Critique de jeu: The Grimm Forest. Le cul entre deux contes

Temps de lecture: 5 minutes

Un matériel somptueux et féerique, une plongée merveilleuse dans le monde des contes. Mais un jeu pour qui? 

  • Date de sortie : printemps 2018 pour la VO. Une VF n’est pas encore prévue
  • Auteur : Tim Eisner
  • Illustrateurs : Noah Adelman, Lina Cossette, David Forest
  • Editeur : Druid City Games
  • Nombre de joueurs : 2 à 4 (optimum 4)
  • Age conseillé : dès 14 ans (bien 14 ans. Malgré le thème)
  • Durée : 40 à 60 minutes
  • Thème : Contes
  • Mécaniques principales : programmation, bluff, guess

The Grimm Forest, de quoi ça parle?

Tout est dans le titre

Grimm

Comme les contes

(La forêt, c’est pour le côté mystico-poterie. Le jeu ne se déroule pas du tout en forêt)

On incarne les nièces et neveux des trois petits cochons, et il va falloir à nouveau construire des maisons de paille, de bois et de pierre, secondés par toute la ribambelle de personnages iconiques des contes de fées. Ils sont tous là: le Chat Botté, le Loup, Rapunzel, etc.

Le matériel et les illustrations sont juste superbes! Rarement un jeu n’aura été aussi beau. Fig de perso, mais également fig de créatures, et toutes les cartes sont uniques. Quand on ouvre la boîte on en prend plein les yeux. Au point de se laisser transporter et immerger dans cet univers féerique et ce retour en enfance. Magique!

Et comment on joue?

C’est du pur bluff / guess / programmation

On commence par poser / rajouter un certain nombre de ressources sur 3-4 (selon le nombre de joueurs) grosses tuiles (3 briques dans la carrière, 4 bois dans la forêt, etc)

Puis, chaque joueur et joueuse choisit face cachée l’une de ses cartes correspondant au lieu et ressources convoitées

Tout le monde révèle sa carte

Si on est tout seul sur un lieu, on pécho toutes les ressources présentes. Si on est plusieurs, c’est la soupe à la grimace et on se partage le lot (au chiffre inférieur)

Et après?

Avec ces ressources ainsi acquises, on construit une seule et unique partie de maison. On n’incarne pas les nièces et neveux des trois petits cochons pour rien…

Bois pour une maison en… bois, et ainsi de suite. Une seule pièce / étage de maison. Sachant que chaque type de maison en compte trois:

Et c’est tout?

Oui

Ou presque

On reçoit également une ressource à choix, petit lot de consolation, ainsi qu’une carte « fable ». Ces cartes vont venir modifier les règles du jeu. Genre: tout rafler la mise si on est plusieurs, obligé les autres à choisir une autre carte / emplacement, aller ailleurs, etc. Des cartes fun qui apportent piment et rebondissements. Et chaos

Des règles extrêmement claires et simples, streamlinées, servi avec un matériel somptueux et ergonomique. Aux livret des règles extrêmement claire et didactique

Et comment on gagne?

Dès qu’un ou une joueuse a construit trois maisons en entier, quel que soit le type, la victoire est automatique

Facile

Il y a du hasard?

Oui, bien sûr

Pas dans le guess, parce qu’on peut s’attendre slash anticiper le choix des autres

Mais dans la pioche des cartes « amis » et « fables »

Selon ce qui est tiré, cela pourrait avoir une grosse incidence et avantage. Surtout les cartes « amis » qui pourrait engendrer un gros déséquilibre (oui, je parle de toi, Alien Artifacts, avec des cartes « alien » toutes cheatées) et venir pourrir le jeu

Sauf que

Il y une petite règle bien maline qui permet de refiler une carte « ami » à quelqu’un d’autre qui est alors obligé de la prendre. Et de la remplacer. Car on ne peut posséder qu’une seule et unique carte « ami ». Donc si une carte est trop balaise, zou! Echangisme entre amis (attention, selon les situations, cette phrase pourrait prêter à confusion)

A combien y jouer?

A 4, le must

A 2, c’est niet! Avec l’utilisation d’un dé pour représenter une « IA » toute moisie. A éviter comme la peste!

A 3, la tension est moindre

C’est vraiment à 4 que le rapport tension-interaction est optimal

Interaction?

Oui, très forte, puisqu’on est toujours en train d’observer les autres et d’imaginer ce qu’ils ou elles vont jouer en fonction de leurs constructions et de la quantité de ressources dispo sur les emplacements. Plutôt pierre ou paille?

Plus les cartes « fable » qui viennent remuer le tout

Et bien sûr, l’interaction directe avec la course aux trois maisons

Alors, The Grimm Forest, c’est bien? Critique

Oui. Rarement un jeu n’aura été aussi somptueux: les fig, les illustrations, le thème, les règles épurées, le format court et tendu pour des parties de moins de 60 minutes

Mais… non

Non

Car au final, on ne comprend pas trop à qui le jeu est destiné. Bien trop complet, long et chaotique pour des enfants, bien que le thème s’y prête à merveille (pun intended), il est d’ailleurs prévu dès 14 ans, ça veut tout dire, mais bien trop léger et chaotique pour des joueurs et joueuses plus aguerris ou exigeants, avec un thème alors trop… enfantin

Un Gateway Game alors? Pas vraiment non plus. Cher, trop long et chaotique, avec des cartes qui viennent tout changer

Mais alors, à quel public est-il destiné? The Grimm Forest a vraiment le cul entre deux contes chaises, ce qui le dessert. Dommage, au vu de la qualité du matériel!

On y jouera 1-2 fois, et puis c’est tout. Un gros effet pshiiit. On ouvre, ça pétille, puis le soufflet retombe vite, très vite, trop vite

Score:

Anticipation: 5/5: Un jeu qui se déroule / dans / autour / sur les contes? Avec un matos de ouf? Mais ouiiiiii!!!

Pendant la partie: 3/5. Un jeu aux mécaniques épurées (je pose, et j’active quand je retire) d’une immense richesse et profondeur. Mais très, trop chaotique pour vraiment espérer faire quoi que se soit. On gagne dans un mouchoir de poche, au petit bonheur la chance car on a réussi à sortir la bonne carte « fable » piochée au dernier moment

Après la partie: 2/5. Trop chaotique pour s’être amusé. Envie de rejouer? Oui, mais dans 1d4 mois, pas avant

Score: un solide 3/5. Un gros divertissement, très léger, qui fait penser à une limonade d’été. Frais, sucré, pétillant, mais on en oublie vite le goût

Des reco?

Si vous aimez les jeux qui se déroulent dans un univers féérique, IELLO vient tout juste de sortir un tout nouveau jeu de tuiles dans cet univers. Fairy Tile. Des mêmes auteurs qu’Elysium et du (très décevant) Professor Evil et la Citadelle du Temps

Ou tout bientôt, Histoires de Peluches, un autre jeu qui souffre du même problème de public incertain avec un thème enfantin pour un jeu plutôt complexe

Et si vous aimez les jeux de guess contre-guess double-guess over-guess, le tout doux tout simple tout bucolique Happy Pigs est une bonne reco

Mais la meilleure reco est sans aucun doute Coup Royal. LE jeu de bluff slash guess sorti en catimini en 2009. Et qui a fait un gros four

Petit mais über-efficace, Coup Royal, du même auteur que Codenames ou Through the Ages (oui, deux jeux complètement différents!). Simple, épuré, tendu. LE meilleur jeu de sa catégorie. Et JAMAIS sorti en VF. Et aujourd’hui épuisé et introuvable 😢

Il serait vraiment temps qu’un éditeur francophone s’y intéresse pour sortir une VF pimpée (parce que la boîte était vraiment hideuse). IELLO, Super Meeple, Igiari?

Et encore une dernière chose

Une VF n’est pas encore prévue pour The Grimm Forest. Et c’est bien dommage

Mais ça ne saurait tarder, vu la beauté du jeu. Il faut toutefois préciser que le matériel de jeu comporte beaucoup de texte. Notamment sur les cartes. Pour y jouer, mieux vaudra bien maîtriser la langue anglaise

Et petite variante pour quand même y jouer en famille avec vos enfants dès 8 ans? Vu la beauté du jeu et son thème, pourquoi priver ses enfants?

Dégagez toutes les cartes « fable » et « ami », celles qui rajoutent des règles différentes. C’est tout. Jouez juste avec la phase de prog et de construction. Ça leur apprendra de programmer, d’observer et de bluffer. Dès 8 ans, donc

Vous pouvez consulter les règles de Grimm Forest ici

Vous pouvez trouver The Grimm Forest chez Philibert ici

2 Comments

  1. Pledgé sur ks. Une attente incroyable. Ouverture de la boite, et là wouuuuaaaaa. Les inserts sont parfaits, les figs superbes, le détail est poussé jusqu’à cacher du matos au sein même de la boite. Et là le rêve monte. On va s’éclater. Et on joue. Et pssschit… Plus rien. Le jeu est pour nous sans intérêt aucun. Ma fille de 7 baluches ne veut même plus y jouer. Même en mode famille c’est pas amusant. En gros : je choisi une ressource, dès que je peux je construis. Oullalala, retournement de situation j’ai une carte qui fait une special effect. Ouaaaa. Quelle tension de dingue…. Je ne m’étais pas autant éclaté depuis ma dernière marelle. Je suis extrêmement déçu. Le jeu attend dans un meuble qu’on se décide à la vendre. Pour les copains qui ont acheté c’est la même chose. Gros échec pour une boite de jeu parfaite..

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.