L’Île 🏝️ au Trésor. Palpitants pirates

Temps de lecture: 8 minutes

Un pour contre tous et tous pour contre un. Un jeu hors-norme et téméraire

L’Île au Trésor, de quoi ça parle?

Tout est dans le titre. De l’île au Trésor, le roman de Robert Louis Stevenson paru en Angleterre en 1881

Une histoire de pirates, de mutinerie, de cuistot (Long John Silver) sur un bateau qui possède la carte d’un trésor enfoui sur une île

Le jeu de plateau s’inspire du roman pour nous proposer une adaptation, libre et épique

Peut-être que la série Black Sails et ses quatre saisons vous dit quelque chose. Elle se déroule en effet 20 ans avant les événements du roman

Et l’une des toutes premières adaptations cinématographiques en 1934. La première est sortie en 1920

Sinon, dans un registre beaucoup plus WTF, il y a eu la version comédie familial avec les Muppets en 1996

Bref, la culture populaire s’est bien inspirée du roman pour en tirer des adaptations plus ou moins fidèles

Et on y croit?

Oui

Vraiment

Le matériel, les illustrations, l’ambiance

Un thème fort et intégré qui fait vivre une aventure passionnante, trépidante, à la recherche de ce satané trésor

Et comment on joue?

Les joueurs et joueuses sont séparés en deux équipes. Une personne incarne Long John Silver, qui détient les informations sur l’emplacement du trésor et qui est enfermé en prison, et le ou les autres qui incarnent les pirates à la recherche du trésor

Du semi-coop, donc

Un contre tous

Mais pas du tout

En réalité, c’est tout le monde contre tout le monde

Alors, comment on joue?

Le jeu commence par la phase Long John, suivie par la phase des pirates. DU pirate, en réalité, puisqu’un.e seul.e pirate joue par tour. Les autres attendent et observent

Tout d’abord, Long John fait avancer le temps, un pion sur une piste, qui indique selon le jour certains événements à résoudre. Long John résout ensuite ces événements le cas échéant, la plupart du temps des indices sur l’emplacement du trésor

C’est ensuite au tour d’un.e pirate de réaliser une ou deux actions, selon l’avancée de la piste de temps. Les pirates ont trois actions génériques à disposition ainsi que des actions spéciales et spécifiques à chaque pirate:

Les actions génériques:

Se déplacer à grande distance sur la carte (=à cheval)

Se déplacer à moindre distance (= à pied) et ensuite effectuer une petite recherche (= petit périmètre)

Rester sur place et effectuer une grande recherche (=grand périmètre)

Les actions spéciales consistent souvent à en apprendre davantage sur l’emplacement du trésor, à obtenir plus d’indices. A noter que ces actions sont à usage unique pendant la partie

C’est tout?

Tout le piment du jeu réside dans les indices laissés par Long John. Comme il est parfois obligé d’en semer, il doit choisir lesquels. Il en a toujours trois à disposition

D’autant que deux fois dans la partie, Long John peut même décider de bluffer et faire croire que ces informations sont vraies, ou pas

Et quelles informations? 

Quelques bribes qui permettraient d’en apprendre plus sur l’emplacement du trésor, toujours et encore: distance, orientation, proximité d’une figurine, etc

Et comment on gagne?

Le but de Long John et de jouer le temps pour attendre sa sortie de prison qui intervient en toute fin de partie. Son but alors? Filer à cheval pour récupérer son trésor qu’il a caché sur le plateau avant les autres

Pour les pirates, leur but est d’obtenir un faisceau d’indices suffisamment concomitant pour se jeter sur le trésor. Avant tout le monde. Avant Long John, mais surtout, avant les autres pirates

Les pirates ne jouent donc pas ensemble pour récupérer le trésor. C’est chacun pour soi

Une équipe de pirates en compét, contre Long John également. Tendu du slip

Une condition de victoire extrêmement simple. Pécho le trésor avant les autres. Une course. Qui y arrivera d’abord?

Interaction?

Sur l’IGUS, l’échelle de mesure de l’interaction dans les jeux, L’île au Trésor atteint un 4/5

Pourquoi 4 sur 5?

Parce que L’île au Trésor est une véritable course, contre les autres, contre le temps

Et surtout, tout le monde passe sa partie à bluffer les autres. Long John bien sûr, mais les pirates entre eux aussi, histoire de noyer le poisson trésor

Pas 5/5 non plus, car à aucun moment on peut attaquer et/ou ralentir les autres

Marrant, en tout cas dans ma boîte, les figs sont beaucoup moins jolies et lisses que celles-ci… Le plastique est plus cheap que celui de la photo officielle

A combien y jouer?

A 4

Que à 4

Mais vraiment que à 4

Surtout pas à moins, et encore moins à plus

Pourquoi à deux, mais la partie manque de sel et s’avère bien courte, on peut plier une partie en une trentaine de minutes

A 3, pourquoi pas, un joueur ou joueuse incarne Long John contre deux pirates, qui prennent chacun.e une fig. Mais bof, moins tendu

A 5, c’est beaucoup trop long et lent. Un ou une joueuse incarne Long John contre quatre pirates. Mais encore une fois, comme à chaque tour, il n’y a qu’un.e et un.e seul.e pirate qui effectue son ou ses deux actions, entre temps les autres observent, attendent, vont faire la vaisselle (et louper de cruciales informations)

Patience, mère des vertus. Sauf que là, à 5, il va falloir attendre loooooongtemps avant de rejouer. Bâillements

A 4, c’est le parfait équilibre entre temps d’attente, interaction et tension

A plus, à moins, le jeu devient vraiment moins palpitant

Alors, L’Île au Trésor, c’est bien? Critique

Jamais aucun jeu de société n’aura proposé de matériel aussi innovant et surprenant. Des boussoles trouées, des boucles pour pouvoir y inscrire et dessiner des lignes. Et surtout, un compas

Un. Compas.

Sur lequel attacher un stylo de la couleur de son pirate pour pouvoir dessiner directement sur le plateau

Mais n’ayez crainte, le plateau est en plastique, tout s’efface d’une partie à l’autre

En fait, j’aurais tellement voulu assister à la séance entre Marc l’auteur et Matagot l’éditeur: « Hey les mecs, pour mon jeu ça serait bien qu’on puisse dessiner directement sur plateau pour donner des indices sur le trésor. Et aussi, faudrait des boussoles. Et un compas, aussi, avec un stylo qu’on pourrait accrocher dessus. » Là, gros silence. Des yeux qui s’écarquillent, et limite on appelle un centre de désintox

Hormis son matériel hors-norme aux illustrations toujours aussi somptueuses de Vincent Dutrait, L’île au Trésor est une sacrée aventure épique et passionnante dans l’univers littéraire de Stevenson. Un jeu qui sort des sentiers battus aux règles simples, fluides, à jouer en famille (dès 10 ans) ou entre amis

Une vraie proposition ludique, comme on aimerait en voit plus souvent

Un très, très, très bon jeu

Mais

Parce qu’il y a quand même deux « mais », il faut les relever

Deux gros « mais », des soucis qui peuvent plus ou moins réduire, voire ruiner l’expérience du jeu

Premier souci

Le jeu souffre d’un manque cruel de précision

Pas dans ses règles (enfin, on y reviendra plus bas), mais dans son expérience de jeu

Étrange, surtout que la précision est le core-concept du jeu. Réussir à trouver l’endroit exact et caché sur le plateau grâce à des outils de mesure… précis, justement

En effet, les pirates passeront leur partie à se balader sur le plateau à la recherche du X pointé par Long John sur son propre plateau dissimulé derrière son écran en tout début de partie

Ces recherches s’effectuent et se tracent grâce aux boucles de recherche

Mais il suffit parfois de peu, de très, très peu pour qu’un pirate passe juste à côté, à quelques centimètres. Et à moins de passer le plateau au peigne fin d’un bout à l’autre (poke Spaceballs), on risque bien de passer à côté, juste à côté

Rageant

C’est alors à Long John de faire preuve de fair-play

Si un.e pirate se trouve à côté, vraiment pas très loin, que sa recherche ne s’est pas avérée fructueuse mais presque, Long John pourrait / devrait concéder la victoire. Sinon, c’est la soupe à la grimace

Deuxième souci

Autre souci, et peut-être plus gênant, et certainement lié à un souci de fabrication, trois des quatre couleurs de stylo ne marquent pas bien sur le plateau. Les couleurs, les traits sont alors peu visibles. Souci d’ergonomie

En effet, autant le rouge et le noir marquent très bien, autant l’orange, le bleu et pire, le vert se voient à peine dû aux couleurs saturées du plateau

L’enfer est pavé de bonnes intentions, comme on dit

Peut-être aurait-il fallu un plateau moins coloré, moins chatoyant, pour ainsi permettre à toutes les couleur de stylo d’être plus visibles?

Ce souci de visi entache quelque peu l’expérience et le plaisir du jeu 

Rien de chanmé non plus, il suffit de « bricoler » et d’utiliser le noir en lieu et place de toutes les autres couleurs. Mais dans ce cas-là, si le jeu gagne en visibilité, il gagne également en confusion…

Alors, L’Île au Trésor, faut-il y jouer?

Oui

Clairement

Encore faut-il répondre à ces deux questions:

Avec qui?

Et

Comment?

Avec qui? Avec des joueurs et joueuses pas tatillons

Je m’explique: si Long John est très, trop minutieux, les pirates risquent de ne jamais trouver le trésor. « Ha c’est moche, t’étais pourtant à 0,002 millimètres… »

Et comment? En mode pur fun, pure aventure. Et pas en mode « cours de trigo de seconde au lycée avec Madame Goudard », où chaque millimètre compte. Parce que dans ce cas-là, le jeu n’est vraiment, vraiment pas fun (le cours de trigo avec Madame Goudard non plus, remarquez)

Score:

Anticipation: 4/5: Un jeu de bluff et de déduction dans l’univers littéraire de RL Stevenson? Yessss. En plus, servi par Matagot, tout feu tout flamme depuis quelques temps (la preuve avec Western Legends, sorti en même temps que L’Île au Trésor). Mais. Mais créé par Marc Paquien, en co-créa du décevant Yamataï. Aïe

En fait, il faudrait rajouter ici une nouvelle catégorie rien que pour L’Île au Trésor: En ouvrant la boîte: 6/5. Et là, c’est la claque!

Pendant la partie: 4/5. Le jeu est vraiment fun, au début. Au fil de la partie, certes la tension augmente, grâce au nombre d’indices sur l’emplacement du trésor et avec le risque de voir débarquer Long John sur le plateau, mais la partie peut devenir vraiment pénible aux derniers tours lorsqu’on est bloqué.e et qu’on ne trouve pas. Et surtout, si on est passé à côté du trésor. Mais genre, à 0,002 millimètres

Après la partie: 4/5. On y rejoue? Mais oui, volontiers. En mode pur fun et avec une équipe plus baroudeuse que matheuse

Score: 4/5-5/5. 5/5 Pour un jeu hors-norme au matériel surprenant. Crapahuter sur une île des Caraïbes pour y chercher un trésor enfoui grâce à des indices plus ou moins clairs, plus ou moins mensongers. Über Fun. Mais 4/5 pour son côté rageant si on y joue de manière très, trop tatillonne. Et surtout, un jeu pensé vraiment que pour 4. Et enfin, dommage pour les couleurs de stylos, certaines vraiment peu visibles et lisibles sur le plateau #fail

Et encore une chose

⚠️  Attention à un point de règles⚠️

Rien de méchant, mais la formulation, en soi, peut prêter à confusion

Lors de la mise en place du jeu pour Long John, il est indiqué:

Sauf que

Les indices Quartier n’indiquent pas un quartier, mais un quartier dans lequel il n’y a PAS de trésor

Il faut donc écarter la tuile « indice Quartier » avec la zone en noir sur le quartier qui contient le trésor

Ça paraît logique. Mais encore une fois, la formulation peut prêter à confusion

Et encore une dernière chose

Le jeu mériterait des extensions. De nouvelles cartes « indices » bien sûr, peut-être un nouveau plateau annexe? Et pourquoi pas un… félon infiltré parmi les pirates qui bosserait avec Long John, à la BSG slash Moriarty slash Room 25? Ça serait top moumoute ça

En espérant juste que Matagot ne nous fasse pas le coup de rajouter la possibilité d’y jouer jusqu’à 6 ou 7. Parce que là, déjà qu’à 5 le jeu est indigeste, on n’ose pas imaginer à 6-7…

🦉Et encore une toute dernière chose

Hasard des coïncidences des calendriers, pas plus tard qu’hier soir, l’excellente émission Affaires Sensibles sur France Inter, dont nous vous avions déjà parlé dans notre article sur nos podcasts coups de ❤️a sorti un épisode spéciale sur la Chouette d’Or. Qui vient tout juste de fêter ses 25 ans cette année

La Chouette d’Or, c’est ce « jeu » en vrai, cette chasse au trésor qui alimente tous les fantasmes depuis plus deux décennies, avec un million à la clé pour celui ou celle qui retrouvait le trésor

Comme dans le jeu de plateau L’Île au Trésor, il est aussi ici question de chasse au trésor. Sauf que là, il ne s’agit pas d’une île des Caraïbes mais de la France. Un territoire à peine plus vaste. A peine

25 ans après son lancement en 1993, personne n’a encore mis la main dessus

Dingue

Écoutez l’émission, elle est extrêmement intéressante et vous donnera peut-être à vous aussi l’envie de vous lancer sur la chasse

Vous pouvez consulter les règles de L’île au Trésor en français ici

Vous pouvez trouver L’île au Trésor chez Philibert ici

Chez Jeu du Bazar ici,

Et si vous habitez en Suisse, chez Helvétia Games Shop ici

  • Date de sortie : novembre 2018
  • Langue : Français
  • Auteur : Marc Paquien
  • Illustrateur : Vincent Dutrait
  • Editeur : Matagot
  • Nombre de joueurs : 2-5 (optimum: 4)
  • Age conseillé : dès 10 ans
  • Durée : 45′. Environ. C’est une moyenne extrêmement vague. La partie peut être pliée en 30′ à 2, ou durer 2h à 5. Voire même s’arrêter après 5-10′ si les pirates tombent sur le trésor tout de suite 😱
  • Thème : littérature, pirates, chasse au trésor
  • Mécaniques principales : bluff, déduction, déplacement

16 responses to L’Île 🏝️ au Trésor. Palpitants pirates

    • Gus says:

      Merci Marc pour votre retour

      Et oui, pareil, super fan de l’IGUS

      D’autant que souvent, le verdict qu’un jeu manque d’interaction est erroné. Tout est question de définition. Pour moi, dès qu’on s’assoit à la table avec d’autres personnes, l’interaction commence. Qu’elle soit « forte » et directe, à coups de tatanes dans les gencives (dans le jeu, hein) ou de négo, ou juste pour la course aux PV et à la victoire, l’interaction est présente. Même le jeu à l’allemande le plus « froid » « sans aucune interaction » possède sa propre proposition, sa propre définition

      Après, bien sûr, on aime ou on aime pas, c’est une autre question

      Mais l’interaction est omniprésente dans tout jeu de société (pour autant qu’on y joue pas en solo bien sûr). Faut-il encore la définir, la quantifier. C’est chose faite l’IGUS 😉

      A très vite sur Gus&Co Marc

  1. mousticmax says:

    Merci !! Ça donne envie !!
    Aussi, juste en passant, quand on aile les jeux en mode chasse aux trésors, je ne saurais que recommander Tobago, chez Gigamic si ma mémoire est bonne .. Mais ça n’engage que moi !!
    Bonne journée Gus&Co !

    • Gus says:

      Haaaaaaaaaaaa Tobago

      Pendant que j’écrivais cette chronique j’ai cherché le nom de ce jeu pendant 6h sans le trouver 🤨

      Merci pour le rappel Moustic 🦟

      😊

  2. Marc Paquien says:

    Salut Gus, merci pour l’article ! Pour la petite histoire, dans mon proto il n’y avait pas de compas! Je balance, c’est même Matagot qui en a eu l’idée, moi je pensais que c’était impossible 🤣. En fait c’est moi qui écarquille les yeux au vu du résultat !!!

    • Gus says:

      Oh dingue Marc, hallucinant

      Merci pour ton retour, et bravo pour ton jeu!!!

      Joyeux Noël Marc

  3. totoRDG says:

    Cher Gus,

    Merci pour cette chronique. Mais j’avoue ne pas l’avoir attendue pour offrir le jeu à ma fille…

    On a joué à trois (John et 2 pirates), avec seulement un pirate par joueur (et le plateau 2/4 pirates). C’est un peu plus facile pour Long John Silver, mais ça passe. Si chaque joueur dirige deux pirates, cela fait trop d’indices mis en commun…
    Par contre, on se dit qu’une version semi-coopérative est possible avec peu d’ajustements, non ?

    Très joyeuses fêtes et bonne orgie de jeux !

    • Marc Paquien says:

      Salut Toto,

      Je me permets d’intervenir ! A 4 tu utilises 2 figurines par joueur, mais pas 2 feuilles pouvoir donc tu as les infices d’un seul pirate! Bonnes parties,

      Marc

      • totoRDG says:

        Merci pour la précision, Marc ! J’étais passé au travers.
        Ca marchait cela dit très bien comme indiqué (et avec de jeunes joueurs – 7 ans – c’est plus simple avec une seule figurine), à part que les indices sont moins faciles à jouer…

  4. gverdon79 says:

    Hello
    Merci pour l’article ! Ce jeu est vraiment super !
    Reçu à noël, déjà 3 parties et envie d’y retourner.
    Hier on a testé avec les enfants (6 et 9 ans). J’ai fait LJS, et ma femme et mes enfants ont pris chacun un pirate. La petite ne sachant pas encore suffisamment bien lire, on a adapté les règles pour jouer en coop contre LJS (contre papa quoi …). Tous les indices étaient donc partagés, en contrepartie ils ‘avaient droit qu’à une seule action sur tout le calendrier. Ils ont trouvé le trésor quand il ne me restait que 2 miles à parcourir !!! A un tour près !
    C’est vraiment un chouette jeu, en effet le matos est hallucinant, à l’ouverture de la boite on a beau savoir ce qui nous attend c’est quand même magique !!
    … sauf les feutres …
    Les figs sont chouettes mais j’aurais aimé qu’elles soient un tout petit peu plus grandes (pour les peintres, là j’ose pas …).
    Bravo aux créateurs !

  5. gverdon79 says:

    Juste une question : qui est le personnage à gauche sur l’illustration ? Avec son sextant et sa capuche d’assassin ?!?!

    • Marc Paquien says:

      Le personnage de gauche, vous pourrez faire sa connaissance dans une extension a venir. Je peux vous garantir que Long John ne fera pas le malin lors des interrogatoires avec lui!

  6. gverdon79 says:

    Il y aura donc des extensions 🙂 excellente nouvelle !
    Merci Marc et bravo pour votre jeu.
    Guillaume

  7. MikaDo says:

    Bonjour,

    excellent test (comme toujours) je vais surement passer a la caisse prochainement ^^

    Je me permet d’émettre une rectification sur le point de règle commenté dans l’article, en effet, il est dit que LJS doit retiré la carte quartier où se situe son trésors, ce qui est logique car il ne doit pas la jouer sinon c’est de la « triche » de dire que le trésors ne se trouve pas dans le quartier où il se trouve. La règle est claire sur ce point je trouves.

    Bonne journée. Et félicitations à Marc! J’ai adoré Yamatai, je sens que je vais aussi l’adoré^^

    • Gus says:

      Bonjour,

      Merci pour votre commentaire

      Dans notre point « encore une chose » nous présentions ce point: « Il faut donc écarter la tuile « indice Quartier » avec la zone en noir sur le quartier qui contient le trésor ». Veuillez nous pardonner si notre explication n’était pas suffisamment claire et pouvait prêter à confusion, vous avez bien fait d’appuyer ce point

      Bien à vous,

      Gus

A vous de jouer! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.