The Conversation : Pourquoi le jeu de société Pandemic nous fascine autant

Temps de lecture: 5 minutes

Le site d’articles universitaires The Conversation s’intéresse au jeu de plateau Pandemic et tente d’expliquer la fascination que le jeu exerce sur nous

Décidément, pas un jour ne passe sans que le jeu de société Pandemic sorti en 2008 n’apparaisse dans les médias. Il faut dire que son thème, son traitement, ses enjeux sont d’une criante vérité et actualité

Le site d’articles universitaires The Conversation vient tout juste de publier un article ce mercredi 29 avril s’intéressant de près au jeu et les raisons pour lesquelles il exerce une telle fascination sur la société. Nous vous en proposons ici la traduction de l’article


The Conversation, 29.4.20, par Scott Beattie

Avant de vivre avec la réalité d’une épidémie mondiale de maladie, Pandemic n’était que le titre d’une série populaire de jeux de société. Au cours de la période précédant le confinement, les boutiques de jeux ont noté que l’intérêt pour la gamme Pandemic avait augmenté.

Les jeux de la gamme font régulièrement partie des dix premières listes de jeux de société sur Amazon depuis une décennie et Pandemic Legacy Saison 1 est deuxième dans le classement sur BoardGameGeek. Les ventes australiennes auraient augmenté depuis le début du confinement.

Pourquoi les joueurs se sont-ils tournés vers un jeu qui parle de ce qu’ils cherchent à éviter dans la vraie vie ? Pandemic offre plus que du divertissement, aidant les joueurs à réfléchir de manière créative à résoudre les problèmes, à se concentrer, à s’adapter et à réfléchir sur les situations graves.

Depuis les temps anciens

L’historien grec antique Hérodote a écrit que les premiers jeux ont été créés pour aider les gens à faire face aux malheurs à long terme.

Sous le règne d’Atys, fils de Manès, toute la Lydie fut affligée d’une grande famine, que les Lydiens supportèrent quelques temps avec patience. Mais voyant que le mal ne cessait pas, ils y cherchèrent remède et chacun en imagina à sa manière. C’est à cette occasion qu’ils inventèrent les dés, les osselets, la balle et toutes les autres formes de jeux, excepté celui des jetons, dont ils ne s’attribuent pas la découverte. Et pour tromper la faim qui les pressait, voici l’usage qu’ils firent de ces inventions pour tromper la faim qui les pressait. On jouait alternativement pendant un jour entier, afin de se distraire du besoin de manger; et le jour suivant, on mangeait, au lieu de jouer.

Nous citons cette histoire quand on considère les avantages des serious games et qu’on comprend les compétences qu’ils peuvent développer.

Ces bénéfices peuvent inclure des compétences d’adaptation et de bien-être développées à partir des expériences de résolution de problèmes sociaux des jeux. Le gouvernement de l’État australien du Victoria est même intéressé à voir comment la «gamification» peut apporter des gains spécifiques sur la santé, par exemple, en utilisant des consoles pour motiver des exercices de rééducation physique ou en utilisant des jeux pour tester l’audition des enfants.

Une grande partie de la recherche s’est concentrée sur les jeux vidéo tels que Minecraft, mais la récente augmentation en popularité des jeux de société prouve que ceux-ci méritent eux aussi une plus grande attention.

Des jeux tels que Pandemic ont entraîné une résurgence des jeux de société en tant que loisirs pour adultes, renforcée par un désir d’expériences sociales authentiques, le désenchantement des jeux en ligne (et des trolls) et la prolifération des cafés de jeux de société

Jouer à Pandemic

Pandemic a été créé par Matt Leacock, un ancien graphiste de Chicago qui a développé l’idée après l’épidémie de SRAS de 2003. Le premier jeu Pandemic a été publié en 2008 et s’est érigé au sommet de la vague de nouveaux jeux de société pour adultes. C’est un jeu pour 2 à 4 joueurs et peut être terminé en une heure [NdT : une version allégée et plus courte est en préparation, pour une durée de 30 minutes, repoussée pour cause de COVID-19]

L’auteur a déclaré qu’une partie de l’attrait du jeu est la façon dont il «offre des moments d’escalade d’espoir et de peur qui vous captent vraiment, vous et votre équipe».

Il n’y a pas de dés, bien qu’il existe un jeu de cartes randomisé qui modélise la propagation des virus sur une carte mondiale. Il s’agit d’un jeu coopératif où les joueurs doivent travailler ensemble contre le jeu, pour prendre collectivement des décisions difficiles en matière de stratégie. Chaque tour nécessite une allocation de ressources limitées, pour arrêter les épidémies, créer des centres de recherche, rechercher un remède ou se concentrer sur les déplacements dans le monde.

Bien qu’il n’y ait pas de règles officielles pour le faire, certains forums de discussion décrivent des façons de jouer à Pandemic en solo, ce qui rend le jeu idéal pendant le confinement.

Dans la version officielle, les joueurs jouent les rôles de différents spécialistes, dont le scientifique, le médecin, le distributeur et d’autres. Chacun de ces rôles fournit un pouvoir spécifique qui leur permet d’enfreindre les règles du jeu d’une manière intéressante, en donnant à chaque membre de l’équipe une niche distinctive, en encourageant beaucoup de rejouabilité afin de découvrir comment ils fonctionnent tous.

Bien qu’il ne s’agisse pas du premier jeu coopératif, il a dominé la demande de nouveaux jeux non compétitifs. Sa popularité est également venue du thème contemporain qui fait appel à un public plus large en dehors des communautés de fans. Il n’y a pas de magiciens ou de vaisseaux spatiaux sur l’illustration de la boîte. Pandemic a été utilisée dans les milieux de la formation et peut devenir un moyen utile pour introduire l’épidémiologie en classe et remettre en question les idées conventionnelles sur les systèmes mondialisés.

Les extension (plateaux et composants supplémentaires achetés séparément) ajoutent plus de complexité, de nouveaux rôles et des virus plus puissants. Il existe des variantes autonomes (NdT : des stand-alone) qui utilisent les modèles d’escalade du jeu pour défier les hordes barbares attaquant la Rome antique, combattre les eaux de crue à l’ère industrielle de la Hollande et même contrer la montée sinistre des cultistes de Cthulhu.

La variante la plus importante sont les jeux Pandemic Legacy, qui se déroulent en deux «saisons» comme les séries télévisées. Chaque saison Legacy est composée d’une série de jeux où les événements et les conséquences se répercutent sur la suivante. Les jeux Legacy impliquent des changements permanents sur le plateau, l’introduction de nouveaux éléments de jeu et même l’instruction aux joueurs de déchirer certaines cartes.

Pourquoi maintenant?

Alors pourquoi, face à la réalité d’une pandémie, serions-nous rassurés par un jeu qui préfigurait étrangement le COVID-19 ? Ce n’est pas comme si le jeu banalise le problème. Pandemic présente des problèmes aussi complexes, nécessitant des stratégies changeantes mais présente finalement une solution via la coopération et une planification intelligente.

Jouer au jeu à la maison peut offrir une chance de créer de l’ordre lors d’une crise. Nous pouvons nous sentir rassurés, les situations difficiles nécessitent des stratégies évolutives, les revers peuvent être temporaires et fournir des voies vers des solutions plus créatives. Les jeux offrent un environnement sécurisé dans lequel gérer des systèmes complexes et faire face à des problèmes mal définis.

La popularité de jeux tels que Pandemic a conduit à la création de nouveaux jeux avec des thèmes sérieux et des espaces pour la résolution créative de problèmes. The King’s Dilemma explore les ramifications complexes du marchandage politique. Holding On penche sur les soins palliatifs.

Que nous les jouions en famille ou en colocation, via des vidéoconférences ou des simulateurs de table, les jeux de société peuvent nous aider à nous distraire de l’isolement du confinement et des distanciations sociales, mais ils ont également le potentiel de nous faire réfléchir aux défis auxquels notre monde est confronté.

Quant au créateur de Pandemic Matt Leacock, il semble travailler sur un jeu sur la crise climatique. Stay tuned.

À lire également sur le sujet :

Et :

Et vous, que recherchez-vous quand vous jouez à Pandemic ? Y avez-vous déjà joué en pleine pandémie réelle actuelle ?

1 response to The Conversation : Pourquoi le jeu de société Pandemic nous fascine autant

  1. Christophe says:

    Je me dis que le succès de Pandemic vient surtout du fait que la mécanique est excellente. Je dirais même que les versions romaines et hollandaises qui ne parlent pas de la maladie sont probablement meilleures … la mécanique étant poussée encore plus loin.

A vous de jouer ! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.