Critique de jeu: Hit Z Road. Des zombies et des zhommes

Hit the Road, chez les Space Cowboys

Hit Z Road est sorti en juillet 2016, créé par le britannique Martin Wallace (Via Nebula) et édité par les Space Cowboys. De 1 (!) à 4 joueurs. Dès 12 ans et d’une durée de 60 minutes.

No Spoil

Le matériel est sans conteste le plus original jamais trouvé dans un jeu de société!

Soyons honnêtes, en soi, le matériel ne casse pas trois pattes à un canard. Pour une fois chez les Space Cowboys, pas de thermo mais une simple boîte en carton deux fois trop grande, des cartes, quelques jetons, des dés, des meeples. Non, rien d’extraordinaire.

hitzroad-matos

Et pourtant.

Le tout est extrêmement original, subtil, ingénieux!

En pleine et « véritable » apocalypse zombies, c’est le petit Martin (oui, Wallace), qui a créé un jeu de société à partir de matos de récup: cartes à jouer sur lesquels on a collé un recto, jetons, en réalité des capsules de bouteilles de bière.

gas-adren-ammo-tokens

Même la boîte est un jeu recyclé, Hit the Road, un obscur (et virtuel) jeu de plateau américain. Même les règles sont écrites par un enfant dans un ancien carnet d’école. Donc un jeu créé par un « véritable » survivant. Éclectique.

De plus, le jeu croule sous les Easter-Eggs: références cinématographiques, ludiques aussi. Et pour rajouter un côté Shaun of the Dead / Zombieland, le jeu est bourré d’humour WTF bienvenu. Pour éviter de ruiner la surprise, ça serait vraiment dommage, nous préférons éviter de vous montrer des photos.

Bref, les Space Cowboys se sont fendus d’un jeu au matériel et à son exploitation de manière extrêmement original. Un bel objet. Les Spaces Cowboys ont tout compris au New DIL.

Mais le jeu vaut quoi?

Sous le capot

Wallpapers-room_com___Route_66_by_nuahs_1920x1200

Et qu’est-ce que le jeu a sous le capot?

Le but est de survivre 8 tours avec sa troupe de 5 survivants, en traversant les US d’Est en Ouest sur la fameuse Route 66. Le joueur qui aura amassé le plus de PV / XP gagnés sera déclaré vainqueur. Ou si tous les autres joueurs se sont fait éliminer.

A 4 joueurs, au tout début du tour, on sort 4×2 cartes. Les joueurs procèdent alors à une enchère pour s’octroyer une paire de cartes pour représenter la voie la plus intéressante, la plus favorable, la plus juteuse en terme de ressources et de PV, mais aussi et surtout la moins dangereuse. Le joueur qui aura remporté l’enchère choisira en premier, et ainsi de suite. On paie en ressources obtenues sur les cartes: essence, mun, adrénaline.

Une fois l’enchère achevée, chaque joueur prend sa paire et la résout l’une après l’autre selon la carte: ressources, événement, puis parfois / souvent combat.

Combat?

En utilisant de la mun on peut commencer par tirer à distance sur les baveurs. A distance, donc on évite la fatidique morsure. On passe ensuite au corps à corps. Et comme tout le monde le sait, le corps à corps avec les zombies est fortement déconseillé par les médecins généralistes…

On lance alors autant de dés que le nombre de ses survivants. Certains dés mettent des tatanes dans les gencives des zombies, d’autres représentent des morsures subies par ses propres survivants. Sachant que plus on avance dans le jeu et plus les zombies deviennent costauds et nombreux puisque le jeu est composé de trois « âges », de trois niveaux progressifs de difficulté.

Si le combat est remporté, selon la carte on empoche parfois des PV / XP. Le but du jeu. Avec des points supplémentaires octroyés en toute fin de partie pour la majorité par ressource et survivants… survivants.

Bien? Pas bien?

Pour faire simple, Hit Z Road est un jeu d’enchère, de gestion de ressources et de gestion du hasard. Les règles du jeu sont extrêmement simples et fluides, on les apprend en 2′, à peine. La seule « difficulté » du jeu réside dans l’apprentissage des symboles sur les dés 6. Donc non, rien de méchant. Pas comme les morts-vivants.

Et qui dit lancer de dés, dit forcément hasard. Énormément de hasard. Ce qui fera couiner plus d’un joueur. On lance des dés, et sur un mauvais tirage, on peut être éliminé de la partie. Ou au contraire, survivre.

Si j’ai perdu, c’est qu’il y a trop hasard. Si j’ai gagné, c’est parce que je suis très intelligent.

Oui mais.

Les ressources et les enchères pour choisir sa paire permettent d’atténuer le hasard, de le gérer, de se prémunir contre les « coups durs ». Oui, il y a du hasard, oui, c’est rageant de faire un mauvais tirage, mais c’est aux joueurs de tout faire pour gérer les risques. Comme dans la vraie vie avec de vraies zombies. Si on a bien géré sa partie, on augmentera ses chances de survie et de gagner la partie.

Dans le genre gestion de dés et de proba, Hit Z Road est beaucoup moins fun qu’un Camel Up, moins profond et stratégique que Roll for the Galaxy. Il se situe juste entre deux.

Hit Z Road est LE jeu que je conseillerais à mon assureur. C’est du pur risk-management. Il faut tout faire pour atténuer et gérer le hasard pour réduire les risques. Oui, on peut y laisser sa peau sur un mauvais tirage. Mais c’est parce qu’on aura pas su s’en prémunir.

Je dois toutefois relever deux points qui m’ont refroidi:

  1. La dynamique. La phase d’enchère peut être très longue et lente. Combien enchérir pour quelle paire? Analysis paralysis, quand tu nous tiens… Et la phase de rencontre est rapide, incisive. Ces deux dynamiques complètement différentes peuvent lasser au bout d’un moment. Heureusement, la partie ne fait que 8 tours. Alors oui, on lance des brouettes de dés, mais rien n’est frénétique.
  2. L’élimination. Comme indiqué dans les règles à la page 9, un joueur éliminé « peut aller se faire un café ». Et se faire éliminer de la partie est vraiment frustrant, alors que les autres peuvent continuer à jouer.

Bref, Hit Ze Road est un bon jeu, mais encore faut-il le voir pour ce qu’il est, destiné à un public de joueurs avertis, exigeants. En même temps tactique et stratégique, sous ses aspects fun avec son matériel drôle et original, Hit Z Road est beaucoup plus profond et austère qu’il en a l’air. Alors oui, on peut y jouer de manière tout à fait légère au petit bonheur la chance sans se soucier des lendemains qui chantent et pierre qui roule n’amasse pas mousse, mais à ce petit jeu-là, la partie sera aussi rocambolesque que brève.

Si vous cherchez un jeu de dés plus youplaboum, jetez plutôt votre dévolu sur King of Tokyo (qui vient juste de se faire rééditer en 2016) ou Camel Up. voire même Zombie Dice, dans le même thème. Si vous êtes par contre prêt à en découdre avec des zombies et des proba, enfin, surtout des proba, Hit Z Road est fait pour vous.

Chaque choix sera crucial. Se battre aux enchères et finir à oilpé côté ressources, avec les cartes qu’on désirait, ou se la jouer frugal et prévenant.

Alors oui, Hit Z Road est un énième jeu de zombies, mais sans figurines en plastique, sans déplacement, sans fouille de pièce. Ou si, tout cela quand même un peu. Si vous êtes, comme moi, lassé des jeux de zombies, Hit Z Road n’en est pas vraiment un. Enfin si, mais différent, subtil.

Et à combien y jouer? A 4. Le jeu sera plus lent, mais avec plus de tension dans les enchères qu’à 3 ou 2.

Et attention, le jeu fera vibrer cette part sombre de son humanité. Celui de voir ses voisins se vautrer aux tirages de dés, se faire mordre, éliminer, et s’en réjouir. Tellement sadique, méchant et… humain.

Attention, si des zombies nous pourchassent, je te ferai un croche-pied
Attention, si des zombies nous pourchassent, je te ferai un croche-pied

Mais encore

Quelques conseils stratégiques

  1. Votre toute première partie sera surprenante, puisque vous récupérerez plusieurs d’objets / jetons sans apparente fonction et pas expliqués dans les règles (carte, lunette de visée…). Rassurez-vous, ces objets prendront toute leur importance dans les niveaux supérieurs.
  2. Les niveaux de Hit Z Road sont construits comme les trois âges de 7W. Le tout premier est facile et confère tonne de ressources. A mesure qu’on avance dans les niveaux, les cartes deviennent de plus en plus difficiles et s’avèrent très avares en ressources. Pensez vraiment à « faire le plein » au premier niveau.
  3. Ne vous battez pas comme un forcené aux enchères. Finir à oilpé est très, très dangereux. Il vaut mieux conserver ses ressources, peut-être même pour envisager le bonus de +3 PV en toute fin de partie par majorité. Avec le risque évident de se manger deux cartes moisies. Ne rien miser n’est pas honteux!

Et au fait, vous avez déjà lu notre TOP 10 des meilleurs jeux de zombies? Il date un peu, je placerais bien Hit Z Road dans ce TOP quand même…

top10-zombies

Et où trouver Hit Z Road?

Vous pourrez le trouver chez Philibert,

Chez Ludibay,

Chez Ludikbazar,

Et si vous habitez en Suisse, chez Helvétia Games Shop.

3 Comments

  1. Encore une fois Martin Wallace est capable du pire comme du meilleur.
    Dans le cas d’Hit Z road, je crains que l’on soit plus proche du pire. J’ai fais 2 parties à 4 joueurs au FLIP à Parthenay. Je reconnais que le matériel à la Fallout, les touches humoristiques et le principe général laissent une première impression très satisfaisante. Mais très vite le jeu atteint ses limites, un système très répétitif, une gestion de ressource excessivement sujette au hasard, le tout renforcé par un système d’enchère relativement lourd.
    Lors de ma première partie les ressources de tout les joueurs ont fondues comme neige au soleil et le jeu c’est fait sur des lancers de dés et des tirages de cartes plus ou moins heureux. Certains d’être passé à coté d’une perle, j’ai retenté l’expérience avec un autre groupe de joueur en réservant mes ressources en conservant une place moyenne dans les enchères et là encore tout se fait sur une série de lancers de dés et un tirage de carte plus ou moins heureux. J’ai donc regardé les autres tables où le jeu tournait, j’ai échangé avec les Asmodéens qui l’animaient et le point commun des amateurs est l’ambiance générale et l’impact du hasard, quand ses détracteurs jugent que le plus gros problème du jeu vient de ses mécaniques peu fluides : sa phase d’enchère longue, sa gestion des ressources relative qui peine à prendre sa place dans des phases d’action limitées à la résolution de lancers de dés et sa longueur 45 à 60 minutes pour un « petit » jeu de dés c’est beaucoup (vous vous imaginez jouer à Zombie dice pendant 60 minutes ?)
    En conclusion passé la surprise des cartes (ce qui pose la question de la rejouabilité du jeu), les mécaniques très basiques ne prennent pas, le hasard omniprésent casse l’intérêt des enchères et de la gestion de ressource l’ensemble dégage une impression d’urgence lente un peu comme la démarche d’un zombie affamé peut être est ce le but ultime de ce jeu ?

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s