Critiques de jeux,  Jeux de plateau

Pacte avec le Diable : Cocktail infernal de stratégie et suspicion

🕵️‍♂️🔍Dévoilez des secrets dans « Pacte avec le Diable », un jeu combinant rôles cachés, gestion des ressources et humour noir. 🎩👿


Pacte avec le Diable

⚠️ Avertissement : Pour faire écho à notre article sur le marketing d’influence dans le jeu de société, et dans le cadre d’une démarche de transparence, nous tenons à vous informer que la VO de ce jeu nous a été offert par l’éditeur Czech Games Edition. Notre avis reste toutefois impartial et sincère. Nous vous exposons ici les qualités et les défauts du jeu.


« Pacte avec le Diable » sorti en printemps 2023 en VF chez Iello, ou « Deal with the Devil » publié en VO en 2022 par Czech Games Edition, est un jeu de société complexe et inventif qui s’est rapidement démarqué.

Créé par Matus Kotry, et avec des illustrations accrocheuses de David Cochard, ce jeu allie délicieusement mécanismes de rôles cachés, négociation, déduction, gestion des ressources et placement d’ouvriers. Plongeons dans les tréfonds de ce jeu qui vous fera… vendre votre âme à coup de stratégies infernales.

Pacte avec le Diable, jeu de société

Intrigue et univers

« Pacte avec le Diable » se déroule autour de quatre royaumes distincts, chacun ayant ses propres aspirations. Deux royaumes sont dirigés par des mortels avides de pouvoir mais aux ressources limitées. Un autre est contrôlé par un sectaire, dévoué à son seigneur des ténèbres, et le dernier royaume est gouverné par le diable lui-même, avide des âmes des mortels et détenant les ressources convoitées.

Les illustrations, mélange de démons attachants et grotesques, rappellent l’humour de Monty Python. Le livret de règles, écrit avec un humour à la Terry Pratchett, rend l’expérience immersive sans compromettre la clarté des règles.

Mécaniques de jeu

Chaque joueuse et joueur incarne un rôle unique: deux simples mortels, un sectaire ou le diable. Le jeu s’articule en cinq tours, comprenant six phases : production, élaboration de cartes de construction, échange, planification et exécution d’actions, paiement d’intérêts, et l’obtention de bonus ou de pénalités basés sur la réputation. Certaines manches incluent des phases supplémentaires comme la chasse aux sorcières ou l’inquisition.

L’objectif principal est de rassembler des ressources pour construire des bâtiments conférant des capacités spéciales et des points. Cependant, le diable et le sectaire convoitent également les âmes, qui offrent d’importants avantages.

Échange et négociation

La phase d’échange est cruciale. Les joueurs négocient des ressources à l’aide de coffres munis de codes QR. Ces coffres sont distribués de manière semi-aléatoire par une application, permettant à chaque joueur de voir le coffre des autres un nombre égal de fois. Le diable, disposant d’une abondance de ressources, peut les partager en échange d’âmes. L’application facilite cet échange secret de ressources, ajoutant une dimension intrigante et dynamique au jeu.

Rôles cachés et déduction dans Pacte avec le Diable

L’élément de rôles cachés est stimulant. Les joueurs doivent déduire qui sont le diable et le sectaire. Des systèmes de vote permettent d’accuser d’autres joueurs d’être maléfiques, entraînant des chasses aux sorcières. Contrairement à de nombreux jeux de rôles cachés, « Pacte avec le Diable » ne s’arrête pas lorsque les rôles sont découverts. Le diable peut encore gagner même après avoir été démasqué, ajoutant une profondeur stratégique.

Gestion des ressources

La gestion des ressources est également centrale. Le diable commence avec une abondance de ressources mais cherche désespérément des morceaux d’âme. Les mortels commencent avec moins, mais possèdent des âmes entières, tandis que le sectaire en possède deux.

Pacte avec le Diable, verdict

Franchement, gros kiff ! Pacte avec le Diable est l’un de mes jeux préférés en VO de 2022, à présent enfin sorti en VF chez Iello. Un gameplay intense, une combinaison, réussie, de mécanismes de placement d’ouvriers avec déduction sociale. Mais. Mais je dois être honnête et relever la nécessité, un poil pénible, de devoir être exactement quatre à la table. Et la longue durée du jeu peut refroidir, avec beaucoup de règles à assimiler et de paramètres à gérer. Des aspects qui peuvent limiter son accessibilité.

Quelques autres éléments peuvent peut-être quelque peu entacher l’expérience : Pacte avec le Diable est fortement dépendant de l’application, qui peut parfois être buguée ou incompatible avec certains appareils selon les iOS. Avec le débat, constant, de savoir si les jeux de société accompagnés d’une app est une bonne ou une mauvaise idée. Prenez vos stylos, vous avez 4h.

Quand le numérique rencontre l’analogique : La tendance des applications dans les jeux de société

Au fil des années, les jeux de société ont évolué, devenant plus sophistiqués et immersifs. Récemment, une tendance se dessine où les applications mobiles et les technologies s’intègrent aux jeux de plateau traditionnels. Pacte avec le Diable aujourd’hui, Le Secret de Mon Père il y a quelques mois, les Unlock, etc. On en pense quoi ?

Dynamiser l’expérience de jeu

Les applications peuvent ajouter une nouvelle dimension aux jeux de société.

Gestion des éléments complexes

Les appli utilisées en jeu de société peuvent être utilisées pour gérer des éléments complexes tels que la comptabilisation des points, la génération aléatoire d’événements ou encore l’ajout de bruitages et de musiques d’ambiance. Des jeux tels que « XCOM: The Board Game » et « Mansions of Madness: Second Edition » utilisent des applications pour améliorer la gestion du temps, la narration et pour créer une expérience de jeu plus immersive.

Personnalisation et réutilisabilité

Avec des applications, les jeux de société peuvent être constamment mis à jour avec du nouveau contenu, prolongeant ainsi leur durée de vie.

Personnalisation du jeu

Les applications permettent également une personnalisation plus poussée, où les joueuses et les joueurs peuvent ajuster les paramètres du jeu selon leurs préférences.

Accessibilité

Pour les publics débutants dans les jeux de société, une application peut faciliter l’apprentissage des règles.

Tutoriels et Aides de Jeu

Il faut l’avouer, des tutoriels interactifs et des aides de jeu peuvent rendre l’expérience plus accessible et agréable.

Oui, mais. Les inconvénients

Dépendance à la tech

L’un des charmes des jeux de société réside dans leur nature tangible et indépendante de la technologie. L’intégration des applications peut, pour certaines et certains, diminuer l’attrait du jeu en rendant l’expérience dépendante d’un appareil électronique.

Problèmes de compatibilité et de maintenance

Les applications doivent être régulièrement mises à jour pour fonctionner correctement. Cela peut entraîner des problèmes de compatibilité avec certains appareils, ce fut mon cas pour Pacte avec le Diable, ou rendre le jeu obsolète si le développeur cesse de maintenir l’application. On pourrait se retrouver avec un jeu à Xx10 euros pour… rien, avec un jeu devenu inutilisable.

Distractions

Les portables peuvent être une source de distraction lors de soirées jeux. Les notifications, appels et autres interruptions peuvent détourner l’attention de l’expérience de jeu. Et ça, c’est vraiment relou ! Déjà que dans la vraie vie on a toutes et tous le nez collé à nos écrans…

Conclusion

L’intégration des applications dans les jeux de société est une innovation qui offre de nouvelles possibilités en termes d’immersion, de personnalisation et d’accessibilité. Oui, mais. Il est important de peser ces avantages face aux inconvénients potentiels, tels que la dépendance à la technologie et les distractions.

Comme dans toute évolution, l’équilibre est la clé. Les auteurs, autrices, joueuses et joueurs doivent trouver le juste milieu entre maintenir l’essence traditionnelle des jeux de plateau et embrasser les possibilités offertes par les technologies modernes. Mais dans mon cercle, je sais que certaines personnes sont « allergiques » aux jeux avec appli.

Pacte avec le Diable, verdict final

« Pacte avec le Diable » est un tour de force stratégique qui captivera les fans de jeux de société recherchant un… défi diabolique. Avec un gameplay exigeant, une thématique riche, et un humour noir, ce jeu est un excellent ajout à toute collection.

La dynamique de groupe est au cœur de l’expérience. Les rôles uniques façonnent les interactions et obligent les joueurs à naviguer habilement entre la négociation, la déduction et la gestion des ressources. Cette tension continue entre coopération et compétition crée un environnement captivant et stimulant.

L’humour joue également un rôle essentiel en équilibrant l’atmosphère intense du jeu. Les touches comiques, présentes tant dans les illustrations que dans le livret de règles, adoucissent la tension et ajoutent une profondeur inattendue à l’expérience de jeu.

Un aspect particulièrement intrigant est le mécanisme d’échange d’âmes. Il pousse les joueuses et les joueurs à s’interroger sur la valeur d’une âme, pas seulement dans l’économie fictive du jeu, mais aussi dans des… contextes plus larges et réels. De quoi susciter des débats spirituelo-poterie à la table ?

Mais. Mais « Pacte avec le Diable » n’est pas exempt de défauts. Sa longueur, sa complexité, sa dépendance à une application et son coût peuvent constituer des obstacles pour certains publics. Et il faut l’avouer, le thème sombre et immoral du jeu peut ne pas plaire à tout le monde. C’est un jeu que je ne choisirai définitivement pas avec tout le monde, avec n’importe qui. Et surtout, l’exigence impérative d’avoir précisément quatre personnes à la table rend parfois difficile l’organisation de parties, limitant les occasions de profiter pleinement du jeu.

Pas mal !

Note : 3.5 sur 5.

  • Création : Matúš Kotry
  • Illustrations : Martin “Skam” Krejčí, Å těpán Drašťák, David Cochard
  • Édition : Czech Games Edition pour la VO, Iello pour la VF
  • Nombre de joueurs et joueuses : 4 uniquement ( un parti-pris… téméraire )
  • Âge conseillé : Dès 14 ans ( pas moins ! )
  • Durée : 120 minutes
  • Thème : Moyen Àge fantastique
  • Mécaniques principales : Rôles, négociation, asymétrie. Pour en savoir plus sur les différentes mécaniques de jeux, c’est ici.

2007. Wahou ! Nous avons de la peine à croire que cela fait depuis 2007 que nous sommes derrière l’écran à écrire sur ce blog que nous aimons tant ! Cela n’aurait pas été possible sans votre fidélité.

Pour vous offrir une expérience de lecture plus agréable, nous vous proposons un site sans aucune publicité. Comme nous entretenons des relations d’affiliation avec Philibert et Play-in, nous touchons une petite commission lorsque vous achetez un jeu depuis notre site. Ce qui nous permet d’acheter des jeux que nous pouvons ensuite vous présenter.

Aujourd’hui, nous vous demandons votre soutien pour nous aider à continuer à produire du contenu que vous appréciez. Chaque contribution, petite ou grande, nous permet de continuer à faire ce que nous aimons et de vous offrir la meilleure expérience possible. Vous pouvez nous aider à soutenir notre blog directement en faisant un don avec Tipee.

Nous vous remercions du fond du cœur pour votre soutien et avons hâte de partager encore de nombreuses années avec vous.


Article écrit par PEF, alias Pierre-François pour les intimes. Maître incontesté des jeux de société qui durent une éternité. PEF s’est lancé dans les jeux de stratégie complexes dès qu’il a pu tenir un dé dans ses mains. Ses préférés sont ceux qui nécessitent de bâtir des empires et de comploter contre ses adversaires tout en sirotant une tisane. Devise : « Si le jeu dure moins de deux heures, c’est une pause-café ! »

Votre réaction sur l'article ?
+1
6
+1
1
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0

À vous de jouer ! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d