Du rififi chez FFG

Temps de lecture: 7 minutes

Depuis quelques mois, années même, l’éditeur américain FFG fusionné avec Asmodée connaît des remous, avec une situation qui se dégrade de plus en plus. Se dirige-t-on vers une liquidation ? Une revente ?

FFG, un peu d’histoire

C’est en 1995 que FFG, Fantasy Flight Publishing à été fondée par Christian T. Petersen pour lancer son tout premier jeu, Twilight Imperium. Deux ans plus tard, la société change de nom en 1997, mais à peine, pour désormais s’appeler Fantasy Flight Games (FFG)

FFG est le plus gros éditeur de jeux de société aux US. Basé à Roseville dans le Minnesota, FFG est surtout connu pour exploiter des licences bien connues, tel que Star Wars, Warhammer (qu’ils ont perdue plus tard), Game of Thrones, Fallout, Cthulhu, Le Seigneur des Anneaux, Marvel… pour proposer des jeux de cartes ou avec un déluge de figurines

C’est le 17 novembre 2014 que Asmodée a fusionné avec FFG. Asmodée est le plus gros éditeur et distributeur français, appartenant alors à Eurazeo, un fond d’investissement international qui s’est offert une palette d’acteurs du marché : Tric Trac, Filosofia, Repos Prod, Days of Wonder. La liste est longue…

Depuis quelques mois, quelques années même, à coups d’annonces et d’événements, ça commence à sentir le sapin pour l’éditeur de Roseville

Chronologie des événements

31 Décembre 2018, départ du fondateur historique

C’est en décembre 2018 que Christian T. Petersen, le fondateur et alors PDG de la boîte annonce sa démission, le tout présenté dans cette lettre :

Dear Player,

Since I founded Fantasy Flight some 23-plus years ago, I’ve had the great honor to work in the business of publishing tabletop games. During that time, I’ve met hundreds and hundreds of wonderful people in the tabletop industry: colleagues, suppliers, retailers, distributors, and many more.

As I sit here in my office on this last day of the year, on this last day of my tenure at FFG/Asmodee, my thoughts are of appreciation to you, the player, who made this place and this great life possible.

Thank you for bringing home our « stories and dreams in boxes » and for making them your own. 

Thank you for your suggestions, for your passion, and for the voices of encouragement.

Thank you for your patronage. Thank you for playing.

With my shelves empty, walls naked, boxes packed, I leave now humbled and grateful for my journey with FFG. 

I don’t turn off the light behind me, for those that remain will carry on the fantasy flight. In every respect they are the most amazing and experienced crew of game makers I could ever have hoped to gather in the same place. I sincerely hope that you’ll extend to them the same trust and patronage as you did to FFG during my time. Personally, I cannot wait to see what they will do and play what they will make.

As for me, I’ll see what lies behind that bend in the road just ahead. I hear that new stories and dreams are found there. 

Best Wishes.

Christian T. Petersen
Fantasy Flight Games

“The road, no road without a turn,
And if there was, the road would be too long”
   -U2

En gros, Christian remercie tout le monde d’avoir joué (et acheté) ses produits, et part chercher l’aventure ailleurs. Quand le fondateur historique quitte le navire, ce n’est pas forcément bon signe

Été 2019 : Fermeture du bureau de l’équipe des ventes commerciales

C’est dans un bref email que les magasins qui ont acheté du matos FFG découvrent que le service commercial de FFG aux US ferme ses portes :

Leurs produits sont désormais disponibles pour les boutiques via les canaux de distribution Alliance Games Distributors, un autre distributeur. En d’autres termes, Asmodée / FFG commence à tailler dans le gras et à se débarrasser du… superflu

Automne 2019 : FFG vend ses jeux sur Amazon. Et pour moins cher qu’en boutique !

C’est en automne 2019 qu’on découvre que les produits FFG sont bradés sur la plateforme américaine d’Amazon, pour des prix réduits par rapport à ceux proposés en boutiques spé :

Pourquoi ? Comment ? Braderie ? Soldes ? Des accords concurrentiels pris avec la plateforme de Tonton Jeff (qui essaie de se racheter une conscience écologique en levant 10 milliards de dollars en faveur de l’environnement. LOL !)

27 Décembre 2019 : départ du responsable de studio

Un an après le départ du fondateur historique de la boîte de Roseville, c’est Andrew Navaro qui quitte le navire FFG. Andrew Navaro était le chef de studio. Autrement dit, le responsable créatif. C’est dans une longue « lettre » qu’il s’explique

Comme Petersen, il ne donne aucune raison à son départ, autre que « j’ai trop kiffé bosser pour FFG. Il est temps d’aller voir ailleurs ». Quand vous démissionnerez de votre prochain taf, pensez à dire tout le bien que vous pensez de la boîte, qu’elle est vraiment trop géniale. Si je la quitte, ça n’a rien à voir…

Janvier 2020 : des départements ferment, des licenciements sont annoncés et des jeux s’arrêtent

Il y a quelques semaines, FFG annonce la fermeture de son studio Fantasy Flight Interactive, qui a porté le JCE le Seigneur des Anneaux en numérique. Avec des licenciements massifs à la clé. Bye bye LotR en numérique, bye bye le studio de dév. L’annonce sur Reddit :

Et sur Linkedin :

Mais ce n’est pas tout. Comme vous l’avez lu ci-dessus sur Reddit, en plus de leur studio de dév numérique, ça sent également le pâté pour leur studio et gamme de jeux de rôle, puisque la totalité de leur département de JDR a été licenciée ! Même s’ils viennent en même temps d’annoncer lancer un prochain jeu de rôle dans l’univers de Keyforge. Le chant du cygne ? Développé par un studio externe en freelance ? Et que va-t-il se passer avec tous leurs JDR : Star Wars, Genesys, etc. ?

Mais ce n’est toujours pas tout. C’est également en janvier que FFG a également annoncé arrêter la gamme de Star Wars Destiny, clairement pas assez lucrative pour eux

18 Février 2020 : FFG change ses conditions de retour et réduit ses services

Il y a quelques jours on apprend que Asmodée et FFG ferment leur département de rechange de pièces et modifient leur politique de retour pour leurs jeux

Why are you removing the parts replacement program?

With the number of quality titles in Asmodee USA’s growing library, maintaining an independent stock of elements of each game becomes more difficult. We believe offering the customer service through the store they have purchased the game from will be a better experience.

En gros, si vous achetez un jeu Asmodée aux États-Unis qui a du matos défectueux ou manquant, au lieu de demander les pièces au SAV d’Asmodée, vous renvoyez le jeu là où vous l’avez acheté et vous en recevez un autre en échange

Ce n’est donc plus Asmodée qui remplace les pièces. Ils modifient plutôt la chaîne d’approvisionnement pour livrer ces pièces aux clients, et ils le font avec un nouveau jeu. Cela veut donc dire que Asmodée va devoir désormais livrer un jeu entier plutôt que des pièces individuelles. Étrange, n’est-il pas ? Une opération qui pourrait sembler plus coûteuse. Mais en réalité, pas tellement. Cette nouvelle politique de retour pousse Asmodée à devoir éviter les erreurs de prod. Est-ce que Asmodée essaie ainsi de décourager les joueuses et joueurs à renvoyer leur jeu dans son entier, et devoir ensuite attendre 1, 2, 3 semaines pour en recevoir un nouveau à nouveau ? Perso, je ne le ferais pas, je préfère me passer d’un jeton, trouver un remplacement moi-même, plutôt que de devoir renvoyer le jeu : trouver un carton, emballer le jeu, passer à la poste… Des freins

Et quid des magasins de jeu ? Ils se retrouvent à devoir gérer un nouveau taf : celui de devoir gérer le SAV d’Asmodée ! Sympa. Cette nouvelle politique de retour est claire : c’est désormais de la responsabilité du magas de traiter les demandes de leurs clients et clients et d’échanger les jeux en cas de souci. Ce n’est plus du ressort d’Asmodée, qui se débarrasse ainsi du département responsable des échanges et qui se dédouane ainsi sur le dos des boutiques. Asmodée qui réalise ainsi des économies en taillant dans le gras, encore une fois. Une politique surprenante ! J’aime bien la phrase d’Asmodée dans leur nouvelle politique de SAV :

We believe offering the customer service through the store they have purchased the game from will be a better experience.

Une meilleure expérience pour Asmodée, ça c’est sûr. Pas super certain que les magasins partagent le même avis…

Et quid des jeux défectueux renvoyés ? Plutôt de remplacer une pièce, le magasin se retrouve désormais avec un jeu renvoyés sur les bras. Que vont-ils en faire ? Où va-t-il finir ? Offert à des associations, des ludothèques aux US, à l’étranger ? Ou est-ce que ces jeux renvoyés, défectueux vont finir… jetés à la poubelle et brûlés ? Mon côté pessimiste et cynique me pousse à pencher plutôt pour la seconde option. Merci l’impact environnemental !

Et pendant ce temps, à Vera Cruz

Pris individuellement, chaque événement ne constitue peut-être pas le signe d’un malaise au sein de la boîte de Roseville. Mais mis bout à bout comme ici dans l’article, on se rend compte que tout cet enchaînement de remous témoigne de certaines difficultés que l’éditeur américain traverse depuis quelques temps

FFG n’est certes pas encore aux abois, mais avec tous ces départs, avec toutes ces fermetures, espérons juste que Asmodée essaie de maintenir la boîte à flot et n’a pas prévu de liquidation ou de revente prochaine. N’empêche, ça sent le sapin pour FFG. Est-ce que l’éditeur est en difficulté ?

Il faut reconnaître que depuis sa création en 1995, le paysage ludique a bien changé. En 1995-1997, il n’y avait que 200 jeux qui sortaient chaque année. Aujourd’hui, c’est près de dix fois plus ! Et avec l’émergence de nouveaux entrants qui partagent le même core-business que FFG, cartes et figurines, comme CMON et surtout Kickstarter, la concurrence et le marché se sont tendus. Il n’y a qu’à voir les chiffres des campagnes de jeux de société pour s’en convaincre. Ces différents facteurs poussent peut-être Asmodée à adopter des stratégies plus… radicales

Et quid de la boîte-sœur outre-Atlantique, FFG France, et EDGE ? Ces deux éditeurs qui appartiennent également à Asmodée sont chargés de la traduction des jeux en VF. Avec FFG US dans la tourmente, ne risquent-ils pas eux aussi d’être touchés par tous ces rebondissements ? Nous avons essayé de les contacter pour leur demander leur réaction sur le sujet, mais ils n’ont pas daigné nous répondre. Dommage

Après, on n’a pas trop à s’inquiéter pour les cousins Frenchies. Tandis que les studios JDR de FFG / Asmodée ferment aux US, ceux en France ont décroché la timbale en raflant coup sur coup deux licences à succès. Cthulhu d’abord, chez EDGE, avec un bouquin bientôt dispo

Et surtout, Donjons et Dragons il y a à peine quelques jours :

Si FFG US est dans la tourmente et que le JDR est en berne chez eux, de ce côté-ci de l’océan, la situation est plutôt favorable. On ne peut que s’en réjouir !

Alors, selon vous, qu’est-ce qui est en train d’arriver à FFG aux US ?

8 responses to Du rififi chez FFG

  1. Brice B says:

    Hé ben , c’est une belle investigation , mais peut être une mauvaise nouvelle pour le futur de FFG.
    Asmodée va reprendre tout ça en mains , je pense et va réduire peut-être les licences qui sont peut être pas assez rentable.Mais ça m embêtes si ça impacte sur la licence Starwars ( j’ attend une extension de Starwars Bordure Extérieur … Si ça voit le jour ,on sait jamais) et s ils abandonné Horreur à Arkham JCE.

  2. Skas says:

    Ça me ferait vraiment c***r que Horreur à Arkham JCE stop ! Je pense qu’ils vont réduire leurs gammes mais ils ont des licences qui ont l’air de rapporter tellement de blé (cthulu, lotr, marvel entre autre) que j’les vois mal foutre la clé sous la porte. Après j’suis pas expert en santé financière de boîte…

  3. Maester says:

    Si je ne me trompe pas, Horreur à Arkham n’est pas une licence. C’est dans le domaine public. Quant à Star Wars, je ne pense pas qu’ils puissent abandonner contractuellement, d’autant que le partenariat avec Disney s’est étendu avec Marvel.

    En revanche, ils prendront moins de risques avec des jeux hors licence. Je ne pense pas qu’ils referaient un Twilight Imperium IV aujourd’hui.

  4. Laurent says:

    Gros détail non abordé dans l’article, les relations exécrables entre FFG US et Asmodee. À ce qu’il se dit, FFG est incontrôlable et rejete toute directive de sa maison mère, allant même jusqu’à vouloir imposer sa politique commerciale en France (le fait de faire payer comme aux États Unis les kits de conversion de SW Destiny par exemple, ce qui a tué comme prédit par Asmodee le jeu en France)

    • Gus says:

      Merci Sébastien pour votre intervention

      Dans notre article, nous avons bien fait attention de reposer nos propos sur des documents, des faits avérés et prouvés, documentés, dans le but d’éviter de tomber dans des soupçons ou des rumeurs

      Vous semblez être au fait sur les relations houleuses entretenues entre FFG et Asmodée, et nous vous remercions d’après pris le temps de partager ces informations ici avec notre communauté de lectrices et lecteurs

      Pouvons-nous vous demander quelles sont vos sources, vos références qui valident ces informations ? Cela permettra d’étayer notre propos de manière claire et pertinente

      Merci Sébastien 🙏🏼

  5. Katagena says:

    Intéressant. Merci d’avoir mis bout à bout des éléments connus depuis quelques temps déjà. Nul doute que cet article éclairera le plus grand nombre.

    Joueur FFG depuis des années et des années, le rachat/fusion/alliance par Asmodée n’a pas fonctionné, tant FFG avait encore main mise sur ses produits, c’est un fait.

    Mais je me permets de ne pas être d’accord sur la « concurrence » du core-game. Les gros jeux à licence sont tous chez FFG. Personnellement, je suis avant tout joueur de cartes. Et à part Magic-Pokemon-Yugi, aucun jeu ne « tient ». Et FFG avait la bonne habitude de proposer des jeux de niche certes, mais matures, dans des univers intéressants. Avec Star Wars Destiny, je pensais qu’ils allaient enfin faire des efforts… même pas.

    Ce que j’en pense, c’est surtout que les actionnaires au-dessus de FFG en ont rien à faire du core-game, car ce n’est pas ce qui rapporte. Baroud d’honneur pour Keyforge qui finira par être abandonné (c’est d’ailleurs incroyable que cela fonctionne autant). L5R aura été un rachat totalement raté à mon humble avis. Le core-game, c’est trop « niche » et autant vendre des dobble, surtout si on peut en faire une version Star Wars car il se trouve qu’on a les droits indirectement.
    Du Star Wars Legion chez le marchand de journaux chez Altaya, c’est aussi synonyme qu’on tente des trucs très grand public (c’est disponible que dans quelques coins de France, foncez pas l’acheter, c’est en phase test).

    Moi j’attends de la concurrence justement. Qui ne serait pas chez FFG. Qui ne dépendrait pas d’actionnaires. Qui serait géré par des passionnés. Car toujours joueur de cartes que je suis, je vois bien deux licences intéressantes encore vivantes, Dragon Ball Super qui est géré par une boite très gloutonne, mais au moins qui propose du contenu. Et surtout Vampire The Eternal Struggle. Là c’est le grand écart entre la grosse boite et les passionnés. De la concurrence, j’en attends depuis des années moi perso ^^

A vous de jouer ! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.