Critiques de jeux,  Jeux de plateau

Earth : Entre nature et tactique, le jeu du moment

🌳🎲 Découvrez Earth. Plongez dans un monde de stratégie et nature, où chaque décision façonne un écosystème. Jouez et protégez ! 🌱💚


Earth

⚠️ Avertissement : Dans le cadre de notre démarche de transparence, nous tenons à vous informer que nous n’avons pas reçu ce jeu. Nous l’avons acheté ou emprunté nous-mêmes et nous vous partageons ici notre expérience sans filtre. Nous vous indiquons les points positifs et négatifs du jeu selon de nos attentes, critères et expériences.


Imaginez un monde verdoyant, où chaque décision que vous prenez façonne l’écosystème environnant. Vous avez le pouvoir de faire fleurir des forêts, de soutenir la biodiversité, et de révéler la beauté de la Terre en un tour de main. Mais comment traduire cette vision en un défi ludique, et peut-être, peut-être, éducatif ? Voici Earth, un jeu de société innovant qui s’est imposé en 2023 comme une réponse audacieuse à cette question.

Mêlant habilement stratégie et une esthétique à couper le souffle, Earth vous invite à plonger dans un univers où durabilité et divertissement se rencontrent. Publié par Inside Up Games et Lucky Duck Games et créé par Maxime Tardif, Earth est, selon moi, une grosse, grosse claque de 2023 !

Earth : Un guide pour cultiver votre propre écosystème (ou comment on joue)

Bienvenue dans le monde fascinant d’Earth, où vous allez être amenés à créer un écosystème florissant en combinant astucieusement faune et terrains. Adapté dès 14 ans et plus, Earth peut accueillir de 1 à 5 personnes pour des sessions de jeu variant entre 40 et 120 minutes (oui, la fourchette est large !).

Préparation du Terrain

Au cœur d’Earth, l’objectif est de construire un tableau de 4×4 cartes pour accumuler le plus de points de victoire à la fin de la partie. Ces précieux points peuvent être récoltés en usant habilement des effets de vos cartes pour atteindre des objectifs prédéterminés en début de partie, tout en enrichissant votre écosystème.

Chaque joueuse et joueur commence avec un plateau personnel qui présente diverses sections, dont un espace pour le compost, une réserve de sol – qui agit comme la monnaie du jeu – et une zone pour les cartes d’événement. Pour commencer, on tire trois cartes spéciales qui déterminent son île, son climat, et son écosystème. Ces cartes fournissent des ressources initiales, des bonus particuliers et des méthodes de gain de points exclusives à chacun et chacune.

Cultiver votre écosystème : Les ressources et les actions

Au fil du jeu, vous effectuez une action par tour. Les ressources à votre disposition incluent le sol, les germes, les troncs et les canopées ; ces dernières accordent des points lorsqu’elles sont ajoutées aux cartes. Les actions que vous pouvez entreprendre comprennent la « plantation » de cartes, la pioche de nouvelles cartes, l’acquisition de sol, et le compostage.

Les cartes jouées ont des coûts associés, généralement en sol, et accordent des points de victoire. Elles peuvent également comporter des sous-catégories, des affinités climatiques et des restrictions quant au nombre d’arbres qu’elles peuvent accueillir.

Récolte des récompenses : Fin de la partie et décompte des points

Le jeu progresse par rotation de la joueuse ou du joueur actif et se termine lorsqu’une personne parvient à placer 16 cartes dans son tableau. À ce moment, le décompte final des points s’effectue. Les points sont accumulés via les valeurs sur vos cartes, les événements activés, le compost accumulé, ainsi que les arbres et germes présents sur vos cartes.

De plus, des points supplémentaires sont accordés en fonction des terrains et écosystèmes développés et des objectifs atteints. En guise de bonus final, le ou la joueuse qui a clôturé la partie reçoit sept points supplémentaires.

Le but final ? Obtenir le plus de points (si si), ce qui prouve qu’on a élaboré le meilleur écosystème possible. Classe !

Oui, Earth rejoint cette tendance, lourde, des jeux de société au thème écologique. Le thème, uniquement. On en parlera plus bas.

Les jeux de société écologiques, une tendance qui s’inscrit dans la durée

À l’ère où la protection de l’environnement est au cœur des préoccupations mondiales, les jeux de société embrassent cette vague de conscience écologique. Une tendance florissante émerge avec des jeux qui marient habilement le divertissement avec la sensibilisation aux enjeux environnementaux, captivant ainsi un public diversifié.

Chez nous en Suisse, on (re)vote sur la question écologique dans quelques jours :

Des jeux qui sensibilisent avec style. Trop stylé !

Ces jeux écologiques sont conçus pour éclairer les joueuses et les joueurs, vous, nous, moi, toi, sur des sujets tels que la durabilité, l’urgence climatique, et la préservation de la biodiversité. Leur charme réside dans leur capacité à utiliser un gameplay (plus ou moins) fun et réussi pour véhiculer des messages essentiels et inciter à adopter des comportements respectueux de l’environnement. Ce qu’on retrouve ici dans Earth.

Par exemple, un exemple

Outre Earth, en attendant le carton de Matt Leacock Daybreak, prévu dans quelques semaines, quelques perles se détachent dans ce domaine en pleine croissance. Prenons par exemple « Photosynthesis« , un jeu de stratégie où vous allez, comme dans Earth, planter et cultiver des… arbres, tout en gérant judicieusement les ressources. Ou Forests of Pangaia, dont ma collègue Aline vous a parlé il y a quelques jours, qui reprend ce thème éco-ludique.

Dans un registre plus futuriste, « Terraforming Mars » propose un défi complexe où vous êtes chargés de transformer la planète Mars en un habitat viable. Et la liste est longue.

À lire également : La Cli-Fi s’immisce dans le jeu de société.

Des jeux qui ont impact ?

Au-delà du divertissement, ces jeux façonnent la perception et la compréhension des problèmes environnementaux. Ils deviennent des outils interactifs pour explorer et débattre des défis écologiques, tout en mettant en avant des solutions innovantes. Ils incitent également à une introspection sur l’empreinte écologique individuelle, encourageant à réfléchir aux actions personnelles pour un avenir plus durable.

Et c’est peut-être là que le bat blesse. Comme on dit, « le jeu de société le plus écologique est celui qui n’est pas produit ». Car sous ses aspects écolo-poterie, Earth est produit en… Chine. On repassera pour la sensibilisation environnementale… Alors OK, le jeu est produit sur du papier FSC. C’est déjà pas mal ? Vous êtes Team verre à moitié vide ou à moitié plein ?

Une petite conclusion pour conclure

L’essor des jeux de société à thème écologiques illustre l’évolution de notre culture vers une intégration harmonieuse de la durabilité dans nos activités quotidiennes. Ces jeux, tout en divertissant, endossent un rôle éducateur indispensable pour sensibiliser aux défis environnementaux que notre planète affronte. À cause de nous. Ils incarnent l’exemple par excellence de la façon dont le divertissement peut être transformé en une plateforme d’éducation et de sensibilisation dynamique et efficace. Dans l’idéal… Soyons optimistes (ou naïfs ?).

Earth, un riche écosystème de jeu

Mais revenons à nos moutons compost.

Earth est un jeu de construction de tableaux passionnant qui permet de cultiver une grille de 4 x 4 de cartes, créant ainsi un écosystème riche en flore et en terrains. Les cartes présentent des illustrations à couper le souffle et des textes savoureux qui nous plongent dans un monde où les termes environnementaux tels que « sol », « plantes », « écosystèmes » et « compostage » constituent le cœur du jeu. Vous me trouvez trop lyrique ? Oui, j’avoue, ce jeu m’a transportée !

La diversité du jeu de la Terre est franchement stupéfiante : 364 cartes uniques, y compris des cartes recto-verso, offrent une combinaison infinie de valeurs de points, de titres, de capacités et de caractéristiques. Une rejouabilité de ouf !

Et je dois le relever, les mécanismes de jeu s’inscrivent parfaitement dans le thème de l’écosystème avec des actions judicieusement nommées Plantation, Compostage, Arrosage et Croissance, chacune d’entre elles ayant des actions secondaires disponibles pour toutes les joueuses et joueurs non actifs, de quoi garantir une expérience captivante et impliquée à chaque tour. Impossible d’aller faire la vaisselle ou de mater son flux Insta / Twitter / Tiktok.

Tout le sel du jeu, sa stratégie, consiste à sélectionner méticuleusement des cartes dotées de pouvoirs qui peuvent être déclenchés fréquemment, en mode combos, en payant de la… « terre » pour jouer des cartes, en les arrosant pour créer des germes, en favorisant la croissance ou en les jetant dans le tas de compost pour régénérer plus tard la terre ou remplir d’autres conditions préalables pour les cartes. LOL, je ne me serai jamais imaginée écrire un tel paragraphe dans ma (courte) carrière de chroniqueuse de jeux de société.

Du fun, du fluide

Earth s’assure que tout le monde à la table reste engagé grâce à son système de score dynamique. Pratiquement tout dans le jeu peut vous rapporter des points. Il y a plus de huit façons d’accumuler des points de victoire, y compris les valeurs de la plupart des cartes, les espaces de croissance et de germination, ainsi que l’accomplissement d’objectifs publics et privés. Earth nous met au défi de résoudre un casse-tête fun, fluide et dynamique en constante évolution, avec une pléthore de stratégies à explorer, en particulier pour maximiser l’efficacité pendant les tours des autres. Qu’est-ce que je fais quand je ne joue pas ?

Mais.

Une interaction polaire

Hasard des coïncidences, il y a quelques jours nous vous parlions d’After Us. Ces deux jeux partagent la même (absence ?) d’interaction. On joue dans son coin de tableau à gérer ses propres cartes, son propre développement, ses propres stratégies. Ces deux jeux se jouent par ailleurs très bien en solo.

Avec Earth, et After Us, et d’autres, on remarque un tendance, lourde, celle des jeux de société Solo-Multi, une nouvelle tendance (fun ?).

On les aime ou on les déteste. Au cœur du paysage ludique contemporain, une tendance intrigue et séduit. Ou repousse : les jeux de société qui se jouent en mode solo mais avec une dimension multijoueur. Cette catégorie hybride, qui semblait autrefois contradictoire, s’est progressivement imposée comme un acteur clé de l’industrie des jeux de société.

Les jeux Solo-Multi, comme on pourrait les appeler, permettent aux joueuses et aux joueurs de participer simultanément sans interaction directe ou compétitive. Ou très, très peu. Chaque joueuse et joueur a sa propre mission ou défi à relever, mais tous et toutes partagent l’expérience de jeu. Cette nouvelle approche du jeu de société remet en question les idées traditionnelles de compétition et de coopération, tout en offrant une expérience riche et immersive. Clairement le cas ici avec Earth.

À lire les commentaires à la suite de l’article sur After Us, on remarque que ce mode Solo-Multi est plutôt clivant. avec ses partisans et ses détracteurs. Perso, jetez-moi la pierre, je suis Team Solo-Multi. Même si, et ça fait bizarre, en fin de partie, après 45-60-90 minutes, je me rends compte que je n’étais pas seule dans ma cuisine…

Earth, complexité et public cible

Il faut le relever, Earth est relativement complexe, avec un niveau de difficulté qui tend vers le moyen-lourd. Si cela peut sembler décourageant pour certains publics, c’est en partie ce qui rend Earth profondément passionnant pour celles (comme moi) et ceux qui aiment les défis. Le jeu est recommandé aux joueurs âgés de 14 ans et plus, car l’agilité mentale requise peut être… intense. Oui, vous risquez bien de transpirer des neurones !

La durée du jeu est d’environ 40 à 120 minutes, ce qui semble juste pour la profondeur et la complexité qu’il offre.

Design et esthétique

D’un point de vue esthétique, Earth est une merveille ! Le design des cartes est saisissant et le texte en petits caractères est clair et lisible.

Le jeu comprend également d’adorables arbres miniatures que les joueuses et les joueurs peuvent intégrer à leur tableau, ce qui renforce l’attrait visuel et l’expérience thématique.

Earth, verdict

Si vous lu tout le texte plus haut, vous avez bien compris que j’ai SURkiffé Earth !

Earth est bien plus qu’un simple jeu de société. C’est une manière passionnante de combiner durabilité et divertissement. Avec la possibilité d’accueillir jusqu’à cinq personnes, Earth est le choix parfait pour tous les fans de jeux qui souhaitent en apprendre davantage sur la durabilité de manière ludique.

Le but du jeu est de construire votre propre écosystème en utilisant une variété de cartes différentes, chacune offrant son propre effet unique. Que ce soit en plantant des cartes, en piochant de nouvelles cartes, en acquérant du sol ou en compostant, les actions que vous pouvez effectuer sont nombreuses et variées. Mais ce n’est pas tout – vous pouvez également accumuler des points en fonction des valeurs de vos cartes, des événements déclenchés, du compost que vous avez accumulé et des arbres et germes que vous avez réussi à faire pousser. Avec des points supplémentaires accordés pour les terrains et les écosystèmes développés et les objectifs atteints, Earth est un jeu de société passionnant qui offre une expérience captivante à chaque fois.

Attention, paragraphes lyriques (et un poil ampoulés) en approche (vous êtes prévenus !) :

En enracinant fermement ses fondations dans les principes de la durabilité environnementale et en déployant une canopée luxuriante de stratégies de jeu ingénieuses, Earth se dresse telle une essence vénérable au sein de la sylve des jeux de société. Ce jeu transcende avec panache les frontières ordinaires du divertissement en infusant des leçons écologiques, éveillant ainsi la curiosité et la conscience éclairée de ses participants.

Alors certes, l’interaction pourrait être davantage nourrie, mais Earth brille incontestablement en façonnant un univers immersif et intellectuellement stimulant. Ce jeu est une éloge lyrique à notre Terre, une célébration de la splendeur qui réside dans ses écosystèmes diversifiés et un appel solennel à leur préservation.

Pour celles et ceux en quête d’une odyssée ludique transcendant le simple divertissement, enracinée dans des valeurs altruistes, Earth est une pépite inestimable à dénicher. Laissez-vous emporter par les alizés de la stratégie et semez les graines de la durabilité, tout en découvrant comment, en jouant, vous tissez également les fils d’un impact positif. Allez, la prochaine fois, on le produit en Europe et avec des encres végétales !

Grandiose !

Note : 5 sur 5.

  • Création : Maxime Tardif
  • Illustrations : M81 Studio, Conor McGoey, Yulia Sozonik, Kenneth Spond
  • Édition : Lucky Duck Games
  • Nombre de joueurs et joueuses : 1 à 5 ( tourne très, très bien à toutes les configurations )
  • Âge conseillé : Dès 14 ans ( pas moins ! )
  • Durée : 40-120 minutes
  • Thème : Nature, animaux, Ã©cologie
  • Mécaniques principales : Gestion, ressources, combos. Pour en savoir plus sur les différentes mécaniques de jeux, c’est ici.

2007. Wahou ! Nous avons de la peine à croire que cela fait depuis 2007 que nous sommes derrière l’écran à écrire sur ce blog que nous aimons tant ! Cela n’aurait pas été possible sans votre fidélité.

Pour vous offrir une expérience de lecture plus agréable, nous vous proposons un site sans aucune publicité. Comme nous entretenons des relations d’affiliation avec Philibert et Play-in, nous touchons une petite commission lorsque vous achetez un jeu depuis notre site. Ce qui nous permet d’acheter des jeux que nous pouvons ensuite vous présenter.

Aujourd’hui, nous vous demandons votre soutien pour nous aider à continuer à produire du contenu que vous appréciez. Chaque contribution, petite ou grande, nous permet de continuer à faire ce que nous aimons et de vous offrir la meilleure expérience possible. Vous pouvez nous aider à soutenir notre blog directement en faisant un don avec Tipee.

Nous vous remercions du fond du cœur pour votre soutien et avons hâte de partager encore de nombreuses années avec vous.


Article écrit par Amélie. Passionnée de jeux de société. A commencé à jouer à des jeux de société à l’âge de 1 année, environ, et n’a jamais cessé depuis. Kiffe les jeux de plateau, coopératifs, narratifs et d’autres qui finissent aussi en « tif Â». Adore partager sa passion et aider les autres à découvrir les top et éviter les flop.

Votre réaction sur l'article ?
+1
6
+1
10
+1
0
+1
0
+1
1
+1
2

4 Comments

  • Nicoel974

    Bonjour,
    Votre article donne envie de jouer 👍.
    Après, faut quand pas se faire d’illusion : la thématique écologique est plus une approche marketing tendance qu’un projet pédagogique. Verre vide !

  • erik

    Merci pour cette chouette chronique Amélie !

    J’ai tendance à croire qu’acheter et jouer à un cli-fi game n’éveille rien du tout chez un adulte.
    Peut-être que ça le rassure d’intégrer à une activité de loisir ses préoccupations environnementales.

    Mais je suis convaincu que cet adulte est déjà fermement sensibilisé à cette question cruciale pour l’avenir de l’humanité.

    Pour ma part, je n’ai pas spécialement envie d’être conscientisé ou édifié par un jeu de plateau. Je serais même plutôt jeu subversif, du moins dans son thème : quitte à s’amuser, eh bien autant s’amuser, quoi ! Un jeu, une partie, est une bulle en dehors de la réalité quotidienne et j’apprécie qu’elle le reste.

    Pour autant je n’aime pas pratiquer les jeux dits d’enfoirés ; là est ma limite à l’espace de fiction qu’est une partie de jeu de société.

    De manière générale je ne suis pas attiré par les jeux « à message », les jeux au thème éducatif. Je préfère que le gameplay lui-même propose un moyen « d’apprendre » une forme de sociabilisation (vilain mot) et/ou de travail des neurones différent que celui induit par, je ne sais pas, la lecture, une conversation, le boulot…

    Erik

  • gilgamesh

    testé il y a une semaine le jeu est sympa avec une salade de points qu permet de marquer des points de façon différente mais très peu d’interaction et un thème qui est sympa (j’adore les plantes) mais qui peut chez beaucoup de joueurs être complètement ignorée. bilan m!moyen sur le jeu globalement mais c’était ma seule partie.

  • Chab

    De notre côté on le testera cet été donc on verra à ce moment là pour notre avis.
    Par contre je suis étonné du nombre d’annonces à la revente le concernant sur Okkazeo alors qu’il est plutôt récent. Déception ou achat impulsif ?…

À vous de jouer ! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :