Jeux de plateau

Les 10 jeux de société qui ont marqué la décennie 2010-2019

Temps de lecture: 7 minutes

Dans quelques jours, nous allons sauter dans 2020, une toute nouvelle décennie. Arrêtons-nous quelques instants sur la décennie 2010-2019 pour nous intéresser aux jeux de société les plus marquants, les plus passionnants, ceux qui ont changé le marché du jeu de société

2010

7 Wonders

En 2010, 7 Wonders est sorti. Un jeu de draft qui offre une multitude de possibilités et de manières de scorer. Plusieurs extensions sont sorties plus tard, certaines plus nécessaires que d’autres, ainsi qu’une version uniquement à 2, excellentissime !

7 Wonders a marqué les esprits en proposant un jeu nerveux, passionnant qui peut se jouer autant à 2 qu’à 7, sans ralentissement ni attente, le tout en simultané

Nous vous avons proposé une quantité incroyable d’extensions « maison » pour 7 Wonders ici

Vous pouvez trouver 7 Wonders ici

2011

Risk Legacy

En 2011, de nombreux bons jeux sont sortis : Les Châteaux de Bourgogne (hello la version upgradée de 2019), King of Tokyo (bientôt la version Dark en 2020), les Demeures de l’Épouvante 1ère édition, ou l’excellente seconde édition du Trône de Fer

Mais en 2011, le jeu qui a marqué les esprits et changé le marché en profondeur, fut cette version de Risk créé par Rob Daviau et Chris Dupuis: un plateau, des dés, des unités qui se déplacent, du pur Risk. Alors OK, Risk ne casse pas trop pattes à un canard anémique, il y a tellement de meilleurs jeux sur le marché du jeu de société moderne. Sauf que

Ce qui est change dans ce Risk Legacy, c’est qu’il évolue au fil du temps en fonction des événements et différents choix effectués par les joueuses et joueurs

Ce qui rend ce jeu unique, c’est que lorsque les pouvoirs sont choisis, on doit poser des autocollants sur des cartes, puis littéralement en déchirer d’autres. Oui, déchirer ! Il fallait oser intégrer ce mécanisme dans un jeu !

Si certains événement affectent le jeu de manière temporaire, d’autres, au contraire, vont le faire de manière permanente pour la partie en cours et pour les prochaines ensuite. La boîte propose également des enveloppes scellées, à n’ouvrir qu’à un moment donné selon les issues de la partie. Bref, un jeu passionnant qui évolue au fil des parties

Ce Risk Legacy a eu un impact majeur sur le marché du jeu de société, puisque aujourd’hui, on continue de bouffer des versions Legacy (hello Betrayal Legacy ou Minivilles Legacy). L’auteur principal de cette mécanique créée en 2011, Rob Daviau, s’est fait un nom dans le milieu. Il a été ensuite engagé pour développer d’autres jeux de type Legacy, dont la saga très connue des Pandémie Legacy, saison 1 & 2. On attend la 3 pour 2020, comme le dit l’auteur lui-même dans cette interview parue en août 2019 :

Vous pouvez trouver Risk Legacy en anglais ici, jamais traduit en VF depuis sa sortie en 2011

Sinon, la saison 2 de Pandémie Legacy, la meilleure, est ici

2012

Love Letter

2012 fut également un bon millésime, avec le jeu de figurines Star Wars X-Wing, le jeu de placement d’ouvriers dans l’univers de DnD Lords of Waterdeep, ou encore l’excellent Terra Mystica

Mais c’est Love Letter qui marqua les esprits. Un mini, micro, nano jeu de quelques cartes japonais de bluff, de guess, pour des parties ramassées de moins de 30 minutes

Love Letter a réussi à placer le Japon sur la carte mondiale du jeu de société, en prouvant que ce pays pouvait lui aussi proposer des jeux passionnants

Nous vous avons parlé de Love Letter en détail ici

Et nous vous avons proposé plusieurs versions ici

Vous pouvez trouver Love Letter ici (quand il n’est pas en rupture, ce qui est très souvent le cas depuis sa sortie en 2012…)

2013

Concept

Un petit jeu Party-Game sans grande prétention : réussir à faire deviner un mot, un titre de film, de livre, une expression, le tout en plaçant des jetons sur un plateau avec des icônes. Et pourtant, ça marche ! Et vraiment bien. Une fois une partie lancée, on ne peut plus s’arrêter et on les enchaîne

Concept est d’ailleurs l’un des rares jeux sur le marché dans lequel on se fiche bien de compter les points, même les règles le disent, le but est ici juste de s’amuser. Carnet noir, l’un des deux co-auteurs, Alain Rivollet, est décédé en 2019 de maladie 😢

Concept a d’ailleurs été ensuite décliné pour enfants avec Concept Kids, excellent (et Concept Légumes. LOL)

Nous vous avons parlé de Concept en détail ici

Vous pouvez trouver Concept ici

2014

Dead of Winter

Ooooooh, 2014 fut une année forte, avec Five Tribes, Patchwork, le tout premier jeu de puzzles qui en lança ensuite bien d’autres, et surtout Splendor, le tout premier jeu des Space Cowboys, un jeu fluide et furieux

Selon nous, c’est Dead of Winter qui marqua les esprits en 2014. Un gros jeu de zombies, de survie dans un hiver mordant. Dead of Winter est en mode semi-coop, avec des gentils et un méchant infiltré

Mais surtout, Dead of Winter fut le tout premier jeu à introduire un système de cartes narratives à option, retrouvé ensuite dans de nombreux autres jeux : Fallout, et Scythe bien sûr

Vous pouvez trouver Dead of Winter ici

Bonus 2014 : un autre jeu qui est sorti en 2014 et qui a eu une influence majeure sur le marché, c’est Donjons et Dragons 5e édition. OK, vous allez me dire que c’est un choix… douteux, puisque le jeu est sorti en réalité 40 ans plus tôt, et que ce n’est pas véritablement un jeu de plateau mais un jeu de rôle. Et vous auriez raison. N’empêche. DnD 5e a été l’édition qui a relancé le jeu, et également relancé le jeu de rôle, grâce, notamment, à plusieurs séries télé. Une version plus fluide, plus simple, plus nerveuse. La VF est sortie quelques années plus tard, on peut la trouver ici quand elle n’est pas en rupture, ce qui arrive souvent vu le succès du jeu !

[Mise à jour du 23.12 : nous venons tout juste d’apprendre qu’il y a un souci avec la licence VF de DnD. Oups 😱]

2015

Time Stories

Comment parler des jeux qui ont le plus marqué la décennie sans présenter Time Stories. Le tout premier jeu Kleenex à usage unique. T’achètes, tu joues, tu jettes (ou tu recycles, ou tu revends, ou mieux encore, tu offres)

Un jeu passionnant, puissant, narratif, immersif, décrié à sa sortie pour son côté à usage unique, et pourtant, qui a su s’imposer au fil de ses 9 aventures de sa première saison, malgré quelques scénarios parfois en demie-teinte

Un jeu fort. La boîte de base est nécessaire, avec la possibilité / besoin impérieux ensuite d’acquérir les nouvelles aventures. Des aventures qui à chaque fois réinventent le concept et qui parviennent à proposer, surprendre, avec une déclinaison de nouveaux univers bariolés. Le tout nouveau cycle vient d’ailleurs tout juste de sortir fin 2019, avec un nouveau concept, plus besoin cette fois de boîte de base

Vous pouvez trouver le tout nouveau cycle, la toute nouvelle aventure de Time Stories ici. Et non, pas besoin d’avoir joué au premier cycle pour s’y lancer

2016

Terraforming Mars

2016 fut une autre année intense, avec Scythe bien sûr, Kingdomino, Not Alone ou la réédition de Mare Nostrum

S’il y a bien en 2016 un jeu qui a marqué les esprits, et le marché, c’est bien Terraforming Mars. Un jeu de développement, mais surtout, de gestion et de terraformation de… Mars

Ce gros carton continue à sortir années après années des extensions, plus d’une dizaine depuis 2016, dont la toute récente, Turmoil, sortie fin 2019

Terraforming Mars ne fut pas seulement un succès commercial, mais également un succès « culturel » puisque à la suite de ce jeu, plusieurs autres auteurs, éditeurs se sont eux aussi lancés dans la course aux jeux de gestion et d’aventures martiennes (hello On Mars, prévu dans quelques jours, ou First Martians)

Début décembre 2019, Terraforming Mars vient tout juste d’être adapté en version numérique portable par Asmodée Digital :

Vous pouvez trouver Terraforming Mars en VF ici et ses 217’000 extensions également

2017

Gloomhaven

Si 2016 « appartient » à Terraforming Mars, 2017, et les années suivantes, « appartiennent » à Gloomhaven. Ce jeu de plateau d’exploration de donjons narratif et immersif en version évolutif fut LE gros (dans tous les sens du terme) carton de 2017

Des personnages qui gagnent en expérience, avec des scénarios de plus en plus palpitants. Une suite vient tout juste d’être annoncée pour 2020, 2021 ?, ainsi qu’une version plus family-friendly pour fin-2020

C’est cet été 2019 que le jeu a été adapté en jeu vidéo, et deux ans plus tard, Gloomhaven vient tout juste de sortir en français fin-décembre 2019 (oui, la semaine passée !)

Vous pouvez trouver la VF de Gloomhaven ici

‼️ Petit bonus de 2017 : c’est également cette année-ci que Unlock ! est sorti, ce mini Escape Game « de salon » qui, boîte après boîte, nous propose des expériences épiques et intenses (hello Epic Adventures, la 7e et toute dernière sortie il y a quelques jours)

2018

Root

Quand Root est sorti au deuxième semestre de 2018, il a aussitôt buzzé. Il faut dire qu’il avait tout pour lui : des illustrations toutes cute, un jeu asymétrique et un thème frais et… bio : incarner des animaux de la forêt

Jouer à Root, c’est s’immerger dans un univers chaleureux et naturel, tout en cognant sur ses voisines et voisins de forêt. Une expérience toute molletonnée, comme celle de marcher dans un tas de feuilles mortes en automne

Et en attendant l’adaptation en jeu vidéo prévue pour 2020, 2021, le jeu de rôle Root sera tout bientôt dispo

L’auteur et éditeur nous prépare d’ailleurs un tout nouveau projet pour 2020, Oath, qui buzze déjà

Nous vous avons parlé de Root en détail ici

Vous pouvez trouver la version française de Root ici, qui comprend également la première extension qui vous permet d’y jouer jusqu’à 6

2019

Wingspan

2019 finit dans quelques jours. Avec des jeux passionnants, la preuve avec notre sélection des jeux coup de cœur ❤️️ de 2019

S’il y a bien un jeu qui a buzzé en 2019, ce fut sans aucun doute Wingspan. Un jeu de gestion… d’oiseaux. Dit comme ça, ce n’est pas ouf, et pourtant, Wingspan a tout déchiré en 2019. Même la presse « grand public » en a parlé : le New York Times, ou le Guardian

De superbes illustrations, un jeu cohérent, scientifique, et uniquement créé par une femme, ce qui est très, trop rare sur le marché du jeu de société

Wingspan est donc un jeu sur les oiseaux, avec 170 superbes cartes d’espèces aviaires différentes, mais surtout, une mécanique de jeu particulièrement passionnante à coup d’objectifs et de combos d’oiseaux, servi par un matériel unique et somptueux

Entre temps, 2019 aura vu son adaptation en réalité augmentée, et on attend le jeu vidéo pour… 2020 ?

Nous vous avons parlé de Wingspan en détail ici

L’extension avec les oiseaux d’Europe vient d’ailleurs tout juste de sortir il y a quelques jours, et vous pouvez trouver Wingspan en français ici. Mais bon, les deux sont en rupture, souvent le cas avec Matagot qui a de la peine à suivre… 😔

Vivement la toute nouvelle décennie qui commence dans quelques jours. Quels seront les jeux qui auront un fort impact sur le marché du jeu de société ? Rendez-vous en… décembre 2029 pour en parler

Pour vous proposer une expérience de lecture plus agréable, nous ne vous proposons aucune publicité et tentons de rester le plus simples possibles. Notre équipe prend soin de recommander des jeux et espérons que vous apprécierez! Juste pour que vous le sachiez, Gus&Co entretient des relations d’affiliation avec Philibert. Ainsi, si vous achetez quelque chose en cliquant sur nos liens, nous pouvons obtenir une petite part des revenus, ce qui nous permet d’acheter d’autres jeux et de continuer à pouvoir vous proposer de nouveaux articles

Et pour vous, quels sont les jeux qui vous ont le plus marqué dans cette décennie 2010-2019 ?

36 Comments

  • xaret

    Merci pour cet article ! J’apprécie beaucoup les coups d’œil dans le rétroviseur et ton regard sur les jeux qui ont marqué définitivement la production est très pertinent. A mon avis Wingspan n’est pas à sa place dans ce top : il n’apporte rien de vraiment nouveau malgré ses qualités.

    • Gus

      Vous avez entièrement raison pour Wingspan. Il n’apporte rien du tout

      Toutefois, il aura marqué 2019 pour avoir générer un buzz de ouf (sur-coté ?), et notamment dans les médias non-spé

      Donc oui, selon nous, en cela il aura marqué 2019

    • Skinner

      @L&oulapoulette

      Je ne peux pas m’empêcher de trouver la comparaison un peu surprenante.

      Unlock est un escape room sur table qui se joue en 45 minutes (il me semble, cela fait longtemps que je n’ai plus essayé) et qui se veut accessible pour le grand public.

      Gloomhaven est, littéralement, un monstre qui demande une implication aussi énorme que la place qu’il prend sur l’étagère. Un jeu venant d’un auteur presque inconnu et qui « aurait dû » toucher trouver sa place chez seulement quelques milliers de joueurs.

      Et pourtant, Gloomhaven est passé numéro 1 sur Board Game Geek, ce qui est une mention absolument grandiose !

      Donc oui, Unlock est joué dans plus de foyers, mais Gloomhaven a, selon-moi, carrément explosé les scores. Rien que pour cela, je le considère bien plus marquant qu’un Unlock.

      Mais il ne s’agit que d’un avis personnel, bien évidemment.

      Cordialement

        • Skinner

          @L&oulapoulette

          Bien sûr, si on se contente d’interroger les joueurs quant au jeu qui les a le plus marqué, il y aura une grande majorité d’Unlock puisque peut-être 1 joueur sur 100 seulement connaît Gloomhaven (forcément, jeu à 135€, issu d’un KS et pour joueurs ultra motivés).

          Par contre, si l’on demandait leur avis aux joueurs ayant joué à Unlock ET Gloomhaven, il n’est pas garanti qu’Unlock soit considéré comme le plus marquant des deux.

          Je ne cherche pas à descendre Unlock et faire l’éloge de Gloomhaven. Je veux seulement rappeler qu’il n’est, selon moi, pas forcément pertinent de comparer des jeux de gabarit radicalement différent en ce qui concerne leur intégration dans le monde ludique. A moins que Jeff Bezos décide de partager sa fortune avec le reste du monde, même le jeu le plus sensationnel jamais créé ne fera pas plus parler de lui qu’un Dubble (pour changer) du moment qu’il coûte plus de 100€.

          Un bon jeu pas cher sera toujours plus répandu (et donc connu) qu’un bon jeu très cher.

          Comparer un Unlock avec un Exit (qui est un genre d’Escape Room sur table lui aussi) est, je pense, déjà plus intéressant, pour la raison qu’il s’agit de jeux du même type et au prix plutôt équivalent.

          Et puis même si je l’ai déjà laissé comprendre, figurer numéro 1 au classement de BGG (depuis deux ans en plus, comme le rappelle Gus) peut être considéré comme synonyme de grande qualité, qu’on aime ou qu’on n’aime pas.

          Cordialement

          • Gus

            +1

            Maintenant, comme dit plusieurs fois, le but de l’article n’est pas de présenter les meilleurs jeux de la décennie mais ceux qui ont eu un impact majeur. C’est le cas d’Unlock et Gloomhaven en 2017. Avec un léger avantage pour Gloomhaven 😉

  • Patrice LESER

    Citer un jeu parce qu’il « buzze » l’année de sa sortie, je ne suis pas convaincu.
    Je ne veux pas lancer un débat sur les qualités intrinsèques de Wingspan… ou pas, mais sur ces critères pourquoi ne pas citer Azul, It’s a Wonderfull World,… Bref, c’est infini !
    Donc pour moi ce jeu ne révolutionne rien et ne devrait pas être dans cette liste.

    Pas d’accord non plus avec la définition de T.I.M.E. Stories comme étant le « premier jeu kleenex » : déjà le terme est, je trouve, péjoratif, même si l’on en comprend le sens.
    Ensuite, Risk Legacy (bien que je ne l’ai pas joué, mais s’il est comme les Pandemic) est bien LE premier « jetable » qui soit selon mon avis (le terme ne me satisfait pas complètement non plus, mais c’est mieux).
    Puisque l’on évoque Risk et Pandemic Legacy, le premier n’ayant pas été traduit en VF et au regard des notes de chacun des 2 (3 avec la saison 2 de PL) j’aurai hésité à plutôt évoquer Pandemic à la place, même si, pour ce coup, Risk est bien le premier !
    Mais en fait, c’est « 1 jeu par an sur 10 ans » ? Ou « Les jeux qui ont marqué la décennie » ? 😉
    Parce que si tu acceptes plusieurs jeux d’une même année dans ta sélection, elle change ?

      • Patrice LESER

        Désolé si le « ton » est ressenti comme « cassant ». Ce n’est pas ma volonté. Juste l’envie de poser un avis et d’échanger.
        Du coup je viens de penser au 7th Continent (2017 je crois) ! Je le verrai bien dans ce top.

        • Gus

          Nous avons aussi beaucoup hésité, comme toi Patrice, je te rejoins. Mais Gloomhaven de 2017 s’est beaucoup plus imposé

          En effet, oui, le 7e Continent a marqué les esprits pour son business-plan disruptif : sans aucune sortie en boutique et distribution uniquement via KS

          • Zek

            Euh … ouais enfin ça c’est ce qui était annoncé au moment du KS : « Achetez ce jeu unique maintenant, c’est votre seule chance, après il sera trop tard ! Pas de sortie boutique ni de réimpression. Si vous ne pledgez pas maintenant vous le regretterez toute votre vie ! » Et puis finalement l’effet hypnotique du chiffre qui grimpe qui grimpe sur le compte en banque aura eu raison des belles promesses, et des exemplaires ont été mis en vente en boutique et il y a même eu une réimpression …
            Ah les joies et déconvenues de Kickstarter ! Ça aussi c’est une des grandes tendances qui aura émergé et influencé le jds durant la décennie écoulée.

    • Manuel Rozoy

      Heeeey, mais pour une fois que Time Stories n’est pas éclipsé par les mastodontes sortis la même année et qui ont raflé tous les prix ludiques existants (Codenames, Pandemic Legacy et 7 wonders Duel) merci de me laisser savourer ce petit plaisir 😉

  • Garibaldi31

    Merci beaucoup Gus pour cette liste, ça fait toujours plaisir ce genre d’article « l’œil dans l’rétro »! 😉
    J’ai pas assez de recul pour voir s’il y a des oublis majeurs, mis à part un qui me semble dommage de n’avoir pas été cité : Le 7ème continent (la campagne date de 2015 mais le jeu est sorti 2 ans plus tard).
    On peut penser ce qu’on veut du jeu, mais il a autant explosé les scores qu’on pouvait lui prédire, qu’il a transformé selon moi le marché du jeux de plateau. Aujourd’hui beaucoup de jeux cherchent à apporter une touche de narration dans leurs mécaniques, et même si le jeu des Serious Poulp était loin d’être le 1er, il me semble qu’il a surpris tout le monde au point de porter le débat à un niveau que c’est devenu un critère qui compte aujourd’hui. Et cela sans parler du débat sur les jeux financés par du Crowdfunding, et qui ne peuvent plus sortir en boutique ensuite, même s’ils ont un peu changé d’avis depuis, mais que quelques-un leur ont depuis emboîtés le pas (comme Monolith).

  • Alucard

    Bonsoir 🙂

    Ou est le 7th continent?? 😀

    De plus, This war of mine n’est peut être pas assez grand public ou pas assez répendu, mais je pense que ce jeu ne marque pas seulement la décennie mais l’histoire du jeu de société, avis perso 😉

  • Alfa

    Belle sélection.
    Pas convaincu par le choix de Dead of winter , pas aussi marquant que quelques oubliés : CODENAMES, CLANK et surtout 7th CONTINENT notamment qui aura fait coulé beaucoup beaucoup plus d’encre, autant par son game play que ses choix de distribution .. dommage d’éluder cela c’est presque du révisionnisme 😉

  • JiDul

    Bonjour,
    J’aime beaucoup de genre de liste qui sont l’occasion de rejouer à des jeux 🙂
    dans vos articles, vous vous intéressez souvent aux mécanismes du cerveau pour expliquer tel ou tel attrait et/ou comportement… je vous propose une petite réflexion : est-ce qu’avec le temps les gros jeux moins souvent sortis disparaissent de notre champ ?
    en effet la liste ci-dessus est chronologique… mais elle est presque aussi en ordonnée du plus petit au plus gros 😀

    de là à dire que dans 5 ans les gros de cette liste seront remplacé par des format plus moyen… il n’y a qu’un pas 😉

    joyeuses fêtes à tout le monde.

  • JEAN-STEPHANE CABEZA

    Bonjour,
    Perso, les jeux qui m’ont claqué cette décennie sont Dixit (concept repris dans d’autres jeux), Demeures de l’Epouvante (premier blockbuster phygital), Pandémic Legacy (mon premier jeu de société en campagne) et Rising Sun (IGUS 6/5 : quand les autres jouent, tu joues). Et oui je suis d’accord pour The Was is Mine, marquant,
    Après, c’est aussi ce que chacun recherche dans un jeu et du temps disponible dans son emploi du temps (un Gloomhaven demande un investissement temporel sérieux…)
    Excellentes fêtes de fin d’année,

  • Arnaud

    Merci pour cet article très intéressant. Assez d’accord sur certains, je suis plus partagé sur certains titres.
    – Dead of winter me semble assez dispensable et surtout je trouve que Zombicide a été plus marquant. A sa sortie et depuis les montants des KS sont assez impressionnants et il fait partie du paysage ludique. Plus que dead of winter qui ne doit plus être beaucoup joué.
    – Root. Je ne dois pas être objectif car je n’ai vraiment pas aimé le jeu.
    – A mon sens il manque Azul. Vainqueur du doublé As / spiel, ce n’était pas écrit pour un jeu familial abstrait.

    • Gus

      Alors je déteste vouloir avoir raison coûte que coûte Arnaud. Mon propos de ce commentaire n’a absolument pas comme but de vous dire que j’ai raison. Vous avez raison. Sur toute la ligne !

      Mais

      En ce qui concerne DoW, comme expliqué dans l’article, il a eu un effet marquant puisque il a influencé nombreux autres jeux : Scythe, Fallout, etc

      Cet article ne présente pas les meilleurs jeux de la décennie, ça ferait un article à part

      Et en effet, vous avez raison, Arnaud, DoW n’est pas un jeu incroyable une fois que vous lui retirez les cartes narratives à choix. Mais il a exercé, selon nous, une (certaine) influence (certaine)

À vous de jouer ! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :