Critiques de jeux,  Jeux de plateau

Les 3 nouveaux jeux Blue Orange pour un printemps vitaminé

Découvrez Cloud City, Bellum Magica et Block Ness, les 3 nouveaux jeux Blue Orange pour un printemps bondissant et vitaminé.


L’éditeur français Blue Orange est en très, très grande forme ce printemps 2021, avec trois tous nouveaux jeux captivants. Découvrez aujourd’hui ici Cloud City, Bellum Magica et Block Ness.


Cloud City

Dans Cloud City, la ville des nuages, la ville dans les nuages, vous devez ériger et placer des gratte-ciels qui s’élèvent au-dessus de la couche de stratus. Cloud City propose des règles extrêmement fluides. À votre tour, vous posez l’une de vos 3 tuiles qui indiquent deux emplacements de gratte-ciels, aux trois couleurs et taille différentes. Vous allez les poser en matrice 3×3 devant vous. Dès la tuile posée, vous y placez également les bâtiments en plastique 3D correspondants. C’est tout.

Peu à peu, votre ville, votre skyline va se dessiner. Le but ? Réussir à placer des passerelles entre vos gratte-ciel, que vous placez toujours entre deux bâtiments de même taille, de même couleur. Plus la passerelle est longue, plus les bâtiments sont éloignés l’un de l’autre, et plus vous obtenez des points de victoire en fin de partie.

Toute la difficulté du jeu réside dans le fait de trouver les meilleurs arrangements entre tuiles et bâtiments, pour réussir à placer les passerelles les plus longues. Et ceci avant les autres, car le nombre de passerelles est limité. S’il n’y en plus dans la taille recherchée, c’est tant pis !

Rarement un jeu aura proposé des règles aussi fluides et simples, simplistes, pour proposer une expérience aussi captivante. On est happé après un tour ! Quelle tuile placer, où, pour quel bâtiment, pour quelle passerelle. C’est tout bête, et pourtant extrêmement efficace. Cloud City est un pur jeu familial, mais pas que. Les Gamers vont également se « prendre au jeu » à vouloir trouver les meilleurs arrangements et à voir leur ville prendre peu à peu de hauteur. Cloud City aurait pu, aurait dû apparaître dans la liste des meilleurs jeux de construction de ville !

Cloud City réussit là où de nombreux jeux échouent. Réussir le grand écart entre jeu familial et jeu qui propose une expérience suffisamment prenante et riche pour captiver un public plus averti, plus exigeant. Cloud City est une pure réussite. Tout bête, tout simple, extrêmement efficace !

Cloud City, verdict

Grandiose !

Une pure réussite. Simple, efficace, prenant !

Note : 5 sur 5.
  • Auteur : Phil Walker-Harding, auteur connu pour Imhotep, Gizmo, Sushi Go
  • Éditeur : Blue Orange
  • Illustrateur : Fabrice Ros
  • Nombre de joueurs et joueuses : Pour 2 à 4 (tourne bien à toutes les configurations)
  • Âge conseillé : Dès 10 ans (aussi possible dès 7 ans)
  • Durée : 30′ (bonne estimation)
  • Thème : Ville
  • Mécaniques principales : Tuiles

Bellum Magica

Dans Bellum Magica vous incarnez un grand méchant. Votre but : engager des sbires pour ourdir des plans machiavéliques pour attaquer les humains ou les autres à la table.

Bellum Magica propose plusieurs mécaniques : lancer de dés pour activer des éléments sur votre carte personnage, puis récolte des ressources, attaque et enfin prise de nouvelles cartes pour s’améliorer, en mode engine-building.

Superbe matériel, thème transgressif et original, incarnez des méchants est toujours jouissif. ll présente un certain nombre de comportements, de pratiques ou de possibilités qui nous effraient et nous fascinent en même temps, mais qui disent ce vers quoi on pourrait, on aurait envie d’aller. C’est tout le prémisse de Bellum Magica.

Sauf que.

Ni familial, ni Gamer, Bellum Magica échoue là où Cloud City réussit. C’est en même temps trop et trop peu pour convaincre et passionner. Glouton. le jeu cherche à proposer beaucoup, beaucoup trop de picto, de mécaniques, de ressources différentes : dés, cartes, engine-building, affrontement, sans jamais réussir à offrir un jeu ni fluide ni captivant. On contrôle peu, on subit beaucoup.

Bellum Magica, verdict

Bof bof

Un jeu brouillon

Note : 2 sur 5.
  • Auteur : Frédéric Guérard, l’auteur du blockbuster It’s a Wonderful World
  • Éditeur : Blue Orange
  • Illustrateur : Sylvain Aublin
  • Nombre de joueurs et joueuses : Pour 2 à 5 (tourne mieux à 4)
  • Âge conseillé : Dès 10 ans (plutôt 12 ans pour tout maîtrister)
  • Durée : 30′
  • Thème : Médiéval-fantastique
  • Mécaniques principales : cartes, dés, affrontement, engine-building

Block Ness

Block Ness est le troisième titre Blue Orange de ce printemps, à sortir dans quelques semaines en mai. Créé par Laurent Escoffier, habitué aux jeux disruptifs, Block Ness, c’est une contraction loufoque entre Loch Ness, le lac écossais qui « abrite » Nessie, la créature serpentine et légendaire, et blocage, car on va passer sa partie à insérer des éléments sur un plateau commun.

Block Ness est tout simple. À son tour, on doit, si possible, placer l’une de ses pièces qui compose le corps de Nessie sur le plateau, adjacent à celles déjà placées auparavant, pour la prolonger. La tête, ou la queue. Une fois la pièce insérée, on va retirer la tête ou la queue de la précédente pièce pour la placer sur la nouvelle. Sa créature s’allonge et s’étire.

Sauf que. Les placements ne sont jamais libres mais contraints : adjacence, donc, et les pièces ne peuvent pas passer sous d’autres, des siennes ou des autres. On peut passer par-dessus, mais pas par-dessous. Et jamais par-dessus une tête et une queue. Et la pièce ne peut pas être en diagonale. Ces quelques règles, contraignantes, délicieuses, nous obligent à trouver les meilleurs emplacements sur le plateau commun, plus ou moins serré selon le nombre de personnes, pour placer le plus de pièces et surtout, pour bloquer les autres.

Car oui, tout est dans le titre, Block Ness est donc un jeu de placement et surtout de blocage. Réussir à poser le plus de pièces, tout en empêchant les autres de le faire. Quand plus personne ne peut en poser, la personne qui en possède le moins remporte alors la partie.

Des règles simples, fluides, liquides, même, pour un jeu qui se construit en 3D, comme Cloud City, et qui fait son petit effet effarant à mesure que le jeu s’écoule. Et comme Cloud City, Block Ness réussit le pari d’un jeu « grand écart », autant familial, petits et grands s’éclatent, que public plus gamer aussi. Un petit Block Ness pour s’échauffer les neurones avant des propositions ludiques plus intenses.

Block Ness, verdict

Grandiose !

Un jeu de placement et de blocage passionnant en 3D. À ne pas rater !

Note : 5 sur 5.
  • Auteur : Laurent Escoffier, auteur renommé pour Loony Quest, Attrape Rêves
  • Éditeur : Blue Orange
  • Illustratrice et illustrateur : Christine Alcouffe, Simon Douchy
  • Nombre de joueurs et joueuses : Pour 1 à 4 (tourne bien à toutes les configurations)
  • Âge conseillé : Dès 8 ans (voire même 6-7 ans)
  • Durée : 15′
  • Thème : Nessie
  • Mécaniques principales : Blocage, placement

Pour vous proposer une expérience de lecture plus agréable, nous vous proposons un site sans aucune publicité. Nous entretenons des relations d’affiliation avec Philibert et Play-in. Ainsi, lorsque vous achetez un jeu en cliquant sur les liens menant aux boutiques, vous nous soutenez. Grâce à vous, nous pouvons obtenir une petite part des revenus. Ceci nous permet alors d’acheter d’autres jeux et de continuer à pouvoir vous proposer de nouveaux articles.

2 Comments

À vous de jouer ! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :