kauri
Critiques de jeux,  Jeux de plateau

Kauri : Survie et Stratégie en Terre Maorie

🐩 Île de Nouvelle-ZĂ©lande, 1769. Dans le jeu Kauri, incarnez kiwis, possums, Maoris ou colons anglais dans leur lutte pour la survie.


Kauri : Immersion ludique dans la nature de Nouvelle-ZĂ©lande

⚠ Avertissement : Dans un souci de transparence envers notre communautĂ©, nous tenons Ă  prĂ©ciser que cet article reflĂšte notre opinion personnelle sur le jeu. Nous n’avons reçu aucune contrepartie de la part de l’éditeur du jeu. Nous avons acquis et testĂ© le jeu de façon indĂ©pendante, sans lien commercial avec son Ă©diteur. Les avis prĂ©sentĂ©s ici reprĂ©sentent notre analyse honnĂȘte et impartiale du jeu, basĂ©e sur notre propre expĂ©rience.


Kauri est un jeu de société asymétrique passionnant qui se déroule en Nouvelle-Zélande, mettant en scÚne un combat entre la nature et les humains. Les joueurs et joueuses ont le choix entre quatre factions distinctes : les Kiwis, les Possums, les Maoris et les Anglais.

Ce nouveau jeu, conçu par Charlec Couronnaud, auteur du remarquable La BĂȘte, nous avait dĂ©jĂ  sĂ©duit par sa capacitĂ© Ă  crĂ©er une expĂ©rience immersive. Nous avons dĂ©couvert Kauri au Festival International des Jeux de Cannes et il s’est rapidement imposĂ© comme l’une des sorties les plus attendues de l’annĂ©e. La question demeure : l’attente valait-elle le coup ? La rĂ©ponse se trouve dans cet article.

Nouvelle-ZĂ©lande, un paradis sur Terre

Dans Kauri, les joueurs et joueuses sont transportĂ©es sur l’Ăźle de Nouvelle-ZĂ©lande, situĂ©e dans l’ocĂ©an Pacifique. Cette Ăźle, formĂ©e il y a 30 millions d’annĂ©es suite Ă  une Ă©ruption volcanique, est un sanctuaire pour une multitude de fleurs, d’espĂšces vĂ©gĂ©tales et animales. Elle est notamment le berceau du Kauri, un gigantesque conifĂšre endĂ©mique pouvant atteindre 50 mĂštres de haut.

Ce paradis, dĂ©pourvu de prĂ©dateurs terrestres, a conduit certains animaux, comme le trop « mignon » kiwi, Ă  perdre leur capacitĂ© Ă  s’enfuir.

L’Ăźle a vu l’arrivĂ©e des Maoris au VIIIĂšme siĂšcle, qui ont cultivĂ© et honorĂ© cette terre sauvage. Cependant, l’arrivĂ©e de l’explorateur anglais James Cook en 1769 a bouleversĂ© cet Ă©quilibre idyllique, avec la cartographie de l’Ăźle, l’exploitation des forĂȘts de kauris et l’introduction des possums pour leur fourrure.

Les choses ne se passent pas comme prévu, les possums, petits animaux malins, échappent au contrÎle des Anglais et se reproduisent massivement, forçant les colons à revoir leurs plans.

Kauri, les rĂšgles du jeu

Pour commencer, chaque joueureuse choisit sa faction : Kiwi, Possum, Māori ou Anglais. Comme dans tous les jeux asymétriques, chaque faction se joue différemment et marque des points de victoire de maniÚre spécifique.

La partie se déroule en 5 périodes, chacune composée de 4 tours, soit 20 tours de jeu au total.

Chaque faction a son propre jeu de cartes d’action, avec trois cartes en main au dĂ©but.

SimultanĂ©ment, chaque joueureuse choisit une des cartes comme Ă©tant son action, la seconde pour dĂ©terminer l’ordre du tour et la troisiĂšme est gardĂ©e pour le tour suivant. Ainsi, une carte est jouĂ©e, une est sacrifiĂ©e, et la troisiĂšme est conservĂ©e.

Chaque faction joue ensuite son action selon l’ordre du tour rĂ©vĂ©lĂ© et les avantages prioritaires des factions, puis chacun reprend 2 cartes pour complĂ©ter sa main.

Lorsque tous les joueureuses ont Ă©puisĂ© leur deck, c’est la fin d’une pĂ©riode. Les compteurs du temps sont avancĂ©s, les Ă©pidĂ©mies et inondations Ă©ventuelles sont retirĂ©es du plateau, et les kiwis se trouvant dans une section sans arbre disparaissent.

Les cartes personnelles sont à nouveau mélangées et un nouveau tour commence.

Tous les joueurs et joueuses utilisent leurs jeux de cartes de la mĂȘme maniĂšre, mais les actions des cartes sont diffĂ©rentes, ce qui conduit Ă  diverses stratĂ©gies. Les cartes actions peuvent comporter une ou plusieurs actions, certaines nĂ©cessitent des prĂ©requis ou sont conditionnĂ©es par les autres factions. Elles peuvent Ă©galement permettre de dĂ©bloquer des hĂ©ritages avec des pouvoirs Ă©phĂ©mĂšres ou permanents, toujours spĂ©cifiques Ă  sa propre faction.

L’attrait du jeu rĂ©side dans son interaction et la nĂ©cessitĂ© de surveiller Ă©troitement les adversaires pour parfois perturber la stratĂ©gie de la faction dominante. Des nĂ©gociations ou des alliances entre les diffĂ©rents joueurs et joueuses d’une mĂȘme partie peuvent aussi avoir lieu, chacun devant ĂȘtre conscient des enjeux du conflit global.

À la fin de la 5Ăšme pĂ©riode, la partie se termine et l’on passe au dĂ©compte des points pour dĂ©signer le ou la vainqueur(e).

kauri plateau

L’attrait de l’asymĂ©trie

Les jeux asymĂ©triques connaissent un intĂ©rĂȘt grandissant. Ils offrent une profondeur stratĂ©gique et une rejouabilitĂ© accrue. L’asymĂ©trie implique que chaque joueureuse a des capacitĂ©s et des stratĂ©gies uniques, ce qui enrichit l’expĂ©rience de jeu. Cependant, l’Ă©quilibre est crucial pour garantir que chaque faction ait une chance de gagner.

Les années 70-80 ont vu fleurir des jeux asymétriques cultes comme Dune (1979), Rencontre Cosmique (1977) ou Ogre (1977). Le succÚs du Seigneur des Anneaux a également boosté ce type de jeux avec la sortie de War of the Ring (2011).

Aujourd’hui, l’asymĂ©trie est devenue un mĂ©canisme central dans de nombreux jeux. Citons par exemple :

  1. Spirit Island : Un jeu coopĂ©ratif et asymĂ©trique oĂč les joueureuses contrĂŽlent diffĂ©rents esprits, chacun avec des pouvoirs uniques, pour dĂ©fendre leur Ăźle contre des envahisseurs colonisateurs.
  2. Rencontre Cosmique : Les joueureuses contrĂŽlent chacun une espĂšce extraterrestre unique avec des pouvoirs spĂ©ciaux, visant Ă  coloniser d’autres planĂštes, connu pour sa grande variĂ©tĂ© d’espĂšces extraterrestres et sa valeur de rejouabilitĂ© Ă©levĂ©e.
  3. Twilight Struggle : Un jeu de simulation de la Guerre Froide pour deux oĂč les joueureuses ont des rĂŽles distincts en tant que les États-Unis ou l’URSS, avec un gameplay impliquant des coups d’Ă©tat et la propagation de l’influence.
  4. Smallworld : On se bat pour la conquĂȘte et le contrĂŽle d’un plateau de jeu trop petit pour les accueillir tous, avec diffĂ©rentes races associĂ©es Ă  des pouvoirs spĂ©ciaux alĂ©atoires, rendant chaque partie unique.
  5. Star Wars: Rebellion : Un jeu en tĂȘte-Ă -tĂȘte on prend les rĂŽles de l’Empire Galactique et de l’Alliance Rebelle, avec un gameplay reflĂ©tant la stratĂ©gie et la politique de la trilogie originale de Star Wars.
  6. Mr Jack (publiĂ© à
 GenĂšve #chauvinisme) : C’est un jeu asymĂ©trique pour deux, une personne jouant Jack l’Éventreur qui tente de s’Ă©chapper de Londres, et l’autre jouant l’enquĂȘteur dont la mission est de le capturer avant qu’il ne soit trop tard. Chaque personne a des objectifs et des stratĂ©gies diffĂ©rentes, ce qui crĂ©e une tension et une expĂ©rience de jeu fun et dynamique.
  7. Root : Un jeu de guerre stratĂ©gique dans lequel on lutte pour le contrĂŽle d’une vaste forĂȘt. Chaque faction dispose des capacitĂ©s, des styles de jeu et des objectifs de victoire trĂšs diffĂ©rents, ce qui entraĂźne une dynamique de jeu profondĂ©ment stratĂ©gique et variable Ă  chaque partie.
  8. Disney Villainous : Dans ce jeu de cartes captivant et bourrĂ© d’extensions, chaque personne prend le rĂŽle d’un mĂ©chant iconique de Disney et a son propre objectif de victoire unique. Chaque mĂ©chant a des capacitĂ©s spĂ©ciales, des stratĂ©gies, et mĂȘme son propre deck de cartes, reflĂ©tant les histoires et les capacitĂ©s de personnages tels que MalĂ©fique, Ursula ou le Capitaine Crochet. Cela crĂ©e une expĂ©rience de jeu asymĂ©trique oĂč les joueureuses doivent non seulement poursuivre leurs propres objectifs mais aussi contrecarrer les plans des autres mĂ©chants.

L’asymĂ©trie prĂ©sente de nombreux avantages :

  • Elle augmente la rejouabilitĂ© car on peut expĂ©rimenter chaque rĂŽle/faction.
  • Elle pousse Ă  dĂ©velopper diffĂ©rentes stratĂ©gies en fonction de ses capacitĂ©s. Le gameplay est donc plus riche.
  • L’immersion est accrue quand on incarne vraiment un personnage au lieu d’une simple piĂšce gĂ©nĂ©rique.
  • Les interactions asymĂ©triques gĂ©nĂšrent des dynamiques inĂ©dites.

Bien sĂ»r, concevoir un jeu asymĂ©trique Ă©quilibrĂ© est un dĂ©fi. Il faut veiller Ă  ce que chaque rĂŽle/faction ait une chance raisonnable de gagner. Et souvent, lors des tests, des parties, on a l’impression que telle ou telle faction est dĂ©sĂ©quilibrĂ©e, plus ou moins balĂšze.

Mais quand c’est rĂ©ussi, l’asymĂ©trie apporte une tension et une variĂ©tĂ© de parties qui expliquent le succĂšs croissant de ce type de jeux auprĂšs des publics ludiques les plus exigeants.

Kauri, immersion réussie ?

Comme dans son prĂ©cĂ©dent jeu, Charlec a crĂ©Ă© Kauri sur la base de l’évĂ©nement historique de la colonisation nĂ©o-zĂ©landaise par les Anglais.

Quelle que soit la faction choisie, on se retrouve projetĂ© dans une rĂ©flexion sur le dĂ©sĂ©quilibre Ă©cologique provoquĂ© par l’arrivĂ©e des EuropĂ©ens dans cette Ăźle auparavant paisible.

Kauri propose plus qu’un jeu, c’est une rĂ©elle immersion, une sensibilisation aux enjeux environnementaux qui se jouent quotidiennement sur notre planĂšte.

Incarnant tour Ă  tour le kiwi en lutte pour sa survie, le possum prolifĂ©rant sans contrĂŽle, le Māori gardien de l’üle s’adaptant aux bouleversements, ou l’Anglais obligĂ© de revoir ses plans, ce sont de vĂ©ritables expĂ©riences marquantes dont on ne ressort pas indemne.

Matériel

La qualité du matériel est vraiment à saluer. Les pions personnalisés en bois représentant chaque faction sont du plus bel effet une fois disposés sur le plateau. Chaque personnage a son propre tableau de jeu, ses propres jetons et une aide de jeu spécifique qui précise clairement et simplement ses actions.

En proposant des rĂšgles permettant une installation et une prise en main rapides, couplĂ©es Ă  une aide de jeu individuelle, une carte rappel des tours et un dĂ©compte des points, Kauri fait office d’exemple en termes d’ergonomie ludique. Ce soin apportĂ© aux dĂ©tails rend le jeu accessible et vraiment plaisant Ă  jouer pour le plus grand nombre.

Les illustrations esthétiques et colorées ajoutent une touche qualitative supplémentaire à ce jeu qui coche déjà toutes les cases de la réalisation.

Kauri, un jeu exclusivement pour 4 personnes ?

Kauri est annoncĂ© pour 2 Ă  4 joueurs et joueuses. Il est donc jouable en thĂ©orie dans toutes ces configurations. NĂ©anmoins, en dessous de 3 personnes il perd beaucoup de son intĂ©rĂȘt et de sa saveur stratĂ©gique. En effet, plusieurs interactions clĂ©s entre les diffĂ©rentes factions sont perdues, et certains effets de cartes conçus pour crĂ©er du lien entre factions n’ont presque plus d’intĂ©rĂȘt.

C’est notamment le cas d’une des cartes anglaises, qui normalement permet de voler des ressources aux autres. À deux ou trois, son effet est grandement diminuĂ©. De plus, le kiwi, l’une des factions, voit sa survie grandement facilitĂ©e puisqu’il n’est plus autant chassĂ© par les autres. En vrai, seul l’anglais est l’ennemi du kiwi en coupant ses arbres fĂ©tiches.

Kauri semble avoir Ă©tĂ© pensĂ© spĂ©cifiquement pour 4. MĂȘme si une partie Ă  deux ou trois reste divertissante, elle ne met pas en valeur toutes les subtilitĂ©s du jeu.

Je conseille donc vivement de réunir 4 joueurs et joueuses pour ne pas passer à cÎté de la véritable saveur de Kauri.

Kauri, un bon jeu ?

Kauri vise à offrir un jeu familial avec des choix simples et des stratégies uniques, le tout dans un thÚme bien représenté et une interaction entre joueurs captivante.

Pour moi, ce jeu est une vraie réussite. Au-delà de la qualité de sa réalisation, de son aspect historique et immersif, il faut souligner sa grande fluidité.

Le fait qu’une partie du jeu se joue en simultanĂ© et l’autre Ă  tour de rĂŽle Ă©vite les temps morts et laisse la place aux interactions entre factions, pour Ă©quilibrer leur puissance. Chacun joue pour faire gagner son camp mais c’est impossible de l’emporter seul face aux autres.

L’équilibre des pouvoirs de chaque faction est trĂšs bien fait. À condition que les joueurs soient de niveau Ă©quivalent, les scores finaux sont trĂšs serrĂ©s.

Kauri donne vraiment envie de rejouer, signe positif d’un bon jeu asymĂ©trique. En fin de partie, on a envie soit de rejouer pour peaufiner sa propre stratĂ©gie, soit de changer de faction pour mieux comprendre la subtilitĂ© des adversaires. Voir les autres dĂ©ployer des tactiques auxquelles on n’aurait pas pensĂ© enrichit les parties suivantes.

Kauri est parfois comparé à Root, à juste titre selon moi, pour un plaisir accessible et tout aussi satisfaisant.

Le thĂšme est exploitĂ© de maniĂšre cohĂ©rente et intĂ©ressante. Kauri demande de modifier rĂ©guliĂšrement sa stratĂ©gie, impossible de gagner sans s’adapter aux transformations du plateau. Chaque partie est unique et offre une grande rejouabilitĂ©.

Il faut aussi composer avec le hasard du tirage des cartes actions qui ne facilitent pas toujours la tĂąche.

Conclusion

Un jeu asymĂ©trique immersif et accessible, un matĂ©riel esthĂ©tique et qualitatif, seul petit bĂ©mol – dĂ©sormais prĂ©venus – il vaut mieux le jouer Ă  4 pour en apprĂ©cier toutes les subtilitĂ©s.

Excellent !

Note : 5 sur 5.

Ecoscore C
  • CrĂ©ation : Charlec Couronnaud
  • Illustrations : JĂ©rĂ©mie Fleury
  • Édition : DĂ©bĂącle Jeux
  • Nombre de joueurs et joueuses : 2 Ă  4 (tourne mieux Ă  4)
  • Âge conseillĂ© : dĂšs 10 ans (bonne estimation)
  • DurĂ©e : 45 Ă  60 minutes
  • ThĂšme : Exploration
  • MĂ©caniques principales : MajoritĂ©, asymĂ©trie, pouvoirs. Pour en savoir plus sur les diffĂ©rentes mĂ©caniques de jeux, c’est ici.

Rejoignez notre communauté :

Rejoignez notre chaĂźne WhatsApp


2007. Wahou ! Nous avons de la peine Ă  croire que cela fait depuis 2007 que nous sommes derriĂšre l’écran Ă  Ă©crire sur ce blog que nous aimons tant ! Cela n’aurait pas Ă©tĂ© possible sans votre fidĂ©litĂ©.

Pour vous offrir une expĂ©rience de lecture plus agrĂ©able, nous vous proposons un site sans aucune publicitĂ©. Comme nous entretenons des relations d’affiliation avec Philibert et Play-in, nous touchons une petite commission lorsque vous achetez un jeu depuis notre site. Ce qui nous permet d’acheter des jeux que nous pouvons ensuite vous prĂ©senter.

Aujourd’hui, nous vous demandons votre soutien pour nous aider Ă  continuer Ă  produire du contenu que vous apprĂ©ciez. Chaque contribution, petite ou grande, nous permet de continuer Ă  faire ce que nous aimons et de vous offrir la meilleure expĂ©rience possible. Vous pouvez nous aider Ă  soutenir le blog directement en faisant un don avec Tipee.

Nous vous remercions du fond du cƓur pour votre soutien et avons hĂąte de partager encore de nombreuses annĂ©es avec vous.

Soutenez Gus&Co sur Tipeee

Article Ă©crit par Aline. Elle travaille dans le domaine social. Elle est tombĂ©e toute petite dans la marmite du jeu sous toutes ses formes (plateau, jeux vidĂ©o, escape room, murder). Écrire sur le blog lui permet de dĂ©couvrir de nouveaux jeux et partager de vrais coups de cƓur.

Votre réaction sur l'article ?
+1
9
+1
6
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0

5 Comments

  • Laurent de Nantes

    En effet: un trĂšs bon (et beau!) jeu et pour moi et mon cercle de jeu aussi la meilleure surprise de cette annĂ©e. Il s’agit bien d’un Root « light », presque familial, qui se joue en une petite heure. Autant Root, dont je suis toquĂ©, a un ticket d’entrĂ©e Ă©levĂ©, avec ses dĂ©sormais 10 (!) factions diffĂ©rentes (presque le double si on compte les diffĂ©rents vagabonds comme autant de factions) et ses ‘grosses’ et souvent subtiles rĂšgles, autant Kauri est simple Ă  aborder, Ă  jouer et donc Ă  sortir, tout en donnant des sensations de jeu similaires Ă  celles que donne Root.

    En effet aussi: mieux vaut y jouer Ă  4 ou 3. La configuration Ă  2 n’est pas dĂ©sagrĂ©able (correction au passage: l’Anglais s’y joue de façon automatisĂ©e sans ses cartes et avec un seul pion, alternativement utilisĂ© d’abord par le joueur des Possums, puis par celui des Kiwis), mais plus limitĂ©e, comme c’est du reste aussi le cas Ă  Root.

  • Bleimor

    Ma meilleure découverte 2023 ; 5 étoiles.
    Mais ce jeu est pour 4 joueurs ; ne nous mentons pas. On sent que le crĂ©ateur a brodĂ© une rĂšgle pour 2 et 3 joueurs. Qu’il soit un jeu familial a peut-ĂȘtre, marketing oblige, « interdit » au crĂ©ateur d’en faire un « 4 joueurs strict » sur le modĂšle de La Famiglia.

  • amnesix77

    Merci pour votre article, je l’attendais avant d’acheter le jeu et de pouvoir le dĂ©couvrir en famille Ă  NoĂ«l. C’est vrai que j’ai adorĂ© Root mais je n’arrive jamais Ă  le sortir au regard de sa complexitĂ©. Ce sera une trĂšs bonne alternative.

    J’espĂšre que Charlec poursuivra dans ce double domaine de l’asymĂ©trie et du contexte historique qui sont 2 aspects que j’affectionne particuliĂšrement notamment en raison de l’immersion qu’ils permettent. Ce sont souvent des parties qui racontent des histoires et dont on a plaisir Ă  se remĂ©morer. Tiens en passant dans les jeux asymĂ©triques, on pourrait Ă©galement citer les 1 contre tous, avec « not Alone » qui offre la meilleure immersion et le plus grand plaisir de jeu autour de la table chez moi.

À vous de jouer ! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :