Comment les jeux de société peuvent nous aider à développer notre intelligence émotionnelle

Temps de lecture: 8 minutes

Jouer aux jeux de société, aux jeux de rôle n’est pas juste une question de divertissement, de lien social ou d’exercice cognitif. On ne le répétera jamais assez, le jeu de société, de rôle, est une activité… sociale, vécue, en principe, à plusieurs. Et pour (mieux) vivre en société, il est nécessaire de rentrer en contact, de comprendre l’autre, de développer son intelligence émotionnelle

Et pour cela, le jeu représente un moyen extraordinaire pour développer son quotient, son intelligence émotionnelle et sa capacité à entrer en empathie avec les autres

Séquence Émotions

Je suis enseignant à Genève. Mes collègues et moi enseignons les sciences humaines, les sciences expérimentales, quelques cours physiques et artistiques. Mais s’il y a bien une chose que nous n’enseignons pas, ce sont les compétences sociales, ce qu’on appelle les soft-skills en anglais. Et encore moins l’intelligence émotionnelle

Nous n’avons jamais appris à identifier ou à gérer nos propres émotions, et encore moins celles des autres. Ces compétences émotionnelles peuvent s’avérer cruciales, et nous ne les obtiendrons jamais dans une salle de classe

L’intelligence émotionnelle est un raccourci utilisé par les chercheurs en psychologie pour décrire dans quelle mesure les individus peuvent gérer leurs propres émotions et réagir aux émotions des autres

Les gens qui font preuve d’intelligence émotionnelle possèdent certaines compétences nécessaires pour progresser dans la vie, telles que la gestion et la résolution de conflits, la lecture des émotions des autres, ainsi que la réponse aux besoins des autres. Et enfin, à l’identification et la gestion de de leurs propres émotions

Mais au fond, qu’est-ce que l’intelligence émotionnelle?

La mesure de l’intelligence émotionnelle est relativement nouvelle dans le domaine de la psychologie, elle n’a été explorée que vers le milieu des années 80. Plusieurs modèles sont en cours de développement, mais pour ce qui nous concerne aujourd’hui, nous examinerons ce que l’on appelle le « modèle mixte » mis au point par le psychologue Daniel Goleman (vous pouvez suivre sa conférence TED à la fin de l’article). Le modèle mixte comporte cinq domaines clés :

Conscience de soi

La conscience de soi implique de connaître ses propres sentiments. Cela comprend une évaluation précise de ce dont vous êtes capable, du moment où vous avez besoin d’aide ainsi que de vos déclencheurs émotionnels. Autrement dit, quoi, comment et quand

Autogestion

L’autogestion implique de pouvoir garder ses émotions sous contrôle lorsqu’elles deviennent perturbatrices. L’auto-gestion implique de pouvoir se contrôler, de discuter calmement des désaccords et d’éviter les activités qui vous sapent, comme un sentiment de panique ou d’auto-panique prolongé. L’autogestion, est, en un mot : contrôle

Motivation

La motivation nous pousse à agir pour des récompenses, argent, statut ou maîtrise. Ce sont les piliers de la motivation

Le modèle de Goleman, cependant, fait référence à la motivation pour des raisons de bonheur personnel, de curiosité ou du besoin de satisfaction d’être productif

Empathie et intelligence émotionnelle

Alors que les trois catégories précédentes font référence aux émotions internes d’une personne, celle-ci traite des émotions des autres. L’empathie est l’habileté et la pratique de lire les émotions des autres et de réagir de manière appropriée

Compétences sociales

Cette catégorie implique l’application de l’empathie ainsi que la négociation des besoins des autres avec les nôtres. Comme trouver un terrain d’entente, gérer d’autres personnes dans un environnement de travail et d’être persuasif. Les soft-skills, encore une fois

Nos émotions ne représentent que la moitié de toutes nos relations. C’est la moitié sur laquelle nous nous concentrons le plus, bien sûr, peut-être, ou pas. Toutes les autres personnes qui comptent pour nous ont leurs propres sentiments, désirs, déclencheurs émotionnels et peurs (peur que l’on peut également vivre en jouant)

L’empathie est notre compétence la plus importante pour naviguer dans nos relations. L’empathie est une compétence qui dure toute la vie, mais voici quelques conseils que vous pouvez utiliser pour pratiquer l’empathie:

Par définition, l’empathie signifie entrer dans la sphère émotionnelle de quelqu’un d’autre. Permettre à leurs expériences de résonner avec les nôtres et de réagir de manière appropriée

Jeux et empathie

Donc oui, les jeux peuvent nous aider à développer notre intelligence émotionnelle

Tout d’abord, parce qu’ils nous offrent la possibilité de vivre, de ressentir tout un panel d’émotions, telles que :

L’Émerveillement

La peur

Le bonheur

La Frustration

Et ensuite, parce que les jeux nous « obligent » à rentrer en contact avec les autres. Mêmes dans les jeux les « moins » interactifs, qui proposent une IGUS à 1/5, 2/5, nous sommes toujours astreints à partager notre table, notre temps avec d’autres être humains. Ou chats, mais c’est plus compliqué pour eux de pousser des cubes. Oui, parce que les chats, ce sont vraiment des branleurs :

Jeux de rôle et empathie

Petite anectode, je me souviens de la troisième édition de Nephilim avec laquelle j’ai dû jouer des milliers d’heures, à la louche. Nephilim, le meilleur jeu de rôle de tous les temps, AMHA (avec DnD 5, Cthulhu, Maléfices, Kult, et 200’000 autres 😜). Et non, je n’ai toujours pas encore essayé la V5

Dans Nephilim, donc, on pouvait incarner des Selenim, des « enfants de la nuit », des sortes de vampire émotionnel qui « s’abreuvent » des émotions des autres. Si vous avez vu l’excellente série récente What we Do in the Shadows, le Selenim correspond au personnage de Colin

Tout le but du jeu consistait à susciter certaines émotions choisies au préalable auprès des PNJ rencontrés. Le Selenim pouvait même disposer de son « cheptel » chez qui il allait « récolter » ses / ces émotions


Faire du jeu de rôle nous oblige à faire preuve d’empathie. Quelles décisions de groupe prendre, selon les réactions, les émotions des autres ? Une telle réaction pourrait entraîner des émotions négatives : un péril, une menace à affronter, de quoi mettre son personnage en danger ? Comment les gérer ?

Selon les émotions, il est parfois nécessaire de parler des possibles réactions avant d’entamer l’action : si on fait ceci, il risque d’arriver cela. Quels seront les impacts sur nous-mêmes et sur notre personnage en jeu ?

Faire preuve d’empathie en jeu de rôle, c’est s’intéresser aux autres, à leur personnage, à leur aventure, à leur état émotionnel actuel. Que se passe-t-il, et pourquoi ? Et comment veiller sur eux, sur leur bien-être émotionnel. En un mot, faire preuve de bienveillance

Parfois, dans certaines groupes de rôlistes, il arrive qu’on fonce pour arriver le plus rapidement possible à l’objectif final élaboré par le scénario. Au point parfois de se la jouer « perso », comme si gagner seul représentait une véritable victoire. Alors qu’en réalité, en jeu de rôle, on gagne, comme on joue, ensemble

Même le et la MJ sont là pour veiller à ce que tout le monde passe un bon moment. La MJ n’est pas là pour mettre des bâtons dans les roues des joueurs, mais pour offrir la meilleure expérience possible pour tout le monde, il et elle y compris. C’est également le rôle du MJ de veiller au bien-être émotionnel de ses joueurs et joueuses. Une telle scène pourrait susciter un mal-être ? Comment la gérer, et les émotions ainsi provoquées ?

N’empêche

Les parties de jeu de rôle les plus intenses provoquent en nous, PJ + MJ, de vives émotions : peur, exaltation, stress, dégoût… Le jeu de rôle est un formidable moyen de vivre, d’expérimenter émotions « pour de vrai » mais « pour de faux », tout est simulé, imaginé, comme de la Réalité Virtuelle mais sans casque et la gerbe qui vont avec

Jeux de société et empathie

Jouer aux jeux de plateau nous oblige également à comprendre ce que les autres font, réagissent et comment ils se sentent pour mieux les, se gérer ensuite

En jeu coopératif, créer une cohésion de groupe est souvent gage de réussite. Si tout le monde tire à même corde ensemble, on augment ses chances de remporter la partie. Essayez de jouer à Pandémie Rapid Response en jouant chacun dans son coin, et là, c’est le drame

Apprendre à gérer ses émotions en jeu, et dans la vraie vie, nous permet de prendre le contrôle sur notre cerveau mammifère pour raisonner, évaluer, juger, bref, en un mot : réfléchir

Voici quelques exemples de jeux de société qui utilisent les émotions comme moteur principal. Si vous cherchez à travailler sur les émotions, ces jeux pourraient vous intéresser :

Feelinks

On lit une phrase, une situation, et on doit deviner comment les autres régiraient à la table, quelle émotion ils ressentiraient dans cette situation. Une version plus adulte, plus 2019 est prévue sous peu

Vous pouvez découvrir la critique complète ici

Et pouvez trouver Feelings ici

Farben

À nouveau, une situation, et tout le monde doit jouer une carte de couleur pour indiquer ce que cette situation évoque comme émotion liée à une certaine couleur. Subtil

Vous pouvez découvrir la critique complète ici

Et pouvez trouver Farben ici

Le Monstre des Couleurs

Destiné à des enfants, ce jeu leur demande de narrer un épisode de leur vie pendant lequel ils ont ressenti telle ou telle émotion. Plus un outil pédagogique et psychologique qu’un réel jeu, mais fun quand même pour entamer des discussions

Vous pouvez trouver le Monstre des Couleurs ici

Affinity

C’est un peu le jeu du « cadavre exquis », on doit composer une phrase en associant des fragments insolites et improbables. Très fun. Le but ? Réussir à évoquer une émotion précise. Petit plus : une toute nouvelle extension vient à peine de sortir, pour rajouter une touche… coquine, plus adulte

Vous pouvez découvrir la critique complète ici

Vous pouvez trouver Affinity chez Philibert ici

Et l’extension coquine et sensuelle ici

One Key, Détective Club, Mysterium, Dixit, Dany…

La majorité des jeux à image, à déduction, demandent d’entrer en empathie avec les autres : quelle carte a été choisie, et pourquoi ? On dépasse souvent le raisonnement pour laisser parler les émotions : une telle couleur, parce qu’elle évoque ce souvenir, cette émotion, un tel objet, une telle scène

Et l’un des parangons dans la gamme, c’est encore Greenville 1989, qui fait dans le gore et le glauque

Si vous en avez le cran, vous pouvez découvrir la critique complète ici


Quelques outils pour développer son intelligence émotionnelle

Alors, comment développer son intelligence émotionnelle? Comme pour toute compétence, il faut 1. étudier 2. pratiquer. Voici 5 conférences TED qui pourront peut-être aider à développer cette compétence et à cibler les domaines à améliorer :

Kelly McGonigal: Comment faire pour que son stress devienne votre ami

Dans cette conférence, la psychologue Kelly McGonigal, sœur-jumelle de Jane, la spécialiste du jeu, admet un changement fondamental dans sa façon de penser le stress

Elle raconte que pendant des années, elle a enseigné aux autres ce qui semble être une théorie tout à fait sensée : le stress rend les gens malades. Mais elle partage ensuite les recherches qui l’ont amenée à penser différemment : le stress ne peut être mauvais pour vous que si vous croyez que c’est mauvais pour vous

McGonigal nous encourage à considérer le stress comme un facteur positif et nous présente les avantages qui en résultent. Elle nous enseigne également comment la capacité à communiquer avec les autres, que ce soit en situation de stress ou en période de stress, contribue à renforcer notre résilience

Arianna Huffington: Comment réussir? Dors plus

Vous connaissez Mme Huffington en tant que cofondatrice et rédactrice-en-chef du Huffington Post

En quatre minutes fascinantes (et très amusantes), Mme Huffington partage une expérience personnelle qui a conduit à une découverte personnelle. Ce faisant, elle nous exhorte à examiner de plus près les avantages de prendre suffisamment de repos pour mieux gérer nos émotions. Un manque de sommeil génère souvent une irritabilité

Laura Trice: Le pouvoir de dire merci

Il y a peu de phrases, de mots qui parviennent autant à élever une relation : merci

Dans une conversation simple (mais profonde) de trois minutes, la Dr. Laura Trice partage avec nous le potentiel de ce mot (deux, en anglais) pour changer les relations

Daniel Goleman: Pourquoi ne sommes-nous pas plus compatissants ?

Daniel Goleman est un psychologue et un auteur primé qui a grandement contribué à la popularité de l’intelligence émotionnelle dans son livre de 1995, Emotional Intelligence. Nous vous avons parlé de lui en début d’article

En mélangeant certaines recherches scientifiques et en les saupoudrant de quelques anecdotes, Goleman aborde la question avec brio. Ce faisant, il nous incite à réfléchir à la société que nous avons créée, à ce qui influence notre point de vue et comment nous améliorer

Mandy Len Catron: Tomber amoureux est la partie facile

En explorant les différences entre tomber amoureux et rester amoureux, Mme Catron enseigne des leçons importantes sur la manière dont nous apprenons à connaître les autres à un niveau plus profond. Plus important encore, elle soulève certaines questions qui méritent d’être posées, sur lesquelles nous devrions méditer, de quoi maintenir, et prolonger nos relations les plus importantes

Jeux vidéo et intelligence émotionnelle

Et en extra, une vidéo Extra Credits sur le sujet, comment les jeux développement notre empathie :

A vous de jouer! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.