Critiques de jeux,  Jeux de plateau

Istanbul : Choose & Write, le retour du Spiel des Jahres 2014

🌟 Istanbul: Choose & Write – DĂ©couvrez le jeu primĂ© revisitĂ© ! Collectionnez des rubis et faites prospĂ©rer votre commerce Ă  Istanbul. đŸ’Žâœïž


Istanbul : Choose & Write

⚠ Avertissement : Dans le cadre de notre dĂ©marche de transparence, nous tenons Ă  vous informer que nous n’avons pas reçu ce jeu. Nous l’avons achetĂ© ou empruntĂ© nous-mĂȘmes et nous vous partageons ici notre expĂ©rience sans filtre. Nous vous indiquons les points positifs et nĂ©gatifs du jeu selon de nos attentes, critĂšres et expĂ©riences.


Istanbul : Choose & Write est une version adaptĂ©e du jeu de plateau Istanbul datant de 2014. Dans Istanbul d’origine, le jeu se dĂ©roule dans les rues d’Istanbul oĂč les joueurs et les joueuses incarnent des marchands qui cherchent Ă  amasser le plus de richesses en achetant et vendant des marchandises, en recrutant des assistants et en visitant des lieux clĂ©s de la ville. Il a remportĂ© le prix Spiel des Jahres en 2014.

Istanbul : Choose & Write est la nouvelle itération du jeu, utilisant cette fois le principe du « Choose & Write ». Il fait suite à une précédente adaptation, Istanbul : The Dice Game, sortie en 2017.

L’objectif d’Istanbul : Choose & Write est d’ĂȘtre la premiĂšre personne Ă  collecter 10 rubis, qui seront achetĂ©s ou Ă©changĂ©s contre des ressources, qu’il faudra d’abord obtenir.

Chaque participant·e reçoit une feuille de jeu prĂ©sentant les emplacements disponibles et leurs actions, ainsi que des cases pour les ressources, l’argent et les rubis. Lorsqu’une ressource ou de l’argent est obtenu, la case est remplie, et elle est cochĂ©e lorsque la ressource ou l’argent est dĂ©pensĂ©. Les joueur·e·s reçoivent Ă©galement une carte emplacement.

Le reste du matĂ©riel est disposĂ© au centre de la table. Il se compose de deux cartes emplacements visibles, d’une pioche de cartes emplacements, d’une pioche de cartes guildes, d’une pioche de cartes ressources et de 4 cartes rubis achetables auprĂšs du sultan.

À chaque tour, la personne active peut choisir de :

  • Jouer la carte emplacement en main,
  • Jouer l’une des deux cartes emplacements visibles,
  • Jouer une carte guilde en main.

Si la personne joue une carte emplacement, l’emplacement jouĂ© est annoncĂ© Ă  tout le monde.

La personne active peut alors effectuer l’action indiquĂ©e sur l’emplacement jouĂ© ou sur un emplacement adjacent de son plateau. Les actions permettent de gagner des ressources, de piocher des cartes guildes, d’acheter des rubis, etc.

Les autres participant·e·s peuvent Ă©galement choisir d’activer un emplacement adjacent Ă  l’emplacement annoncĂ© et effectuer l’action. Pour cela, il faudra dĂ©penser un point d’action, qu’ils·elles cocheront sur leur plateau. S’ils·elles dĂ©cident de ne pas effectuer d’action (par manque d’intĂ©rĂȘt ou de point d’action disponible), ils·elles gagnent alors un point d’action.

Une fois les actions résolues, on change de personne active et la partie continue.

Si, Ă  la fin de son tour, une personne a 10 rubis, la partie se termine Ă  la fin de la manche, chaque participant·e ayant effectuĂ© le mĂȘme nombre de tours en tant que personne active. Il est possible d’avoir jusqu’Ă  12 rubis, et c’est la personne avec le plus de rubis Ă  la fin de la partie qui gagne, pas celle qui atteint 10 rubis en premier.

Le matériel

Les personnes connaissant le jeu de plateau Istanbul d’origine ne seront pas surprises par l’esthĂ©tique de cette rĂ©Ă©criture du jeu de 2014, les choix graphiques restant les mĂȘmes. Les dessins ont donc un petit cĂŽtĂ© vintage, qui plait ou non. Le style est un peu chargĂ© Ă  mon goĂ»t, mais il n’empĂȘche pas de jouer ou de comprendre le fonctionnement global ou les possibilitĂ©s offertes par les diffĂ©rentes cartes.

Le jeu est fourni avec un bloc de feuilles pour Ă©crire, 4 crayons gris et des cartes plastifiĂ©es. Le tout est plutĂŽt de bonne facture, mais pas exceptionnel non plus. La boĂźte contient des rĂšgles en anglais et en allemand. Les textes sont plutĂŽt aĂ©rĂ©s, mais la lecture devra ĂȘtre rigoureuse, certaines subtilitĂ©s pouvant se cacher dans les textes, sans ĂȘtre clairement mises en Ă©vidence, ce qui est un peu dommage. Peut-ĂȘtre que les personnes habituĂ©es aux jeux de la gamme « Istanbul » n’y trouveront pas malice, mais les autres (ce qui est mon cas) peuvent passer Ă  cĂŽtĂ© de points de rĂšgles plutĂŽt importants (comme le mĂ©canisme du choix de carte pour les participant·e·s non actif·ve·s).

Istanbul : Choose & Write, verdict

Istanbul : Choose & Write est un « choose & write » classique. À chaque tour, la personne active choisit d’effectuer une action en activant une carte, soit de sa main, soit du plateau commun, et en rĂ©solvant les effets, en grisant ou cochant des cases, selon qu’elle gagne ou dĂ©pense des ressources. LĂ  oĂč Istanbul : Choose & Write apporte une diffĂ©rence, c’est que pour certaines cartes (les plus nombreuses), les autres participant·e·s non actif·ve·s pourront Ă©galement effectuer une action ou non, dans les mĂȘmes conditions que la personne active.

Le choix du type de carte Ă  jouer est donc stratĂ©gique, puisque jouer une carte guilde permet d’ĂȘtre la seule personne Ă  rĂ©soudre des effets pendant son tour, contrairement Ă  une carte emplacement. Mais les cartes guildes sont rares, car on ne peut en piocher qu’en activant l’emplacement dĂ©diĂ©, offrant ainsi la possibilitĂ© aux autres participant·e·s d’en piocher Ă©galement une. C’est un calcul de risque Ă  effectuer et Ă  pondĂ©rer.

De plus, l’activation d’une carte emplacement n’est pas impĂ©rative : les participant·e·s peuvent choisir d’activer un autre emplacement du plateau, tant qu’il est adjacent Ă  l’emplacement jouĂ©. Chacun·e peut choisir un emplacement diffĂ©rent. On pourra donc avoir des stratĂ©gies diffĂ©rentes, sans ĂȘtre trop pĂ©nalisé·e par les choix de ses adversaires.

C’est peut-ĂȘtre un des points nĂ©gatifs de Istanbul : Choose & Write par ailleurs. Il n’est pas vraiment possible de faire dĂ©railler la stratĂ©gie d’un·e adversaire, chacun·e pouvant effectuer le choix le moins problĂ©matique pour lui·elle. L’interaction se limite donc Ă  l’attention Ă  porter Ă  la carte choisie par la personne active, afin de dĂ©terminer si et oĂč jouer. C’est un peu frustrant pour un·e joueur·euse stratĂšge et en recherche de confrontation.

RĂ©Ă©criture d’Istanbul en choose & write, surtout pour les fans de la gamme ou du mĂ©canisme.

TrĂšs bon.

Note : 4 sur 5.

  • CrĂ©ation : RĂŒdiger Dorn
  • Illustrations : Andreas Rescha
  • Édition : Pegasus Spiele
  • Nombre de joueurs et joueuses : 1 Ă  5 ( tourne trĂšs bien dans toutes les configurations )
  • Âge conseillĂ© : DĂšs 8 ans ( bonne estimation )
  • DurĂ©e : 45 minutes
  • ThĂšme : Ville
  • MĂ©caniques principales : Choose & Write. Pour en savoir plus sur les diffĂ©rentes mĂ©caniques de jeux, c’est ici.

2007. Wahou ! Nous avons de la peine Ă  croire que cela fait depuis 2007 que nous sommes derriĂšre l’écran Ă  Ă©crire sur ce blog que nous aimons tant ! Cela n’aurait pas Ă©tĂ© possible sans votre fidĂ©litĂ©.

Pour vous offrir une expĂ©rience de lecture plus agrĂ©able, nous vous proposons un site sans aucune publicitĂ©. Comme nous entretenons des relations d’affiliation avec Philibert et Play-in, nous touchons une petite commission lorsque vous achetez un jeu depuis notre site. Ce qui nous permet d’acheter des jeux que nous pouvons ensuite vous prĂ©senter.

Aujourd’hui, nous vous demandons votre soutien pour nous aider Ă  continuer Ă  produire du contenu que vous apprĂ©ciez. Chaque contribution, petite ou grande, nous permet de continuer Ă  faire ce que nous aimons et de vous offrir la meilleure expĂ©rience possible. Vous pouvez nous aider Ă  soutenir notre blog directement en faisant un don avec Tipee.

Nous vous remercions du fond du cƓur pour votre soutien et avons hĂąte de partager encore de nombreuses annĂ©es avec vous.


Article Ă©crit par ClĂ©ment. Adepte des jeux rapides, son pire ennemi est le paralyseur. SpĂ©cialiste des jeux de plis, des casse-tĂȘtes et des ours. Il a deux chats, trop de plantes et une mĂ©moire dĂ©faillante. Devise : « Faut que ça poppe ! Â»

Votre réaction sur l'article ?
+1
10
+1
2
+1
1
+1
0
+1
0
+1
3

One Comment

  • dewe

    bravo pour l’article,clair net et prĂ©cis
    super bravo pour le message d’avertissement sur la transparence en tout dĂ©but d’article
    super super bravo pour l ‘Ă©coscore

À vous de jouer ! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :