Farben. Vous allez en voir de toutes les couleurs

Temps de lecture: 7 minutes

Un thème, des couleurs. Un jeu cucul tout simple et pourtant passionnant. La pépite du printemps, toute en douceur et en subtilité

Farben, de quoi ça parle?

Aucun thème, si ce n’est peut-être des expériences de vie à partager

Tiens, en parlant de couleur, Farben a inspiré notre rédacteur Manu pour placer ce clip de 1996 😂

Et comment on joue?

On commence par distribuer à tout le monde un paquet de cartes composé de douze couleurs de base: bleu, brun, jaune, multicolore, blanc, etc

Puis, on place un paquet de cartes « thème » sur la table

Un ou une première joueuse commence. Il ou elle pioche la première carte « thème », puis choisit le recto ou le verso. Avec des thèmes comme: jeunesse, cadeau, nourriture, animal… Des thèmes extrêmement ouverts et génériques

Puis, tout le monde à la table choisit l’un de ses cartes couleurs et la place devant soi face cachée

Le choix de la carte, de la couleur, doit être lié au thème. Quelle carte, quelle couleur choisir avec… jeunesse, cadeau, nourriture ou animal?

Puis, dans l’ordre du tour, le ou la première joueuse retourne sa carte et explique son choix de couleur. Bleu, parce que…

Et les un.e.s après les autres, tout le monde fait pareil en s’assurant de bien écouter, sans noter, les anecdotes slash récits de vie slash explications des autres

Une fois le tour de table effectué, on place alors les cartes couleur jouées face cachée sous la carte « thème » de la manche en cours, pile qu’on dépose à côté pour la phase de décompte

On finir par jouer dix de ses douze couleurs. Deux ne seront donc pas utilisées, il faut le préciser

Et comment on gagne?

La partie se joue avec 10 cartes « thèmes » qui vont composer les 10 manches de la partie

Une fois ces 10 manches jouées, la phase de communication s’achève et commence alors la phase d' »arrachage de cheveux » slash mémorisation

Et là, c’est le drame

Un joueur ou une joueuse se saisit d’une des piles mise de côté, à choix, et la donne à quelqu’un d’autre à la table

La personne qui reçoit le tas doit alors annoncer la couleur jouée par les autres sans la voir au préalable. Qui a joué quoi. On la retourne alors pour vérifier

Si la couleur est juste, celui ou celle qui l’a annoncée remporte deux points de victoire, celui ou celle à qui appartient la carte en obtient un

En cas d’erreur, personne ne reçoit rien

Au cas où l’on ne se souvient plus, on peut aussi demander un indice, un seul mot. Si l’annonce est correcte, on ne gagne alors pas deux mais un seul point de victoire. Et l’autre personne à qui appartient la carte obtient toujours un point de victoire

Le ou la joueuse qui totalise alors le plus points de victoire remporte la partie

En résumé:

  • 2 PV par couleur correcte + 1PV pour l’autre

Ou

  • 1PV si indice + 1PV pour l’autre

Plus simple, ça serait impossible

Variante de décompte pour y jouer avec des plus jeunes

Pour une variante pour simplifier le jeu lors de cette phase « explosion de neurones dans sa tête », on peut également procéder à un décompte inversé. On retourne les cartes sur leur face couleur, et on doit alors attribuer chaque carte slash couleur à la personne qui l’a jouée

C’est plus simple, mais moins fun. Mais plus simple

Attention alors à ne pas regarder les verso, car chaque verso indique à qui appartient la carte

Interaction?

Sur l’IGUS, l’échelle de mesure de l’interaction dans les jeux, atteint un 5/5

Pourquoi 5 sur 5?

Parce que dans Farben, il faut écouter les autres et se souvenir de qui a été dit

Donc une interaction directe, même si sans baston ou coopération

A combien y jouer?

On peut y jouer de 3 à 5

A 3, on aura plus de piles à retrouver slash scorer, mais également moins de récits à savourer. Sympa, sans plus

A 5, le jeu peut s’embourber sur les 10 manches, et il sera plus difficile de se souvenir de toutes les couleurs jouées

A 4, c’est la config optimale

Mais même à 3 ou 5 le jeu s’avère subtil et délicieux

Alors, Farben, c’est bien? Critique

Farben est un jeu de communication, donc. Un thème, une couleur, une anecdote personnelle

Sur le papier, ça semble cucul la praline (expression suisse romande). On aurait presque honte d’y jouer

Et pourtant

Une fois la partie lancée, on se prend… au jeu, c’est le cas de le dire. Et on se met à partager des anecdotes parfois croustillantes, souvent surprenantes, toujours personnelles

Avec Farben, pour une fois, on tombe les masques que l’on se fatigue (et les autres) parfois à porter. Et qu’est-ce que ça fait du bien

Au point que, comme Concept « à l’époque », on finit par s’en taper un peu le coquillard des points

Si la phase de décompte est hilarante et douloureuse pour ses synapses, on risquera bien vite de lâcher le pad de points juste pour apprécier de jouer ensemble, de partager du temps et des récits. Et qu’importe qui la remporte, la partie. Tout le monde a gagné, car tout le monde a joué, tout le monde a partagé

Dans Farben, ce qui compte, c’est l’écoute, le partage. C’est plutôt rare, pour un jeu de société

Un jeu tout doux, tout subtil

Des jeux comme Farben, on en aimerait plus

Alors, Farben, faut-il y jouer?

Oui

Oh oui

Mais vraiment oui

S’il n’y a qu’un seul jeu que vous devez acheter ce printemps 2019, c’est celui-ci. En plus, il ne coûte à peine que 10 euros

Petit conseil pour profiter pleinement du jeu

Récit

Pensez à lier la situation et la couleur à l’une de vos expériences de vie

Plus l’anecdote, le souvenir seront forts et prégnants et plus la partie sera intense, riche et mémorable

Le danger serait de jouer à Farben en mode « cucul » bêta simpliste, genre:

  • Thème: nature
  • Couleur jouée: le vert. Parce que nature

Mouaif

On perdrait ici beaucoup de l’intérêt du jeu

Mieux vaut jouer des couleurs en lien avec une anecdote, une expérience personnelle

Pourquoi ne pas jouer la couleur noire avec le thème « nature »? Parce que ça me rappelle… un premier cours de spéléologie marquant lors d’une colonie de vacances?

Et bien sûr, restez honnêtes et authentiques, le jeu perd tout son intérêt si vous commencez à « mythonner »

Alors bien sûr, si vous êtes plutôt timide, ou pas d’humeur à vous livrer, surtout si vous jouez avec des gens que vous ne connaissez pas, rien ne vous oblige de raconter des récits de vie trop intimes. Vous pouvez très bien vous limiter à des liens légers. Pas besoin de prendre Farben comme une visite chez le psy 😄

Vaisselle

Farben n’est vraiment, vraiment pas un jeu-vaisselle

Restez à table, levez le nez de votre écran et écoutez les autres, pour deux raisons:

  1. pour scorer plus lors du décompte, et tenter de remporter la partie, si c’est vraiment un truc qui vous fait kiffer
  2. pour leur témoigner du respect, de l’amitié, de la fraternité, de… l’humanité

Score:

Anticipation: 5/5

Farben a été pas mal buzzé ces dernières semaines

Un « bête » jeu de cartes avec des couleurs? Hashtag curieux

Pendant la partie: 5/5

Ça paraît trop simple et crétin pour y croire. Et pourquoi n’y a-t-on pas pensé avant? Farben, As d’Or 2019 2020

Après la partie: 5/5

On y rejoue?

Oui. Toute sa vie

Score final: 5/5

Tout simple, tout doux, subtil et personnel. Farben transcende l’expérience de jeu. On n’en sortira pas indemne mais ami.e

Une occasion ratée

L’auteur est donc une auteure, ou une autrice, Apolline Jove

Les femmes auteures, il y en a très, très peu dans le monde du jeu. Nous vous en avons déjà parlé ici:

Elles atteignent à peine 10% dans les nominations de prix. Et encore, quand elles sont en duo avec un ou plusieurs hommes (Marie Fort vient tout juste de remporter hier soir l’As d’Or pour enfants avec Mr Wolf. En duo avec son mari)

C’est donc une femme qui a créé Farben

Mais alors, pourquoi ne pas en profiter pour adopter l’écriture inclusive dans les règles en français? L’éditeur Wallon Act in Games s’en explique ici dans les règles:

Et quid dans les autres langues?

En anglais, c’est facile, puisqu’on utilise le terme de « player », neutre

En allemand, la règle a fait le pari de n’utiliser que le féminin partout, sans vouloir se fermer aux autres genres, comme notre rédacteur Clément a choisi de le faire dans toutes ses critiques

Soit

Mais

Utiliser le masculin (ou le neutre, selon Act in Games) dans la règle, c’est une chose

Mais alors, pourquoi ne pas utiliser en français le mot auteurE ou autRICE, alors que la règle en allemand le fait?

En anglais, c’est facile
En allemand, l’éditeur a utilisé le féminin. Logique
En français, l’éditeur n’a pas fait l’effort d’utiliser le féminin 😞

C’est dommage, vraiment

Tempête dans un verre d’eau, diront certains

Si nous voulons tendre vers une plus grande diversité et inclusivité dans le monde et le marché du jeu, ça commence ici. Par de tous petits pas, en faisant la distinction entre les genres pour mieux leur apporter une certaine reconnaissance tout à fait légitime, ici

Et reconnaître que l’auteure de Farben est une femme, cela aurait été un (petit) début

Le langage structure la pensée. Ne pas féminiser les mots empêche aux femmes de prendre leur place dans la société

Une occasion ratée pour nous, une occasion ratée pour Act in Games, une occasion ratée pour plus de diversité et de reconnaissance dans le milieu (et ailleurs aussi)

D’autant que ce 28 février, l’Académie Française, la grande instance qui décide ce qu’il faut faire, et ne pas faire avec la langue, vient tout juste d’accepter la féminisation des noms de métier

Sur le même sujet, et traité par un journaliste et un avocat sur l’importance de l’écriture inclusive, l’excellent podcast Programme B vient tout juste de consacrer un épisode sur le sujet

Pour poursuivre la réflexion, participez au débat ici:

Farben, un jeu pour nous, les profs

Si vous êtes, comme moi, enseignant.e.s, Farben est LE jeu idéal à utiliser en classe de langue

Il existe également en anglais et allemand en même temps, chaque carte thème intègre les deux langues

Farben s’avère un outil extrêmement intéressant et efficace pour faire pratiquer vos élèves de collège et lycée. Un formidable moyen pour leur permettre de parler, écouter, jouer

Vous pouvez déjà trouver Farben en VO ici

Et si vous cherchez quelques pistes sur l’utilisation des jeux en classe, nous avons quelques outils pédagogiques qui pourraient vous intéresser ici:

Et où, comment trouver Farben?

Vous pouvez le trouver chez Philibert ici

Et vous pouvez également le trouver chez Helvétia Games Shop ici

Et encore une dernière chose

Vous aimez les jeux de communication?

Act in Games a sorti l’année passée un autre jeu très fort, Feelings, que nous avons beaucoup, beaucoup apprécié

D’ailleurs, une version pour adultes est dans les tuyaux, prévue pour ces prochaines semaines / mois

Entre temps, vous pouvez consulter les règles de Farben en français ici

  • Date de sortie : Mi-mars 2019
  • Langue : Français
  • Auteure : Apolline Jove
  • Editeur : Act in Games pour la VF
  • Nombre de joueurs : 3-5 (optimum: 4)
  • Age conseillé : dès 10 ans (bonne estimation, vu les anecdotes parfois adultes qui peuvent être échangées)
  • Durée : 45 minutes (moins à 3, beaucoup plus à 5)
  • Thème : expériences
  • Mécaniques principales : communication, mémoire

4 Comments

  1. « Mais alors, pourquoi ne pas en profiter pour adopter l’écriture inclusive dans les règles en français ? »

    – Avant tout… Parce que ce n’est pas français ?
    – Parce que c’est moche et imbitable ?
    – Parce qu’ils savent que cela n’aura aucun impact sur la cause (certes louable) de l’égalité homme/femme ?
    – Parce qu’ils ne se donnent pas la casquette de justicier autoproclamé de la cause féminine ?

    « la règle a fait le pari de n’utiliser que le féminin partout, sans vouloir se fermer aux autres genres, comme notre rédacteur Clément a choisi de le faire dans toutes ses critiques »

    Critiques que je ne parviens personnellement jamais à lire jusqu’au bout tant je m’y perds dans mes repères acquis depuis que j’ai appris à lire… Repères identiques que l’on soit un homme ou une femme par ailleurs.

    Je suis papa de 2 petites filles. Ce que j’espère pour elles, c’est que quand elles seront grandes, elles puissent exercer la profession qu’elles souhaitent, qu’elles soient reconnues au même titre que leurs collègues masculins, qu’elles puissent faire des choix de vie indépendamment de leur sexe, qu’elles puissent se promener dans la rue sans crainte… Et je ne pense pas que l’écriture inclusive y participe de quelque manière que ce soit.

    PS : comme vous le dites, nous avons pour une fois le jeu d’une auteure. Dommage d’en faire un prétexte à débat… Du coup ça en fait un événement « exceptionnel » alors que nous sommes d’accord que ça devrait être commun de voir des auteures féminines de jeux de société.

    PS2 : je lis vos critiques de jeux car j’apprécie votre opinion parfois à contre-courant de ce qu’on peut lire ailleurs. Mais votre côté SJW est agaçant (de plus en plus) et si je me permets de commenter maintenant c’est parce que cet article est malheureusement un condensé de tout ce qui me titille.

    Cordialement

    1. Merci Lionel d’avoir pris le temps de donner votre avis, extrêmement intéressant

      Comme on dit dans la langue d’Alexandria Ocasio-Cortez, « let’s agree to disagree »

      Comme vous, aussi papa d’une fille de 4 ans, je ne peux que lui souhaiter de s’intégrer dans une société diverse, multiculturelle et inclusive. Et pas que masculine. À commencer par la langue

      Bon week-end ensoleillé Lionel et merci pour votre fidélité

  2. Alors perso j’arrive à produire l’effort herculéen qui consiste à lire les critiques et autres règles au féminin. Ce n’est ni moche, ni imbitable. Et si, ca participe à la cause. Il faut bien comprendre que ce sont aussi ces petits gestes qui font avancer les choses. Encore faut-il vouloir que ca avance.
    Sinon, je vais l’acheter ce jeu, même si la règle est au masculin.
    Et sinon, si « cucul la praline » est bien d’origine romande, ca fait belle lurette qu’elle a traversé la frontière 😉

A vous de jouer! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.