Jeux de plateau

Super Meeple, ou l’art subtil de malaxer nos synapses

Super Meeple, en très grande forme en 2022. Line-up et interview.


Super Meeple

L’éditeur de jeux de société Super Meeple a deux caractéristiques :

  1. Il apprécie les gros jeux pour Gamers
  2. Il localise de nombreux titres internationaux en français

Lancé en 2014, l’éditeur français de jeux de société a sorti en 8 ans près de 70 titres. Si vous faites le calcul, ça fait un peu moins de 9 jeux par année. 9 ! Un record ? Et parmi tous ces jeux, la plupart furent des gros cartons : Amun Re, le reboot d’Endeavor, Virtù, Glen More II, etc.

Pour l’année qui vient, nous avons voulu leur demander quels étaient leurs prochains projets, et comment ils gèrent la crise sanitaire. Interview.

Bonjour Super Meeple,

Vous avez un calendrier très, très chargé en 2022, avec de grosses pointures prévues. Parlez-nous des quelques sorties prévues cette année.

En réalité, le calendrier n’est pas plus chargé qu’en 2021, pour la 3ème année de suite nous pensons sortir environ une petite quinzaine de jeux au total. 2 de chez Super Meeple et le reste en localisation. J’ai envie de parler de tous les jeux que nous sortons car nous les aimons tous beaucoup, forcément ! 😊 Dans la catégorie gros jeux , Ark Nova est sans doute le plus connu et le plus attendu, jeu édité par notre partenaire allemand Feuerland, nous y reviendrons un peu plus tard.

Nous allons également sortir 2 jeux de l’éditeur américain Capstone avec qui nous souhaitons renforcer le partenariat : Imperial Steam et Coffee Traders. Il est prévu aussi l’excellent nouveau jeu de Alexander Pfister dont nous sommes des grands fans, Boonlake.

Et nous travaillons sur Doggerland, un jeu Super Meeple, qui devrait voir le jour fin 2022. Nous espérons également que Pagan, un jeu asymétrique pour 2 joueurs où l’un joue une sorcière et l’autre le chasseur, plaira autant qu’il nous a plu. Dice Theme Park, un peu plus gamer que Dice Hospital, mais dans la même idée, devrait également arriver cette année, et enfin 2 jeux familiaux, Fire & Stone et Savannah Park.

Vous vous êtes lancé sur le marché des jeux de société il y a 8 ans en 2014. Votre cœur de métier est le jeu Core, le jeu Gamer. En 8 ans, qu’est-ce qui a changé ? Pour vous, pour le marché du jeu ?

À la fois beaucoup de choses et pas grand-chose ont changé en 8 ans. Le marché du jeu continue à évoluer, partout dans le monde et bien sûr en France. Et donc mécaniquement le nombre de personnes intéressées par les gros jeux augmente. En parallèle, il y a évidemment davantage de sorties et bien que les gamers n’hésitent pas trop à dépenser pour leur passion, ils ne peuvent pas non plus tout acheter.

Nous constatons toutefois qu’il est moins risqué aujourd’hui de sortir un gros jeu à 3 000 exemplaires pour un premier tirage, ce qui est plutôt une bonne nouvelle. Il y a en fin de compte assez peu d’acteurs du monde ludique qui sortent des jeux pour gamers, et je pense que nous avons construit une image plutôt positive auprès de cette communauté, ce qui nous permet d’avoir un capital de confiance intéressant.

C’est aussi pour cette raison que nous ne souhaitons pas augmenter le nombre de sorties et en rester à une quinzaine par an, ce qui est déjà beaucoup. Nous testons énormément de jeux pour finalement ne publier que ceux qui présentent un vrai intérêt ludique selon nous.

Concernant Super Meeple, nous avons accru cette image de maison d’éditions de gros jeux au fil des années et nous souhaitons la conserver. Super Meeple doit être et rester synonyme de « gros jeux ». Nous souhaitons éditer un jeu par an qui soit un jeu pour expert, et également un jeu plus familial (genre Tajuto, Couleurs de Paris… ).

Depuis 3 ans, je suis à plein temps sur Super Meeple (ce qui explique aussi le virage depuis 3 ans), Philippe Tapimoket travaille également pour Super Meeple à plein temps depuis peu, Bernard nous aide pour travailler sur les prototypes et sur la rédaction des règles. Nous allons nous renforcer un peu à l’avenir pour la gestion de la com, de la logistique. Mais nous resterons une petite structure, avec comme seule et unique idée en tête, sortir des bons jeux 😊

En 2021, comme la très grande majorité des éditeurs de jeux, vous avez essuyé des turbulences dues à la crise maritime mondiale. Comment allez-vous y faire face en 2022 ?

2022 s’annonce encore compliqué et nous le voyons déjà pour les premiers transports prévus ce début d’année. Nous apprenons à anticiper au mieux, à optimiser les transports (notamment avec les autres éditeurs) et nous devons prendre en compte cette hausse de prix dans le budget.

Pour certains jeux, nous n’avons pas eu le choix d’augmenter un peu le prix public conseillé mais nous avons souhaité limiter au maximum cet impact. Nous avons opté davantage pour le transport ferroviaire mais les problèmes sont tout aussi importants, prix élevés et retards.

Cette année, vous allez sortir le très, très gros carton Ark Nova, Comment l’avez-vous découvert ? Et à quel moment avez-vous compris qu’il s’agissait d’un très bon jeu ? Comment se sont ensuite déroulées les négociations pour en obtenir la localisation ?

Nous sommes partenaires de Feuerland, l’éditeur allemand, depuis plusieurs années. J’ai pris l’engagement de principe de sortir tous leurs jeux, c’est le seul éditeur avec Mindclash pour lequel j’ai pris cet engagement. Il y a 2 raisons à cela : l’éditeur ne sort que 2 jeux par an au maximum, et c’est sans aucun doute un des meilleurs (voire le meilleur) éditeur de gros jeux. Le palmarès de l’éditeur est impressionnant et pour avoir joué à tous leurs jeux, je n’ai jamais été déçu. Certains n’ont pas marché commercialement (Magnastorm ou Crystal Palace) mais ça n’enlève rien à leurs qualités.

Ce jeu, j’en ai entendu parler il y a longtemps et le jeu devait même sortir l’an passé mais il n’était pas prêt donc ils ont retardé la sortie. Le patron de Feuerland m’avait dit que lors des tests, jamais il n’avait vu autant d’enthousiasme de la part des testeurs : davantage même que Projet Gaia ! Et ce n’est pas le genre à dire ça souvent. Il était convaincu que le jeu avait un gros potentiel, notamment au regard du succès d’un Terraforming Mars.

Force est de constater que les joueurs aiment manipuler les cartes et aiment les jeux à combos. De même que les joueurs aiment moins se taper dessus 😊 On le voit avec Virtù, qui est un gros jeu avec interaction directe, les retours sont très bons, mais nous savons que nous ciblons une population beaucoup plus limitée qu’un Ark Nova.

Concernant le thème, j’avoue que je n’étais pas forcément convaincu par l’idée du zoo, mais finalement ça fonctionne très bien. Je savais que c’était un très bon jeu, mais c’était le cas des jeux précédents également, ce que je crois savoir maintenant, c’est que le jeu, commercialement, va sans doute très bien marcher ; les retours à l’international sont très bons (le jeu va sans doute finir dans le top 10 de BGG), le jeu marche très fort dans les pays où il est sorti, et la communauté parle énormément du jeu. Le jeu va sans doute marquer 2022, je l’espère en tout cas !

Je n’ai pas eu de négociations à faire car nous faisons tous leurs jeux !

Vous avez lu le Livre Blanc des éditeurs de jeux sur les questions écologiques. Vous qui faites produire la très grande majorité de vos jeux en Chine, quelle est votre position sur toutes ces questions ?

Tous nos jeux Super Meeple sont faits en Chine. Pour les localisations c’est plus variable mais c’est souvent le cas également, sauf un peu en Pologne ou Allemagne. Pour autant, nous sommes sensibles à la question écologique.

D’un point de vue matériel, nous utilisons au minimum le plastique, que lorsque nous n’avons pas le choix, comme le thermoformage de Recto Verso. Pour le choix de la production, il y a beaucoup de paramètres à prendre en compte et jusqu’à présent, il n’a pas été possible de faire nos jeux autre part qu’en Chine pour des raisons de coût (à moins de voir nos jeux se vendre à un prix déraisonnable) mais pas seulement. Les composants en résine par exemple de nos jeux Mexica / Tikal / Amun-Re / Cuzco, nous avons également contacté des usines européennes mais le rendu était sincèrement beaucoup moins bon.

Les usines en Chine, et particulièrement Whatzgames avec qui nous travaillons, a des machines très récentes et donc très efficaces et beaucoup moins polluantes que certaines usines en Europe.

Nous avons fait faire un deck de démo des Deckscape par Ludotopia, nouvelle entreprise française. Cela a été possible car le matériel est très réduit, mais pour en avoir discuté avec eux, car le sujet m’intéresse, il semble très difficile de faire un jeu comme Virtù par exemple en France, il y a beaucoup trop de matériel. Mais fabriquer en France quand c’est possible, nous le ferons ! Quant aux usines en Europe, les délais sont très, très longs actuellement, elles sont débordées et ont du mal à répondre à la demande.

Enfin se pose la question du transport, comme déjà évoqué, nous essayons la solution du train autant que possible, car très peu polluante, mais sinon depuis la Chine, le bateau reste le moyen le plus courant.

Merci Super Meeple d’avoir passé un peu de temps avec nous. On se réjouit de découvrir vos prochains jeux en 2022 !

Votre réaction sur l'article ?
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0

2 Comments

  • Arthurus

    Merci à Super Meeple pour tous ces gros jeux !
    Trickerion et Projet Gaia sont mes 2 jeux préférés. Hâte de mettre la main sur Imperial Steam et Ark Nova. À ce rythme ils vont vite devenir l’éditeur majoritaire dans mon étagère 😉

À vous de jouer ! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :