Jeux de plateau,  sélection

Gen Con 2022, notre sélection des 10 jeux à surveiller

La Gen Con 2022 commence demain jeudi 4 août. Voici notre sélection des 10 nouveaux jeux de société à surveiller.


Gen Con 2022

La Gen Con commence demain. Du jeudi 4 au dimanche 7 août. La Gen Con est le plus gros salon de jeux aux US toujours à Indianapolis dans l’État de l’Indiana.

La Gen Con est le plus gros salon de jeu des États-Unis : jeux de plateau, de cartes, de rôle, et ceci chaque année depuis 1968. La Gen Con a été créée par Gary Gygax lui-même, le co-créateur de Donjons et Dragons.

La Gen Con, pour « Geneva Convention ». Aucun rapport avec notre ville. C’est juste que la toute première édition de la manifestation a eu lieu à Lake Geneva, dans l’État américain du Wisconsin. Gary Gygax y a vécu et y est décédé en 2008.

Après une année 2021 en demi-teinte avec plusieurs éditeurs qui ont préféré ne pas faire le voyage en raison de la crise sanitaire, cette année 2022 devrait renouer avec le succès et les affluences.

C’est lors de la Gen Con que les éditeurs de jeux, américains, mais pas seulement, présentent leurs nouveautés et futures sorties. Nous avons recensé pour vous 10 jeux à surveiller à la Gen Con.

10 jeux à surveiller à la Gen Con

Planted

2022 est vraiment l’année Phil-Walker Harding. L’auteur australien enchaîne les sorties, aussi diverses que hétéroclites : Fjords, Sushi Go ! Party, Super Mega Lucky Box, Museum Suspects, My Shelfie, Adventure Games, et Platypus, dont nous vous avons parlé il y a quelques jours.

Mais ce n’est pas tout. Phil-Walker Harding re-re-revient avec Planted. Dans le jeu, embellissez votre maison en prenant soin de votre propre collection de plantes d’intérieur ! Collectionnez vos plantes préférées et essayez de les nourrir à chaque tour avec la bonne combinaison de lumière, d’eau et de nutriments.

Un jeu léger, familial, verdoyant, végétal et bucolique, au matériel qui donne plutôt envie. Comme avec tous les jeux de l’auteur australien, à essayer.

👉 Planted, créé par Phil-Walker Harding, édité par Buffalo Games, de 2 à 5, dès 10 ans, pour des parties de 30 minutes.


San Francisco

San Francisco est l’une des nouvelles sorties de l’immortel et très bankable auteur allemand Reiner Knizia.

Dans San Francisco, le jeu, devenez un ou une urbaniste dont le but est de créer le plus grand plan de réaménagement de la célèbre ville de Californie. Concevez des quartiers dans chacun des cinq types, en faisant la course contre tous les autres urbanistes.

San Francisco est un jeu de gamme moyenne de connexion, de construction, de placement et de marché. Et comme il s’agit d’un jeu Knizia, il vaut la peine qu’on s’y intéresse.

👉 Il est déjà disponible en anglais chez Philibert.

👉 San Francisco, créé par Reiner Knizia, édité par Rebel Studio, de 2 à 4, dès 12 ans, pour des parties de 45-60 minutes.


Turing Machine

Avec le temps, l’éditeur extrêmement sympathique québécois Le Scorpion Masqué, écurie Hachette, s’est fait une spécialité des jeux de déduction : Decrypto, Master Word, Mia London…. Pour cette fin d’été / automne, l’éditeur revient avec un autre jeu de déduction, Turing Machine. Qui donne très, très envie.

Dans Turing Machine, vous allez devoir découvrir un code secret en combinant des ensembles de trois cartes perforées et en utilisant une sorte d’ordinateur de tableau de bord, qui fonctionne sans électricité ni programmation, pour déterminer l’exactitude de vos suppositions. Un jeu au matériel disruptif qui risque de faire beaucoup de bruit à sa sortie à la Gen Con et plus tard à Essen début octobre.

Mais surtout, Turing Machine est co-signé par deux auteurs français, Fabien Gridel, Yoann Levet.

Turing Machine marque le grand retour de Yoann Levet, après 7 ans ! Ce nom vous dit peut-être quelque chose. C’est lui le talentueux auteur de l’excellentissime Myrmes, sorti chez feu-Ystari en 2012, et La Cigale & la Fourmi en 2015.

L’auteur nous revient donc, enfin, avec ce jeu. Dans lequel, pour une fois, il n’est pas question de fourmis. Mais de codes, en hommage Alan Turing, l’inventeur de l’informatique avec sa machine. Certainement l’un des titres forts de cette année 2022 !

👉 Vous pouvez consulter les règles du jeu ici

👉 Turing Machine, créé par Fabien Gridel et Yoann Levet, édité par Le Scorpion Masqué, de 1 à 4, dès 14 ans, pour des parties de 20 minutes.


Terracota Army

Un gros jeu de placement et contrôle de territoire avec la légendaire armée de terre cuite chinoise du IIIe siècle AV JC et ses 8 000 statues.

Le pitch : « L’empereur Qin Shi Huang est décédé. Pour le protéger dans l’au-delà, une grande armée doit être levée sous la forme de statues de guerriers fidèles pour monter la garde dans la tombe de l’empereur. Vous serez parmi ceux chargés de construire cette magnifique armée.« 

Terracota Army donne super envie. Le jeu semble ample et profond. Est-ce que Super Meeple se lancera dans la localisation française ?

👉 Terracota Army, co-créé par Przemysław Fornal et Adam Kwapiński, édité par Board&Dice, de 1 à 4, dès 14 ans, pour des parties de 90 à 120 minutes.


Marrakesh

Cette année, l’auteur allemand fan des dés Stefan Feld revient avec, à la louche, 98 jeux qui parlent tous de villes.

En réalité, l’éditeur Queen Games sort une toute nouvelle gamme, la City Collection. Qui sont en vrai des vieux de jeux de l’auteur rethématisés : Hamburg qui remplace Bruges, Amsterdam qui remplace Macao, New York qui remplace Rialto, Vienne qui remplace La Isla, Cuzco qui remplace Bora Bora.

Et il manque encore un titre, Marrakesh. Qui ne remplace rien. Dans cette gamme, Marrakesh est le seul et unique jeu original. Il ne s’agit pas d’une réédition. Marrakesh en est également la proposition la plus complexe de la gamme, avec des parties avoisinant les 2h.

Rivalisez avec d’autres familles influentes de la ville pour obtenir les titres les plus honorables grâce à l’utilisation habile des assistants et des ressources à votre disposition. Miam !

Marrakesh se joue en trois manches, chaque tour étant composé de quatre tours. À chaque tour, vous choisissez simultanément et secrètement trois cylindres colorés derrière votre paravent.

Ensuite, dans l’ordre du tour, vous placez des assistants de couleur assortie sur votre plateau et effectuez l’action correspondante, puis tous les cylindres sont placés dans la tour du cube. Ensuite, dans l’ordre du tour, vous sélectionnez une couleur et prenez 1-2 des cylindres qui sont passés la tour et vous les placez sur votre plateau.

De la programmation, du placement d’ouvriers, du pari, une tour. Du beau, du bon, du lourd Feld. Vivement la Gen Con.

👉 Marrakesh, créé par Stefan Feld, édité par Queen Games, de 2 à 4, dès 14 ans, pour des parties de 120 minutes.


Great Western Trail Argentina

Sorti en 2016, Great Western Trail continue d’être considéré comme un excellent jeu classique moderne. Un excellent gameplay de deck-building et de placement et un thème aussi original que pas très… sexy, la gestion du bétail aux US au 19e.

Pour faire suite à la deuxième édition du jeu, la famille Great Western Trail s’agrandit avec deux nouveaux titres, deux stand-alone qui peuvent se jouer seuls : Great Western Trail : Argentine et Great Western Trail : Nouvelle-Zélande.

L’Argentine devrait être présentée demain à la Gen Con. C’est tout pareil, mais complètement différent que le jeu d’origine. Et comme c’est un jeu d’Alexander Pfister, on ne peut que se réjouir !

👉 Great Western Trail Argentina, créé par Alexander Pfister, édité par Eggertspiele, de 1 à 4, dès 12 ans, pour des parties de 75 à 150 minutes.


Peter Pan

Marc Paquien. Tout est dit. Après l’excellent petit jeu de cartes de rapidité Loading, après le gros carton de l’insolite L’Île au Trésor, ce jeu immersif et palpitant, l’auteur revient chez Matagot avec une adaptation du fameux récit de Peter Pan créé par l’auteur écossais J. M. Barrie en 1911.

« C’est la panique au Pays Imaginaire. L’ennemi juré de Peter Pan, le Capitaine Crochet, a enlevé les enfants perdus. Tous les héros de l’île partent à leur recherche pour les sauver. Peter, Clochette, Wendy, Lily et les jumeaux tentent de comprendre les visions qu’ils reçoivent pour retrouver les enfants perdus tout en échappant à la vigilance du Capitaine Crochet. »

Peter Pan est un jeu coopératif. Vous y incarnez une équipe de Héros et vous vous entraidez pour gagner ensemble en retrouvant les Enfants perdus. Un jeu qui va faire beaucoup de bruit à sa sortie, attendue pour Essen. La Gen Con aura déjà une démo jouable. L’un des titres les plus attendus de l’année chez Matagot.

À noter que les illustrations sont juste… somptueuses :

👉 La préco du jeu pour la sortie en octobre est déjà disponible chez Philibert et chez Play-in.

👉 Peter Pan, créé par Marc Paquien, édité par Matagot, de 2 à 5, dès 10 ans, pour des parties de 45 minutes.


Starship Captains

Le truculent éditeur tchèque CGE revient cette été/automne avec Starship Captains, un jeu de SF qui fait un peu penser à l’univers (c’est le cas de le dire) Star Trek. Devenez le ou la capitaine de votre vaisseau et partez explorer les confins de la galaxie. On dirait le pitch de Galaxy Trucker, un autre titre de l’éditeur, mais avec moins de trucs et de bidules à assembler. Ou également Space Alert, un autre « vieux » jeu de l’éditeur (qui mériterait bien une nouvelle édition).

En tant que chef d’une équipe de jeunes cadets, androïdes et officiers, à vous de déléguer les bonnes tâches aux bons membres d’équipage. Chaque mission dans laquelle vous vous lancez exigera que votre vaisseau fonctionne correctement et que votre équipage fonctionne le mieux possible. Sinon, c’est le drame. Actions, ressources, rôles, à vous de gérer tout ça le mieux du monde.

👉 Starship Captains, créé par Peter B. Hoffgaard, édité par Czech Games Edition, et Iello est déjà sur les starting-blocks pour la VF, de 2 à 4, dès 12 ans, pour des parties de 60 minutes.


Maui

Hasard des coïncidences des calendriers, avant-hier on souhaitait une bonne fête à la Suisse. Et là, bim, on vous annonce la sortie attendue de Maui, un jeu créé par un trio d’auteurs suisses, Pauchon, Crittin et Largey. Et édité chez les Québécois de Plan B, écurie Asmodee.

Dans Maui, la guerre des serviettes de plage a commencé. Votre but dans le jeu ? Trouver l’endroit idéal sur la plage.

La plage. Cet objet unanime du désir. La plage n’a de sens et d’effet sur nous que parce qu’elle jouxte la mer. Les plaisirs que l’on ressent se nourrissent de sa proximité, invitant à la contemplation et à… l’immersion. C’est le cas de le dire.

La mer constitue un panorama captivant. Elle produit sur nous une véritable animation. Calme ou virevoltante, la mer, et donc la plage adjacente, nous transportent sur des rivages fantasmés, comme en bordure de nos vies agitées. Et puis, les linges. Qui se déroulent, pour marquer notre colonisation de cet espace vierge et sablonneux qui devient notre territoire, fugace. OK, je vais arrêter la fumette (de tofu) avant d’écrire.

C’est toute la promesse de Maui, ce jeu de plateau créé par le trio d’auteurs d’Helvètes. Qui connait bien la plage pour habiter près d’une mer d’un lac. Le lac de Genève (prends ça dans tes dents, France et Vaud). Mais c’est (presque) pareil.

Dans Maui, sur la plage, la compétition va être… féroce pour s’attribuer les meilleurs emplacements pour son linge.

Situé sur l’île hawaïenne éponyme, la deuxième plus grande du 50e État américain, Maui, le jeu de plateau, met 2 à 4 personnes aux prises pour trouver l’endroit parfait pour dérouler leurs linges et s’octroyer les meilleures places sur leur carré de plage, individuelle, pour poser 13 serviettes de plage côte à côte.

Chaque serviette occupe trois des sept espaces possibles dans chaque colonne, certains des espaces du plateau étant occupés par huit parasols placés au hasard lors de la mise en place.

Les serviettes que vous placez marquent des points en fonction de leur proximité avec chacun des bords supérieur et inférieur du plateau, représentant l’océan d’un côté et une ligne d’arbre générant de l’ombre de l’autre.

Et comme dans la vraie vie, dans Maui, se rapprocher le plus possible de l’eau ou de l’ombre permet de marquer un max de points. Mais. Mais placer une partie d’une serviette à l’extérieur de la plage vous fait perdre des points.

Dans Maui, vous pouvez même faire l’acquisition de nouvelles serviettes de plage sur un plateau de marché en utilisant de la monnaie de sable, qui est ensuite remise sur le marché pour que d’autres puissent éventuellement les ramasser au lieu d’acheter une serviette. Autrement dit, tu achètes ou tu prends de l’argent ?

Des serviettes de plage, la mer, des Suisses. Maui sortira à la Gen Con et quelques jours, semaines plus tard en Europe. On se réjouit !

Et si l’histoire de la plage, territoire social et géographique par excellence, vous intéresse, ne ratez pas ce podcast de France Culture sorti fin juin 2019, juste avant les vacances, qui s’intéresse à la question.

👉 Maui, co-créé par Sébastien Pauchon, Frank Crittin et Grégoire Largey, édité par Plan B, de 2 à 4, dès 8 ans, pour des parties de 30 minutes.


Catherine – The Cities of the Tsarina

Catherine – The Cities of the Tsarina, ou Catherine: Les villes de la Tsarine en français, est le nouveau gros jeu de l’éditeur allemand DLP Games. Ce nom vous dit forcément quelque chose. Ce sont eux qui ont sorti la VO des blockbuster ludiques Boonlake et CloudAge auxquels vous avez peut-être joués. DLP Games revient, donc, avec ce Catherine – The Cities of the Tsarina.

Le pitch : « Nous sommes en 1762. Récemment, après un coup d’État, Catherine la Grande a été proclamée nouvelle tsarine lorsque Pierre III dut abdiquer. Vous assumez les rôles de conseillers et essayez de gagner les faveurs de Catherine, afin qu’elle vous nomme comme la personne de confiance. Les possibilités sont nombreuses : Vous pouvez vous concentrer sur l’expansion de l’empire, opter pour une orientation martiale, s’engager dans le commerce florissant des marchandises, ou vous concentrer sur les arts. À la fin, Catherine décidera qui l’a le plus marquée.« 

Dans ce jeu, il y aura beaucoup de cartes à gérer, un plateau et des connexions. Tout ça pour tenter de remporter la faveur de l’éponyme Catherine II, également appelée La Grande Catherine. Parce qu’elle mesurait 2m50 et qu’elle jouait au basket.

Toute la mécanique du jeu repose sur la gestion des cartes projets, avec un système de ligne d’actions à activer. Pour chaque carte, vous devrez décider si vous voulez gagner la capacité sur la carte ou l’utiliser pour alimenter une autre carte. Bref, un jeu solide, subtil. Le jeu est conseillé dès 8 ans. Ce qui semble peut-être un peu… ambitieux.

Est-ce que Super Meeple va à nouveau venir à la rescousse pour la VF comme avec Boonlake ?

👉 Vous pouvez télécharger les règles en anglais ici

👉 Il est déjà disponible en anglais chez Philibert.

👉 Catherine – The Cities of the Tsarina, créé par Johannes Schmidauer-König, édité par Capstone Games, de 2 à 4, dès 8 ans, pour des parties de 45-60 minutes.


Pour vous offrir une expérience de lecture plus agréable, nous vous proposons un site sans aucune publicité. Nous entretenons des relations d’affiliation avec Philibert et Play-in.

Ainsi, lorsque vous achetez un jeu en cliquant sur les liens menant aux boutiques, vous nous soutenez.

Grâce à vous, nous pouvons obtenir une petite part des revenus. Ceci nous permet alors d’acheter d’autres jeux et de continuer à pouvoir vous proposer de nouveaux articles.


Article écrit par Gus. Rédacteur-en-chef de Gus&Co. Travaille dans le monde du jeu depuis 1989 comme auteur et journaliste. Et comme joueur, surtout. Est également pilote de chasse pour l’armée américaine, top-modèle, bio-généticien spécialiste en résurrection de dinosaures, champion du monde de boxe thaï et de pâtisserie végane, inventeur de l’iPhone et mythomane.


Et vous, quels jeux attendez-vous à la Gen Con ? Laissez-nous un petit commentaire, on aime vous lire.

Votre réaction sur l'article ?
+1
64
+1
25
+1
4
+1
6
+1
4
+1
0

4 Comments

À vous de jouer ! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :