Betrayal Legacy. Une plongée effrayante dans l’histoire de vos ancêtres

Temps de lecture: 4 minutes

Je me souviens de ma toute première partie de Betrayal at the House on the Hill. C’était un soir d’été 2006 dans une abbaye du 13e siècle sans électricité et perdue au fin fond d’une vallée en Ardèche

Ensemble, nous nous sommes lancés dans l’exploration d’un manoir sombre et obscur. Exploration ludique et effrénée cristallisée sous forme de tuiles, de dés et de figurines

Quand soudain, l’un de nous s’est transformé en loup-garou. Il s’est alors élancé sur nous pour nous dévorer. Imaginez le malaise, personne ne s’y attendait. La course, l’angoisse, le stress

Au final, on s’est en plutôt bien sorti, le pote devenu loup-garou malgré lui a pu se défaire de sa malédiction et nous avons pu ressortir du manoir, sains et saufs

Sains, vraiment?

Non, plus tellement

Car nous venions tout juste de faire la découverte de Betrayal at the House on the Hill, ce jeu d’une immersion et d’une intensité rarement égalées. Nous ne pourrions désormais plus nous en passer

Souriez, ça ne va pas durer

Betrayal at the House on the Hill, ou autrement dit, dans la langue des gilets jaunes, Trahison à la Maison sur la Colline, est un jeu de plateau sorti en 2004 chez Avalon Hill / Hasbro aux US

Avec une seconde édition revampée (mais à peine) en 2013, puis une extension (enfin une salle de bain!) en octobre 2016. Et une année plus tard, en octobre 2017, une version thématisée DnD, Betrayal at Baldur’s Gate, un stand-alone slash spin-off- Facile, vu que l’éditeur, Avalon Hill, avait entre temps été racheté par Hasbro qui a également entre temps racheté Wizards of the Coast, l’éditeur de DnD

Le principe? On commence en mode « explo » slash balade du dimanche avec ses potes slash urbex, quand tout d’un coup, l’un.e de ses ami.e se transforme et devient le ou la méchante. Parce que

C’est en fait l’influence de la maison qui agit et corrompt l’un.e des visiteur.se.s. Mais ça, personne ne le sait d’avance. C’est surpraïz

Et la VF?

Aucune. Niet. Jamais

Depuis la sortie du jeu en 2004, aucune VF du jeu n’est sortie pour aucune version, ni celle de 2004, de 2013 ou celle de 2017. Snif

Parce qu’à moins de vraiment bien maîtriser la langue du Donald, jouer en VO peut s’avérer compliqué

En plus d’un matos tradi, tuiles, dés, quelques cartes malédictions et équipement, le jeu est accompagné de deux carnets. L’un pour les survivants, qui découvrent quoi faire au moment où ça part en sucette, et un autre pour le grand méchant au moment de la transformation slash trahison d’où le titre

A la racine du maaaaal

Et nous voici en novembre 2018

Une toute nouvelle mouture du jeu vient de sortir il y a quelques jours. Une extension? Une adaptation Pokemon?

Non

Une version en format Legacy, créé par Rob Daviau lui-même, le papa des formats Legacy (Risk Legacy, Pandemic Legacy, Seafall…)

Il faut dire que l’auteur américain était le candidat idéal puisqu’il avait déjà collaboré sur le Betrayal d’origine de 2004. Facile

Et qu’est-ce qui change?

Pas grand chose. Et tout

Ca reste du Betrayal. On se balade, tranquillou, les mains dans les poches, et là, paf! C’est le drame. Trahison

Les parties sont plus courtes, plus nerveuses. Comptez des parties de 45′ plutôt que 60′ dans le jeu de base

Mais surtout, selon la résol du scénar, qui finit souvent par une mort horrible, on colle sur la tuile où le drame s’est déroulé un sticker pour annoncer la présence plus ou moins indicible d’un fantôôôme. Fantôme qui pourrait venir impacter les futures parties

Car oui, il y aura de futures parties. Betrayal Legacy se joue en campagne. Un scénario après l’autre

Les décisions et actions des joueurs et joueuses, comme tout Legacy, vont changer le jeu en profondeur. Une grosse interactivité avec le jeu

Pour venir à bout de la campagne, il vous faudra compter 13 parties. Donc à peu près 13×45’=585’=environ 10h

Chacune des aventures commence 30 ans après la précédente, de 1666, un chiffre fun, jusqu’à 2004. Donc une aventure qui se déroule sur près de 350 ans

Et pourquoi 2004, au fait?

Parce que oui, 2004, c’est l’année de la sortie officielle du jeu

Petit clin d’œil? 

Non, c’est plus subtil que ça

Parce que Rob Daviau s’est demandé comment ce manoir était devenu ce qu’il était. Qu’a-t-il bien pu s’y passer?

Donc oui, vous avez bien compris, Betrayal Legacy est le prologue de Betrayal. L’épisode zéro. Malin

Sachant que tous les joueurs et joueuses incarnent plus ou moins toujours la même famille qui revient dans la maison ancestrale

Narration

L’auteur a réussi une belle perf, mêler narration, l’histoire de la bicoque, et choix des joueurs et joueuses

Je m’explique

Dans Betrayal Legacy, on n’est clairement pas dans un bac à sable slash monde ouvert dans lequel tout est possible, tout est ouvert, tout est dispo

Il y a certaines libertés, certains choix laissés à l’équipe, mais ni trop, ni trop peu. Un subtil équilibre entre « chemin de fer » slash linéarité et totale liberté

Du grand art

⚠️At⚠️ten⚠️tion⚠️

C’est du Legacy. Ce qui implique un traitement particulier du matériel

Au moment d’ouvrir la boîte de jeu, SURTOUT NE PAS mélanger les 71 tuiles. Laissez-les exactement dans l’ordre dans lequel vous les aurez trouvées

Sinon, c’est le drame, et les parties risquent d’être complètement biscornues et déséquilibrées. C’est explicité dans le livret de règles, mais on pourrait passer à côté 

Alors, Betrayal Legacy, c’est bien? Critique

OK, le jeu est plutôt cher, comptez près de 70 euros

OK, le jeu n’est qu’en anglais. Avec beaucoup de texte à lire / comprendre lors de la trahison

OK, le matos est plutôt pourri et ne casse pas trois pattes à un canard

OK, le jeu est kleenex, car une fois la campagne achevée, on ne pourra plus jamais y jouer

N’empêche

Plus qu’un jeu, comme le tout récent Détective d’ailleurs, Betrayal Legacy est une pure expérience. Un jeu comme on en aimerait plus, beaucoup plus. Interactif, immersif, intense, effrayant, on n’en sortira pas indemne

Faites-vous péter un bon dico franglais et on n’en parle plus

Quand on vous disait que l’année 2018 serait narrative ou ne serait pas…

Vous pouvez trouver Betrayal Legacy chez Philibert ici

Pour nous, c’est un gros pouce en l’air, voire deux ou trois si on habite près d’une centrale nucléaire

  • Date de sortie : début novembre 2018 en VO. Aucune VF à l’horizon
  • Auteur : Rob Daviau pour le concept et beaucoup d’autres pour les scénarios
  • Editeurs : Avalon Hill / Hasbro
  • Nombre de joueurs : 3-5 (optimum: 4-5)
  • Age conseillé : dès 12 ans (vu le côté angoissant du jeu, disons plutôt 14)
  • Durée : 45′ par scénario, 10h pour la totalité de la campagne
  • Thème : maison hantée, malédiction
  • Mécaniques principales : Legacy, coopération, semi-coopération, exploration, tuiles, stop-ou-encore

5 responses to Betrayal Legacy. Une plongée effrayante dans l’histoire de vos ancêtres

  1. J’ai récemment joué à une version francisée du jeu normal, bien, mais pas foufou non plus. Du coup au vue de cet article sur la version legacy, même si je ne joue pas à ce type de jeu (sauf Gloomhaven), cela m’a l’air plutôt pas mal! Merci pour l’info!

  2. cuauhnochtli says:

    Pour l’heure, Betrayal Legacy est simplement mon jeu de l’année (https://vonguru.fr/2018/11/20/the-haunting-of-hill-house-en-jeu-de-societe-betrayal-legacy/), même si je déplore effectivement la légèreté du travail graphique, très étonnant compte tenu du thème et des exigences de notre époque en matière de jeux immersifs. Reste à tester Détective pour voir s’il se maintiendra à ce rang, en tout cas une expérience ludo-narrative admirable et exemplaire (de nombreux jeux « narratifs » pourraient en prendre de la graine). Ravi que nous soyons d’accord pour le recommander chaleureusement !

  3. cuauhnochtli says:

    Du coup, la grande question, à quand la VF ? Wizards of the Coast m’a répondu attendre de voir si le jeu marche avant de commencer à envisager la localisation… Donc rien n’est prévu pour l’instant. Donc si Edge, Matagot, Space Cowboys, iello, passent par là, jetez-vous sur l’opportunité ! Le prix et les graphismes pourraient refroidir les joueurs, mais j’imagine mal un jeu pareil ne pas avoir le succès qu’il mérite, surtout à une époque folle d’expériences narratives et de fictions horrifiques !

  4. Marie says:

    Je vous déteste Gus ! Oui vous ! Car je tombe sur des articles passionnant , et à chaque fois pas de VF a lhorizon ! Damn …
    mais je continue de vous lire hein .. merci pour cet avis éclairé … je guette quand même une VF potentielle .. 🙂

    • Gus says:

      Ou, Marie, vous utilisez toute la haine profonde que vous entretenez à mon égard (vous êtes plusieurs), vous la convertissez en énergie positive et hop, vous vous lancez dans des cours pour apprendre la langue d’Alexandra Ocasio-Cortez 🥳

      La VF de Betrayal sent le 🌲 😖

A vous de jouer! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.