Le jeu du jour : Magnum Opus

Temps de lecture: 3 minutes

Clément nous parle ici du tout nouveau jeu des éditions Bragelonne. Éditeur de livres de fantasy, Bragelonne s’est lancé il y a 2-3 ans dans l’édition de jeu de société. Magnum Opus est son tout dernier


Bragelonne est un éditeur bien connu dans le (petit) monde de la fantasy et de la SF francophone. Souhaitant étoffer son offre, la maison d’édition a ajouté une nouvelle corde à son arc : les jeux de sociétés. Avec Magnum Opus, tient-elle son grand-œuvre ?

Magnum Opus, de quoi ça parle ?

D’alchimie, cet ancêtre de notre chimie moderne, qui cherchait à transmuter les métaux vils en métaux nobles, avec en point d’orgue la recherche de la pierre philosophale, le Magnum Opus ou grand-œuvre, qui assurerait richesse et vie éternelle à son détenteur.

Lors du règne de Rodolphe II, empereur du Saint-Empire, Prague devient la capitale européenne de l’alchimie. Tout ce que le continent compte d’adeptes de cette quête mystique converge vers la ville, et un véritable marché des ingrédients nécessaires à la pratique se met en place. C’est à ce marché que nous propose de participer Magnum Opus, pour devenir l’alchimiste le plus renommé.

Si l’esthétique rend bien l’idée de l’alchimie au tournant du XVIIème siècle, la mécanique n’est pas vraiment intégrée au thème, ce qui nous amène à un 3/5 sur l’ITHEM.

Et comment on joue ?

En cherchant la majorité via du draft. Dit comme ça, rien de très original. Et c’est le cas.

Au milieu du plateau, deux zones, une pour le marché officiel et une pour le marché noir. Chaque joueuse reçoit un jeu de 9 cartes, représentant des personnages, numérotés de 1 à 9 et un jeu supplémentaire est posé devant la première joueuse. Tous ces jeux sont identiques (à part la couleur des cartes). Les joueuses choisissent une carte, la posent devant elles, et passent les cartes restantes à leur voisine de droite. La première joueuse pose devant elle le jeu reçu, et prend à la place le jeu supplémentaire. Les joueuses choisissent à nouveau une carte, etc., jusqu’à ce que toutes les joueuses aient 6 cartes devant elles.

La première joueuse va alors appeler les personnages un à un, dans l’ordre des cartes. Chaque personnage à un ou deux « pouvoirs » (échanger une carte avec une adversaire, gagner de l’argent, acheter au marché officiel, etc.) et peut avoir un pouvoir spécial, qui permettra d’acheter au marché noir un composant, en le payant moins cher, en fonction de ce qui est disponible et possible d’acheter. Le personnage et ses pouvoirs ne seront activés que par la joueuse ayant la majorité des cartes de ce personnage devant elle.

Le jeu continue ainsi pendant 5 tours, et les joueuses comptent alors leurs points.

Et comment on gagne ?

Chaque composant acheté vaut un point de victoire. De plus, une carte à objectifs commune permet de marquer des points si un de ces objectifs est rempli. A cela s’additionnent les points éventuellement gagnés grâce à une carte à objectifs secrète.

Interaction ?

Oui, forcément, il faudra faire attention aux choix des autres joueuses pour choisir ses cartes, afin de ne pas s’entêter dans une stratégie perdante. Les ressources étant limitées sur le plateau (3 au marché officiel, 3 au marché noir), les joueuses doivent aussi prévoir la stratégie de leurs adversaires pour ne pas se retrouver assises sur un tas d’argent inutile.

Sur l’IGUS, l’échelle de mesure de l’interaction dans les jeux, Magnum Opus atteint un 4 sur 5

Alors, Magnum Opus, c’est bien ?

Je vais vous parler franchement. J’espère pour eux que Bragelonne Games n’a pas atteint son grand-œuvre avec Magnum Opus, parce que ça serait plutôt tristoune…

Le jeu est beau, les illustrations sont de qualité, le matériel aussi. Mais ça ne suffit pas. Le draft avec majorité, c’est un concept qui n’a rien de nouveau, et l’ajout de ce joueur « fantôme » qui aide la première joueuse ne change pas grand-chose à la donne. On jouera une ou deux fois, et on passera à autre chose. Aujourd’hui, les nouveaux jeux ne manquent pas.

🔴 Magnum Opus, score final :

⭐⭐⭐

Dommage, un « nouveau » venu sur le marché aurait pu secouer un peu les choses, mais ça n’est pas vraiment le cas pour l’instant. Soyons honnêtes deux secondes, pour l’instant, le catalogue de Bragelonne Games n’est pas très révolutionnaire. Pour l’instant, ils sont contentent de faire et refaire ce que bien d’autres éditeurs peu inspirés font : mélanger 2-3 mécaniques, et puis c’est tout. Mais est-ce que cela suffit pour faire de bons, de grands jeux ? Ce n’est pas encore Magnum Opus qui changera la donne.

Et encore une chose

Vous pouvez consulter les règles de Magnum Opus ici

Vous pouvez trouver Magnum Opus chez Philibert ici

Pour une lecture plus agréable, plus confortable, notre blog ne vous propose aucune publicité, aucun contenu sponsorisé ! Nous espérons que vous appréciez. Dans un souci de transparence, pour votre information, Gus&Co entretient des relations d’affiliation avec Philibert. Ainsi, si vous achetez un jeu en cliquant sur nos liens, nous pouvons obtenir une (minuscule) part des revenus, ce qui nous permet d’acheter d’autres jeux et de continuer à pouvoir vous proposer de nouveaux articles

  • Auteur : Lionel Borg
  • Illustrateur : Arnaud Demaegd
  • Éditeur :  Bragelonne Games
  • Nombre de joueurs et joueuses : 2 à 5
  • Âge conseillé : Dès 12 ans 
  • Durée : 30′ à 60′
  • Thème : Alchimie
  • Mécaniques principales : Draft, majorité

7 responses to Le jeu du jour : Magnum Opus

  1. Paul says:

    Merci pour le test ! Si vous cherchez un bon jeu avec le thème passionnant de l’alchimie, je vous conseille Trismegistus. L’un de mes coups de coeur de fin d’année avec It’s a Wonderful World.

    • Gus says:

      Oh taisez-vous Paul ! 😝

      Il trône sur / dans notre pile de jeux à chroniquer et toujours pas eu le temps de le faire 😡

      Après votre commentaire Paul, me réjouis encore plus

  2. Paul says:

    Pour être honnête, je suis très hypé par votre précédent article sur Golem et attends avec impatience d’en savoir plus sur ce jeu. Du coup, un partout ? XD

    • Gus says:

      😂

      On fait comme ça

      Faut vraiment qu’on recrute chez Gus&Co. On a 600’000 nouveautés à chroniquer, et pas assez de temps

      On paie son poids en fondue 🧀 (suisse 🇨🇭)

      • Steeve says:

        En tout cas avec 1 test par jour c’est déjà une superbe cadence !!
        Bonne continuation

        • Gus says:

          On fait notre possible Steeve, depuis 2007

          Merci pour les encouragements ❤️

  3. Manu says:

    Hello,
    Je trouve curieux d’annoncer une généralité sur les jeux de Bragelonne Games alors que c’est la première chronique que vous faites sur un de leurs jeux. Quid de Culte, de La Vallée des Marchands… ?

A vous de jouer ! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.