Analyses & psychologie du jeu,  Jeux de plateau

Est-ce que les jeux prennent de la valeur ?

Nous avons toutes et tous des vieux jeux, des jeux rares, des jeux uniques. Est-ce qu’ils ont plus de valeur ? Comment les jeux prennent de la valeur.


Valeur

Combien de jeux possédez-vous ? Et sauriez-vous dire lesquels ne sont plus édités ? Si vous savez combien vous les avez achetés, est-ce que vous vous êtes déjà demandé combien ces jeux vaudraient aujourd’hui ?

Autrement dit, est-ce que, avec le temps, les années, les jeux perdent, ou gagnent en valeur ? Mais au fond, c’est quoi, la valeur ? Hop, petite définition.

En philosophie, comme nous l’apprend Wikipédia, une valeur morale est un critère de choix qui guide le jugement moral des individus et des sociétés. Les valeurs morales forment un corps de doctrines, qui prennent la forme d’obligations qui s’imposent à la conscience comme un idéal. Ces valeurs morales sont créées et transmises par les philosophies, les idéologies, les religions et les sociétés humaines. Certaines de ces valeurs morales se veulent universelles. La tolérance, le respect, la loyauté, la discipline, etc.

La valeur vient du latin « valor », dérivé de « valere » qui signifie « être fort, puissant, vigoureux ». À l’origine, la « valeur » renvoie à l’idée de bravoure, de courage physique. Le mot « valeur », est utilisé dès le XIIe siècle pour désigner le mérite ou les qualités. Dans la littérature médiévale, la valeur est la vertu guerrière, militaire, la bravoure ou la combativité. Ainsi Corneille fait dire au Cid : « La valeur n’attend pas le nombre des années ».

D’une manière générale, la valeur peut être entendue comme le produit, le résultat, d’un processus de valorisation ou d’évaluation. Ce qui est une excellente transition vers le cadre référentiel qui nous intéresse aujourd’hui. Quittons les valeurs, morales, pour celles en lien avec l’argent. Pour faire simple, la valeur d’un objet signifie à quel prix il peut être vendu.

La valeur est la valeur monétaire, matérielle ou évaluée d’un actif, d’un bien ou d’un service. Et pour ce qui nous intéresse ici en particulier, d’un jeu de société.

« Il est l’or, mon seignor, il l’or de se réveiller »

La « valeur » est associée à une myriade de concepts. Notamment la valeur actionnariale, la valeur d’une entreprise, la juste valeur et la valeur marchande. C’est ce dernier concept qui va nous intéresser aujourd’hui. Est-ce que les jeux de société prennent, ou perdent de la valeur ? Comment et pourquoi.

Je ne sais pas si cela vous est également arrivé. Je me retrouve parfois à parcourir les ventes aux enchères de jeux de société sur divers sites Web. Ebay, notamment. Juste par curiosité.

J’ai commencé à comprendre qu’un jeu étant rare ou ancien ne signifie pas nécessairement qu’il a de la valeur.

On pense que cette loi économique régit toute valeur, et toute prise de valeur :

rareté + âge = valeur.

Ou autrement dit, pour faire plus pro : R + A = V

Il y a encore quelques années, j’aurais dit ces trois aspects allaient de pair. Après tout, ça devrait être logique, non ? Vous avez un jeu, ancien, plus édité. Ce qui est rare, est précieux. Et ce qui est précieux et cher. S’il n’y en a que quelques exemplaires au monde, alors il devrait sûrement valoir un véritable trésor, non ?

Non.

Dans l’industrie du jeu de société, comme dans d’autres, par ailleurs, la règle du R + A = V ne fait pas forcément office de théorème universel. Cette équation est bien trop simpliste. Et pour ce qui nous intéresse aujourd’hui, l’industrie du jeu de société, c’est même rarement le cas.

Mais alors, comment définir, comment comprendre comment, pourquoi et quand est-ce qu’un jeu de société prend de la valeur ? Ou pas ? Voici quelques pistes de réflexion.

Jeux et valeur

Certains principes communs peuvent nous aider à déterminer ce qui est rare, par rapport à ce qui est vraiment précieux.

Le principe des premiers

Comme dans beaucoup de domaines de la vie, agir en premier est récompensé. Le monde appartient à celui qui… Vous connaissez la suite. Un « premier » est l’un des facteurs clés pour déterminer rapidement la valeur de quelque chose. Enfin, en théorie. Prenons l’exemple de la littérature.

Le premier livre d’un auteur peut être précieux. Surtout s’il devient célèbre plus tard. Les premiers livres ont tendance, bien que ce ne soit pas une règle, à avoir de plus petits tirages. Et, par conséquent, un premier projet publié, oublié, peut devenir un trésor plus tard.

Cela vaut également pour les premières éditions d’un livre, un concept largement connu pour ajouter de la valeur. Enfin, tout dépend du tirage. Si la première édition d’un livre compte cinq millions d’exemplaires, le marché de la vente de ces éditions devient beaucoup plus petit : tous ceux qui en veulent un l’ont déjà. Il n’y a donc pas, ou peu de demande.

Cette notion de marché est essentielle pour déterminer la valeur comptable. Plus un élément est demandé et plus son prix augmente. Sa valeur avec.

Les « premiers » ne se limitent pas aux livres. La première fois qu’un personnage important apparaît ou est mentionné, en particulier dans le cas des comics américains, peut conférer une valeur élevée. Amazing Fantasy # 15 présente la première apparition de Spider-Man. Un exemplaire s’est vendu pour plus de… 3 millions de dollars en 2021.

Dans le monde du jeu de société, le cas des « premiers » est plus diffus. Les cartes à collectionner s’arrachent à prix d’or, prenez l’exemple des cartes Pokémon ou Magic. Les premières éditions ont plus de valeur que les récentes. Pour les jeux de plateau, ce n’est pas forcément le cas. Les premières éditions peuvent parfois contenir quelques coquilles de production, d’édition. Et bien souvent, les rééditions sont améliorées, enjolivées.

La toute première édition de 7 Wonders ne contenaient pas de thermo, par exemple. On avait juste une boîte en carton, toute vide, toute… pourrie. Est-ce que cette toute première édition a pris de la valeur avec les années, par rapport aux autres qui ont suivi ? Vous connaissez la réponse.

Pareil pour les tous premiers jeux des auteurs aujourd’hui connus. Prenez l’exemple de Bruno Cathala. Est-ce que Drake & Drake, sorti en 2002, s’arrache aujourd’hui pour des centaines, des milliers, des millions d’euros, parce que c’était le tout premier jeu de l’auteur haut-savoyard ? Vous connaissez la réponse.

État

Il semble assez clair, d’après l’exemple du comics cité ci-dessus, que l’état de l’objet joue un rôle prépondérant dans la détermination de sa valeur. Une carte Pokémon abimée n’aura pas la même valeur qu’une carte neuve, protégée, choyée.

Si vous comptez revendre votre Full Metal Planet sur Ebay par exemple, trouvé aujourd’hui à 250 euros, assurez-vous que son état soit… acceptable. Alors certes, plus un jeu est joué et plus cela risque de se ressentir sur son état. Ce qui signifie donc que le jeu est vraiment, vraiment bien. Et qu’il a beaucoup servi. C’est un signal positif, non ?

Non.

Personne n’aime acheter un objet de collection trop abîmé. Surtout que dans les jeux de plateau, le matériel joue (c’est le cas de le dire) un aspect primordial. Si les cartes sont pliées, si les règles sont illisibles, si des figurines sont cassées ou s’il manque des pièces, le jeu ne pourra plus être joué. Sa valeur chute.

Âge

Si aujourd’hui tout est numérisé, et que l’on peut facilement accéder à un manuscrit rare et précieux du 13e siècle s’afficher sur l’écran de son portable en quelques clics, pour les jeux de société, on oublie. Un vieux jeu, édité au 20e siècle, voire au 19e, risque fort de ne plus être édité en 2022.

Au fil des années, la rareté des jeux a diminué. Les jeux datant du 20e siècle sont parfois… comme dire… dépassés. Leurs mécaniques ne sont plus modernes, au « goût du jour ». Et je ne parle même pas de leur esthétique.

Le simple fait d’être «vieux» ne suffit pas à susciter une demande du marché. C’est la raison pour laquelle les marchés aux puces et autres vides greniers proposent souvent de vieux jeux à la vente. Mais ils sont sans grande valeur pour un collectionneur. L’âge n’est pas nécessairement synonyme de valeur.

Comme abordé auparavant, cela dépend entièrement du sens de la demande sur le marché. Ce qui pourrait mettre en évidence la rareté, plutôt que la valeur.

Matériel

Disons les choses franchement. Certains jeux sont absolument magnifiques. De somptueuses illustrations, des pièces de jeu uniques. Tout peut ajouter de la valeur à un jeu qui connaît déjà une certaine forte demande.

À l’instar d’un Full Metal Planet cité ci-dessus. Ses figurines, en plomb, lourdes, lui confèrent un aspect attachant et se démarque du reste de la production ludique générale plutôt plastoque. Un aspect qui peut faire augmenter la valeur d’un jeu. Surtout si celui-ci n’est plus édité.

Émotions

Enfin, l’un des autres aspects qui pourraient faire augmenter la valeur d’un jeu, c’est son aspect émotionnel. Autrement dit, la charge émotionnelle et affective que le jeu porte.

Certains jeux résonnent dans le milieu ludique. Je citerai l’un des plus connus, en tout cas pour moi, Super Gang, sorti en 1984. Super Gang coche tous les fondamentaux de la valeur : rareté, âge, émotion. Sur Okkazeo, le jeu s’arrache aujourd’hui pour 130 euros. Soit 3 ou 4 fois sont prix initial.

Ces jeux, chargés en émotion, suscitent une certaine nostalgie. Ils ont bien souvent été les premiers jeux auxquels nous avons joués étant enfant ou ado. On s’en souvient encore. On regrette ce temps passé. Le jeu devient alors notre DeLorean, notre madeleine de Proust.

Mais également, certains de ces jeux à la portée émotionnelle témoignent également d’une demande élevée pour des mécanismes à l’époque révolutionnaire.

Une conclusion pour conclure

Le marché du jeu de société n’est pas régi par les mêmes lois que celui de l’art, ou du vin par exemple. Dans ces milieux, la valeur de ces produits et œuvres peuvent parfois prendre l’ascenseur. Un vieux jeu de société, rare, épuisé, une première édition d’un ou d’une autrice connue et peut-être au matériel écorné ou encore intact n’attirera peut-être pas les foules.

Or, avec une demande minimale, même si l’offre est extrêmement réduite, les prix chuteront. L’attachement, la charge émotionnelle et affective d’un jeu pourrait toutefois servir de petit coup de pouce. La valeur du jeu pourrait alors connaître un certain frémissement.

N’empêche, l’une des manières les plus criantes de prise de valeur d’un jeu, c’est lors de sa réédition. C’est le cas du tout récent Libertalia dont nous vous parlions il y a peu. Un excellent jeu, plus édité, et ressorti ces dernières semaines en version améliorée. Avec cette toute nouvelle version, le jeu d’origine n’intéressera certes plus grand-monde, sa valeur vient tout juste de chuter. Mais en même temps, et de manière divergente, il connaît ainsi à présent un pic de valeur.

Prenez toute réédition, améliorée, embellie. Pour peu que le travail soit bien fait, le jeu connaît alors une nouvelle vie, à valeur ajoutée.

Enfin, si on s’est concentré ici que sur la valeur monétaire d’un jeu, il ne faut pas oublier d’en mentionner une autre, sentimentale. Même si nous l’avons évoqué plus haut, un jeu peut porter une certaine charge et valeur émotionnelles ou affectives selon ce qu’on aura vécu avec. C’est, en ce qui me concerne, le cas du « défunt » Dungeon Twister et de Schotten-Totten.

Si ces deux jeux ne valent pas des mille et des cents aujourd’hui et n’ont pas pris de la valeur avec le temps, pour moi, ils ont une valeur inestimable. Ce sont ces deux jeux auxquels nous avons joué des heures durant avec Coco, mon épouse, au début de notre relation. Ces deux jeux l’ont consolidée. Deux jeux qui ont une énorme valeur pour moi. Sentimentale, pas monétaire. Ça compte quand même.


Article écrit par Gus. Rédacteur-en-chef de Gus&Co. Travaille dans le monde du jeu depuis 1989 comme auteur et journaliste. Et comme joueur, surtout. Est également pilote de chasse pour l’armée américaine, top-modèle, bio-généticien spécialiste en résurrection de dinosaures, champion du monde de boxe thaï et de pâtisserie végane, inventeur de l’iPhone et mythomane.


Et vous, quels vieux ou moins vieux jeux possédez-vous qui ont encore de la valeur, financière ou affective ?

Votre réaction sur l'article ?
+1
23
+1
13
+1
0
+1
0
+1
3
+1
1

6 Comments

  • Hawkmoon

    Comme toi, c’est la nostalgie avant tout. Avec une ludothèque qui occupe aujourd’hui une pièce entière, ce sont les vieux jeux de chez ma « mamie » qui ont valeur à mes yeux, ainsi que mes premiers jeux comme mon premier Katäne (oui, avec cet orthographe, tout en bois que je garde même si je n’y joue plus), mon Heroquest, mes premiers JdR (Hawkmoon, Star Wars D6, Bitume MK5…) qui côtoient fièrement les nouveaux ouvrages.
    Autres perles affectives, un Diplomacy d’un vieil oncle décédé, un jeu de cartes de mon grand-père disparu, un jeu de plateau Tom & Jerry auquel je jouais avec mes cousins…
    Bref, certains auraient de la valeur en monnaie trébuchante amis c’est dans cette pièce qu’ils prennent toute leur valeur. Cet antre qui accueille les amis autour de jeux plus ou moins vieux mais tous chargés d’Histoire…

  • Ange

    B’en justement un supergang, malheureusement pas la toute première édition, mais la seconde, qu’une des vendeuses d’un magasin de jeux avait, il y a déjà une dizaine d’années, essayé de me le racheter ! B’en non, surtout que je me suis amusé à peindre les figurines et que toutes les façons, ce jeu sort encore (bon moins d’une fois par an, mais quand même).
    Et pour compléter, j’ai du mal à revendre des jeux. Même si on en joue plus avec, ils passent de pièces de plus en plus éloignés et finissent dans le grenier ! C’est surement bête…

      • Gus

        Mais grave, Kim ! Et de nos milliers de parties de Catane plateau sous l’église avec Alain. En parlant de ça, faut que je repasse à Bienne prochainement

        • Lulu

          Lecture intéressante, bien que je me doutais un peu des conclusions 😉
          En revanche, tu n’evoques pas plus que ça les jeux qui font objet d’une campagne participative et qui sont donc parfois en édition limitée et introuvable par la suite, et qui génèrent pas mal de spéculation sur les sites de revente. Je pense que c’est (et ça va peut être encore plus s’accuentuer, les éditeurs ont compris comment ça marchait…) un pan non négligeable de l’histoire du JdS moderne.

  • Dark Guil

    Une autre forme de jeu qui a monté totalement en flèche : les livres dont vous êtes le héros et qui répondent à tous les critères que tu as parfaitement énumérés. Aujourd’hui, certains Loup Solitaire se vendent à plus de 150 euros. Quand on calcule la différence avec le prix de base, cela fait frémir. Et comme un imbécilement, je me tâte toujours à acheter ceux qui me manquent car là, on parle de vrais trésors pour moi, d’une valeur tellement forte que l’Archimage aurait sûrement bâti de nouveaux labyrinthes pour les attraper !

À vous de jouer ! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :