras, mais également un important apport de saine graisse mono-saturée nécessaire pour le bon fonctionnement de son organisme et de son cerveau. Les noix, noisettes, pécan, macadamia, cacahuètes, noix de Brésil, amandes, sont aussi riches en vitamine E. Une vitamine cruciale pour maintenir les fonctions cognitives. Surtout avec l’âge.

Et évidemment, quand on parle de noix, on parle de noix non-salées (trop de sel) et non-sucrées (voir plus haut). Et si possible non-décortiquées pour qu’elles contiennent le plus de nutriments possibles. Les noix, noisettes, etc. sont idéales en cas de petit creux. Elles ne créeront pas ce fameux pic glycémique induit par le sucre.

D’ailleurs, c’est marrant, à regarder de plus près, vous ne trouvez pas que la noix ressemble à notre cerveau?

walnutbrain

Céréales complètes

whole-grains

Les céréales sont composées de glucose, du sucre, qui va passer du sang au cerveau pour lui fournir de l’énergie. Les céréales complètes ont un indice glycémique faible, ce qui aura pour fonction d’amener le sucre lentement. Le cerveau sera alimenté de manière plus lente et plus fréquente qu’un pic de sucre rapide. Donc tout bénéf pour (mieux) jouer.

A moins d’être allergique ou intolérant au gluten, les céréales complètes sont à préférer. Prenez plutôt du pain complet, du riz brun, des pâtes complètes qui ont un bien meilleur goût d’ailleurs (encore que, c’est personnel).

Liquide

mineral-water-pe-labellers

N’oubliez pas de boire à intervalles réguliers pendant votre partie. En plein Flow, on a souvent tendance à oublier. S’hydrater est important. Nous sommes composés à 2/3 de liquide (comme notre planète, d’ailleurs, c’est marrant). Entre transpiration et pipi, on perd peu à peu du liquide. Boire, c’est alimenter son cerveau, l’empêcher de fatiguer.

Boire, oui. Mais pas sucré. Même les jus de fruits sont bourrés de sucre. Du fructose, certes, mais c’est pareil. Manger un fruit, avec sa fibre, c’est différent. Alors qu’un verre de jus de fruit, c’est la somme de sucre de 4-5 fruits, fruits recomposés, concentrés et sans fibres. Donc à l’indice glycémique élevé. A éviter (en plus ça jaunit les dents. Mais c’est une autre histoire…).

Préférer de l’eau, tout simplement. Et si vous n’aimez pas son goût, c’est possible, vous pouvez y jeter une tranche de citron, ou même de concombre, frais et délicieux. Ou une feuille de menthe fraîche, aussi. Sain. Et à moins d’habiter dans un pays qui ne le permet pas, préférer l’eau du robinet. Moins cher, plus écolo aussi.

Couleur

Selon le docteur Deanna Minich, les aliments de couleur bleue et violette ont un impact significatif sur le cerveau. Selon elle, nous n’en consommons pas assez. Observez votre assiette lors de votre prochain repas.

De quels aliments s’agit-il? Les myrtilles bien sûr. Leur peau est violette, mais attention, le reste du fruit est blanc. Selon le docteur Deanna Minich, mieux vaut consommer de petites myrtilles pour que le rapport peau-chair-sucre soit optimal. Les carottes violettes également, plutôt rares mais excellentes. Les mûres. Le chou kale violet. La betterave aussi, bien sûr.whole-detox-infographic-high-res_png

Vous pouvez écouter l’interview et l’explication de la couleur violette des aliments et leur impact sur notre cerveau en cliquant sur l’image

 Sport

amazing-running-wallpaper-hd

Et bien sûr, le sport, pas un aliment à consommer, mais une activité à pratiquer pour améliorer ses capacités cognitives. Mais pas que, également son tonus musculaire, son système cardio-vasculaire, son poids, son état physique général. Et mental. Puisque le sport fait diminuer son stress (=le cortisol) et dope aux endorphines (=la morphine naturelle).

Faire du sport (modéré) avant de jouer améliorera sa concentration, son attention, car on sera alors « en pleine forme ».

(d’ailleurs, vivement le prochain FunRunQuest en août 2017 ☺ Pour mélanger running et jeux. Des défis fun chaque deux jours pendant tout le mois d’août. C’est gratuit, c’est fun, c’est sain.).

Et on vous laisse avec quelques #gusgraf parus sur notre site sur le sujet…

pizza

manger

Et pour vous, quels sont vos aliments préférés pour booster votre cerveau?

 

Spécial Saint-Valentin. Les couples qui jouent ensemble, restent ensemble

Couples who play together, stay together

Un titre en anglais. Pour un article en français. Étrange. Mais: 1. ça sonne mieux. 2. ça reprend l’affirmation « Couples who sweat together stay together ». Les couples qui transpirent ensemble restent ensemble.

Cet article est paru pour la toute première fois sur notre blog en avril 2015. Et comme aujourd’hui c’est la Saint Valentin, c’est l’occasion idéale de le ressortir. Un article à (re)découvrir, donc. Et tiens, ça tombe bien, nous parlions justement hier du bonheur dans le jeu. Une semaine qui commence toute en douceur sur Gus&Co.

Cela fait plus de dix ans que je suis en couple avec Corinne. Mon épouse. La mère de mes deux enfants (enfin, c’est ce qu’on m’a juré à la mat). Notre couple a commencé par le jeu, nous nous sommes rencontrés quand je cherchais une monitrice pour Imagine, mon camp de jeu de rôle en Ardèche avec le CPV. Et notre couple a toujours évolué autour du jeu. Organisation d’événements. Jeux de rôle. Jeux de plateau.

Dix ans. Est-ce que le jeu y serait (aussi) pour quelque chose? Est-ce que les couples qui jouent ensemble auraient plus de chance de rester ensemble?

Plaisir

Partager des jeux, c’est partager des moments. De plaisir. Le jeu rend heureux. C’est prouvé. On rit. On passe des moments agréables. On se détend. Même dans des jeux complexes Hard Fun. On évacue le stress. Du quotidien. Des enfants. Du travail. Des prises de tête diverses et variées.

Donc des moments délicieux. Extraordinaires. Extraordinaires, justement. Qui sortent de l’ordinaire. Cet ordinaire qui plombe, parfois. Le couple profite des ces moments ludiques pour se revitaliser. Reprendre des énergies positives. Est-ce que le jeu raJEUnit?

Partage

Jouer, c’est partager. Du temps. Des joies. Des amis. Même si parfois dans un jeu on s’enferme dans sa tête pour réfléchir à ses stratégies, on est quand même assis à table. Ensemble. Et pas seul devant son écran. D’ordinateur. De télévision. De smartphone. Un écran, ça captive. Ça écarte. Ça coupe de son environnement. Des gens.

Un jeu, de plateau, de cartes, de rôle, ça unit, puisqu’on réfléchit ensemble sur le même matériel, sur le même plateau. Et on se regarde. Et on se frôle. Partage d’instants délicieux, sensuels.

Les jeux de société sont tout un monde. Les blogs. Les salons. Les sorties. Les remises de prix. Tout un univers qui peut devenir un hobby. Une passion. C’est beau, dans un couple, de partager une passion.

Société

Pour jouer aux jeux de société, il est mieux d’être plus que deux. Alors oui, les jeux à deux sont également très bons. Mais à plus, l’expérience en devient encore plus intense. Plus drôle. Et rencontrer d’autres personnes ouvre le couple. Vers les autres. Vers le monde. Un bol d’air. Et plus une fermeture sur son couple. Qui pourrait peut-être finir par asphyxier (non, bande de petits malins, je ne fais pas ici l’apologie de l’échangisme 😉).

Comment vous sentez-vous, en couple, quand vous passez une soirée avec des amis? Revigorés?

Alors oui. Peut-être. Les couples qui jouent ensemble restent ensemble.

Et comment faire si votre douce moitié ne joue pas?

Est-ce que votre partenaire / épouse / époux n’aime pas jouer? Lui avez-vous déjà demandé pourquoi? Tout simplement? De mauvais souvenirs d’enfance? La sempiternelle partie avec mamie les dimanches pluvieux? Un oncle mauvais perdant et irascible?

La plupart du temps, les adultes refusent de jouer car ils craignent de ne pas être capables. De comprendre les règles. De gagner. De suivre le jeu. Les adultes. Les enfants, eux, se lancent. Les adultes hésitent.

Comme moi, vous les avez toutes entendues les pires excuses des gens qui ne veulent pas jouer. Un joueur qui dit ne pas aimer les jeux est un joueur qui n’a pas encore trouvé son jeu. Dire qu’on n’aime pas jouer, c’est dire qu’on n’aime pas respirer. Ou qu’on n’aime pas manger. Ou qu’on n’aime pas… aimer. Jouer est le propre de l’homme. Comme le rire. Comme l’amour.

Comment aider votre partenaire à apprécier jouer?

Commencez par lui présenter plusieurs types de jeux. Et il y en a. Des jeux d’ambiance, drôles, bruyants. Des jeux familiaux, légers. Des jeux de négociation, d’argumentation (qu’on appelle aussi « jeux d’enfoirés » ). Des jeux riches, complexes, profonds. Des jeux de rôle. Une fois que vous avez fait le tour de tous les différents types de jeux, passez maintenant aux différents types de mécaniques. Pas toutes évidemment, puisqu’il y en a vraiment beaucoup. Les plus « communes ». Celles qui reviennent souvent. Zeitgeist. Deckbuilding. Draft. Dés. Bluff.

Non, toujours pas? Votre douce moitié continue à vous dire qu’il ou elle n’aime toujours pas jouer?

Passez à présent aux différents modes de jeux. Compétitifs, on joue les uns contre les autres. Coopératifs, on joue ensemble contre le jeu. Semi-coopératifs, un joueur joue contre tous les autres. Par équipe.

Non, toujours pas? Votre douce moitié continue à vous dire qu’il ou elle n’aime toujours pas jouer?

Changez de matériel. Des jeux avec des cartes. Des jeux avec des figurines. Des jeux avec des cubes en bois.

Non, toujours pas? Votre douce moitié continue à vous dire qu’il ou elle n’aime toujours pas jouer?

Alors nous avons l’arme ultime pour vous. Sélectionnez des thèmes « sexy » qui vont lui parler, lui plaire. Selon ses goûts. Littéraires. Cinématographiques. Pour lui donner envie de jouer. Du médiéval-fantastique. Du contemporain. De la SF. Du fantastique. Des thèmes historiques. Animaliers. Ou encore abstraits?

Non, toujours pas? Votre douce moitié continue à vous dire qu’il ou elle n’aime toujours pas jouer?

Vous avez passé en revue les différents types, les différentes mécaniques principales, les modes et enfin les thèmes? Et votre douce moitié ne semble toujours pas « accrochée »?

Action-réaction. A force de pousser l’autre, il peut y avoir une réaction de rejet. Par contradiction? Par besoin d’affirmer sa propre identité? Souvent, on peut découvrir le jeu par d’autres personnes. Je connais aussi des couples qui ne jouent pas ensemble, mais qui jouent avec d’autres personnes, séparément. Comme si le jeu, souvent compétitif, pouvait nuire au couple. Car dans un jeu, on joue souvent pour gagner. Pas forcément une bonne attitude de couple.

Si vous pensez avoir tout essayé pour amener l’autre à jouer, en vain, ce n’est pas une raison pour vous quitter. Le jeu sera une partie de votre « jardin secret », vos activités personnelles, séparées. Egalement nécessaires pour la santé d’un couple. Vous partagez certainement déjà beaucoup d’autres activités.

Et si jamais, Unlock, sorti vendredi, est démentiel à jouer en couple!

Et vous, est-ce que vous jouez en couple? Vous souvenez-vous de votre toute première partie? Racontez-nous une anecdote romantique pour la Saint Valentin

Dossier spécial Emotions. Pourquoi jouer nous rend heureux 💓

Voici donc le tout dernier chapitre des dossiers Émotion et jeux de société.

Après:

L’Emerveillement

La Peur

La Frustration

Et sur quelle émotion finir pour clore en beauté ce dossier spécial jeux et émotions? Le bonheur bien sûr. Le bonheur et les jeux de société.

Mais au fond, c’est quoi le bonheur?

Certainement la question la plus épineuse de l’univers. S’il y avait une recette facile et universelle, tout le monde pourrait l’appliquer. Le tout petit souci avec le bonheur, c’est qu’il est personnel. Ce qui rendra quelqu’un heureux ne fonctionnera pas pour quelqu’un d’autres. Et que souvent, on atteint, ressent cette émotion s’en même s’en rendre compte. Et qu’on aurait tendance à la rechercher alors qu’on la vit déjà.

Déjà, de un, oui, le bonheur existe. Quand des émotions positives sont vécues, et on peut le voir, certaines parties du cerveau sont activées.

Ensuite, comme vu plus haut, et comme la plupart des émotions, le bonheur est une expérience extrêmement personnelle. Certains évalueront une expérience comme positive, d’autres pas. Dans son livre De Chair et d’Âme (2006), le psychologue Boris Cyrulnik avance la théorie que pour être heureux, il faut avoir souffert. L’un ne va pas sans l’autre, une dualité, une respiration bonheur-malheur. C’est le retour à la sécurité qui rend heureux. Soit. Mais pas seulement.

Le bonheur est une émotion tellement recherchée parce que positive qu’on tend à courir après. C’est tout le sens du poème de Paul Fort. Le bonheur. Ecrit en 1917 quand même. Aucun rapport avec la Première Guerre Mondiale (ou pas, puisque le poète s’adressait d’abord aux Poilus et à leur expérience dans les tranchées).

Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite.

Le bonheur est dans le pré, cours-y vite. Il va filer.

Si tu veux le rattraper, cours-y vite, cours-y vite.

Si tu veux le rattraper, cours-y vite. Il va filer.

Dans l’ache et le serpolet, cours-y vite, cours-y vite,

dans l’ache et le serpolet, cours-y vite. Il va filer.

Sur les cornes du bélier, cours-y vite, cours-y vite,

sur les cornes du bélier, cours-y vite. Il va filer.

Sur le flot du sourcelet, cours-y vite, cours-y vite,

sur le flot du sourcelet, cours-y vite. Il va filer.

De pommier en cerisier, cours-y vite, cours-y vite,

de pommier en cerisier, cours-y vite. Il va filer.

Saute par-dessus la haie, cours-y vite, cours-y vite,

saute par-dessus la haie, cours-y vite. Il a filé!

Bref.

Le bonheur nous est vital, le bonheur nous motive. Il nous pousse à rêver, à imaginer, à espérer. Sans bonheur, et sans sa recherche, nous ne serions que des carcasses crasses, vides et froides. C’est peut-être encore ce qui manque aux robots et aux IA, cette ambition du bonheur.

Pour frôler le bonheur, encore faut-il profiter de l’instant présent. Le fameux Carpe Diem.

Et justement, mauvaise nouvelle, et c’est prouvé, le bonheur ne dure pas. C’est ce qu’on appelle l’adaptation hédonique. Qu’importe le plaisir ressenti, d’emménager dans une nouvelle, grande et belle maison, d’avoir un nouveau vélo tout pimpant, de partir en vacances ou d’avoir reçu un nouveau jeu. Ce plaisir va ensuite diminuer pour revenir « à la normale ». Parce que nous nous habituons. Parce qu’au bout d’un moment, nous ne considérons plus ces incroyables éléments comme incroyables, justement. Ils deviendront acquis, intégrés et normalisés dans nos vies. Et également parce que nous voudrons avoir toujours plus, ce qui risque de créer une disposition à l’insatisfaction, à une certaine forme de tristesse et de malheur.

Le bonheur est dans le jeu

Le jeu est lié au bonheur. Et recto verso. Le jeu peut provoquer cette émotion de deux manières: l’expérience endogène et exogène. L’expérience endogène, c’est quand l’activité est pratiquée. Exogène, c’est tout ce qui est lié au jeu, mais pas à sa pratique directe. Intéressons-nous aux deux.

Endogène

Jouer nous rend heureux pour plusieurs raisons:

But

Tout d’abord, jouer nous donne un but. On vise la victoire bien sûr, et pour y arriver on doit passer par plusieurs étapes : attaque & défense, recherche & acquisition de ressources, etc. Tous ces stades rendent le jeu captivant, car il nous donne une mission, nous savons quoi faire et où aller, ce qui n’est pas toujours le cas dans la vie en général. Dans un jeu, tout devient beaucoup plus simple. On sait quoi faire et comment y arriver. En toute simplicité, une certaine forme de bonheur.

Résolution

Les jeux nous demandent de résoudre des défis, des énigmes, des difficultés. Nous les apprécions, car ils nous font croître. Ils nous épuisent, nous fragilisent, mais nous rendent au final grandis. Et il y a quelque chose de l’ordre du bonheur d’avoir été capable de comprendre un jeu et sa mécanique, d’être arrivé au bout. Qu’on ait perdu ou gagné.

Contrôle

Jouer nous donne la possibilité de contrôler. Nos décisions. Nos actions. Même si les règles sont là pour cadrer le jeu, notre contrôle s’exprime justement en développant des stratégies pour parvenir à la victoire dans un cadre donné. La vie ne nous offre pas toujours autant de contrôle. Nous la subissons en partie : santé, lois physiques, travail, etc.

Le jeu nous permet justement de « tordre la réalité » comme il nous paraît approprié. Cela nous donne une sensation de liberté. De puissance. De bonheur.

Progression

Le jeu nous permet de progresser, comme discuté plus haut dans l’aspect « objectif ». Mais le jeu nous donne surtout la possibilité de visualiser cette progression. Il nous donne un sentiment d’accomplissement, d’élévation, puisque souvent des niveaux supérieurs sont atteints. Des feedbacks constants. Nécessaires. C’est tout le plaisir des jeux vidéo, qui nous rendent un feedback immédiat.

Cette recherche d’amélioration et de progression est importante, car elle témoigne de notre avancée, de nos accomplissements. Dans la vraie vie, ce feedback n’est pas toujours obtenu.

Legacy

Comment expliquer le succès des jeux à format Legacy (Pandémie, Risk, SeaFall, bientôt Charterstone)? Ils surfent sur le concept de l’adaptation hédonique. Au bout d’un moment, plus ou moins long, les parties d’un jeu finissent par se ressembler. Et le plaisir de la découverte, le bonheur ressenti tend à s’amenuise. D’où le plaisir ressenti avec un format Legacy. Car le jeu se réinvente à chaque partie. Il évolue. Comme notre bonheur. Impossible de tomber dans l’habituation.

Neurosciences

Les neurosciences et les hormones ont un rôle extrêmement important à jouer dans cette question. Entre la dopamine et l’ocytocine, certaines situations ludiques libèrent des hormones puissantes qui agissent sur notre humeur et émotions pour nous faire du bien. Comme l’endorphine. Ceux qui pratiquent des sports d’endurance (running…) connaissent ce shot.

Un prochain dossier spéciale neurosciences en préparation sur Gus&Co? Pas impossible trois petits points

Gloire

Les hommes et les femmes se sont toujours mesurés à leurs compatriotes. En entrant dans une pièce, on jauge les personnes présentes pour se dire qu’on est plus beau / grand / fort / intelligent que les autres : joutes, compétitions, jeux. Se faire sa place est important.

Ce besoin de nous détacher de « la meute » est certainement un réflexe animal qui remonte à loin dans notre évolution. Supérieur aux autres, nous prouvons notre valeur, mais surtout notre capacité à survivre.

Le jeu nous permet justement de nous mesurer aux autres et de connaître la « gloire » par la victoire.

Encore faut-il rajouter que pour se sentir supérieur, on a besoin de la reconnaissance des autres. Tout seul, toute affirmation est caduque.

Flow

Le jeu est une formidable machine à voyager dans le temps. On peut passer 4h sur un jeu et ne pas avoir vu le temps passer. C’est d’ailleurs bien pour cela qu’il n’y a jamais de fenêtres dans les casinos, l’extérieur est toujours occulté. Pour que les joueurs ne remarquent pas le temps passer et continuent à jouer (et à dépenser…).

Jouer nous transpose dans une réalité temporelle virtuelle, et jouissive. Plus une activité est fun, plus le temps passe vite. Le contraire est aussi vrai, rappelez-vous vos cours de maths / allemand / visites chez le dentiste / les trois (cochez la bonne proposition).

C’est tout le concept du Flow, développée en 1975 par le psychologue Mihály Csíkszentmihályi. Bien souvent, un jeu, ou toute autre activité, dès qu’il s’avère suffisamment prenant et passionnant il place l’utilisateur dans une zone particulière qu’on appelle le Flow, « la zone ». Un certain équilibre entre compétences, niveau de difficulté et progression, qui est source de très grande satisfaction. En français, on appelle ça la ZPD, la Zone Proximale de Développement.

Si la difficulté d’un jeu est trop élevée par rapport aux compétences requises, le sentiment d’échec et l’anxiété ressentis seront plus importants, entraînant un effet négatif. Si la difficulté est trop faible par rapport aux compétences, le joueur ressentira un ennui, également désagréable.

Le Flow. Un intense bonheur. Qui fait que le temps passe extrêmement vite. Les 4h qu’on n’a pas vu passer. Ecrire, faire du sport, lire, étudier, passer du temps avec ses amis, jouer. Toutes ces activités qui peuvent nous plonger dans la zone.

flow-channel1

Ensemble

Le jeu est avant tout social. Même les jeux vidéo d’aujourd’hui sont devenus en réseau, MMO, sur réseaux sociaux pour comparer ses résultats, etc.

L’homme est un animal grégaire. Il faut se faire violence pour rester solitaire. Nous avons besoin des autres, d’être en société. Nous avons, pour la plupart d’entre nous, beaucoup de difficultés à accepter la solitude.

Jouer, c’est être entouré, partager du temps à plusieurs, ensemble. Tout est dans le titre. Jeux de société. De société.

Meilleur

Le jeu nous permet également de projeter une meilleure image de soi, de se transposer et de se transfigurer.

Le cas est flagrant dans les jeux de rôle, vidéo ou papier, lorsque nous nous créons un alter ego, souvent plus rapide, plus beau, plus fort, souvenez-vous de Jake Sully dans Avatar par exemple. Ou de Wade Watts dans l’excellent roman Ready Player One, dont l’adaptation ciné est justement en train d’être tournée par Spielberg pour une sortie prévue l’année prochaine. Un personnage obèse et pas très beau qui se crée un avatar charmant dans la réalité virtuelle d’OASIS. Cela nous permet de nous échapper de nous-mêmes. De nous imaginer ailleurs. Meilleur. Une source de bonheur.

Fun

La dernière raison qui nous pousse à jouer est bien évidemment le fun que nous ressentons en jouant. Fun = plaisir.

L’être humain est hédoniste. Il apprécie s’adonner au plaisir, cela lui confère bonheur et soulagement dans une vie pas tous les jours facile. Le jeu est un exutoire, une parenthèse bienfaisante. Nous jouons pour oublier, pour voir autre chose.

Exogène

Le jeu peut également rendre heureux, même quand il n’est pas pratiqué.

Nouveautés

Entre euphorie, saturation et « infobésité », avec 4’000 jeux sortis en 2016, la nouveauté s’est presque affirmée en culte. Tant de jeux. Tant de bons jeux. C’est statistique. Plus il y a de jeux, et plus la proportion de bons jeux est élevée. Imaginez la situation il y a vingt ans, en 1997 et ses 200 jeux. 200. 😆

Du coup, suivre les nouveautés s’est aujourd’hui transformé en chasse au trésor. Découvrir LA perle. Et qu’importe la destination, ce qui compte c’est le voyage. L’excitation et l’alacrité ainsi provoqués. Ne serait-ce pas cela justement qui meut chaque année des milliers de passionnés sur les salons? FIJ bientôt, PEL, Gen Con, Essen? Cet explosif mélange entre fébrilité, impatience, exaltation et plaisir de la découverte.

Ouverture

Haaaaa, l’ouverture d’une nouvelle boîte. Une expérience sensationnelle, sensorielle, sémillante, presque sensuelle. D’abord ce déchirement souple du blister. Puis cette boîte qu’on soulève, tout anxieux et excité. L’odeur de la nouveauté qui nous arrive aux narines. Puis les punchboards dont on s’empare comme un suave sacerdoce. Et enfin, tout ce matériel qu’on étend devant soi, hâtif ou langoureux, c’est selon. On frôle le bonheur. Exagéré? Pas pour tous.

Possession

Quelle est la toute première émotion qui vous vient quand vous regardez votre collection de jeux? De la fierté? Du bonheur? Ou de la honte d’avoir autant de jeux?

Notre besoin d’acheter, de posséder est pur vacarme atavique. Notre passé nomade de chasseur-cueilleur nous pousse à accumuler. Impulsion VS Compulsion. Passion VS Raison. Besoin VS Désir. Bonheur VS Malheur. Acheter, posséder nous rend heureux. Pas longtemps, certes. S’ensuit alors cette malédiction de l’adaptation hédonique. Et au 21e siècle, en pleine crise environnementale, pas certain que le (sur)consommation soit une réponse adaptée et durable. Voire plus bas le TED de Graham Hill.

Et vous, qu’est-ce qui vous rend heureux dans les jeux?

Mais encore

A écouter:

Future Tense, un récent podcast récent australien qui parle du culte du bonheur au travail. Qu’il est surfait et pas gage de productivité.

A voir:

C’est quoi, le secret du bonheur? LE TED sur la question. Dan Gilbert nous présente « tous » les « secrets » du bonheur. La science du bonheur, en somme. Édifiant.

Un autre TED. Le Carpe Diem du 21e siècle.

Est-ce que posséder moins d’objets / de jeux vous rendrait plus heureux? Et pas le contraire?

Le tout dernier Ted Ed sorti le 7 février. Est-ce que gagner à la loterie vous rendrait plus heureux? Mmmmh? Vous diriez quoi? Extrêmement intéressant. Qui reprend le concept de l’adaptation hédonique.

A lire:

Cité dans l’article, l’excellent livre de Boris Cyrulnik, De Chair et d’Âme, sorti en 2006.

41qmedswf3l-_sx297_bo1204203200_

A fredonner:

Les deux chansons les plus cultes sur le bonheur…

Here’s a little song I wrote
You might want to sing it note-for-note
Don’t worry, be happy
In every life we have some trouble
But when you worry, you make it double
Don’t worry, be happy Don’t worry, be happy now

Ooo-oo-hoo-hoo-oo hoo-hoo-oo-oo-oo-oo-ooo Don’t worry
Woo-oo-woo-oo-woo-oo-ooo Be happy
Woo-oo-oo-oo-ooo Don’t worry, be happy

Ooo-oo-hoo-hoo-oo hoo-hoo-oo-oo-oo-oo-ooo Don’t worry
Woo-oo-woo-oo-oo-oo-ooo Be happy
Woo-oo-woo-oo-ooo Don’t worry, be happy

Ain’t got no place to lay your head
Somebody came and took your bed
Don’t worry, be happy
The landlord say your rent is late
He may have to litigate
Don’t worry, (ha-ha ha-ha ha-ha) be happy (look at me, I’m happy)

Ooo-oo-hoo-hoo-oo oo-oo-oo-oo-oo-oo-ooo Don’t worry
Oo-oo-oo-oo-oo-oo-ooo Be happy
Oo-oo-oo-oo-ooo (Here, I’ll give you my phone number. When you’re
Worried, call me. I’ll make you happy.)
Ooo-oo-hoo-hoo-oo oo-oo-oo-oo-oo-oo-ooo Don’t worry
Woo-oo-oo-oo-oo-oo-oo Be happy
Woo-oo-oo-oo-ooo

Ain’t got no cash, ain’t got no style
Ain’t got no gal to make you smile
But don’t worry, be happy
‘Cause when you’re worried, your face will frown
And that will bring everybody down
So don’t worry, be happy Don’t worry, be happy now

Ooo-oo-hoo-oo-oo oo-oo-oo-oo-oo-oo-ooo Don’t worry
Oo-oo-oo-oo-oo-oo-ooo Be happy
Woo-oo-oo-oo-ooo Don’t worry, be happy

Ooo-oo-oo-oo-oo oo-oo-oo-oo-oo-oo-ooo Don’t worry
Woo-oo-oo-oo-oo-oo-oo Be happy
Woo-oo-oo-oo-ooo Don’t worry, be happy

Now there, is this song I wrote
I hope you learned it note-for-note, like good little children
Don’t worry, be happy
A-listen to a-what I say
In your life, expect some trouble
When you worry you make it double
Don’t worry, be happy, be happy now

Ooo-oo-hoo-hoo-oo oo-oo-oo-oo-oo-oo-ooo Don’t worry
Oo-oo-oo-oo-oo-oo-ooo Be happy
Oo-oo-oo-oo-ooo Don’t worry, be happy

Ooo-oo-hoo-oo-oo oo-oo-oo-oo-oo-oo-ooo Don’t worry
Woo-oo-oo-oo-oo-oo-ooo Be happy
Woo-oo-oo-oo-ooo Don’t worry, be happy

Ooo-oo-hoo-oo-oo oo-oo-oo-oo-oo-oo-ooo Don’t worry, don’t worry
Oo-oo-oo-oo-oo-oo-ooo Don’t do it, be happy
Oo-oo-oo-oo-ooo Put a smile on your face
Don’t bring everybody down like
This
Ooo-oo-hoo-hoo-oo oo-oo-oo-oo-oo-oo-ooo Don’t worry
Ooo-oo-oo-oo-oo-oo-oo It will soon pass, whatever it
Is
Ooo-oo-oo-oo-ooo Don’t worry, be happy

Ooo-oo-hoo-hoo-oo oo-oo-oo-oo-oo-oo-ooo I’m not worried
Ooo-oo-oo-oo-oo-oo-oo I’m happy
Ooo-oo-oo-oo-ooo

Written by Robert Mcferrin Jr.
Si vous ne parlez pas l’anglais, la chanson veut dire, en gros, si ça chie dans ta vie, t’en fais pas et sois heureux.

Alors, pour vous, qu’est-ce qui vous rend le plus heureux dans les jeux?

Orc’Idée 2017, c’est tantôt

Orc’Idée, c’est la plus importante, la plus ancienne (elle a commencé il y a 25 ans quand même, en 1992) et la plus mythique convention de jeux de rôle de Suisse. 149 tables et 600 joueurs en 2016. Un beau record.

Cette année l’événement aura lieu ce weekend, du 11 au 12 février à l’EPFL.

Du jeu de rôle bien sûr,

des jeux de plateau aussi,

des mini-GN également,

et enfin plein d’autres trucs chouettes.

Pour découvrir tout le chatoyant programme et s’inscrire aux parties, c’est ici

Vous comptez y aller?

Jouer à des jeux de société empêche Alzheimer et les cas de dégénérescences séniles

Une étude vient tout juste d’être publiée le 30 janvier 2017. Réalisée dans le Minnesota (US) auprès de 2’000 personnes âgées de 70 ans et plus, entre 2006 et 2016, elle a eu comme objectif de déterminer si certaines activités intellectuelles, comme faire des jeux de société, utiliser un ordinateur ou bricoler, avaient un impact sur l’état mental et les dégénérescences cognitives liées à l’âge. Et les résultats sont significatifs.

Jouer diminuerait les risques de déficits cognitifs légers de 22%. Les déficits cognitifs légers (DCL. Ou MCI, en anglais) sont intermédiaires entre les changements cognitifs liés à l’âge et les pathologies dégénératives responsables de troubles cognitifs évolutifs, en particulier la maladie d’Alzheimer.

Selon l’étude, si les personnes âgées pratiquent des activités intellectuelles au moins une fois par semaine, elles auraient moins de risque de développer des DCL. Ce n’est pas tellement une surprise. Jouer demande de réaliser des efforts intellectuels: mémoire, anticipation, observation, planification. Des efforts qui vont augmenter la plasticité et le tonus du cerveau. On le savait déjà, jouer améliore nos soft-skills (leadership, collaboration, négociation…). Avec cette étude, on apprend maintenant que le jeu de société permet de réduire les maladies cognitives liées à l’âge. Youpie.

Pour consulter l’étude dans son entier, c’est ici.

Alors, bientôt des séances obligatoires de jeux de plateau en établissement médico-social? Un scénario Unlock par jour? A quand des campagnes de DnD pour le 3e âge?

On rigole, on rigole, mais pourquoi pas? Quand tous les ludigeeks contemporains que nous sommes arriveront à la retraite, dans 20-30-40 ans, on se tapera des soirées jeux de dingue!!! Et fuck Alzheimer.

Dossier spécial Emotions. La frustration dans les jeux

Et voici le troisième dossier spécial Emotions et jeux de plateau. Après la peur et l’émerveillement, voici la frustration.

Psy

La définition psychologique de la frustration, c’est espérer, attendre, se réjouir de quelque chose qui ne se fera pas. Souvent causé par des facteurs externes. La frustration est toujours provoquée par quelqu’un ou par quelque chose. Elle va générer un conflit intérieur qui peut alors réveiller d’autres émotions comme l’impatience, la tristesse ou même la colère. Plus la volonté et l’obstruction sont fortes et plus l’émotion de frustration sera importante.

La frustration, une émotion négative? Pas que. Puisqu’elle est aussi à l’origine du désir.

Jeux

La frustration est l’une des émotions les plus présentes dans les jeux de société. Car voulue et implantée. Quand on joue, on est souvent frustré de manquer d’éléments, de ressources pour finaliser sa stratégie. Que cela soit par un nombre d’actions, un résultat sur un lancer de dé, une quantité ou un type de ressource disponible.

Un jeu se doit d’être frustrant. Dans une certaine mesure. Encore faut-il faire la distinction entre deux sortes de frustration : celle qui découle directement des compétences des joueurs, et celle qui provient du jeu, par son design et son ergonomie. Si la frustration est générée par le jeu en soi, c’est extrêmement préjudiciable. Le joueur n’en retirera pas une expérience positive. Par contre, si le joueur se sent frustré à cause de ses propres compétences et des éléments qui lui manquent pour progresser, c’est non seulement indispensable mais également bénéfique. Cela renforcera le plaisir. L’envie de continuer. De progresser. Pour se débarrasser de cette émotion de frustration.

La réalisation, un moteur crucial du plaisir.

Funambules, tous les jeux vadrouillent sur une corde raide. A flux tendu entre complexité et simplicité. Si le jeu est trop simple, il ne posera pas de réel défi. Trop complexe, et la frustration sera si importante qu’elle risquerait de refroidir le joueur. L’équilibre est peut-être l’élément de gamedesign le plus délicat et compliqué. Et le plus valorisant quand il est atteint. Quand un jeu offre le parfait équilibre, le joueur se sent investi et captivé. Et heureux quand il est parvenu à progresser, à réaliser ses objectifs.

La frustration n’est donc pas pas qu’une émotion négative. Elle est source de désir.

My Precious

La mécanique principale pour provoquer de la frustration, et ainsi du désir, et du plaisir une fois résolu, repose sur la résistance. Un facteur essentiel. Il représente la force d’opposition posée par le jeu. Si l’on sait que le jeu est trop facile et que l’on va de toute façon gagner, le jeu ne présente aucun intérêt. Les défis nous font grandir. « Only through fire is a strong sword forged »…

Ces forces de résistance peuvent provenir de nombreuses sources différentes :

Compétition

Chercher à être plus fort que les autres est l’élément moteur principal. La course aux points. A la victoire.

Même dans un jeu coopératif il faut vaincre non pas les autres joueurs mais le jeu lui-même, qui remplit alors la fonction de joueur virtuel et compétitif: les bandits dans Samurai Spirit, les maladies dans Pandémie.

Temps

Le temps est un moteur important de frustration. Un jeu court (Mombasa ne dure que 7 tours par exemple. C’est court, pas le temps de tout faire, de se développer), un temps limité à gérer, symbolisé par des sabliers par exemple comme certains jeux le proposent (Chimère, Galaxy Trucker, Fast Fouille, Time’s Up…), ce qu’on appelle alors la mécanique de « Countdown » = compte à rebours : un temps est attribué pour effectuer une tâche. Une fois le temps écoulé, la tâche est échouée (ex: réussir à trouver les remèdes dans Pandémie avant que la pile de cartes ne soit épuisée)

Cette résistance temporelle peut également être exprimée par la mécanique d’ « Appointment dynamics » = la dynamique de rendez-vous : pour obtenir une récompense, il faut participer au jeu à un moment fixé.

Le temps peut être également représenté et intégré par des points d’action (comme dans Patchwork ou Tokaido, dans lesquels le temps est symbolisé sur une piste qu’il faudra gérer).

Rareté

On reconnait un bon jeu au fait qu’il vous manque toujours un point d’action, un pion ou un sou pour faire tout ce que vous voudriez faire.

La plupart des jeux de plateau allemands de gestion de ces 15-20 dernières années exploite la rareté comme force de résistance, de frustration qui pousse les joueurs à se battre contre le jeu et à se dépasser. On se bat plus avec un frigo vide qu’avec les poubelles pleine (c’est tout le drame écologique…).

Prenez la grande majorité des jeux de société moderne et vous pourrez y observer cette dynamique de rareté. On se bat pour obtenir les ressources nécessaires pour se développer et gagner.

Si l’on analyse l’un des grands précurseurs du jeu de société moderne, celui qui a véritablement lancé la mécanique de gestion & développement, les Colons de Catane sorti en 1995, on observe cette dynamique. Les joueurs, installés aux abords de tuiles-terrains, comptent sur des ressources pour développer leur civilisation et gagner avant les autres (le premier à 12 PV). Le problème est que ces ressources sont rares, uniquement obtenues grâce à un (trop?) bête lancer de dé. Toute la difficulté du jeu est donc liée à cette gestion de la rareté des ressources et aux négociations avec les autres joueurs pour en obtenir.

Moins vous disposez d’un élément, plus il est difficile à obtenir, et plus il est rare et donc précieux. Tendu et captivant.

Enigmes

Une autre forme de résistance et source de frustration, de plus en plus exploitée dans les jeux de société modernes, est la dynamique d’énigmes ( Sherlock Holmes Détective Conseil, Time Stories, Watson & Holmes, Unlock. Tiens, tous des jeux Space Cowboys???). Que l’on retrouve aussi dans les Escape Rooms. Le jeu est un problème à résoudre. Pour avancer et gagner, les joueurs doivent trouver la solution.

Il y a dans cette force de résistance un fort sentiment d’accomplissement quand le secret aura été découvert. Pour se rendre compte de l’engouement, pensons au succès des films, séries & livres policier. La frustration de ne pas comprendre. Le désir d’y parvenir.

Sherlock

Depuis 2012 nous organisons des Sherlock Holmes Live à Genève et à Neuchâtel. Et dès le départ, comme organisateurs et scénaristes, nous nous sommes posés deux défis. De changer de scénario à chaque fois, de ne rien reprendre, d’offrir une toute nouvelle aventure. Et de proposer une mécanique de jeux à chaque fois différente. Pour surprendre et innover.

Le temps à gérer (juin 2014), un risque d’attentats (septembre 2012), sa réputation (juin 2013), de l’équipement (mai 2016), sa discrétion (mai 2015), les conséquences de ses actes (mai 2017), etc. Comme organisateurs et scénaristes, nous essayons de jongler entre complexité et simplicité, ce si délicat équilibre.

Si le scénario est trop compliqué et alambiqué, les participants risquent de se décourager et lâcher l’affaire. Et ne plus jamais revenir. Si trop simple et évidente, les enquêteurs n’auront pas l’impression de devoir s’impliquer. Et qu’on les prend pour des… crétins. Depuis 1989, une difficulté, un défi que nous essayons de relever à chaque fois avec nos jeux grandeur nature. Pas facile. Mais motivant.

A la semaine prochaine avec le tout dernier dossier spécial Émotions. On vous a gardé le meilleur pour la fin vous verrez. Allez, avouez, vous êtes maintenant frustrés de ne pas savoir de quelle émotion il s’agit… 😉

Et vous, ressentez-vous cette frustration quand vous jouez? Quels sont les jeux qui vous ont le plus frustrés?

On se souvient des expériences. Pas des 1’000 heures passées sur internet. Photos et debrief du Bar à Jeux

Hier soir, c’était soirée Hygge au Bar à Jeux de Genève. Une soirée tranquille toute en douceur et en bonheur. Une pause sereine et sympathique à s’offrir dans sa semaine. Avec des jeux à découvrir et des gens à rencontrer. Et une pause gourmande, surtout, avec de succulents fondants bio au chocolat au cœur de marron préparés par notre cuisinière Coco. Démentiels.

Nous passons de plus en plus de temps les yeux rivés à nos écrans. Réseaux sociaux. Jeux vidéo. Vidéo. Lecture. Mais notre temps se dilapide. On se souvient des expériences, pas des heures passées sur internet. Le Bar à Jeux est une bulle humaine et bienveillante dans nos vies digitales et dissipées.

Vivement la prochaine bulle, le prochain BàJ du 11 mars. Retour à la « normale », plus Hygge cette fois. Chaussures et lumière… 😛

Le Bar à Jeux de Genève remercie tous ses partenaires.

C’est grâce à eux que le Bar à Jeux existe.

MERCI!

Le CPV pour le local

La boutique de jeux online Philibert

logo-phili_WEBmedium

Pour les jeux, le magasin de jeux à Carouge, Genève

Helvetia Games, éditeur et distributeur de jeux en Suisse

hg logo

Plato Magazine, un mag chatoyant francophone qui parle de jeux de société, à découvrir au Bar à Jeux

plato-logo

Iello, important éditeur et distributeur en Europe

LOGOIELLO

Blackrock, éditeur et distributeur familial et sympathique français

logo_blackrok_games_noir

Matagot, éditeur de jeux riches et immersifs

logo-matagot

Ludibay, boutique en ligne avec un beau et solide catalogue.
ludibayLudikBazar, boutique en ligne avec des jeux d’occasion, mais pas que.

ludikbazar-logo

Cocktail Games, éditeur de jeux ultra-fun.

logo-cocktailgames

Helvetiq, éditeur suisse de jeux suisses. Mais pas que.

helvetiq

Space Cowboys, éditeur français de jeux immersifs et puissants.

space-cow-boy

Du chocolat, des cheux et des chaussettes

Ce soir, le Pop-Up Bar à Jeux de Genève sera ouvert. Avec une soirée Hygge. Le bonheur, selon, les Danois. Chocolat, chaussettes et jeux. Un beau programme.

Et pour l’occasion, on vous prépare ce soir des fondants au chocolat au cœur de marron. Un pur délice.

A ce soir.

Toutes les infos sur le Bar à Jeux.

bar1

Les médias sont friands de tendances. La preuve avec les jeux de société

Les médias apprécient ce qui est tendance. Parce que ça intéresse le public. Parce que comme d’autres en parlent, il faut également le faire. Pour ne pas passer pour de gros ringards.

En plein boom depuis 5-10 ans, à la louche, les jeux de société sont de plus en plus souvent présentés. La médiatisation du jeu de société est en marche. Et tant mieux.

Intercités, de la Radio Suisse Romande, s’est rendue à une soirée Joca (sans la mentionner, ha ben sympa, merci les journalistes…) pour en faire une courte émission le 20 janvier. A écouter ici:

Qu’en pensez-vous? Est-ce une bonne chose que les médias s’emparent du phénomène? Prenez vos stylos, vous avez 4h.