Critiques de jeux,  Jeux de plateau

Fun by Nature, la collection de petits jeux nature chez Helvetiq

Découvrez Fly Home, Just Wild, Fish’n Flip, les 3 nouveaux petits jeux Fun by Nature chez les Suisses d’Helvetiq.


Fun by Nature by Helvetiq

L’éditeur de jeux de société Helvetiq nous a habitués à des produits léchés. Dignes de la culture suisse du design. Du côté jeux, mais aussi du côté livres. Sauf pour Save Patient Zero, leur précédent jeu qui a fait un four et un gros bad buzz.

Helvetiq continue sur cette lignée de petits jeux, beaux, simples, en proposant 3 jeux dans une nouvelle collection, en partenariat avec La Salamandre, maison d’édition franco-suisse orientée découverte de la nature.

Cette collection, Fun by Nature, va donc jouer (c’est le cas de le dire) sur la découverte de la nature, avec une fibre écologique certaine. Les trois premiers jeux de la gamme sont :

  • Fly Home, un memory surboosté,
  • Just Wild, un jeu de placement et de tuiles
  • Fish’n’Flip, un jeu coopératif de pêche

Fly Home

Dans Fly Home, vous allez devoir, ensemble, sauver le plus d’oiseaux possible. Le jeu est constitué de 42 cartes de 32 cartes oiseaux (2 par espèce), 6 cartes chouettes et 4 cartes jumelles. Les cartes sont mélangées et déposées face cachée devant tout le monde.

On choisit ensuite trois quatre caractéristiques (forme du bec, habitat, nourriture, couleur du plumage, couleur des pattes, couleur du bec, famille, envergure, comportement migratoire). On va, à son tour, retourner trois cartes :

  • si les trois cartes partagent une des caractéristiques choisies, on peut en sauver une (sauf si l’espèce a déjà été sauvée lors d’un tour précédent).
  • s’il y a deux oiseaux de la même espèce, c’est raté, au passe au suivant
  • si l’une des cartes est une paire de jumelles, on peut regarder de n’importe quelle carte face cachée. On ne peut pas la montrer aux autres, mais on peut la décrire ou la nommer. On retourne alors une autre carte (pour arriver à 3 cartes oiseaux).
  • si l’une des cartes est une chouette, elle est mise de côté. Si 6 chouettes ont été découvertes, la partie est finie. Sinon on retourne une autre carte (pour arriver à 3 cartes oiseaux).

Si tous les oiseaux sont sauvés, la partie est gagnée. Si ce sont les 6 chouettes qui sortent avant que tous les oiseaux soient sauvés, c’est perdu.

Fly Home, verdict

Disons-le tout de suite. Il est très difficile de perdre dans Fly Home. Les jumelles font que les chouettes sont souvent trouvées avant d’être tournées. Ce qui permet de finir sans problème. Il suffit d’un peu de mémoire.

Mais le jeu présente d’autres intérêts. Il est beau, avec des aplats de couleurs et des dessins léchés. Il est didactique, avec les différentes caractéristiques des oiseaux. Et il est assez amusant, surtout pour de jeunes enfants, qui trouveront ici avec Fly Home un défi un peu plus relevé qu’un Memory classique. À jouer en compagnie de plus grands toutefois, les détails étant parfois un peu difficiles à cerner, discerner. La forme du bec, en particulier.

Un bon jeu didactique qui remplacera le Memory en apportant plus de diversité et de défi, tout en apprenant la coopération

Note : 4 sur 5.
  • Autrice : Chloé Girodon
  • Illustratrice : Lisa Voisard
  • Éditeur : Helvetiq
  • Nombre de joueurs et joueuses : 1 à 4 (tourne bien à toutes les configurations)
  • Âge conseillé : Dès 6 ans (bonne estimation)
  • Durée : 20′
  • Thème : Oiseaux, nature
  • Mécaniques principales : Memory

Just Wild

Just Wild est le jeu de la gamme Fun by Nature qui s’adresse à un public plus aguerri. 8 ans, quand même… Pas pour des questions de lecture, et les cartes et le mécanisme ne présentent pas de difficulté de ce point de vue, mais pour la complexité des actions et possibilités.

Chaque personne se voit attribuer une espèce en danger : loup, ours, lynx ou bouquetin, tropisme helvétique oblige ! Il ou elle reçoit 20 cartes, numérotées de 1 à 10 les 5 jetons.

On place au milieu de la table une carte de chaque espèce en jeu, collées les unes aux autres, et la partie commence. Chaque personne doit avoir 3 cartes en main. il ou elle doit, à son tour, effectuer une de ces deux actions :

  • Poser une carte à cheval sur deux autres cartes, la valeur de la carte posée devant correspondre à la somme des valeurs des cartes recouvertes. Dans le cas où cette somme dépasse 10, le ou la joueuse peut poser une carte (la première de sa pioche) face cachée sur la table, retirant ainsi 10 à la somme des cartes recouvertes.
  • Poser une carte de sa main face cachée à côté des autres cartes. La carte posée face cachée peut être couverte comme les autres lors des tours suivants.

Si la carte posée a un dessin de petit en plus de l’animal, le ou la joueuse peut poser un jeton dessus, empêchant ainsi que la carte soit recouverte lors des tours suivants.

Dès qu’une personne ne peut plus poser de cartes, on compte alors le nombre de demi-faces visibles présentant son animal, ce qui donne son score. Le jeu continue pour les autres, qui peuvent alors recouvrir les cartes, sans que le score de la personne « sortie » ne change. Le ou la joueuse ayant le plus gros score à la fin de la partie est déclarée vainqueur.

Just Wild, verdict

Il y a un côté domino à Just Wild, cet autre jeu de la gamme Fun by Nature. Il y a un côté compétitif/recouvrement qui rappelle Passtally. Il faut pouvoir, savoir profiter des faiblesses, savoir perdre pour gagner, tout en devant composer avec une part de hasard. Les cartes n’étant pas toutes disponibles.

Il y a parfois un côté frustrant, également, quand on doit sacrifier une grosse carte. Mais cela fait partie du plaisir du jeu. Pour jouer heureux, jouons frustrés. Vous connaissez l’adage.

Esthétiques et léchés, les dessins sont jolis et clairs, sans être cucul non plus. Just Wild est un jeu plaisant à regarder, et cela participe fortement à l’attractivité, et à notre appréciation d’un jeu.

Un jeu de placement intéressant, avec une esthétique poussée, qui nous rappelle que la nature, c’est aussi la compétition.

Note : 4.5 sur 5.
  • Auteurs : Marco Franchin et Leo Colovini
  • Illustratrice : Salomé Gautier
  • Éditeur : Helvetiq
  • Nombre de joueurs et joueuses : 2 à 4 (tourne bien à toutes les configurations)
  • Âge conseillé : Dès 8 ans (bonne estimation)
  • Durée : 30′
  • Thème : Montagne, nature
  • Mécaniques principales : Tuiles

Fish’n’Flip

3e jeu de la gamme Fun by Nature, Fish’n’Flip nous emmène dans l’océan, où l’on va devoir sauver le plus possible de poissons, avant que les filets ne se remplissent. Ça vous rappelle quelque chose ? Oui, le pitch de départ est le même que Fly Home. Mais le mécanisme est différent.

Le jeu est constitué de 79 cartes animaux (10 par espèce sauf le requin, qui en a 9), une carte bateau, 20 cartes action, 11 cartes déchets, et 8 cartes de pouvoir (une partie de l’animal). Les cartes animaux sont bifaces, avec une face où l’animal regarde vers la droite et une vers la gauche.

L’espace de jeu est composé de 7 lignes de 4 cartes, dont seules les trois premières sont remplies au début de la partie, le bateau se plaçant sur la 7e. La partie ne se joue qu’avec 4 types d’animaux, les cartes des 4 types non utilisés sont remises dans la boîte. Les cartes utilisées sont mélangées avec 4 ou 6 cartes déchets (facile ou difficile) et placées sur le côté du plateau de jeu.

Chaque personne reçoit une carte pouvoir, qui lui permettra, à son tour, d’effectuer une action spéciale, et 3 cartes action. Les actions possibles sont les suivantes :

  • Retourner un animal
  • Retourner une ligne
  • Retourner une colonne
  • Retourner un carré
  • Retourner toutes les cartes avec le même fond
  • Échanger deux cartes posées côte à côte (horizontalement ou verticalement)
  • Échanger deux cartes posées côte à côte et les retourner
  • Libérer un animal

À son tour, le ou la joueuse va effectuer une action de sa main, faire jouer son pouvoir (ou non), puis libérer tous les animaux identiques qui regardent dans le même sens, s’ils sont contigus et qu’au moins une carte du groupe a été touchée par une action à ce tour. Les animaux restants descendent alors dans le filet. Si de nouveaux groupes sont formés, ils sont aussi libérés.

Le plateau de jeu est alors rempli, en tirant 4 cartes de la pioche des animaux, ils sont ajoutés en haut du chaque colonne, et le ou la joueuse pioche une nouvelle carte action. Si le filet atteint le bateau, la partie est finie. Sinon, on continue jusqu’à ce que le dernier animal de la pioche soit déposé sur le plateau. On dispose alors de deux tours pour essayer de libérer le plus d’animaux restants On compte à la fin le nombre d’animaux dans le filet, qui correspond au score. Plus celui-ci est bas, mieux c’est.

Fish’n’flip, verdict

Jeu coopératif, Fish’n’flip est un jeu de combinaison. Il faut réussir à maximiser les effets, par combos à la suite de la descente des cartes. Comme dans Tetris ou Candy Crush, pour les accros.

Si le thème et le mécanisme du jeu sont intéressants, le design pêche un peu. Les illustrations sont moins finies que pour les autres jeux de la gamme. Mais surtout, les cartes actions ne sont pas toutes parlantes et évidentes. C’est un défaut qui se surpasse à force de jouer, mais il est tout de même gênant.

Le moins réussi de la gamme, Fish’n’flip est pénalisé par la comparaison avec ses frères, mais reste un bon jeu coopératif avec planification et une dose de hasard

Note : 3 sur 5.
  • Auteur : Kevin Luhn
  • Illustrateur : Dominik Wendland
  • Éditeur : Helvetiq
  • Nombre de joueurs et joueuses : 1 à 4 (tourne bien à toutes les configurations)
  • Âge conseillé : Dès 7 ans (bonne estimation)
  • Durée : 15′
  • Thème : Océan, nature
  • Mécaniques principales : Coopératif, combinaison

Pour vous offrir une expérience de lecture plus agréable, nous vous proposons un site sans aucune publicité. Nous entretenons des relations d’affiliation avec Philibert et Play-in. Ainsi, lorsque vous achetez un jeu en cliquant sur les liens menant aux boutiques, vous nous soutenez. Grâce à vous, nous pouvons obtenir une petite part des revenus. Ceci nous permet alors d’acheter d’autres jeux et de continuer à pouvoir vous proposer de nouveaux articles.


Article écrit par Clément de la Team Gus&Co. Adepte des jeux rapides, son pire ennemi est le paralyseur. Spécialiste des jeux de plis, des casse-têtes et des ours. Il a deux chats, trop de plantes et une mémoire défaillante. Devise : « Faut que ça poppe ! »

À vous de jouer ! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :