Ces petits mots qui font du bien et qu’on aimerait entendre plus souvent à la table de jeu

Temps de lecture: 8 minutes

Un jeu de société est un jeu de… société, vécu et partagé à plusieurs

En société, on ne peut pas non plus se comporter n’importe comment. Il est parfois nécessaire, et important, de témoigner à ses partenaires de jeu une certaine forme d’amitié, de camaraderie, de soutien, de respect, voire même, pourquoi pas, d’amour

Le faire par le biais d’actions est un must: apporter à boire ou à manger, se lever pour accueillir quelqu’un à la table, faire un hug, ne pas utiliser son portable à la table, etc. Mais exprimer ces valeurs, ces sentiments par des mots est essentiel dans toutes relations humaines

Les cercles de joueurs et joueuses les plus soudés comprennent l’importance que la communication joue dans leur relation

Hashtag bienveillance

« Je suis là pour toi »

Un.e partenaire de jeu est peut-être aux prises avec un problème personnel, ou en lien direct avec le jeu en cours: une règle incomprise, un souci de jeu, etc.

Les équipes qui se rappellent qu’ils sont là pour les autres s’ils ont besoin d’aide se sentent mieux ensemble

En lui lâchant cette petite phrase, le ou la partenaire se sent entourée, soutenue. Vous lui accordez une certaine forme de priorité, ce qui est plutôt rare. On a peut-être parfois tendance à chercher à se mettre en avant, à parler, interrompre les autres, à s’intéresser à soi-même et tout ramener à soi

En énonçant une telle phrase, on fait le pari inverse: se tourner vers, s’intéresser à l’autre

Peu importe le problème, il est inestimable de savoir que vous disposez du soutien inconditionnel de vos partenaires de jeu, quelqu’un sur qui compter, qui sera prêt à se mobiliser pour vous le cas échéant

« J’ai confiance en toi. Tu peux y arriver. »

Lorsque vous avez un doute sur vous-même, le fait d’avoir quelqu’un qui croit en vous peut fournir un regain de confiance bien nécessaire

Pas tous les jeux ne se valent. Certains sont légers, compréhensibles, d’autres au contraire peuvent s’avérer plus corsés, complexes et exigeants

Et tout dépend bien sûr de son « niveau de jeu ». Plus on joue à des jeux de société et plus il est facile de se dépatouiller avec les règles, avec des mécaniques que l’on connaît d’autres jeux. Ce n’est pas le cas de toutes et tous à la table, les niveaux sont souvent hétérogènes

Si vous vous sentez dépassé.e par le jeu, par sa difficulté, vous sentir soutenu.e, que quelqu’un croit en vous, recevoir alors des paroles positives de soutien de vos partenaires de jeu peut vous aider à vous sentir capables d’y arriver. Et de se sentir capable d’y arriver à y arriver dans les faits, il n’y a qu’un pas

« Merci. »

Les cercles de joueurs et joueuses les plus sains et solides dans leurs relations expriment souvent leur gratitude les un.e.s envers les autres

Qui a acheté le jeu?

Remercier la personne ne mange pas de pain bio. Après tout, c’est une dépense importante de plusieurs dizaines d’euros. Et on a tendance à oublier que l’argent, c’est du temps. Et plus on prend de l’âge, et plus le temps devient rare et précieux (je dis ça parce que j’ai deux enfants en bas âge)

Petit calcul entre ami.e.s 💰

Connaissez-vous votre salaire horaire net, une fois toutes les charges, impôts, dépenses obligatoires retirées?

Autrement dit, une fois que vous avez claqué votre argent pour le loyer, le chauffage, l’alimentation, les transports, les assurances, les frais de garde le cas échéant, etc. Que vous reste-t-il alors par heure pour vos hobbies slash sorties slash voyages slash achats de jeux? Essayez de calculer ça

Chez nous, à Genève, au doigt mouillé, on pourrait facilement retirer 50-70% du salaire brut, selon si on a des enfants ou pas

Que vous reste-t-il alors par heure?

Et combien coûte un jeu, en moyenne? Disons 40 euros. Entre les plus gros à 80-100 euros (et je ne parle même pas des KS à 150 euros all-in) et les plus petits à moins de 10 (oui, c’est possible)

Si l’on prend le salaire moyen suisse, qui s’élève à 6’500 CHF, donc environ 5’800 euros, ou le salaire moyen français à 3’000 euros / 3’400 CHF, si on retranche 50-70%-80% de dépenses, combien reste-t-il pour acheter un jeu? Pour acheter ce jeu qui est posé sur la table? Et combien de temps aura-t-il fallu travailler pour l’acheter?

Tout de suite, ça calme

Une longue liste de chiffres et de données plus ou moins pertinentes pour arriver à cette seule conclusion: dire merci est crucial

Vous êtes invité.e.? Remerciez votre hôte

Vous invitez? Remerciez vos invité.e.s d’être venu.e.s, d’avoir pris du temps dans les transports pour passer la soirée avec vous

Vous venez de finir une partie? Remerciez les autres joueurs et joueuses d’avoir partagé la partie avec vous. Si vous êtes vous aussi joueurs ou joueuses d’échecs, vous saurez qu’on serre toujours la main de l’autre pour le remercier de la partie, qu’on ait gagné ou perdu, c’est une tradition

On pense, à tort qu’il pourrait sembler banal ou superflu de dire merci à ses partenaires. Comme si tout ceci était « normal ». La réalité est que cette habitude de reconnaître les petites choses que vous faites les uns pour les autres entretient un sentiment d’appréciation les uns pour les autres. Et donc de générer un sentiment de bien-être, de liens sains et soudés

Et non, dire merci n’est pas un signe de faiblesse ou de soumission. Au contraire

 » Puis-je t’aider avec ça? »

Arriver dans un lieu, dire bonjour, faire la bise, serrer une main ou faire un hug, s’asseoir à la table, prendre connaissance du matériel, du jeu. Tout un rituel

Parfois, selon l’humeur du jour, selon la difficulté du jeu, un ou une joueuse pourrait avoir pas ou mal compris l’une ou l’autre règle de jeu

Si vous voyez quelqu’un à la table qui semble perdu, désemparé, hésitant, lancez-lui cette petite phrase qui ne mange pas de pain (toujours bio)

La personne se sentira alors entourée. Et qu’est-ce que ça fait du bien de savoir que quelqu’un est là si vous en avez besoin

Avouons-le. Demander de l’aide n’est pas toujours facile. Mon cas quand je suis dans un supermarché à la recherche d’un produit. Je préférerais perdre 15 minutes de ma vie à chercher, voire même, au pire, à abandonner, plutôt que de demander de l’aide. Demander de l’aide, pour certain.e.s, correspond à un signe de faiblesse. Et personne n’aime paraître faible

Anticiper le besoin d’aide et la proposer aux autres est une sacrée compétence en (jeu de) société. Cela témoigne d’une certaine compassion et marque votre souci à veiller au bien-être de vos partenaires de jeu

« Je suis désolé.e. »

Je vais vous faire une petite confession. Mon père ne s’est jamais, jamais excusé pour quoi que ce soit. Jamais. Comme si s’excuser aurait diminué son… « pouvoir », son… « statut »

Du coup, avec mes enfants, j’essaie le contraire. Je leur demande souvent pardon

Pour éviter les erreurs et admettre que vous avez eu tort, il faut parfois savoir « ravaler sa fierté », ce qui n’est pas toujours facile à faire, soyons honnêtes

Mais la capacité de présenter des excuses sincères à vos partenaires de jeu peut faire la différence entre un petit désaccord et un conflit qui risque de larver et de s’envenimer avec les années

Comment gérer les joueurs et joueuses toxiques? On en a déjà parlé. En présentant ses excuses à l’autre, aux autres, on évite de devenir toxique soi-même

Reconnaître une erreur et l’impact qu’elle a eu sur vos partenaires de jeu vous permet de rester connecté.e et d’aller de l’avant ensemble. Sans ces excuses, cette « correction », les sentiments de douleur ou d’aigreur peuvent « s’infecter » et se développer

Admettre sa responsabilité est une compétence, une qualité. A nous de la développer. Tiens, ça me rappelle cet article à la suite de la bourde des Space Cowboys dans Unlock 2:

Dire pardon, donc, reconnaître son erreur, permet de désamorcer toute tension et de (re)construire une relation saine

Vous avez triché à un moment donné? Avouez-le, demandez pardon et trouvez le moyen de vous racheter

Vous avez oublié ou mal expliqué une règle de jeu? Dites pardon, ce n’est pas grave, et trouvez le moyen de réparer votre erreur. On rejoue le tour? La partie?

Vous êtes venu.e sans rien n’apporter? Pas même du tofu fumé? La honte. Dites pardon, et amenez le double de quantité de bouffe ou de boisson la prochaine fois

A écouter, ce court tuto sorti pas plus tard que ce vendredi de l’excellent podcast « les couilles sur la table » pour savoir comment bien s’excuser. Qui parle de La Ligue du LOL, mais qui peut également servir pour faire de meilleures excuses

Par commencer par exemple à ne pas dire « je m’excuse », mais plutôt « je suis désolé.e »

Et surtout, d’annoncer pourquoi on présente ses excuses. Vous avez foiré quelque part? Dites-le, et dites où / pourquoi / comment. L’autre se sentira mieux de savoir que l’erreur a été reconnue

« Oui. »

On vous propose un jeu? Dites oui

Même si vous n’aimez pas ce style de jeu, l’auteur ou les autres à la table… blablabla

Les groupes de joueurs et joueuses heureux adoptent un esprit positif et d’ouverture

Le« oui »appelle à la flexibilité, à la générosité, une volonté d’adhérer. De toute façon, soyons lucides, un «oui» pour jouer au prochain jeu de Bruno Cathala ne vous tuera pas

D’après ma modeste expérience d’être humain sur la Terre depuis 46 ans, une broutille, la générosité engendre la générosité. Et la générosité fait du bien, à la fois la donner et la recevoir

« Vous avez raison. »

Depuis l’émergence des réseaux sociaux, il devient de plus en plus difficile d’admettre que d’autres personnes aient raison

On a souvent envie de se fermer dans ses convictions, parce que c’est plus simple, parce que c’est plus reposant. Admettre que les autres ont raison nous pousse à admettre que l’on a tort. Et qu’on doit alors changer sa propre opinion. Fatiguant…

Allez faire un tour sur les commentaires YouTube pour le constater. Jusqu’à débouler au Point Godwin

J’ai raison, tu as tort. Le fameux effet backfire. Personne ne me dira que j’ai tort, parce que j’ai toujours raison. Toujours

Vraiment?

Sauf que

Dans la réalité, ça nous arrive (souvent) de nous tromper. On peut même avoir d’autres opinions, politiques, religieuses, ou plus simplement sur, dans ou autour d’un jeu

A nous de reconnaître que parfois, souvent, il nous arrive de nous tromper. L’erreur est humaine, tout ça. En l’admettant, en s’excusant, les relations humaines en sortent grandies

Des mots triviaux, des mots cruciaux

Ces 7 petits mots ou phrases permettent de consolider les relations entre joueurs et joueuses

Mais surtout, ils permettent de sortir un peu de cette rengaine moderne du « moi moi moi je je je moi moi moi » individualiste

Un jeu de société est donc, par essence, de société (à moins d’y jouer en solo, ce qui est aussi possible, mais ça, c’est une autre histoire)

Un jeu permet de partager un peu de son temps, de construire une relation humaine autour de quelques bouts de papier (les cartes), de carton (le plateau), de bois (les cubes) ou de plastique (les figurines)

Au final, qu’importe le jeu

Qu’il soit incroyable et mémorable ou tout moisi (et donc aussi mémorable, hello Dark Darker Darkest, le jeu qui aura gravé nos mémoires à vie tellement il est mauvais), ce qui importe ce sont les gens autour de la table. Le collectif. Un jeu de société nous oblige à penser collectif et ne plus se limiter à sa propre personne

Quelques petites phrases triviales et pourtant si cruciales entre ami.e.s (et en couple aussi), entre joueurs et joueuses

Il y a des jeux coopératifs, il y a des jeux compétitifs. En réalité, tout jeu est collectif

Pourquoi achète-t-on des jeux? Peut-être par Tsundoku, peut-être par FOMO

Mais surtout, parce que les jeux représentent une promesse, celle de passer une soirée ensemble et de construire une relation humaine

En 2019, nous passons entre 2h à 3h par jour les yeux rivés sur nos écrans de smartphone. 2h à 3h à lire des infos, regarder des vidéos, liker des posts, des images, suivre des gens, des « amis » sur les réseaux sociaux, au point de se couper de notre réalité

Chassez le naturel, il revient au galop

Nous avons besoin des autres pour vivre, pour s’épanouir, pour ressentir

Pourquoi joue-t-on?

Pour cette seule et unique raison: être ensemble, partager, du temps, des rires, des regards, des stratégies. Autant faire son possible pour que ces instants partagés et grappillés sur notre mortalité soient de qualité

  • Vous avez raison
  • Oui
  • Merci
  • Je suis désolé.e
  • Puis-je t’aider avec ça?
  • J’ai confiance en toi, tu peux y arriver
  • Je suis là pour toi

Dans toute cette liste, quelle est la phrase qui vous touche le plus?

8 responses to Ces petits mots qui font du bien et qu’on aimerait entendre plus souvent à la table de jeu

  1. GLEVEAU says:

    Juste une précision .. Le salaire moyen net est de 2250€. Ça change un peu la donne 😉

    • Gus says:

      Merci Elaine pour votre participation

      Nous écrivons un article de plus de 2K mots qui nous a pris 3 semaines de taf, et pouf, la seule chose que vous retenez et sur laquelle vous intervenez est une « erreur » de chiffres et pas sur le contenu? 😂

      Cela dit, selon le lien fourni dans l’article, nous sommes tombé.e.s sur ce chiffre-ci, c’est pour cette raison que nous l’indiquons

      salaire moyen

      Je propose que nous ne passions pas 6’000h à débattre à 4-500 euros près. Vous avez peut-être trouvé d’autres chiffres, c’est tout à fait possible

      Ce qui compte ici, c’est plus le principe de dire merci à celui ou celle qui a acheté le jeu, c’est ce qui compte

      Merci Elaine pour votre lecture fine et détaillée

      Bon dimanche ensoleillé

  2. GLEVEAU says:

    En tant que prof, la phrase que j’essaie d’utiliser le plus souvent possible : tu peux y arriver, je te fais confiance, je crois dans tes compétences. Beaucoup d’élèves ou d’étudiants, particulièrement dans des sections technologiques ou professionnelles ont un manque de confiance en eux. Les enseignants et les familles pointent plus leurs erreurs que leurs capacités.

    • Gus says:

      Très juste collègue

      Comme vous je suis aussi prof, et c’est vrai que nos élèves passent leur carrière à se voir corriger leurs épreuves au stylo rouge pour indiquer ce qui est faux, et peu souvent ce qui est juste. Au bout d’un moment, ça pèse

  3. Jay Bee says:

     »Merci !  » , est le mot que je n’hésite pas à utiliser.
    Et sinon, tout simplement….. »Bien joué ! » J’adore dire ça. Ça tire tout je monde vers le haut, ça montre qu’on s’intéresse au jeu de l’autre.
    Et, effet bonus : si l’adversaire a bien joué (et cela suppose évidemment que le compliment soit sincère) mais que je gagne à la fin, alors…. C’est que j’ai encore mieux joué !

  4. MrCain says:

    Hello Gus,

    Merci pour cet article construit, riche et nous invite à prendre de la hauteur.

    Avec le temps, j’ai l’impression que plus nous jouons, plus nous réalisons le privilège de passer une belle soirée autour d’une table.
    Combien le résultat d’une partie est secondaire.

    Quand je fais découvrir des jeux à novices, il y a souvent un côté compétitif de prime abord.
    J’aime bien leur faire réaliser que celui qui joue uniquement pour gagner; n’a probablement pas assez joué aux jeux de société 😉

    Merci également pour le podcast, concis et percutant.

    • Gus says:

      Merci à toi pour ta lecture et fidélité ♥️♥️♥️

A vous de jouer! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.