Gen Con. Essen. Cannes. Des chiffres contestables

La Gen Con a fermé ses portes il y a deux semaines, avec plus de 500 jeux présentés. Un record

Essen, c’est pour dans moins de deux mois. En 2016, Essen explosa le nombre de sorties avec un 1’363 historique et hallucinant. Avec de fortes probabilités que ce record soit à nouveau dépassé en 2017

Cannes, en février 2018, qui suit la tendance, risque bien également de faire péter les compteurs

Mais

Mais

A bien y regarder de plus près, si on prend deux minutes pour les analyser avec précision, on réalise que ces chiffres sont contestables. Ils ne reflètent pas la réalité. Encore faudrait-il définir ce qu’est la réalité…

Comment ça?

La Gen Con, ce furent plus de 500 jeux annoncés, présentés. Est-ce à dire qu’il y avait 500 jeux à acheter?

Non

Sur ces 500 jeux, de loin pas tous ne furent mis à la vente

En réalité,

De nombreux jeux furent encore au stade de proto, annoncés par les éditeurs, pour une sortie prévue dans un futur plus ou moins proche (Essen ou 2018…). Histoire de buzzer, partager

De nombreux jeux furent présentés quelques jours, semaines avec leur campagne de préco participative. Histoire de buzzer, partager

Quelques jeux furent des rééditions. Doit-on alors les comptabiliser comme des jeux à part entière? Car sur les chiffres de sorties, ils sont eux aussi intégrées dans les programmes, dans les totaux

Plusieurs jeux furent déjà sortis avant l’événement. Dans l’année. Voire même encore avant. Doit-on alors comptabiliser ces jeux déjà sortis comme devant intégrer les totaux de l’événement?

Et qui des extensions? Doit-on les comptabiliser comme des jeux à part entière? Car sur les chiffres de sorties, les extensions sont elles aussi intégrées dans les programmes, les totaux

Donc à bien y regarder de plus, quand la Gen Con, Essen ou Cannes annonce des chiffres ébouriffants, il faut savoir garder tête froide et disséquer ces chiffres

Alors pourquoi?

Trois acteurs tirent profit de ces chiffres (sur-)gonflés

Les organisateurs de l’événement. Qui peuvent se targuer d’atteindre des sommets historiques. Et un événement qui croît, c’est un événement en pleine santé, lucratif

Les éditeurs. Qui peuvent ainsi bomber le torse en sortant un catalogue fourni, profiter de l’événement pour buzzer un jeu et préparer une campagne de préco participative

Nous, les visiteurs. Nous rendre sur un salon qui propose plusieurs centaines de jeux est galvanisant. Ces chiffres donnent le tournis, l’impression d’avoir le choix, de pouvoir voir tout ce qui sort et va sortir prochainement. La fièvre du pionnier. Encore que, à Essen, depuis quelques années, c’est humainement et mathématiquement impossible d’y parvenir.

Comment s’en sortir?

Quand les chiffres sortent, essayons de les triturer, de mettre les mains dans le cambouis pour tester leur pertinence, trier le bon grain de l’ivraie. Est-ce que les jeux seront bien disponibles à la vente? Ou est-ce juste « du bluff »? Un petit exemple, années après années, des éditeurs sont annoncés comme présents à Essen. Alors qu’IRL, ils ne sont même pas là. C’est le cas d’Asmadi Games (Innovation, Consequential hahahah) en 2014 et 2015. Listé, leurs jeux étaient pourtant annoncés, mais aucun stand ne leur était attribué. Ils ont payé pour être sur le programme, mais c’est tout

Donc oui, des chiffres… contestables

Restons lucides, tout simplement

Qu’est-ce que toutes ces annonces de chiffres de sorties vous font? Vous y croyez, vous?

6 Comments

  1. Mon chiffre à moi, c’est 10. Il s’agit du nombre de jeux de l’année sur lesquels je vais m’attarder un peu, et en essayant de taper dans toutes les catégories, vu que je joue pratiquement tous les jours. Eh bien même en faisant le fan de certains auteurs, en fermant les yeux sur les mécaniques toujours identiques, je n’arrive pas à atteindre ce chiffre. Comme je laisse souvent passer un an, pour que la com retombe et que les vrais testeurs donnent des avis, ma foi, un millier de jeux par an, ça ne me tourmente pas trop 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. Clairement, les sites comme BGG doivent mettre fin à leurs règles qui est de mettre les jeux en double voir plus car ils ont plusieurs éditeurs. C’est trop difficile de mettre sur leurs pages dédiés aux salons tous les éditeurs et toutes les langues disponibles sur la fiche d’un et seul même jeu ?

    Pareil pour les rééditions. Elles n’ont rien à faire dans les listes et salons. Un salon comme la Gen Con, Cannes, Essen, sont là pour les VRAIES nouveautés et pour les prochaines sorties. Pas pour voir des rééditions ou des titres déjà sortis plusieurs mois voir années auparavant. Vous imaginez la gueule d’un festival de Cannes avec des nouveautés mais aussi avec plein de films déjà sortis ?? Ou un salon de l’E3 avec plein de jeux qu’on à déjà presque tous fait ? Ou un salon de l’automobile avec plein de voitures déjà sur les routes ? Ce serait juste ridicule. Nous, en tant que joueurs et joueuses, on veut voir de nouvelles choses. De nouvelles expériences. Et aussi voir des protos, ça peut aider. Les proto c’est comme les démos de jeux vidéo à l’E3 de titres qui vont sortir un an voir encore plus loin. Ils sont importants.

    Pour les extensions je suis pas contre, si là encore ce sont de réelles nouveautés. Pour reprendre l’exemple des jeux vidéo ou des films, pour les jeux de sociétés/plateaux c’est pareil : les extensions on peut les voir comme une suite. Certaines pour un tout nouvel épisode car ça rajoute beaucoup de nouveaux éléments ou de mécanismes et d’autres qui ressemblent plus à des « 1.0 » car elles rajoutent pas une tonne de nouvelles options. Mais il faut les compter dans les statistiques.

    Voilà ce que je pense 🙂 Après, je me souviens d’un de vos articles sur votre blog qui était sur le nombre de sorties de jeux par an en France. Si mes souvenirs sont bon, on était aux alentours de 2000 sorties ou 4000. Oui oui je sais, il y a une grande différence mais j’ai ces deux nombres en têtes. Dans ces nombres là on compte bien de vraies nouveautés ou pas ? Si c’est le cas, on reste quand même dans un nombre de sorties purement hallucinant. Alors le nombres de sorties à la Gen Con ou Essen, le nombre de vraies nouveautés doit être tout de même très élevé pour atteindre de tels chiffres car là on parle bien pour la France. Cela donne un peu une idée, non ? Cela doit être encore plus grand en Amérique/Angleterre et en Allemagne. C’est comme pour tout, il sort toujours plus de livres par exemple dans les pays anglais que chez nous. C’est logique avec la différence de personnes parlant anglais et français.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ce riche commentaire éclairé Sands!

      Après, malheureusement, je crains que: « Vous imaginez la gueule d’un festival de Cannes avec des nouveautés mais aussi avec plein de films déjà sortis ?? Ou un salon de l’E3 avec plein de jeux qu’on à déjà presque tous fait ? Ou un salon de l’automobile avec plein de voitures déjà sur les routes ? Ce serait juste ridicule. » ça soit (également) le cas. Au Festival du Film de Cannes, pas tous les films présentés ne sont de grosses AP. Pareil pour les voitures, et le reste

      Les constructeurs/producteurs/éditeurs profitent des festivals/salons pour (res)sortir des produits. Ce n’est pas que l’apanage d’Essen, de Cannes ou de la Gen Con. Ces grands rassemblements de passionnés/clients représentent une formidable plateforme pour pousser leurs produits

      D’ailleurs il est intéressant de constater une nouvelle tendance en marge, le non-alignement

      Je m’explique

      Depuis 2-3 ans, des gros éditeurs avec un gros pignon sur rue (Asmodée, pour ne pas le citer) préfère éviter de sortir des jeux pour la Gen Con ou pour Essen. FFG/Asmodée calibrait tous leurs agendas pour la Gen Con, et analysez 2017. Que deux sorties, et 217 annoncées pour Q4-Q1. Asmodée c’est pareil. Disséquez toutes les dates de sorties des Space Cowboys. La plupart de 2016-2017 étaient sorties juste avant ou juste après un salon, mais jamais pour/pendant

      Parce qu’aujourd’hui, vu le nombre ahurissant de sorties, nonobstant ces chiffres contestables, sortir un jeu en même temps que plusieurs centaines d’autres équivaut parfois à se tirer une balle dans le pieds. C’est risqué, mais on peut s’en sortir. Pour des petits éditeurs aux budgets comm limités, Essen ou la Gen Con sont des charnières nécessaires. Mais pour les plus grosses écuries, savoir se démarquer devient un leitmotiv. Et je ne parle pas de disruption mécanique, mais bel et bien de temporalité

      Ces prochaines années (2-3) je pense qu’on s’approche d’un marché à deux vitesses chronologiques: les gros qui peuvent se permettre de sortir quand ils veulent, grâce à une solide batterie de comm, et les moins gros qui se voient obligés de préparer leurs sorties que pour les grands rassemblements

      Mieux vaut être perdu dans la foule pour espérer être vu, ou seul pour… espérer être vu?

      Un bon sujet d’article, tiens

      Bref. Effectivement, 4’000 sorties en 2016. Mais pas que des nouveautés, et beaucoup d’extensions aussi

      A très vite sur Gus&Co Sands!

      J'aime

  3. Je pense que les 500 jeux de la Gen Con doit surtout être mis en relation avec les chiffres des années précédentes. C’est surtout comme ça que les chiffres ont de la valeur, en relation avec les autres.

    J'aime

  4. C’est un vaste pipotage, mais ca fait rever.
    L’essentiel pour un editeur, c’est de vendre. A Essen, tu as un vrai supermarche du jeu. Il se vend TOUT et en grande quantite. Voila pourquoi sortir a Essen, c’est toujours un petit effet KS. Sauf que la les boites sont bien la.

    La Gencon est un pre essen, mais se transforme d’annees en annees en salon de vente comme Essen. Ca reste un salon uber cher, et tant que ca le restera, il y aura moins de ventes et de sorties.

    Apres, quand on sort 1-2 jeux par an, facile de les placer, en non concurrence dans le calendrier. Quand on en sort 50 comme Asmo, il faut placer les produits intelligemment pour booster ceux dont on pense qu’ils ont le meilleur potentiel. Et il faut savoir en sacrifier d’autres…

    Bref, perso, faible turnover de jeux (environ 10% de ma ludo, soit 10-15 boites) C’est ce que j’achete par an. Un vieux excellent jeu sera toujours meilleur qu’une nouveaute juste bonne, voire mauvaise…

    J'aime

  5. Il faut toujours faire plus, c’est Comme ça même si personne n’est dupe. Cela me fait penser au Meeple Orange avec plus de 25000 articles!!!
    Sachant que la moitié est en Anglais et q’un tiers de ce qui reste est indispo…

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s