Comment gagner à tous les jeux d’enfoirés ? En étant un parfait enfoiré

Temps de lecture: 4 minutes

Si un jour vous croisez le chemin, où plutôt la table, de JulienG, membre éminent de la Team Gus&Co, demandez-lui quels sont ses jeux préférés. Il y a de très fortes chances qu’il vous réponde : les jeux d’enfoirés

Impossible de savoir qui, quand ou comment cette appellation est sortie dans le milieu, elle est aussi « ancienne » que le terme de « jeu de société moderne » ou « Party-Game »

Les jeux d’enfoirés, ce sont ces jeux à l’IGUS au max, qui demandent une solide dose de:

  • Diplomatie
  • Négociation
  • Alliances
  • Et qui dit alliance dit forcément… trahisons
  • Mensonges

Des jeux d’enfoirés, donc, car les manigouilles (=délicieuse expression genevoise, contraction entre « magouilles » et « manipulation ») y sont usuelles et… nécessaires pour augmenter ses chances de gagner

Quelques exemples de jeux « typiques » d’enfoirés récents:

Rising Sun, Cerbère, Dany

Les enfoirés ont l’avantage (dans les jeux, dans la vie)

J’ai deux enfants. Je fais de mon mieux pour les élever, pour les préparer et les aider à une vie d’adulte épanouie, robuste, résiliente et respectueuse des autres et de la nature

Mais peut-être que je me mets le doigt dans l’œil, et jusqu’à l’omoplate, parce qu’être un gros.se enfoiré.e dans la vie, peut-être, au fond, ça donne un furieux avantage

Nous avons déjà longuement débattu du mensonge et des jeux d’enfoirés avec les enfants. Le mensonge est inné. Et sain, même, puisqu’il permet d’établir une certaine forme d’empathie. Mais aujourd’hui, il n’est pas question de mensonge mais d’attitude d’abruti qui va vous sauver la vie, et votre prochaine partie

Alors oui, certes, il y a quelques techniques structurelles idéales et bien pratiques, le regard, la communication non-verbale et posturale (hello, mimétisme), les couleurs vestimentaires, tout ça

Mais il y a aussi tout simplement le fait d’être un gros, gros abruti. Et oui, ça fonctionne aussi avec / pour les femmes, rassurez-vous

Depuis les années 1960, les psychologues ont découvert et catégorisé cinq traits de caractère, cinq compartiments de comportement, cinq traits de personnalité : l’extraversion, l’ouverture à de nouvelles expériences, l’amabilité, la conscience et le névrotisme

Et devinez quoi, selon votre personnalité, votre catégorie, cela va entraîner un certain impact sur vos choix, vos actions et… votre « réussite » dans la vie (ou… pas ?)

En moyenne, les extravertis éprouvent des émotions plus positives, ont des contacts sociaux plus élargis et, par conséquent, gagnent probablement plus d’argent. Fun. Les personnes consciencieuses sont en meilleure santé et vivent plus longtemps, parce qu’elles se rendent compte qu’il faut faire gaffe. Les personnes ayant des niveaux élevés de névrotisme luttent émotionnellement et risquent davantage de perdre leur emploi, de divorcer et de devenir dépressives. Pas glop. Les gens qui sont plus ouverts aux expériences ont tendance à être créatifs, à prendre des risques et à être de gauche, donc progressistes. Les personnes peu réceptives à l’expérience ont tendance à être politiquement conservatrices, donc de droite / extrême-droite

Mais parmi tous ces cinq grands traits de personnalité, l’un des cinq est au-dessus d’eux pour déterminer le succès professionnel: la convivialité, ou l’amabilité. Le fait de se montrer agréable, respectueux. Bref, un mot : sympa

Mais au fond, les « méchants » réussiraient-ils mieux dans les jeux (dans la vie)? Oui

Bon, c’est certainement une caricature grossière. Parce que non, ce n’est pas parce que tu es gentil que tu es bon. Et ce n’est pas parce que quelqu’un est méchant qu’il est mauvais. Tout est dans la nuance

Être un abruti et un enfoiré est une compétence précieuse. Se comporter comme un abruti (et oui, ça marche toujours aussi bien avec les femmes), c’est la volonté de ne pas aimer et / ou de contrarier les autres. Parce que oui, bon, malheureusement, dans les jeux d’enfoirés et dans la vraie vie IRL, il est parfois « nécessaire » de blesser les sentiments de quelqu’un, à la fois pour nous-mêmes et pour le plus grand bien

Négo & diplo sont sur le même bateau

Vous êtes en pleine partie d’un jeu de négo: un Colon de Catan par exemple (en VR sur PS4 ?) Votre but : procéder à un échange de ressources pour vous développer. Tout le principe de Catan. Sans les autres, sans les échanges, sans le win-win, on a peu de chance de s’en sortir

Maintenant, disons que l’une des deux personnes a appris la compétence d’être un parfait abruti, et l’autre, non. C’est-à-dire que l’une des deux parties est disposée à ne pas aimer, tandis que l’autre, pas

Qu’est-ce qui va se passer? C’est évident, non? Le trou du cul va cogner fort, va faire valoir ses intérêts, va se battre pour obtenir la ressource qu’il recherche, d’une manière ou d’une autre

Et que se passe-t-il si les deux personnes sont des gens aimables, agréables, polies et qu’elles refusent à se montrer détestable ?

Là, c’est le drame

Au lieu de chercher à obtenir chacune un petit avantage, les deux parties risquent bien d’accepter des conditions qui conviennent, certes, mais molles, qui ne sont excellentes pour personne. OK, l’accord finit peut-être par être conclu, mais il ne sera pas top. Il peut également arriver que les deux non-connards ne parviennent pas à un accord, parce que personne ne veut pousser le bouchon trop loin (pas comme Maurice…) et finir par ne pas être apprécié, et/ ou pour éviter de « heurter » l’autre. Dans ce cas-là, tout le monde repart les mains vides. No deal !

La troisième situation est lorsque deux connards entrent en même temps en négo. Là, ça clashe. Les deux côtés sont totalement disposés à ne pas apprécier, à ne pas être apprécié. Ils vont alors tout faire pour plier l’autre, le contrarier, le menacer, faire preuve des pires manigouilles pour arriver à leur fin

Étrangement, cette situation vraiment très détestable est celle qui produira le résultat le plus idéal, le plus optimal. Les deux parties vont probablement pousser l’accord pour que personne n’en soit satisfait. Les deux parties auront certainement l’ impression d’avoir perdu mais l’accord qui en résultera produira vraisemblablement de meilleurs résultats, puisqu’elles ne ménagent aucun effort pour rechercher la solution qui leur convient le mieux

Donc oui, dans un jeu d’enfoirés, apprenez à être un parfait abruti, et assumez-le (dans la vie aussi, pourquoi pas, mais ça, c’est vous qui voyez)

Et vous, avez-vous d’autres conseils pour gagner aux jeux d’enfoirés? Est-ce que ça vous arrive d’être un parfait abruti quand vous jouez aux jeux d’enfoirés?

5 responses to Comment gagner à tous les jeux d’enfoirés ? En étant un parfait enfoiré

  1. Arnaud says:

    Dans la vie pro, dans le cadre d’une négociation il y a des cas différents. Si on est sur une négociation ponctuelle avec une personne que l’on ne reverra pas: soyez un enfoiré. Si on est en situation très déséquilibrée en notre faveur ça marche aussi. En revanche c’est dangereux en cas de négociation régulière avec le même interlocuteur : il vaut mieux préserver l’avenir et plutôt qu’un enfoire être un manipulateur 😅

  2. Chrys says:

    Voilà, tout est dit, c’est pour ça que je perds tout le temps à ce genre de jeux. Je suis un fossile XD.

  3. Jem says:

    Etre un enfoiré dans un jeu d’enfoiré est une bonne piste pour gagner… MAIS … il y a mieux : être un débusqueur d’enfoirés.
    Le débusqueur relève l’attitude de l’enfoiré, la souligne, la commente sur des bases 100% factuelles et dénuées de toute mauvaise fois. Il endosse alors le rôle du justicier, et s’attire la sympathie des non-enfoirés, et par là même les avantages in-game qui en découlent, tout en affaiblissant l’enfoiré (c’est à dire son principal rival pour la victoire) pour qui les deals deviennent plus complexes.

    Ainsi la morale est sauve, le justicier remporte la partie au détriment de l’enfoiré 🙂

    Attention toutefois à l’alliance d’enfoirés, improbable vu qu’on a affaire à des enfoirés mais si le justicier est très fort et connu, pas impossible.

  4. Je ne vois pas le rapport entre défendre son intérêt dans une négociation et être un enfoiré.
    L’enfoiré, c’est plutôt quelqu’un de malhonnête (qui va promettre et ne pas respecter sa promesse ou bien cacher des informations dans une négociation) ou se permettre des choses que les codes interdisent, en espérant que personne ne dise rien et que ça passe.
    Par exemple, il va parler pendant le tour d’un joueur ou commenter le mauvais choix d’un joueur pour le déstabiliser, balancer de fausses informations (alors que le jeu ne l’autorise pas)…
    Dans le contexte du jeu, il se rapproche donc d’un tricheur.
    Bien négocier, en poussant le plus loin possible, c’est bien jouer, ni plus ni moins.

  5. Huz says:

    On se base sur quoi pour affirmer quelle configuration gagne le plus ? Parce qu’ici, ça ressemble fort à un dilemme du prisonnier et si ce dernier nous apprend bien une chose, c’est que deux enfoirés qui se rencontrent n’obtiendront jamais des résultats optimaux.

A vous de jouer! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.