Analyses & psychologie du jeu,  Boîte à Outils,  Jeux de plateau

L’émerveillement. Quand les jeux de plateau nous transportent

Les yeux, les jeux plein d’étoiles !


Avez-vous déjà ressenti de l’émerveillement en ouvrant une boîte de jeu ? En voyant ses illustrations, son matériel ? Ou peut-être en jouant ? En étant plongé dans son univers ou en découvrant ses mécaniques ? C’est le thème du jour, intéressons-nous à l’émerveillement, et sa relation avec les jeux de société.

L’émerveillement, toujours

Depuis plus 13 ans que notre blog existe, à raison d’un article par jour, nous en avons publié des articles ! Si certains sont très bien où ils sont, dans le ventre, dans les archives du blog, d’autres, en revanche, méritent qu’on s’y attarde, qu’on y revienne. C’est ce que nous allons dorénavant vous proposer, chaque mercredi, un article paru sur notre blog il y a plus ou moins longtemps. C’est ce que nous appellerons désormais la « boîte à outils du jeu de société », des sujets, des analyses qui pourraient vous (ré)intéresser. Des sujets indémodables, pratiques et utiles.

Mais nous n’allons pas juste faire du copier-coller, en les ressortant de leur léthargie. Nous allons en profiter pour leur offrir un petit ravalement de façade, une mise à jour parfois nécessaire, depuis le temps que ces articles traînent et prennent la poussière numérique.

Après la Boîte à Outils de la semaine passée, Comment les biais influencent nos achats de jeux, une fois n’est pas coutume, nous changeons aujourd’hui les « règles du jeu » de cet article Boîte à Outils du mercredi pour « jouer avec les codes ».

Plutôt que de recycler un vieil article, nous sommes partis d’un précédent pour vous proposer une autre, une nouvelle réflexion, enrichie aujourd’hui. Rebondir pour mieux sauter, ou un truc du genre. Tout a commencé avec celui-ci, paru le 23 janvier 2017 : L’émerveillement. Cette insolite émotion qui nous motive à jouer. Petit retour en arrière, réédition, comme cela se fait beaucoup dans le marché du jeu de société, mais surtout, augmentation et amélioration !

Méandre

Laissez-moi vous raconter une petite histoire. J’habite près d’une toute petite rivière. À peine plus grande qu’un ruisseau. Sertie dans un carcan de verdure. Une petite balade délicieuse. Je m’y rends volontiers avec mes deux enfants, aujourd’hui de 8 et 6 ans.

Lors de nos pérégrinations, cela leur arrive souvent de rester figés pour observer l’eau qui coule, un méandre, une minuscule cascade, des cailloux immergés. Plus que de l’observation, ils sont en pleine contemplation. Dans l’émerveillement.

Quant à moi, père, adulte, sans mes enfants je ne m’arrêterais pas pour apprécier le paysage. Trop habituel, naturel et normal. Mes enfants, très jeunes, eux, sont surpris et émus. À mon tour alors d’être émerveillé, de, par leur émerveillement. Et si l’émerveillement était une émotion que nous rechercherions tout au long de notre existence ? Pour nous faire goûter à une certaine forme de bonheur ? Pour transcender notre quotidien ? Et si c’était justement ce que nous recherchons, un peu, beaucoup, dans les jeux de plateau ?

Séquence émotion

Les émotions sont ces états humains (et animaux) qui nous agitent tous. Parfois en mal, avec des émotions négatives telle que la colère, l’angoisse, la peur, la culpabilité, la frustration, parfois en bien avec des émotions positives telle que la joie, l’amour, l’admiration et l’émerveillement.

L’émerveillement, justement. Cette émotion générée par la surprise qui nous rend alors perplexes et fascinés. Une émotion extrêmement positive de bien-être qui nous sublime.

Plusieurs éléments peuvent susciter de l’émerveillement : certaines formes d’art, certaines nouvelles expériences, des individus, certains rites religieux. Quand on y pense, c’est d’ailleurs peut-être l’une des raisons de ralliement à la religion. Qu’à travers fêtes, rites et traditions, elle parvienne à investir le quotidien d’un merveilleux sacré et enchanteur.

Avec le triste constat que plus on vieillit et moins on s’émerveille. Ce qui nous émerveillait enfant cède alors sa place à la routine. Adulte, la contemplation et l’émerveillement se font de plus en plus rares ou deviennent des pratiques, des états d’esprit choisis. L’émerveillement deviendrait alors comme une émotion rare et recherchée.

S’émerveiller au monde

Observer pendant de longues minutes un ver de terre qui essaie lentement de rentrer dans le sol, être surpris par le chant magnifique d’un merle, sentir l’odeur d’une aube froide de l’automne et se sentir bien, apprécier les illustrations et les mécaniques d’un jeu de plateau.

Nous allons nous pencher aujourd’hui sur notre capacité à nous émerveiller. Les enfants semblent capables de s’émerveiller de tout, comme d’un méandre pour mes enfants. Et nous, adultes, le sommes-nous aussi ? Peut-on garder cette capacité, l’entretenir, la cultiver, même, en vieillissant, dans un monde où, nous dit-on, tout va mal, ou la réalité peut sembler pesante, coucou COVID ? Comment garder notre capacité d’émerveillement ? Est-ce que s’émerveiller un peu implique de s’émouvoir beaucoup ?

Une définition merveilleuse

Commençons par une question de définition : qu’est-ce que l’émerveillement ? L’émerveillement peut se définir, peut s’apprivoiser, peut se représenter par une explosion d’émotion. C’est une chaleur douce. L’émerveillement se manifeste d’abord sous la forme de la joie. Parce que quand on est émerveillé, on en éprouve, et elle se manifeste aussi par cette émotion. Par une espèce d’appel vers l’extérieur, c’est à dire une prise en compte, une soudaine projection à l’extérieur de soi-même. On est dans le monde, on est devant le monde, on observe, on le ressent de manière très intime. On se trouve propulsé, soudain, en connexion, en connivence, même, avec le réel qui nous entoure.

L’émerveillement implique un élément extérieur qui surgit, que l’on voit, que l’on entend, que l’on goûte, aussi, pourquoi pas. C’est une sorte d’état d’éveil, comme une sorte de disponibilité qu’on a en nous.

L’émerveillement tient à se laisser surprendre par ces choses qui sont là devant nous, tout le temps. En réalité, il y a, à presque à tous les moments, un petit quelque chose qui pourrait nous émerveiller. L’émerveillement dont je parle ici résulte d’une disposition intérieure.

Si on n’est pas du disposé à cela, on ne verra pas une mécanique de jeu surprenante, une illustration somptueuse, un aspect d’un jeu, merveilleux. L’émerveillement, c’est une rencontre entre objet susceptible de provoquer en nous un état particulier, et une disposition intérieure qui nous rend capable de le saisir. C’est vraiment à mi-chemin entre le monde et le soi que l’émerveillement se crée.

Les enfants, pour la plupart, très enthousiastes et disposent de ce fameux regard enjoué, surpris, contemplatif. En un mot, émerveillé. Pour l’enfant, tout, ou presque, est nouveauté. Le problème, si problème il y a, ça se discute, c’est qu’en vieillissant, on s’habitue. Le monde nous devient familier, et d’autant plus que ce monde « modeste », usuel, trivial, nous devient familier. Un deck-building reste un deck-building. Un millième deck-building reste un… deck-building. L’émerveillement, en vieillissant, en prenant de  « la bouteille »,  consiste à être capable de voir le familier et se laisser surprendre. Mais ce n’est pas si simple ! L’enfant, lui, est pris dans un étonnement constant de découvrir le monde.

L’émerveillement, comme en amour, nous permet d’être en connivence avec tout ce qui nous entoure. De ressentir de la joie, et aussi de la bienveillance, à l’égard du monde, jeux de plateau y compris. La condition suprême de l’émerveillement repose sur le principe d’habiter l’instant, être ici et maintenant !

Jouer, c’est s’émerveiller

Et si ce qui nous motive à jouer serait justement cette recherche de l’émerveillement ? On a souvent expliqué le besoin de nouveautés par le shot de dopamine. Mais si au final découvrir l’annonce d’un prochain jeu ne provoquerait pas en nous un brin d’émerveillement ? Ou ouvrir un tout nouveau jeu, puis dépuncher ? Ou en apprécier ses illustrations, souvent somptueux et raffinées ?

Ou découvrir un thème, une aventure ? Ou essayer une mécanique originale, surprenante et renversante ? Souvenez-vous de vos toutes premières parties intenses de It’s a Wonderful World ou The Crew. Qu’avez-vous ressenti ? De… l’émerveillement ?

La Mécanique du Merveilleux

Comment provoquer ce sentiment d’émerveillement ?

Depuis 1989, nous organisons des événements grandeur nature. Des Escape Rooms depuis 2012, des Sherlock Holmes Live, des événements Zombies grandeur nature (Zombies Invasion), des soirées Meurtres et Mystères, le Bar à Jeux de Genève (que nous avons dû fermer en mars… 2020, coucou COVID). Et à chaque fois, depuis 1989, nous essayons d’insuffler une part de mystère, de merveilleux, de surprenant, de différent.

Mais soyons lucides. L’émerveillement est extrêmement difficile à générer car il ne peut pas être artificiel. Il s’agit, avant tout, après tout, d’une émotion vécue de l’intérieure. On peut tout faire pour créer cette expérience, elle reste une émotion personnelle, différente et propre à chaque individu. Difficile de faire l’unanimité.

Voici les trois piliers de l’émerveillement :

  • La nouveauté. Pour créer la surprise. Un moteur essentiel pour provoquer l’émerveillement
  • Les 5 sens. Impliquer le plus de sens permet une plus forte immersion.
  • Le mystère. La fameuse boîte de JJ Abrams. Qui nous motive à comprendre et qui surprend.

Et vous, quels sont les jeux qui ont provoqué chez vous un émerveillement ? Est-ce que c’est aussi ce que vous recherchez dans un jeu ?

One Comment

  • NadrixX

    J’ai récemment découvert Mysterium (mieux vaut tard….), les premières parties nous étions happés dans le jeu.
    Sinon, nos parties de président/trouduc endiablées, à l’internat au lycée, vingt autour d’une table, 4paquet de 54. Peut on parler d’émerveillement?
    OÙ bien Apocalypse Z à Narbonne, jeu grandeur nature.

À vous de jouer ! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :