New Frontiers 🚀 Race for the Puerto Rico in the Galaxy

Temps de lecture: 9 minutes

New Frontiers, ou comment faire du presque flambant neuf avec du vieux. Un jeu maîtrisé et convaincant

New Frontiers, de quoi ça parle?

D’exploration spatiale dans l’espace et de développements technologiques spatiaux futuristes dans le futur

Autrement dit, de la SF

New Frontiers est loin d’être un jeu au thème fort, on ne vit pas une aventure immersive, c’est avant tout un jeu de combos et d’optimisation

Dans New Frontiers, la mécanique de jeu passe au premier plan: quelle action choisir, quel développement acheter, quelle ressource produire ou vendre

Mon nom est Jean-Bertrand Goulard, je serai votre prof d’histoire aujourd’hui. Sortez vos stylos et notez

New Frontiers est l’énième adaptation de Puerto Rico. De plantations de café à l’exploration spatiale, il n’y a qu’un (grand) pas

En 2002, Andreas Seyfarth sort Puerto Rico, un carton intersidéral (c’est le cas le dire, pour plus tard). Un jeu de gestion sur l’île de Puerto Rico au 19e siècle, à gérer colons, constructions et plantations. Gros, gros blockbuster. Quelques extensions et rééditions plus tard, Puerto Rico appartient aujourd’hui au panthéon des jeux de plateau cultes

Deux ans après Puerto Rico, en 2004, Andreas Seyfarth sort San Juan. Une version « cartes » allégée et simplifiée de la version plateau. Gros carton là également

Et pourquoi on en parle?

Merci de me poser la question

Trois ans après San Juan, Tom Lehmann sort Race for the Galaxy. Un jeu de cartes se déroulant dans l’espace. Rien à voir donc avec Puerto San Rico

Et pourtant, si

RFTG sous son petit nom pour les aficionados, emprunte dans les grandes lignes les mêmes mécaniques que Puerto Rico. Ou plutôt, que San Juan puisqu’il s’agit également d’un jeu de cartes

Six cent mille extensions plus tard, RFTG revient en 2014 avec RFTG

Pas « Race » mais Roll for the Galaxy. Non plus un jeu de cartes mais un jeu de dés. Nous vous en parlions « à l’époque » ici

Roll for reprend encore et toujours les mêmes mécaniques que San Juan for the Rico Galaxy mais avec des dés cette fois

Et voilà, fin de l’histoire, fermez vos cahiers

Ou presque

Nous voici fin 2018 début 2019, Tom Lehmann sort ce New Frontiers, une adaptation plateau de son jeu de cartes slash jeu de dés dans l’espace

De jeu de plateau à deux jeux de cartes en passant par un jeu de dés pour enfin revenir à un jeu de plateau. La boucle est bouclée

Révisez bien pour la semaine prochaine, c’est contrôle

Brainstorm

Bref, j’aurais beaucoup voulu assister à la séance de brainstorm chez Rio Grande Games en janvier 2018:

« Hey les gens, faut qu’on s’active pour sortir un jeu là. Le dernier remonte à 3 mois en arrière. Si on ne fait rien, on risque de se faire racheter par Asmodée. Vous avez une idée d’un jeu qu’on pourrait éditer?

Silence gêné

« Et pourquoi pas un party-game? C’est 2018, sous Trump y a forcément besoin de se marrer un coup, non? »

Silence ininterrompu

« Euh, et si on faisait la traduction d’un jeu frouze ou allemand? Ils en sortent pas mal ces temps, les Européens, non? On n’a qu’à racheter la licence du premier jeu qui nous tombe sous la main, et hop, ça nous occupera, non? »

Silence embarrassant

Entrée de Marta, la stagiaire (et fille du patron de Rio Grande Games, mais ça, personne ne le sait):

« c’est pour qui les cafés? Oups, pardon, j’ai l’impression de déranger. C’est votre séance hebdomadaire pour trouver une idée de jeu à éditer, c’est ça? Et pourquoi pas un party-game dans l’univers de Race for the Galaxy? Ou attendez, encore mieux, un roll and write Puerto Rico? Vous n’avez pas encore fait ça, non? Vous avez sorti un jeu de plateau, puis un jeu de cartes, encore un jeu de cartes, puis un jeu de dés. Pourquoi pas encore un autre jeu? Et Puerto Rico, ça fait quand même un sacré bail qu’il est sorti, non? »

Silence réflexif

Dix mois plus tard, fin 2018, sort New Frontiers. Pas un party-game ni un roll&write, mais un retour aux sources de la boucle qui est bouclée. Marta a depuis été promue chargée de projet senior (en même temps, c’est normal, c’est la fille du patron, mais ça, personne ne le sait)

Petite infographie

Et comment on joue?

Donc c’est du Puerto San Galaxy

A son tour, on choisit une action, parmi:

  • Produire des ressources sur ses planètes colonisées uniquement
  • Coloniser ses planètes en y installant des… colons
  • Pécho slash explorer une nouvelle planète
  • Développer slash acheter de nouvelles tech pour développer son jeu
  • Vendre et/ou échanger des ressources pour des crédits et/ou PV
  • Recevoir des crédits, tout simplement
  • Envoyer des diplomates pour pécho 1 PV et griller la priorité aux autres en leur passant devant pour les prochains tours

Pas très compliqué, tout est fluide et évident

Et c’est tout?

A peu près, oui

Comme New Frontiers est du pur Puerto San Galaxy, en choisissant une action on en fait aussitôt bénéficier tout le monde à la table. Je choisis « explorer » et paf, tout le monde peut aussi explorer. Je choisis « coloniser » et pouf, tout le monde peut aussi coloniser et poser un meeple sur l’une de ses planètes

Oui, si vous avez joué à (l’excellentissime) Ceylon tout récent, vous allez en repérer les inspirations

Le ou la joueuse active qui effectue son choix et fait ainsi bénéficier les autres obtient toutefois un certain léger avantage: un colon, PV, ressource ou planète en plus. Pas énorme, pas de quoi se la péter en soirée, mais un petit bonus sympatoche

Et comment on gagne?

La partie prend fin quand:

  • Son plateau perso est recouvert de bâtiments développements
  • Il n’y a plus de PV dispo
  • Il y a moins de 5 colons dispo
  • Quelqu’un possède 7 colonies

On procède alors au décompte final. PV pour

  • Les points accumulés pendant la partie, surtout en échangeant des ressources,
  • Ses colonies et développements

Comme Puerto Rico, donc

Interaction?

Sur l’IGUS, l’échelle de mesure de l’interaction dans les jeux, New Frontiers atteint un 3/5

Pourquoi 3 sur 5?

Parce que dans New Frontiers, on ne peut pas foncer dans le tas et s’en prendre aux autres. Zéro baston

Si New Frontiers est de la SF, et que souvent les jeux SF proposent de taper sur ses voisin.e.s dans la joie et la bonne humeur, il est plus un jeu de gestion et de combos. Pas d’affrontement, pas d’expansion

3/5 toutefois car il va falloir suivre le jeu des autres pour ne pas les avantager dans le choix de son action. Comme dans Puerto Rico. Comme dans Ceylon. Qu’est-ce qui pourrait les arranger? Je vais alors éviter de le faire

A combien y jouer?

New Frontiers peut se jouer de 2 à 5

Toutes les config sont bien, parce que le jeu est bien

Mais

A 2, la course aux PV, l’interaction avec les actions sont faibles, très faibles pour emballer à donf. A 2, on joue deux fois par manche, histoire de dynamiser la partie, mais cette config peine à convaincre

La config à deux de New Frontiers est toutefois beaucoup plus sexy que dans Puerto Rico, il faut le relever

A 3 ou 4, c’est le must, le rapport tension-interaction est optimal

A 5, le jeu devient trop long et lent. Alors certes, on est toujours dans l’action, il n’y a aucun temps mort, ou très peu, car chaque action déclenche aussitôt une action pour toute la table (hormis pour la thune et la diplo slash ordre de jeu). Mais à 5, le ou la dernière joueuse à choisir sa planète lors de draft d’exploration ou son action n’aura que ses yeux pour pleurer, il ne restera pas grand-chose à pécho

Alors certes, à 5 la bataille pour l’ordre du tour sera beaucoup plus âpre, et elle risque de parasiter le jeu et son propre développement

Mais comme pour la config à 2, la version à 5 de New Frontiers est beaucoup plus équilibrée que dans Puerto Rico

New Frontiers, Race for the Galaxy, qu’est-ce qui change?

Pas grand-chose

L’univers (c’est le cas de le dire) est pareil bien sûr

Certaines planètes ont des halo qui poppent des ressources aussitôt colonisées, d’autres demandent des stratégies militaires, et quelques autres similitudes

New Frontiers est toutefois beaucoup plus proche de Puerto Rico que de Race for slash San Juan

New Frontiers, Puerto Rico, qu’est-ce qui change?

Pas grand-chose non plus

Achat de bâtiments développements, acquisition de nouvelles plantations planètes, envoi de colons au taf, production et échange de ressources. On navigue en territoire connu

Deux changements majeurs ont toutefois été rajoutés et qui viennent épicer le jeu:

Ordre du tour

Si dans RFTG et Puerto on jouait chacun.e son tour, dans New Frontiers ce n’est plus le cas. On pose son pion sur une piste, et cette piste peut être amenée à changer pendant la partie, notamment avec l’action « diplomatie »

Donc une interaction supplémentaire pour savoir qui commence / continue de jouer dans le tour en cours, source de tension constante surtout à 4-5

Draft

Dans Puerto, les plantations s’obtiennent en se servant dans le stock dispo, dans RFTG on prend le deck et on tape dedans

Dans New Frontiers, les nouvelles planètes sont draftées

Lorsque l’action « exploration » est choisie, on tire sept planètes d’un sac et que l’on pose sur la table. Le ou la première joueuse en choisit une, puis les autres dans l’ordre du tour, et enfin le ou la première joueuse en choisit une dernière. Les planètes non récupérées sont remises dans le sac

Donc un draft intéressant qui s’apparente à Puerto Rico mais avec un côté surprise et contre-pick piquant

Alors, New Frontiers, c’est bien? Critique

Oui, New Frontiers est excellent

On retrouve tout l’univers de RFTG en version plateau avec les mécaniques de Puerto Rico

Pour faire (très, trop?) simple, New Frontiers, c’est du Puerto Rico 1.5 dans l’espace

New Frontiers reprend l’héritage de tous ses « ancêtres » pour proposer un « nouveau » jeu. Nouveau entre guillemets, vous l’aurez relevé

Si vous avez joué à Puerto Rico, vous serez en terrain connu

Si vous avez joué à RFTG, vous ne serez pas perdu.e.s

New Frontiers, c’est comme un upgrade de votre chambre habituelle dans votre hôtel habituel de vacances. Vous en connaissez tous les coins et recoins, et pouf, on vous débarque dans une chambre plus spacieuse, plus confortable, plus impressionnante. Mais sinon, tout le reste est pareil

Développement, gestion, combos, interaction, un jeu qui propose une courbe de prog de ouf. Plus on y joue, et plus on pourra essayer et découvrir d’innombrables puissantes et passionnantes possibilités

Est-ce que tout jeu sorti 5, 10, 15 ans plus tôt est forcément appelé à être ressorti, réadapté, remasterisé, rebooté? Peut-on, doit-on y voir comme un manque d’imagination et/ou de prise de risque des éditeurs? Prenez vos stylos, vous avez 4h

New Frontiers, faut-il craquer?

Tout dépend de votre budget

Car oui, parlons budget

Le jeu n’est pas donné, comptez plus de 70 euros quand même. Et il les vaut. Le jeu pèse bien 3kg, 3kg de punchboards et de ressources en plastique de toute beauté. Si vous avez des enfants, faites comme moi, payez-les en papillote pour dépuncher New Frontiers, parce que ça prend des plombes. Si vous n’avez pas d’enfants, adoptez

Et vu l’impressionnante courbe de progression et les multiples combos et possibilités offertes par le jeu, il y a de fortes chances que New Frontiers sorte souvent et qu’on ne s’en lasse pas si vite. Stratégie plutôt militaire? Terrienne? Alien? Développements et/ou explorations? Un mix des deux, des trois, des quatre?

Les 70 euros risquent d’être bien amortis (rajoutez à cela 10-15 euros en friandise pour vos gamins pour avoir fait tout le taf de dépunchage)

Voici une petite anim pour vous « aider » à savoir s’il faut craquer, ou pas

Alors, New Frontiers, faut-il y jouer?

Au final, New Frontiers est un Puerto Rico Superdeluxe, avec nettement moins de plantations de café et beaucoup plus d’aliens

Evidemment, si vous n’avez joué à aucun de ses prédécesseurs, New Frontiers vaut vraiment la chandelle: développement, interaction, combos frénétiques illimités

Si vous êtes un.e expert.e ès Puerto San Galaxy, New Frontiers risque de faire doublon, qui pourrait laisser un arrière-goût amer de copié-collé

Score:

Anticipation: 5/5

Un Race for, mais version plateau? Hihaaaa

Pendant la partie: 4/5

Du (très) connu. Quelques nouvelles mécaniques parviennent à lui insuffler un (semblant) de nouveauté, mais on nage ici en eaux peu profondes.

1/5 pour l’originalité. Mais c’est de la faute de Marta

Après la partie: 5/5

On rejoue? Oh oui, pour essayer d’autres stratégies. Voire utiliser la règle supplémentaire avec les objectifs majeurs, que l’on retrouve d’ailleurs aussi dans les extensions de RFTG

Score final: 5/5

5/5 si vous n’avez jamais joué à aucun de ses prédécesseurs. Parce que c’est du Puerto Rico. Et que Puerto Rico, c’est la base

4/5 si vous êtes déjà un.e expert.e dans les autres jeux. C’est du Puerto Rico 1.5, aux mécaniques améliorées. Et dans l’espace. New Frontiers peut faire doublon

New Frontiers, un jeu maîtrisé et convaincant

VF? VO?

Comme Ystari qui a sorti la VF de Race for n’existe plus, peut-être une VF chez Gigamic? Gigamic qui avait déjà sorti Roll for, et qui vient tout juste de se faire racheter par Hachette Livre

Hormis les règles, bien chargées, le jeu contient un peu de texte sur les développements, mais les pictos sont assez clairs

Et encore une chose

Des couv de jeux moisies, on en connaît toutes et tous. Mais là, New Frontiers fait fort quand même

Faudrait qu’on m’explique pourquoi des astronautes éberlués voient sur leur écran une planète à coloniser avec un nombre de meeples dessus, comme s’ils étaient en train de jouer à New Frontiers. Ça n’a aucun sens…

Et rajoutez un Jean-Michel derrière en train de danser la Carioca tout seul en apesanteur, et vous avez certainement la couv la plus ouate de phoque de l’année

Et encore une chose

Et en attendant une hypothétique VF, vous pouvez trouver New Frontiers en anglais chez Philibert ici

  • Date de sortie : Fin 2018
  • Langue : Anglais (pour l’instant. La VF devrait débarquer cette année. Mais chez qui???)
  • Auteur : Tom Lehmann (le même auteur que RTFG)
  • Illustrateurs : Martin Hoffmann, Claus Stephan
  • Editeur : Rio Grande Games
  • Nombre de joueurs : 2-5 (optimum: 3-4)
  • Age conseillé : Dès 14 ans (pas moins, vu la complexité du jeu)
  • Durée : 60-90 minutes, environ. Mais à 2 bien rôdé.e.s, on peut plier une partie en 45′ montre en main. Le jeu est bien plus court qu’il n’y paraît, et le temps de jeu est inversement proportionnel au poids de la boîte et au nombre de bonbecs offerts à ses enfants pour avoir transpiré sur la palette de punchboards. Comment ça, le travail des enfants est interdit??? Et c’est qui qui va me dépuncher le prochain Bruno Cathala?
  • Thème : SF, exploration spatiale
  • Mécaniques principales : Ressources, draft, combos

9 responses to New Frontiers 🚀 Race for the Puerto Rico in the Galaxy

  1. Ange says:

    Petite question à l’historien : n’ayant jamais joué à un jeu de la famille des Puerto Rico, mais voulant jouer en français, quel jeu est conseillé ? second critère éventuel : qu’il soit ‘quasi’ aussi bien à 2,3,4 joueu.r(s).se(s)
    Merci

    • Gus says:

      Bonjour Ange

      Tous les 5 se valent, un peu moins Roll for, plus tarabiscoté avec les dés

      En terme de complexité, San Juan est le plus léger de tous, suit ensuite Puerto, puis Race for, en cartes, et enfin, New Frontiers

      Tout dépend de vos affinités Ange. Etes-vous plutôt gros jeu de plateau avec pléthore de matos, ou jeu de cartes? Êtes-vous plutôt gros jeu ou plutôt jeu léger? Êtes-vous plutôt SF, ou pas? Coco mon épouse, par exemple, DÉTESTE la SF. Elle vomit sur RFTG et New Frontiers, parce que la SF la saoule au plus haut point. Ne lui parlez jamais de Star Wars. Je vous rassure, elle a d’autres qualités

      Donc tout est une question de goût, à vous de décider

      Perso, New Frontiers est la version la plus aboutie de toutes les itérations. Avant la prochaine dans 1d6 ans 😉

      Bon dimanche Ange

      • Ange says:

        Merci de ces précisions. On est maintenant plutôt « jeu léger », on a du mal à « se donner » plus de 1h-1h30 pour un jeu. La SF n’est pas trop notre domaine (ma femme aime la littérature dont l’histoire ne se trouve pas dans notre monde, mais plutôt médiéval fantastique que dans les galaxies). Mais si le thème n’est pas trop appliqué artificiellement au jeu, pas de soucis. Donc on regardera plutôt entre San Juan et Puerto. (j’ai toujours vu les gens se référer à Puerto Rico, donc cet article m’incite encore plus à aller voir de plus près !)
        Bien le bonjour à Madame 😉 !

        • snaketc says:

          Petite précision, la partie hasard/chance est beaucoup plus forte dans San Juan, mais puerto Rico est moins intéressant à 2.

  2. Jerome Soleil says:

    Pfff, très en forme Gus. Je me suis marré du début à la fin.

    De mon côté, visuellement le jeu me parait un peu flippant (les ancêtres n’étaient pas non plus fantastiques ceci dit, Puerto Rico brrrrrr…). Mais je le trouve chargé/complexe, beaucoup de textes, beaucoup d’icônes, dans tous les sens. J’attendrais une vidéo (en français) pour me faire un avis sur la fluidité.

    • Gus says:

      😝 Jérôme

      Le jeu est très fluide, au final peu de pictos, on s’y retrouve assez facilement

      Bon dimanche Jérôme

  3. Bonjour Gus,
    Dans la même famille, je demande « Jump Drive ». Pas encore traduit en français, dommage.
    A+,
    Frédérique

  4. Paul says:

    Puerto Rico étant un jeu que j’aime d’amouuur, et Race/Roll for the Galaxy le suivant de près, c’est peu dire que j’attendais ce New Frontiers avec impatience. Merci pour le retour !
    Pour info, l’éditeur laisse entendre sur le forum BGG un éventuel partenariat avec Gigamic pour la localisation.

  5. Cesium says:

    Arfff 70 euros nonnnnnnnnnn….. Malheureusement hors budget, je surkiffe race for the galaxy (best card game ever), j ai bien aimé Roll mais un peu moins que race. Et on joue souvant à San Juan le nouveau (puerto le jeu de cartes qui est excellent et plus facile pour les « novices »).
    J attends forcement ce jeu avec impatience en francais et en réduction (occasion) pour ma part. Gus c’est pas sympa de nous faire saliver comme un renard qui aurait la rage 🙂 Merci pour l’article :b

A vous de jouer! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.