Critiques de jeux,  Jeux de plateau

Paleo, le coup de cœur de la rédaction

Faire des peintures rupestres, ça vous tente ?


Je ne pense pas que vous allez me contredire, mais le problème actuel, avec autant de jeux de société qui sortent chaque année, c’est que, souvent, certains jeux passent inaperçus. Il est, humainement, impossible de jouer à tout, d’écrire sur tout. Et puis, paf, au détour d’un hasard, on découvre un jeu sorti il y a X mois. Et on tombe, parfois, ébahi. Le cas, aujourd’hui, de Paleo. Un énorme coup de cœur de la rédaction pour ce jeu coopératif sorti il y a quelques mois déjà.

(attention, titres pourris)

Demain je n’enlève Paleo

Paleo est donc sorti en fin d’année passée, édité à la base par Hans im Glück et en français par Z-Man / Asmodee. Paleo est un jeu d’aventure coopératif qui se déroule à l’âge de pierre, un jeu dans lequel vous essayez, tant bien que mal, à garder votre groupe d’êtres humains en vie. Vous allez les envoyer en mission pour aller récupérer de la nourriture bien sûr, de la pierre, du bois, tout ça.

Votre but ultime : peindre une fresque rupestre dans votre caverne. Oui parce que la culture, à l’ère du paléolithique, ce n’est pas non essentiel. Bien au contraire. Paleo, bim, comme un pied de nez à nos politiques et à leur gestion de la pandémie…

Évidemment, la mort vous attend à tous les coins de forêts : des animaux sauvages, des chutes de pierre, la liste est aussi longue qu’une journée sans mammouth laineux.

Vous commencez le jeu avec deux humains, qui ont chacun une compétence et un certain nombre de points de vie. à votre tour, et c’est toute la mécanique, simplissime, épurée, fluide, belle, du jeu, vous allez choisir où vous rendre. Comment ? Où ? En prenant votre deck personnel, un deck général préparé en amont de la partie, avec des cartes communes de base additionnées par des cartes spécifiques au scénario retenu, puis divisé de manière équitable entre chaque personne.

À votre tour, donc, vous allez piocher les trois première cartes et en choisir une, sans regarder son verso, juste en choisissant parmi leur dos, selon l’illustration, qui affiche forêt, montagne, rêve, campement, etc. Et parfois, parfois seulement, le dos indique l’un ou l’autre élément pour vous aider à faire votre choix. Les deux autres non choisies sont remises sur le paquet, elles seront piochées au prochain tour, avec une carte supplémentaire pour compléter à 3. Une mécanique fluide, simplissime, et pourtant extrêmement efficace !

Une fois que tout le monde a épuisé sa réserve de cartes, on passe à la phase Nuit pendant laquelle on doit nourrir son groupe et remplir quelques conditions selon le scénario retenu.

Si vos humains meurent, et ça arrive, bien trop souvent, si vous n’êtes pas capable de gérer votre stock de nourriture et/ou que vous vous prenez des animaux sauvages et autres dangers dans les gencives, vous rajoutez un crâne sur le plateau. Dès que vous en avez accumulés 5, la partie est pliée. Et c’est souvent le cas, « rassurez-vous » !

Versailles a des plafonds élevés. C’est un Paleo

Au début de chaque partie, vous choisirez les decks de modules à affronter. Il existe sept niveaux prédéfinis qui combinent deux ou trois des 10 modules. Mais évidemment, vous pouvez également créer le vôtre. Tous les modules sont uniques, vous offrant différents types de tâches et de rencontres. La plupart des cartes de module sont ajoutées au paquet principal, qui est mélangé et distribué. Chaque module a également une carte Mission qui vous donne des objectifs à accomplir à chaque tour.

Les manches ont donc une structure jour / nuit très simple. À chaque tour de la journée, vous piochez simultanément trois cartes de votre deck, vous observez le dos de ces cartes, vous en choisissez une à révéler, puis vous effectuez l’une des actions de la carte choisie. Oui, parce que chaque carte, en gros, propose 2 voire 3 actions possibles : construire un objet, recruter de nouvelles personnes pour votre groupe, etc. Une fois que tout le monde a parcouru ses decks, vous devez nourrir votre peuple et résoudre les actions indiquées sur les cartes Mission (ressources payantes, etc.).

Après cela, les cartes des piles de défausse sont remaniées, redistribuées et vous commencez un nouveau tour. Sachant que certaines cartes seront défaussées « pour de bon », dans le meilleur des cas, si vous y parvenez, et d’autres reviennent. Aïe !

Lorsque vous piochez vos trois cartes, le dos de ces cartes vous donnera une idée de ce à quoi vous allez faire face, mais vous ne pouvez jamais être sûr. Par exemple, vous savez qu’il y a de bonnes chances que vous trouviez du bois et de la nourriture lorsque vous choisissez une carte forêt, mais vous ne le saurez pas avec certitude tant que vous ne l’aurez pas révélée. Les cartes de danger à dos rouge sont à peu près toujours mauvaises, ce qui entraîne souvent un… drame.

Et comme Paleo est un jeu coopératif, il est crucial de s’accorder sur la carte à choisir parmi les 3. Toi tu vas en forêt, parce que ton groupe possède plutôt des compétences de chasse, moi je pars au campement avec mon groupe qui est plutôt doué en… bricolage, artisanat.

Les hélicoptères volent grâce à leurs Paleo

Alors oui, dans Paleo il y a beaucoup, beaucoup de hasard. On ne sait jamais ce qui vous allez trouver derrière la carte choisie. Et parfois, mais c’est plutôt rare, vous allez devoir lancer un dé pour obtenir des trucs, des bidules. Ce qui pourrait refroidir certaines personnes.

Oui, mais.

Si trop de hasard tue le hasard, même s’il y en a beaucoup dans Paleo, il représente bien les aléas de la vie à l’époque : rencontres, dangers, trouvailles, etc. Il faut, comme à l’époque, pouvoir le gérer, l’accepter, et faire au mieux. Pas facile. Ce qui entraîne une tension constante : prendre cette carte, allez ici plutôt que là, et faire quelle action ensuite. On a un brin de pouvoir décisionnel, de capacité à juguler, réduire, jongler avec ce hasard, mais il va falloir accepter que parfois, souvent, on va se prendre des trucs dans les dents. Et ça va faire mal !

À noter également que dans Paleo, comme dit plus haut, la coopération est puissante. Il va vraiment falloir discuter pour choisir, pour réussir. Jouez sans communiquer, et comme dans la vraie vie, c’est la recette pour un désastre.

Paleo, verdict

Grandiose !

Un jeu coopératif épuré et pourtant passionnant et immersif. L’aventure, au paléolithique, avec un grand A.

  • Auteur : Peter Rustmeyer
  • Éditeur : Z-Man Games
  • Illustrateur : Dominik Mayer
  • Nombre de joueurs et joueuses : 2 à 4 (tourne bien à toutes les configuration)
  • Âge conseillé : Dès 10 ans (bonne estimation)
  • Durée : 45′ par partie. Avec 7 modules, 7 « scénarios » plus ou moins difficiles
  • Thème : Paléolithique
  • Mécaniques principales : Coopératif, gestion, cartes

Pour vous proposer une expérience de lecture plus agréable, nous vous proposons un site sans aucune publicité. Nous entretenons des relations d’affiliation avec Philibert et Play-in. Ainsi, lorsque vous achetez un jeu en cliquant sur les liens menant aux boutiques, vous nous soutenez. Grâce à vous, nous pouvons obtenir une petite part des revenus. Ceci nous permet alors d’acheter d’autres jeux et de continuer à pouvoir vous proposer de nouveaux articles.

12 Comments

    • Gus

      Ouais Didi j’hésitais aussi à sortir ce jeu de mot avec Paleo, NOTRE festival (qui n’aura toujours pas lieu en juillet 2021), mais pas sûr qu’il soit suffisamment international pour qu’on comprenne la blague…

  • Louis

    Les jeux de mots 😂. Bravo Gus pour cet article. Il me fait bien envie ce Paleo. Pour l’instant je ne cède pas parce qu’on a plein de jeux coopératifs mais qui sait, dans un avenir aussi incertain que ludique

    • Guillaume

      Je rajouterai que le matériel est de bonnes qualités, et qu’en solo il se joue très bien! Il est aussi assez difficile, surtout a partir du 3 ème scénario, en tout cas en solo. Il a une bonne rejouabilité, et c’est d’ailleurs un peu le cœur du jeu, il est plus facile de réussite un scénario du vous vous y êtes déjà cassé les dents.

      En point négatif: un peu long à mettre en place. J’essaie de faire 2 parties à chaque fois que je le sors d’ailleurs.

    • Gilles

      En fait un scénario est un mélange de paquet de cartes de A à H (je crois). Tu mélanges 2 ou 3 paquets.
      Donc oui tu as unes excellente rejouabilité.

      C’est vrai que j’aimerais malgré tout un extension, parce que je confirme que ce jeu est vraiment génial.

    • Gus

      Désolé Xavier si l’article n’était pas assez exhaustif, limpide. Paleo n’est PAS un jeu narratif. Ou un jeu en campagne. Les 7 scénarios, comme précisé par Gilles aussi, sont plus de variations, des variantes du jeu. En y rejouant, au « pire » on connaît les cartes possibles dans les decks, et c’est tout. Donc rien de rédhibitoire. Oui, on peut y rejouer, mille fois, au moins !

      • Xavier

        Il est très bien l’article 🙂

        La rejouabilité était implicte dans vos explications. Mais comme je trouve vos avis souvent intéressants, je voulais votre confirmation. J’ai déjà lu beaucoup de bien sur ce jeu.

À vous de jouer ! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :