Critique de jeu : King of Tokyo

Par défaut

King of Tokyo est sorti chez Iello en vf en avril 2011, créé par Richard Garfield, le papa de Magic, pour 2 à 6 joueurs d’une durée de 30′.

King of Tokyo est un jeu extrêmement stratégique dans lequel on doit planifier ses coups longtemps à l’avance.

Hyper-riche et profond, ce jeu ne s’adresse clairement pas à tout le monde au vu de sa complexité. Même les règles sont longues et compliquées.

Le matériel est très simple et sobre, les illustrations pas extraordinaires.

Bref, on ne s’amuse pas vraiment dans King of Tokyo, le tout est très lourd et pesant.

Ou presque.

En fait, c’est exactement tout le contraire.

King of Tokyo est un jeu über-fun, léger, avec un soupçon de tactique mais surtout beaucoup de fun.

On y joue surtout pour s’amuser, pour balancer des baffes bruyantes aux monstres de ses voisins.

Deux façons de gagner : totaliser 20 points, ou être le dernier joueur.

Matériel

Le matériel est juste somptueux. Le plateau tout petit, les dés tout gros et fluo, très dans le ton des créatures radioactives nippones!


Les illustrations des cartes et des monstres sont juste excellentes, en plein dans un univers BD manga comique.

Mécanique

Les deux mécaniques principales du jeu : stop ou encore & dés.

Stop ou encore

Les monstres qui se trouvent à Tokyo risque de se prendre les tatanes de tous les autres monstres, et vice versa. Sachant qu’une fois touché par un joueur, on peut lui céder sa place à Tokyo, qu’il est alors obligé d’accepter.

Mais rester à Tokyo rapporte deux points de victoire à chaque tour. Doit-on conserver sa place, au risque de se manger encore plus de baffes, mais encore grappiller quelques points, ou partir et se soigner? En effet, un monstre à Tokyo ne peut PAS se soigner au moyen des dés, forcément.

Dés

A chaque tour, on lance tous les dés, jusqu’à trois fois: soin (à part à Tokyo donc), tatanes dans les gencives de voisins, énergies qui permettront d’acheter des cartes, points de victoire. Que garder, que relancer?

Intérêt du jeu

Évidemment, il y a énormément de hasard à King of Tokyo, est alors? On y jour pour s’amuser, pour faire du bruit à la table, pour attaquer ses voisins atomiques. Et on en trouve du malin plaisir.

Le papa de Magic nous offre ici un jeu ultra-light et fun, au thème et au matériel hyper-funky et au thème survolté, et on adore.

A Gus&Co nous sommes plutôt gros jeux, pas tellement jeux fun et d’ambiance hahahaha, mais King of Tokyo nous a littéralement conquis, pour changer quelque peu des jeux à prévoir ses 17 tours à l’avance.

Ce que j’ai beaucoup aimé

Le thème, fun et hyper-bien exploité

Le matériel et les superbes illustrations comiques

La mécanique light & fun.

La fluidité et rapidité du jeu, qui donne envie de refaire une autre partie, puis une autre, puis…

Ce que je n’ai pas apprécié

rien

"

  1. Jeu assez bourrin et très très moyen.. Avec seulement 10 points de vie, on peut rapidement se faire éliminer (en 5mn même!) et dans les parties à plusieurs, c’est pas la joie.. Il y a rapidement 2 ou 3 joueurs qui se font éliminer, pour laisser les autres s’amuser. Niveau ambiance, il y a mieux. Perso, je passe mon tour sur ce jeu.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s