Critique de jeu : Through the Ages. Le retour du mammouth en plaine.

TtA

avant-propos

Ce jeu nous a été offert par l’éditeur tchèque CGE pour test et critique sur notre blog.

presentation

Through the Ages (TtA) est sorti en anglais pour Essen en octobre 2015 chez l’éditeur tchèque CGE et créé par le talentueux tchèque Vlaada Chvátil (Dungeon Petz, Codenames). Pour 2 à 4 joueurs, d’une durée approximative de 1h par joueur. Minimum. Avec des joueurs « rapides » et qui connaissent le jeu.

Through the Ages 2015 est la seconde édition de ce jeu culte sorti en 2006 chez CGE. Le tout premier jeu de l’éditeur, soit dit en passant.

theme

Dans TtA on joue une civilisation qui va traverser les époques (oui, comme dans le titre), de l’Antiquité à l’époque moderne. Tout au long de la partie il va falloir acheter des cartes technologie pour développer sa nation et gérer ses ressources: minerai, population, nourriture, culture, science.

Le but du jeu: remporter le plus de points de culture à la fin de la partie. Parce qu’être la civilisation la plus culturée, c’est bien.

Le thème est bien rendu, tout est logique et cohérent. Technologies qui deviennent obsolètes, population à nourrir, ressources qui se dégradent, etc. On a vraiment l’impression d’amener sa civilisation à la modernité. Ce qui détonne dans TtA, comme dans Nations, c’est qu’il n’y pas de plateau, de mappe à conquérir comme dans la plupart des jeux de civilisation. Pas d’affrontements directs entre joueurs. Enfin, pas vraiment. On y reviendra plus tard dans le chapitre Interaction.

Bref, une très bonne et riche immersion dans ce jeu XXL.

materiel

Un jeu moche, un jeu mort. Sauf que pas vraiment. La preuve avec TtA.

TtA 2015 est une réédition d’un « vieux » jeu (tout est relatif) de 2006, au succès important, mais soyons honnêtes, tellement dégueugly.

TtA 2015 a non seulement modifié quelques petites règles par-ci par-là, nous y reviendrons plus tard, mais est entre temps passé chez le chirurgien plastique ludique. Quand on jouait « à l’époque » à TtA, on avait un peu l’impression de jouer à un vieux proto crasseux barbouillé de clipart et réalisé sous Word95. Aujourd’hui, avec cette nouvelle édition, l’esthétique a subi une refonte complète. Au revoir le plateau central réalisé dessiné par son neveu de 7 ans un dimanche de pluie, voici enfin un joli plateau tout beau. Les plateaux personnels sont également plus aboutis. Mais ce sont surtout les 200’000 cartes qui ont été revampées en profondeur. On peut enfin sortir le jeu sur un coin de table de restaurant sans être submergé par un terrible sentiment de honte.

Enfin, quand je dis coin de table, je dis ça avec affection, car il y en a, du matériel: une lignée de cartes, 217 différents plateaux pour marquer l’avancée dans les différentes catégories (militaire, science, culture), et des cubes en plastique de tous les côtés et de toutes les couleurs. Il vaut mieux prévoir une grande grande table pour y jouer.

Une amélioration flagrante. Si la première édition de TtA était vraiment laide, la V2 ressemble enfin à quelque chose. Même si, et je chipote, il reste encore du travail à faire, on est loin d’un jeu Superlude ou FunForge (que certains pourraient trouver toutefois trop chargés. Mais pas moi). Sans être somptueuse, la V2 est vraiment belle.

Et enfin du thermoformage super pratique pour ranger toutes les cartes.

Voici quelques photos comparatives entre V1 et V2.

mecanique

C’est pas compliqué (déjà, ça commence mal).

complexite

Through the Ages est un jeu de civilisation de cartes. Pas de plateau de territoires, mais des cartes technologies et développements. A son tour on dispose d’un certain nombre d’action qui dépendra de son régime politique actuel. Selon si c’est la monarchie, le despotisme ou le communisme on pourra effectuer un nombre d’actions précis. Tel que: acheter des cartes plus ou moins chères disponibles sur la table, poser une carte technologie en payant des points de science (ben oui, la recherche, tout ça), développer une merveille en payant du minerai, ou de multiples autres actions possibles.

Bref. Il faudra quand même 2-3 tours pour bien saisir les mécaniques du jeu. Tout deviendra clair et instinctif, on ne passera pas sa partie le nez dans les règles car les picto et l’ergonomie du jeu sont juste excellents. Reste peut-être les agressions et les guerres qui ne sont pas évidentes à maîtriser en tout début de partie, il vaut mieux jouer sans les premiers tours.

Le gros hic, ce sont les règles: denses, peu claires, pas didactiques pour un sou, même si une nette amélioration a été apportée par rapport à la version de 2006. Mais bon, à la décharge de l’éditeur, Through the Ages est un tel gros jeu qu’il n’est pas facile de faire tenir le tout sur quelques pages, et le faire de la manière la plus claire possible. C’est facile de critiquer, mais je ne vois pas vraiment comment faire autrement.

interaction

A quelques exceptions près, les jeux de civilisation offrent une interaction souvent forte puisqu’il est toujours question de compétition géographique. Mais comme dans TtA il n’y a pas de territoires, est-ce que l’interaction est pour autant inexistante et qu’on reste tout seul dans son coin de nation?

Et bien non.

La stratégie militaire est vitale dans le jeu. Non seulement on pille et ralentit les joueurs moins forts, c’est méchant, mais on gagne points et ressources pour accélérer sa propre victoire, c’est pratique. Donc un double effet kiss-cool qui secoue. Jouer tout tranquille dans son coin en évitant toute confrontation et interaction risque bien de se retourner contre vous. Autrement dit, la meilleure défense est.

Donc une interaction trompeuse. On pense qu’elle est plutôt froide et qu’elle ne repose que dans la course aux points, jusqu’à ce qu’on vous balance des unités militaires (virtuelles) dans les gencives. Et là, c’est le drame.

public

Famille, Party et Casual Gamers: oui oui bien sûr. Comme le jeu ne dure que entre 2h à 8h et que les règles ne s’expliquent qu’en 30-45′ minutes et qu’elles sont à peine truffées de détails, mais oui oui bien sûr tout à fait Roger.

giphy

Hobby et Core Gamers: Through the Ages est un gros gros gros gros jeu. Cette catégorie de joueurs s’y éclateront.

conclusion

J’étais déjà un grand fervent admirateur la toute première version, malgré ses quelques défauts : esthétique moisie, déséquilibre militaire, règles illisibles. Cette toute nouvelle édition est bien plus qu’un remake, elle propose des modifications qui changent le jeu en profondeur. Et en mieux (toutes les différences un peu plus bas). Le jeu qui était déjà démentiel en 2006 revient magistral en 2015. Pour autant bien sûr qu’on soit fan des jeux complexes et profonds. Il ravira le cœur des joueurs les plus exigeants, ceux qui rêvent d’un jeu de civilisation mais plutôt orienté gestion et développement que conquête territoriale. Car si l’aspect militaire est important dans TtA, l’absence de mappe et le système simple de combat permettent aux joueurs de se concentrer sur des aspects plus technologiques et culturels.

Malgré le fait qu’on gère sa civilisation de son côté sur son plateau personnel, l’interaction est cruciale: course aux points, aux cartes et agressions.

Y aura-t-il une VF ou vous faut-il vous précipiter sur la VO? Oui, il y aura une VF. Iello a déjà annoncé il y a quelques mois s’en charger. Mais ça ne sera pas pour tout de suite au vu du travail titanesque que cela représente de traduire les 217 millions de cartes. Si vous êtes, comme moi, impatients, prenez la VO. Après tout, une fois les quelques termes usuels maîtrisés, food, uprade, etc, ça ne sera pas trop compliqué. Mais si vous ne maîtrisez pas la langue de Donald Trump, surtout pour la lecture des règles (denses), il vaut mieux alors attendre la VF chez Iello dans 1d4+1 mois.

Alors, faut-il acheter cette nouvelle version? La réponse en graphique

TtAV2like

De nettes améliorations par rapport à la version de 2006, toutes explicitées ci-dessous.

De belles illustrations. Enfin. Parce que celles de 2006 étaient vraiment fugly.

Un excellent jeu: riche, complexe, profond, abouti, exigeant. Un pur plaisir ludique.

Un jeu passionnant, prenant. En 2006 il était grand, en 2015 il devient grandiose.

Avoir la corde au cou toute la partie: corruption, nourriture. Chaud.

Un excellent jeu à 2 joueurs (à ce propose, lire les Pas Like).

Le thermo, pratique pour le rangement. Car oui, j’adore le thermo. Pas vous?

Un jeu de civilisation. Car oui, j’adore les jeux de civilisation. Pas vous?

Qu’il ressemble à Nations. Ou que Nations ressemble à TtA, plutôt. Ce n’est finalement pas gros un souci, les deux proposent des expériences de jeu en même temps très proches et différentes. C’est comme si vous compariez un James Bond à un Mission Impossible. Les deux sont des films d’action et d’espionnage, et pourtant ils ont chacun leur style, leur saveur. Through the Ages est beaucoup plus tendu que Nations, tandis que Nations est plus court et plus « facile » d’accès. Entre guillemets.

Iello a déjà annoncé la VF. Mais pas pour tout tout de suite, il faut encore patienter.

paslike

Que le jeu vendu à Essen l’ait été sans les règles d’apprentissage. L’année passée, CGE avait proposé l’excellent Alchemists avec une grossière erreur de punchboard qui rendait le jeu impraticable. Il avait ensuite fallu attendre plusieurs semaines pour recevoir le remplacement. Pour TtA V2, CGE propose toutefois d’envoyer la règle manquante aux premiers acquéreurs. A l’heure à laquelle j’écris ces lignes, rien n’a encore été fait. C’est pas top top sérieux. Evidemment, on peut expliquer ça par le rush pour présenter son jeu à temps à Essen, avec tout le stress et les bourdes que cela implique.

Des règles encore trop denses et peu didactiques. Même si améliorées par rapport à la version de 2006.

Si l’on n’y prête pas attention, le risque est grand de se faire distancer aux points et n’avoir plus aucune chance de remonter. Comme les cartes procurent des PV constants qui sont ajoutés à chaque tour, une carte à 2 PV en rapportera 20 après 10 tours. Si les joueurs ne font pas attention et s’orientent vers d’autres stratégies, l’écart se creusera de plus en plus. Dangereux. Méchant. D’ailleurs, et ça doit bien être le seul, TtA propose une règle officielle d’abandon. Si l’on voit que ça ne sert à plus rien de se battre, on peut décider de déclarer forfait…

Des parties à 4 joueurs interminables. Comme chacun résout TOUTES ses actions à son tour, ça dure et ça dure et ça dure. Surtout avec des régimes politiques avancés qui offrent 217 actions à son tour. Prévoir d’y jouer plutôt à 2 ou à 3 joueurs maximum.

Un petit côté jeu-vaisselle hors de son tour.

Après 2-3h de partie le jeu peut devenir répétitif: achat de cartes, amélioration de bâtiments. Mais en même temps, plus on avance dans le jeu et plus il devient tendu du slip.

mais

Alors, quelles sont ces fameuses différences entre la V1 de 2006 et la V2 de 2015? Plusieurs changements, et non des moindres:

Le Militaire

Dans la V1, l’aspect militaire était autant décisif que hasardeux, tout dépendait de la pioche des cartes militaires en fin de tour. Notamment avec les cartes Tactiques. On pouvait disposer de 217 unités et ne JAMAIS piocher la tactique nécessaire. Dans la V2, les règles militaires sont améliorées.

Cartes Tactique : à son tour on peut jouer une carte Tactique pour un point d’action militaire, comme dans la V1. Cette carte est alors posée dans son aire de jeu et devient exclusive. On ne peut posséder qu’une seule carte Tactique en jeu. Aucun changement jusque-là.

C’est là que la V2 intervient. Au début de son prochain tour, sa carte Tactiques exclusive est déplacée sur le plateau central militaire commun. On continue à en bénéficier, ce qui n’affecte pas son propre jeu. Mais désormais les autres joueurs peuvent « copier » la tactique, i.e. payer deux actions militaires pour également l’utiliser. Dans ce cas, on place son jeton tactique sur la carte choisie sur le plateau central miliaire pour indiquer qu’on la maîtrise. Avec toujours l’obligation de posséder les unités indiquées sur la carte Tactique. Avec cette nouvelle règle le hasard est réduit puisqu’on peut obtenir la tactique tant recherchée.

Sacrifice : lors d’un affrontement dans la V1 on pouvait sacrifier des unités militaires pour augmenter sa force de frappe. Plus dans la V2. Ses forces militaires sont donc extrêmement importantes, on ne peut plus jouer un coup d’esbroufe sur un tour en en sacrifiant certaines. Cette règle pourra décontenancer plus d’un joueur de la V1, car le sacrifice d’unités représentait un « petit coup de pouce du destin », un coup de poker pour remporter la bataille. En supprimant cette règle, l’auteur a renforcé l’importance pérenne de ses unités

Bonus d’agression : dans la V1, on pouvait rajouter des cartes bonus spécifiques pour augmenter sa force militaire. Dans la V2 toujours, mais en plus, pour chaque carte militaire défaussée, n’importe laquelle, on rajoute +1 à sa force totale. Ici encore le hasard est diminué car n’importe quelle carte miliaire fera l’affaire, pas besoin d’avoir une carte bonus spécifique.

La Corruption

Un mini-changement de règles qui pourtant change énormément le jeu. La corruption intervient quand un joueur stocke beaucoup de ressources sur ses fermes et mines et pas dans sa réserve générale. Dans ce cas, selon les indications, des ressources doivent quitter fermes et mines et revenir dans la réserve. Dans la V1, la corruption était jouée APRÈS la production de ressources. Il fallait donc bien gérer sa production pour ne pas se montrer trop « gourmand », ce qui augmentait une certaine tension mais également un ralentissement.

Dans la V2, la corruption a toujours lieu en toute fin de tour, mais maintenant AVANT la production de ressources. Cette mini-modif ne paraît pas représenter un gros changement, et pourtant. Car pendant son tour on va pouvoir gérer ses stocks et dépenses et surtout construire à tire-larigot (j’adore cette expression) pour remettre des ressources dans sa réserve et ainsi éviter la corruption. Si dans la V1 on la subissait, dans la V2 on la contrôle.

Cette différence rend les parties beaucoup plus dynamiques, on aura beaucoup plus tendance à construire. Rien qu’avec cette nano-règle qui accélère et fluidifie le jeu, les parties durent à présente entre 5% à 15% de temps en moins que dans la V1. Comme quoi, un mini-micro-nano changement et toute l’expérience de jeu s’en trouve modifiée.

Les Cartes

Les cartes représentent le cœur-même du jeu, il y en a des millions. Enfin, presque.

Grâce à des milliers de parties virtuelles du jeu sur boardgaming-online.com l’auteur a pu collecter de précieuses informations sur les cartes pour conclure que certaines cartes étaient déséquilibrées. Soit trop fortes, soit trop faibles. Tel que Drama, trop chère, Gengis Khan, trop faible, ou Napoléon, trop puissant. L’auteur les a alors révisées pour proposer une V2 beaucoup plus équilibrée. Et tant mieux, cela réduit le hasard de la pioche et les stratégies cheatées.

Les Règles

Pour écrire cette critique j’ai rouvert et relu les règles de la V1. Et j’ai aussitôt eu l’impression de lire du Kant réécrit par Proust pendant qu’on m’enfonçait une mèche de perceuse dans le néocortex. On aurait dit les règles d’un jeu Portal Games (Stronghold, Robinson), déjà bien moisies, dans lesquelles un petit rigolo aurait trouvé très drôle de mélanger pages et paragraphes. Bref, illisibles au possible.

Les règles de la V2 sont améliorées. Sans être optimales non plus, soyons honnêtes. Le jeu est tellement complexe et touffu que les Tchèques ont fait leur possible pour rédiger des règles plus ou moins claires. Mais elles sont encore tellement denses et compactes qu’il reste très difficile de s’y retrouver. Il faudra les lire à plusieurs reprises pour ne pas rater quelques précieux éléments qui pourraient générer des erreurs.

L’Esthétique

Nous l’avons déjà dit. La modification principale entre la V1 et la V2 réside dans l’amélioration des illustrations. Pas somptueuses non plus, mais vraiment plus belles que la V1. Cf photos.

Vous pouvez trouver TtA V2 chez Philibert ici,

chez Ludibay ici,

et si vous habitez en Suisse, chez Helvétia Games Shop.

 

Et voici une vidéo pour apprendre à y jouer.

ps du coup, j’ai ma toute première édition du jeu en VF à offrir. A venir récupérer au prochain Bar à Jeux de Genève samedi 14.11.15. Si ça vous intéresse, laissez un petit commentaire pour le réserver.

4 réflexions au sujet de « Critique de jeu : Through the Ages. Le retour du mammouth en plaine. »

  1. Merci pour cet article Gus. Je n’ai jamais eu l’occasion de jouer à la première version. Celle-ci donne très très envie !!!!
    Ps : d’après les mails de Iello la sortie de la vf est prévue pour mi décembre 😉

    Aimé par 1 personne

  2. Merci pour ce magnifique article….J’ai adoré le graphique  » C’est pas compliqué « .Pour ma part j’ai débuté l’explication de l’entièreté de ma ludothèque par « C’est pas difficile »

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s