Fine Sand. Friedemann Friese s’enlise dans un jeu aux sables peu émouvants

Temps de lecture: 4 minutes

La nouvelle itération de la gamme Fable. Un petit jeu de défausse évolutif qui se laisse jouer, si l’on n’est pas trop exigeant

Fine Sand, de quoi ça parle?

De châteaux de sable

Vous vous installez, tranquilles, sur la plage, vous sortez votre seau, votre pelle, et vous vous élancez dans la construction d’un château de sable. Quand soudain, vous réalisez que vos voisin.e.s de plage se mettent à faire pareil

Commence alors une compét féroce et furieuse pour réussir à construire le château le plus dément

OK, ça, c’est pour le pitch et le contexte du jeu

En réalité, on ne fait que défausser des cartes en suivant quelques règles de pioche, de construction et de défausse

On repassera pour l’aventure

Et comment on joue?

Fine Sand rejoint la gamme Fable. Un jeu qui peut se commencer vite, aux règles courtes et évolutives

Évolutif, le mot est lâché

Dans Fine Sand, comme dans un Fluxx, on commence avec des règles de départ, puis, selon les cartes jouées, ces règles seront amenées à changer, à évoluer

On commence par piocher deux cartes, par en jouer une ou par en piocher encore deux, puis par en défausser jusqu’à n’en garder plus que trois en main

Mais ça, c’est au début

Car encore une fois, selon les cartes jouées au fil de la partie, tout va changer. Plus de cartes piochées, jouées, conservées

Race for the Galaxy of the Sand Castle

Tout le sel du jeu repose sur la règle de « construction » slash pose de cartes

Chacune d’entre elles indiquent une valeur qui correspond à un nombre de cartes à défausser. Oui, comme dans RFTG. On utilise alors ses propres cartes en main pour en jouer certaines. Oui, comme dans RFTG

C’est tout le sel du jeu, car on sera toujours amené à devoir choisir entre cartes à défausser et cartes à jouer

Chaud

Prends ça dans tes gencives

On dispose en plus d’une action spéciale bonus, pouvoir déposer / livrer une carte par tour qui pourrait finir plus tard dans la défausse de son ou sa voisine de gauche

Si tout le monde en a déposée une, on prend alors la première carte de cette pioche qu’on place dans sa défausse

Sauf que, si tout le monde ne l’a pas fait, la ou les cartes ainsi déposées restent en place dans une sorte de défausse externe

Cette livraison va peu à peu « pourrir » le jeu des autres en créant une mécanique de deck-building, mais instaurée par les autres

Malin

Et comment on gagne?

Quand sa pioche est vidée, comme un pur deck-building, on mélange sa défausse et c’est reparti

Quand sa pioche et sa défausse sont toutes deux épuisées, c’est la fin de la partie

Les autres comptent alors les cartes qu’ils leur restent, pioche + défausse. Ces cartes comptent alors comme points négatifs. Le ou la joueuse qui en compte le moins remporte la partie slash manche

Manche?

Oui, car Fine Sand peut se jouer en mode simple, unique, une partie après l’autre, en one-shot, ou en mode campagne, et le jeu devient alors encore plus fun

En mode campagne, on rajoute en effet des cartes qui viennent encore plus apporter leur grain de sable sel pour modifier les règles en profondeur et ainsi apporter un peu de variété. Le core-concept, pioche, défausse, reste le même

Interaction?

Si on élabore une échelle de 1 à 5, 1 étant une interaction polaire, i.e. la seule interaction entre les joueurs et joueuses consiste en une course aux PV, le nez sur son plateau et développement perso, et 5 étant une interaction forte, directe, un jeu coop, un party-game, Fine Sand se situerait à 1.5

1, parce que tout le monde joue en même temps sans vraiment trop regarder ce que les autres font, à gérer sa main, sa défausse

Et +0.5 parce qu’on peut quand même « pourrir » la main des autres en leur « livrant » des cartes dans leur défausse

A combien y jouer?

Vue l’interaction polaire du jeu, qu’on y joue à 2, 3 ou 4 ne change pas grand-chose, si ce n’est que la course à la défausse est plus vivace et coriace

Mais sinon, c’est un peu tout

Fine Sand propose également une version solo, ce qui démontre bien à quel point l’interaction à plusieurs n’est pas essentielle

En solo, on essaie de se débarrasser / jouer le plus de cartes, avec une règle de livraison / défausse externe quelque peu modifiée. Logique puisqu’on joue… tout.e seul.e

Alors, Fine Sand, c’est bien? Critique

Fine Sand est un jeu de défausse. Le but est de réussir à être le ou la première à se défausser de ses cartes

Rien de neuf sous le soleil

Et une interaction glaciale. Tout le monde joue en simultané sans trop se soucier des autres

Les règles évolutives parviennent quelque peu à épicer le jeu. Et son mode campagne parvient à lui insuffler un semblant d’intérêt

Pas un mauvais jeu en soi, mais de loin pas un jeu passionnant ni nécessaire. Des sables peu émouvants

Score:

Anticipation: 3/5: Encore un petit jeu de cartes de FF de la gamme Fable. Pourquoi pas. Il y en a eu d’excellents, Fabulosa Fructus, et des moins réussis, Fuis, Fantômes, Forteresse. A voir ce que cette nouvelle itération peut proposer de neuf 

Pendant la partie: 4/5. Quelques choix tactiques, cruciaux et suaves. Que garder, que défausser, que livrer aux autres pour les pourrir? Mais répétitif et à l’interaction polaire

Après la partie: 4/5. On rejoue? Bof, pourquoi pas. Heureusement, le mode campagne et ses nouvelles cartes parviennent quelque peu à relever le plat. Sans ce mode campagne, Fine Sand serait bien morne

Score: 3/5. 2/5 pour le jeu en soi, 4/5 pour son mode en campagne. Mais Fine Sand fait pâle figure comparé à son tonitruant grand frère, Fabulosa Fructus. Fine Sand, un jeu qui se laisse jouer, si l’on n’est pas trop exigeant

Et encore une dernière chose

Edge a déjà annoncé la VF pour ces prochaines semaines. Et ça s’appellera Château de Fable. Parce qu’il faut toujours qu’il y ait un F quelque part dans les jeux de Friedemann Friese, et parce qu’il s’agit d’un jeu de la gamme Fable, et pour le jeu de mot… J’aurais beaucoup voulu assister à la séance de brainstorm chez Edge pour trouver le titre de la VF

Vous pouvez consulter les règles du jeu en anglais ici

Vous pouvez trouver Fine Sand chez Philibert ici

  • Date de sortie : Novembre 2018
  • Auteur : Friedemann Friese
  • Illustrateur : Harald Lieske
  • Editeur : 2F en VO, Stronghold en anglais et Edge en français (bientôt)
  • Nombre de joueurs : 1-4 (optimum: 1-4)
  • Age conseillé : dès 10 ans (voire même 8-9)
  • Durée : 30′ par partie. Et on les enchaînera en mode campagne
  • Thème : châteaux de sable (ça c’est du thème 😅)
  • Mécaniques principales : deck-building, défausse

2 responses to Fine Sand. Friedemann Friese s’enlise dans un jeu aux sables peu émouvants

  1. morlockbob says:

    sur le F les espagnols ont lâché l ‘affaire on dirait…

A vous de jouer! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.