Critique de jeu: La Nuit des Voleurs. Meeple’s Eleven

Temps de lecture: 6 minutes

Qui n’a pas déjà rêvé d’endosser le rôle de monte-en-l’air téméraires? Dans la Nuit des Voleurs, c’est maintenant possible. Un jeu aux mécaniques fines, fun, subtiles et savoureuses

  • Date de sortie: 2016 en VO, avril 2018 pour la VF
  • Auteur: Sławomir Stępień
  • Illustrateurs: Michał Lechowski, Michał Teliga, Bartek Fedyczak, Damian Bajowski
  • Editeurs: Les Polonais de Galakta pour la VO, EDGE / Asmodée pour la VF
  • Nombre de joueurs: 2 à 4 (optimum 4)
  • Age conseillé: dès 14 ans
  • Durée: 90′
  • Thème: urbain, vol, Clockwork (Clockquoi? Voir plus bas)
  • Mécaniques principales: programmation, déplacement

La Nuit des Voleurs, de quoi ça parle ?

Tout est dans le titre. Des voleurs. Qui essaie de pécho un joyau royal et d’éviter la prison

Le thème est vraiment, vraiment bien rendu. Evénement chaque manche, déplacement des gardes, outils / armes utilisées, système d’alerte, emprisonnement, on s’y croirait. Vraiment

« Soyez agile comme un chat traquant sa proie, silencieux comme le bruissement d’une brise d’été… » Tout un programme

Un jeu au thème fort qui se déroule dans un univers original, le Clockpunk

Le Clockquoi?

Le Steampunk, tout le monde, ou à près, connaît

Mais le Clockpunk, c’est quoi?

C’est comme le Steampunk, mais cinq siècles auparavant

Si le Steampunk se déroule au 19e-20e siècle, avec un savant mélange de technologies plus ou moins « futuristes », du pur Jules Verne, le Clockpunk, lui, se déroule avant l’ère industrielle. Plutôt entre le 14e et le 15e siècle, pile poil pendant la Renaissance. Une Renaissance aux embruns fantastiques et mâtinée de « tech SF » révolutionnaire pour l’époque (mais sans canon / sabre laser pour autant, faut pas pousser grand-mère dans le trou de Ver)

Inspi. La série les 3 Mousquetaires sur la BBC

Ou sinon aussi Knight Rusty, une animation pour enfants très Clockpunk (même si plutôt médiévale, pour le coup)

Et on joue comment?

Le point fort du jeu. La mécanique de jeu est excellente

Chaque joueur et joueuse dispose de cartes « action » spécifiques à son personnage, en plus d’en tirer de supplémentaires et génériques au début du jeu. Et à chaque fin de tour également

Ces cartes « action » sont la colonne vertébrale du jeu. Comme dans TransAtlantic ou Not Alone ou autres jeux du genre, ce sont elles qui permettront d’effectuer une action. Déplacement, Embuscade, surtout

Avant chaque début de manche, les joueurs et joueuses sélectionnent un nombre de cartes « action » à choix qu’il ou elle désire jouer, et place un certain nombre de points d’action (PA) dessus. Au début du jeu, tout le monde dispose de 10 PA

A noter que toute cette phase se déroule en grand secret derrière son écran

Une fois cette phase de sélection / programmation finie, on lève l’écran. Si les cartes « action » choisies sont face cachée, les points d’action, eux, sont visibles

On lance alors le dé (ou deux, si l’alerte a été déclenchée) pour représenter l’initiative des gardes

Et dans l’ordre décroissant des résultats de dés et de PA par carte de tous les joueurs et joueuses, on résout alors tout le tintouin: déplacement des gardes en direction des PJ et / ou action des PJ

Et pour faire quoi?

Les PJ vont surtout passer la partie à essayer de chouraver des joyaux, le principal, le Joyau de l’Empereur ou d’autres qui vont apparaître au fil de la partie. Certains sont dissimulés en ville, d’autres vont « popper » suite aux événements

Les PJ vont devoir également éviter les gardes, sortes d’IA ennemie. Gardes qui, eux, vont toujours se déplacer « tout seul » en direction des voleurs les plus proches à la Zombicide

Et quand un garde tombe sur un voleur, c’est le cachot. Le ou la joueuse perd un joyau et est ralenti pour le prochain tour. Rien de méchant, pas d’élimination, mais chanmé quand même, de quoi se faire ralentir

Bref.

Malgré des règles riches, longues et compactes, près de 18 pages quand même, le tout tourne bien et est très fluide

Et cette mécanique de programmation avec initiative est juste succulente. De quoi se prendre bien la tête sur des choix cruciaux et douloureux. Effectuer beaucoup d’actions, mais en jouant plus tard dans le tour? Ou n’en jouer peu pour être quasi-certain·e de jouer tôt?

Car oui, vous l’aurez compris, tout est dans le titre, il est question ici de vol. Le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt. En anglais, c’est encore plus flagrant: « the early bird gets the worm ». Ou ici, « the early thief gets the jewel ». Si on joue plus tard dans le tour ça risque bien d’être la soupe à la grimace, un peu comme dans Colt Express en fait

Sauf que

Si vous vous posiez la question, oui, oui, on peut voler les autres. On en reparlera en peu plus bas dans l’interaction

Et comment on gagne?

Des conditions de victoire très subtiles. Il y en a trois

Dès que le paquet « événement » est épuisé, la fin de partie est annoncée

Sachant qu’il en existe deux, un deck d’événements de 10 cartes, paquet calme, et un deck de 5 cartes « événement » quand l’alarme a retenti. Et quand elle est déclenchée, c’est le drame. Il ne reste alors plus que 5 tours de jeu

Non seulement les gardes deviennent plus irascibles et dangereux, mais la fin de jeu risque d’arriver bien plus tôt que prévue

Et oui, un ou une voleuse déclenche l’alarme quand elle chope le joyau

Donc trois conditions de victoire possibles:

Tout le monde perd si un paquet « événement » est épuisé et que personne n’a raflé le Joyau de l’Empereur en ayant réussi à sortir du plateau de jeu

Un ou une joueuse gagne immédiatement si elle a raflé le Joyau de l’Empereur et a été capable de sortir du plateau de jeu avant la fin du deck « événement »

Un ou une joueuse gagne si personne n’a raflé le Joyau de l’Empereur mais a été capable de voler plus de joyaux « basiques » que les autres, tout en ayant réussi à sortir du plateau avant la fin de partie. Joyaux basiques cachés sur le plateau avec d’autres qui « poppent » pendant la partie avec les cartes « événement » en début de tour

Des conditions de victoire subtiles et variées qui insufflent une tension constante et savoureuse à la partie. Avec un subtil côté « échec et pat » qui pourrait intervenir. Si je perds, alors autant que personne ne gagne…

Interaction

Très, très forte

Oui, on peut voler les autres

Dès qu’un ou une joueuse a raflé le Joyau de l’Empereur, c’est la course à l’échalote. Exactement comme dans le jeu SOL de Catch up Games, tout le monde va essayer de tacler pour ramasser le butin et sortir avant le fin de partie. Une vraie partie de foot. Jouée à coup d’arbalètes et des bolas dans les gencives

Et à combien y jouer?

Au max. A 4

A moins, la tension est évidemment moins présente

Alors oui, à 2 on est dans la course et la confrontation directes, mais le plateau fait plus vide et le jeu moins épicé

Alors, La Nuit des Voleurs, c’est bien? Critique

Oui, le jeu est très bon

Pour

sa mécanique de programmation et d’initiative

ses différentes condition de victoire

son système d’IA ennemie qui épice la partie et rajoute une menace constante

son thème, extrêmement original (Clockpunk), fort & intégré

son matériel, très riche. Même s’il manque un thermo, la boîte fait fourre-tout

Mais

La Nuit des Voleurs est surtout et principalement un jeu de déplacement sur un plateau en suivant des trajectoires définies. Et la possibilité d’emprunter des entrées / sorties d’égouts par-ci par-là

On passe sa partie à se déplacer, à pécho du joyau et à éviter les gardes. C’est très sympa pour 3-4 parties, mais on s’en lasse assez vite. La courbe de prog est quasi-inexistante, on refait toujours la même chose à chaque partie, peu de variété stratégique

Au final, la Nuit des Voleurs est un pur jeu d’aventure tactique, original, immersif et opportuniste. C’est déjà pas mal

Score:

Anticipation: 5/5. Un jeu dans lequel on incarne des voleurs et voleuses dans une ville clockpunk? Mais ouiiiiiii. Ca me rappelle l’excellentissime jdr (suisse pour la 2e éd) Nightprowler

Pendant la partie: 5/5. Fluide, immersif, tendu, racé. Très bon

Après la partie: 3/5. Envie de rejouer, oui. Mais pas 600’000 fois non plus, le jeu devient répétitif. Après 4 parties on en a fait le tour

Score final: 4/5. Un solide 4/5. Un 5/5 lors des 1-2 premières parties, et un score qui chute à 3/5 lors des parties suivantes

Et encore une dernière chose

Envie de JDR sur le même thème?

Nightprowler, on vous en a parlé juste en-dessus

Un jeu de rôle méd-fan dans lequel vous incarnez des petites frappes. Brigands, voleuses, etc

Et le jeu a été créé par… devinez qui… Oui, Croc. Sorti en 1995, aussi chez Asmodée comme cette Nuit des Voleurs. 23 ans plus tard, la boucle est bouclée

En 2006, soit dix ans plus tard, ce sont les Vaudois mais non moins Suisses de 2d sans faces qui ont réédité cet excellent jdr. Qui mériterait bien aujourd’hui une 3e éd (une préco participative?)

Envie d’une toile sur le même thème?

Si vous aimez les jeux / films de cambriolage, ce 8 juin 2018 sortira la suite des Ocean’s Eleven. Ocean 8. Qu’avec des femmes cambrioleuses cette fois (et Matt Damon)

Un casting de ouf (oui, il y a Rhianna). OK, ce n’est pas Clockpunk. Et alors?

Vous pouvez trouver le jeu La Nuit des Voleurs chez Philibert,

Et chez Jeu du Bazar

9 Comments

  1. « Editeurs: … EDGE / Asmodée pour la VF »
    « son matériel, très riche. Même s’il manque un thermo, la boîte fait fourre-tout »
    EDGE : nom propre. Editeur de jeux de société et premier actionnaire des sachets ziplock.

    On peut maintenant noter la qualité du thermoformage d’un jeu sur une échelle de EDGE à Dice Forge. Ainsi Scythe aurait pu être édité par EDGE que ça ne nous aurait pas surpris, Quadropolis vient chatouiller les pieds de Dice Forge. On se rend compte en regardant le prix de La Nuit des Voleurs (54€ chez Jeu du Bazar) et de Dice Forge (36€ chez Jeu du Bazar aussi) que la qualité du thermoformage est inversement proportionnelle au prix du jeu (Mention spéciale à Magic Maze hors-concours avec son prix ridicule de 25€).

    Chez EDGE le matériel est toujours très beau, les illustrations toujours de qualité. Mais il faut avouer que leurs jeux sont plus chers que chez les autres éditeurs. Alors quitte à nous pondre des jeux à 50€ minimum, ils peuvent rajouter 5€ pour y inclure un thermoformage un minimum potable, qu’on soit pas obligé d’utiliser une dizaine de sachets ziplock en 2018. Les boites font d’autant plus vides, qu’elles sont souvent trop grandes pour le matériel qu’elles contiennent : la preuve avec Fabulosa Fructus, un jeu  » presque uniquement » fait de cartes dont la boite est de la taille d’un Galaxy Trucker.

    Pour des JcE je peux comprendre. Les collectionneurs achètent des deckbox et des classeurs, la boite de base ne sert donc souvent pas à stocker le jeu. ça peut se comprendre, mais s’ils veulent attirer de nouveaux joueurs plus casuaux, l’absence de thermoformage même dans un JcE me parait dommage.

    Tout ça pour dire que je vais commencer à lever le pied sur les jeux EDGE. Donc ce Nuit des Voleurs a l’air très bien, mais j’en ai marre de ranger un jeu à plus de 50 balles en vrac.

    1. Bonjour,

      J’interviens rapidement pour rappeler que EDGE n’a rien à voir avec le thermoformage : nous sommes chargés de la traduction des jeux, et n’avons aucun pouvoir décisionnel sur le contenu de la boîte. C’est l’éditeur d’origine qui définit ce qui se trouve à l’intérieur, et les versions localisées (quelle que soit la langue) ne sont que des copies conformes de la VO… avec les textes traduits.

      Voilà, je voulais juste clarifier ce point : les éditeurs qui localisent un jeu dans leur langue n’ont pas la possibilité de modifier le matériel présent dans la boîte.

      Bon jeu !

      1. Haaaaaaaaaaa non c’est nul

        Ça fait justement depuis hier que je pensais à répondre avec exactement le même commentaire

        En effet, quand EDGE s’occupe de la VF ils ne vont pas changer le matos

        Donc pas leur faute si pas de thermo

        Même si snif

        Mais ne leur jetons pas la pierre pour autant

        Pour Dragon Castle au contraire, le thermo déchire sa race de dragon 🐉

      2. Toutes mes excuses auprès de EDGE sur mes remarques concernant le thermoformage si ce n’est pas vous qui vous occupez du matériel. Vous pouvez remplacer EDGE par FFG dans mon post précédent. Mais alors pourquoi le logo de FFG n’apparaît pas sur la boite ? ça ne vous fait pas une très bonne pub d’avoir uniquement votre logo sur une boite avec du beau matériel, certainement un très bon jeu, mais sans thermoformage (d’où l’amalgame que j’ai fait).

  2. Merci pour le test, mais c’est dommage d’évoquer tout ce « clockpunk » et ces histoires de monte-en-l’air sans nommer cet monument du jeu PC qu’est la série « Thief » dont l’excellent Thief 2 : Dark project. Du coup mon intérêt pour ce jeu de plateau est décuplé !

  3. Merci pour cet article !

    Je rebondis sur votre référence au jdr Nightprowler avec un simple et court conseil :.conservez uniquement son univers et oubliez ses mécaniques alambiquées. Substituez ces dernières par celle de l’excellent jeu de rôle Brigandyne (vendu à un prix modique sur Lulu.com) et son adaptation à Nightprowler (qui elle est gratuite sur le site du jeu). Ainsi vous obtiendrez la combinaison magique pour profiter du jeu de Croc.

    Bien à vous,
    Carfax

  4. « son matériel, très riche. Même s’il manque un thermo, la boîte fait fourre-tout »
    « Alors quitte à nous pondre des jeux à 50€ minimum, ils peuvent rajouter 5€ pour y inclure un thermoformage un minimum potable, qu’on soit pas obligé d’utiliser une dizaine de sachets ziplock en 2018.  »
    « Donc pas leur faute si pas de thermo
    Même si snif  »

    Bande de malheureux hérétiques !!! ^^

    Le thermofromage pollue (plastique), prend de la place inutilement, et empeche de quelconques possibilités d’évolutions/extensions… et je ne parle que des thermofromages qui sont de qualité, bien pensés et bien conçus (ce qui est encore loin d’être le cas pour tous les jeux).

    Alors ok, avec le thermofromage la boite semble moins vide, mais le problème ne serait il pas des boites en elles même trop grandes et pleine de vide ?

    Les fichiers Zip, il n’y a que cela de vrai. Chaque joueur son zip avec son matos et pour des zips pour les autres types de matériel. Et le zip même si ca pollue également, c’est réutilisable dans d’autres jeux/activités ce que le thermofromage n’autorise pas.

    Sinon, en dehors de mes élucubrations, tout comme Paul, ce jeu me fait énormément penser a Thief, la fameuse saga de jeux video.

    En tout cas merci Gus pour la découverte. 🙂

  5. Côté thermoformage et rangement de boite, perso, j’ai rarement vu mieux que Grimm forest (en dépit du fait que le jeu est un ratage complet). Tout s’emboîte à merveille, des easter egg au moment du dépunchange, récupératon des planches de punch pour caler avec précison la boite, le tout avec un soucis et une minutie proche du TOC.

Laisser un commentaire