Gizmos. Inspecteur Gadget

Temps de lecture: 4 minutes

Un thème, un matos de ouf pour un jeu nerveux de combos. Attention au « win to win »

Gizmos, de quoi ça parle?

D’un laboratoire à réaliser les gadgets les plus ouf

Le thème est aussi original que loufoque

Et au fait, pourquoi le titre?

Si vous êtes, comme moi, né dans les années 70, vous devez vous souvenir de ce dessin animé culte. L’inspecteur Gadget qui inventait et sortait toutes sortes d’objets complètement barrés pour résoudre ses affaires. Il y a d’ailleurs eu l’adaptation ciné (complètement moisie) qui est sortie en 1999

Tellement fun

Gizmos, c’est (à peu près) ça

Et comment on joue?

A son tour, on ne peut réaliser qu’une seule et unique action. A choix entre:

Archiver = prendre une carte « gadget » sur la table et la placer chez soit. C’est tout. On ne le construit pas, on ne fait que « réserver » la carte comme dans Splendor et Orbis

Construire, en payant le nombre et l’énergie correspondante sur la carte

Prendre une énergie disponible dans le distributeur

Faire de la recherche = prendre un tas de cartes, piocher un certain nombre de cartes et en choisir une parmi toutes celles consultées. Oui, pareil que faire de la recherche dans Race for the Galaxy

Sachant que toutes actions peuvent augmenter et se modifier pendant la partie selon les cartes construites. C’est tout le sel du jeu

Au début, on ne peut archiver qu’une seule et unique carte, puis deux, puis trois, etc Pareil avec le nombre d’énergie prise au distributeur

Des règles claires, légères et intuitives. Même si le jeu est prévu dès 14 ans, le jeu se veut plutôt accessible. 14 ans semble être élevé pour un tel jeu sans profondeur ni complexité, on est très loin d’un Teotihuacan… 

Distributeur?

C’est l’élément principal et fun du jeu

Il s’agit d’une construction (à réaliser soi-même. Prévoyez de demander à votre tonton bricoleur si vous êtes, comme moi, une pive en bricolage pour pas tout niquer) dans laquelle on place des billes de quatre couleurs, censées représenter différents types d’énergie: noir = batterie, rouge = chaleur, bleu = atomique, jaune = électricité

Ces billes vont peu à peu s’égrener du distributeur, il y en aura toujours 5 dispo

Et comment on gagne?

Dès qu’un ou une joueuse à construit soit 16 gadgets soit 4 du niveau III, le plus puissant slash coûteux, la partie s’arrête et on procède au décompte

Un décompte tout simple: on additionne ses PV sur ces gadgets + les PV acquis au fil de la partie lors d’actions diverses grâce à ses gadgets

Voilà, c’est tout

Pas de salade de points de victoire ici

Interaction?

Ni directe, ni franche, on ne pourra rien détruire chez les autres

La seul interaction réside dans la course aux PV, à la fin du jeu et à la « capture » des cartes avant les autres. Oui, à la Splendor et Orbis

A combien y jouer?

Gizmos tourne très bien dans toutes les config, 2-4

Mais c’est à 4 que la tension et la course aux points seront les plus vives

Alors, Gizmos, c’est bien ou pas? Critique

Comme vous l’aurez relevé dans cet article, nous avons comparé Gizmos à deux reprises à Splendor et Orbis

Et pour cause, le jeu s’y apparente beaucoup: cartes dispo à la vue de toutes et tous, cartes de plusieurs niveaux coûtant de plus en plus cher avec des pouvoirs de plus en plus balaises, et surtout, combos de ouf possibles

Le changement majeur de Gizmos par rapport à ses deux cousins des Space Cowboys (au passage, la VF sera également assurée par Asmodée, même écurie) est son distributeur qui fait tout son effet posé sur la table. Ça fait très Potion Explosion (aussi chez EDGE/Asmodée d’ailleurs)

Le jeu tourne bien. Fluide et nerveux, il va sans doute ravir les aficionados des combos dévastateurs

Mais

Mais, il faut relever que qui dit combos, dit aussi « win to win ». Autrement dit, plus on gagne et… plus on gagne

Dans Gizmos, c’est plutôt: « plus on combote et plus on win »

Donc un côté punitif si on accumule le retard, car si les autres auront réussi à réaliser des combos de ouf on aura toutes les peines du monde à revenir au score. L’écart ne fera que grossir

Avec la frustration de réaliser au dernier tiers de la partie que la partie est déjà pliée

Le jeu est court, donc ce n’est pas extrêmement désagréable, mais si on commence avec les « mauvais » gadgets et que les autres réalisent peu à peu des combos de ouf, la partie risque d’être cuite. Moyen

Score:

Anticipation: 4/5. Un jeu avec un distributeur de billes tout cute dans lequel on doit réaliser des gadgets? Mais oui, pourquoi pas

Pendant la partie: 4/5. Fun, léger, fluide, avec des combos qui se mettent peu à peu en place

Après la partie: 3/5. Un bon jeu, certes, mais qui laisse une certaine amertume de réaliser qu’au dernier tiers, on est dans les choux et qu’on n’arrivera pas à remonter dans les scores

Score: 3.5/5. Comment ça on n’a pas le droit? Gizmos se situe vraiment entre un jeu moyen et un bon jeu. Ses règles, son thème, tout le pousse à taper dans le 4/5, mais son côté punitif et win-to-win réduit son score

Et encore une dernière chose

Faut-il attendre la VF chez EDGE, prévue pour le début de l’année prochaine? Non, pas nécessairement. Les règles ne font qu’une poignée de pages, et c’est tout, tout le reste n’a aucun texte

Ha si, il y a encore une page recto-verso expliquant tous les picto des cartes « gadgets », mais rien de chanmé non plus. Si vous êtes pressé.e.s, pas besoin d’attendre

Vous pouvez consulter les règles du jeu en anglais ici

Vous pouvez trouver Gizmos chez Philibert ici en VO, déjà dispo,

Ou attendre la VF chez EDGE prévue pour début 2019 ici

  • Date de sortie : octobre 2018 en VO. La VF est prévue pour début 2019
  • Auteurs : Phil Walker-Harding
  • Illustrateurs : Saeed Jalabi, Giovanna BC Guimarães, Júlia Ferrari, Hannah Cardoso, Mathieu Harlaut
  • Editeurs : CMON pour la VO, EDGE pour la VF
  • Nombre de joueurs : 2-4 (optimum: 2-4)
  • Age conseillé : dès 14 ans (Mais dès 12 ans peut très bien passer aussi)
  • Durée : 45′
  • Thème : ingénierie, gadgets
  • Mécaniques principales : billes, combinaisons

1 Comment

  1. J’ai beaucoup aime cet Opus perso. Beaucoup moins sec que Splendor. Joli et rigolo. Ca combote fort, ca scort de partout, interaction indirecte.

    Ici, au pays de l’orignal il coute a peine 25 euros ! c’est dingue pour le matos. Merci CMON.

A vous de jouer! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.