Jeux de plateau

Les Caisses Play, ces caisses où l’on prend le temps de jouer

Pour lutter contre la solitude, après les « bla bla caisses », voici les « Caisses Play ». Des caisses de supermarchés où l’on peut… jouer.


Caisses Play

« Bonjour, comment allez-vous aujourd’hui ? On se lance une petite partie ? » C’est bientôt ce genre de phrases que l’on entendra dans certains supermarchés en France.

C’est un fait. Nous vivons toujours plus seuls. Confinements, couvre-feux, fermeture des lieux publics, distanciation sociale… Les restrictions sanitaires mises en place pour lutter contre la Covid-19 depuis deux ans ont aggravé le sentiment de solitude.

Le baromètre des Solitudes 2021 réalisé pour la Fondation de France par le Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Crédoc) montre que l’épidémie de Covid-19 a eu un fort impact sur la fréquence et la qualité des liens sociaux.

En janvier 2021, en France, 24% de la population âgée de 15 ans et plus est en situation d’isolement relationnel et n’a plus aucun lien avec son entourage ou de très rares échanges. Ce taux a augmenté de 10 points en un an.

Par ailleurs, 30% des personnes interrogées déclarent n’avoir plus qu’un seul réseau de sociabilité (familial, amical, professionnel, associatif ou de voisinage).

Et si nous manquions de chiffres pour entériner cet état de fait, en Suisse, une projection de l’Office fédérale de la statistique a publié en mai 2021 un autre rapport qui vient en rajouter une couche. Depuis 1990, les ménages suisses constitués d’une seule personne sont les plus nombreux. Et le scénario examiné d’ici à 2050 montre que la tendance se poursuivra : les ménages d’une personne subiront l’accroissement le plus marqué. Ils passeront de 1,4 à 1,8 million, soit une augmentation de 30%.

De quoi renforcer ce sentiment ou cette réalité de solitude.

Solitude et jeux de société

La solitude n’est toutefois pas une fatalité. On le sait bien. Le jeu de société est un rempart formidable contre la solitude. Le jeu génère un moment d’échange, de rire, de connivence. De bien-être. On joue pour se faire du bien, pour être ensemble. Jouer crée du lien !

Pour rebondir sur cette constatation et lutter contre cette épidémie de solitude provoquée par la pandémie, ces prochaines semaines, le géant des magasins Intermarché va s’associer avec le géant de la distribution de jeux Asmodee pour lancer le projet Caisses Play.

Fort de l’expérience des « bla bla caisses » qui a essaimé en début d’année en France, avec des caisses « lentes » dans lesquelles le ou la caissière prend le temps de discuter avec la clientèle, ces « Caisses Play » en reprennent le concept, tout en l’améliorant. Pour certaines personnes, seules et/ou âgées, les caisses de magasin représentent parfois peut-être la seule interaction sociale de la journée. Selon le communiqué conjoint d’Intermarché et d’Asmodee, désormais, à ces caisses-là, on ne fera pas que payer ou discuter. On pourra également jouer.

Caisses Play, mais pas seulement

Le principe des « Caisses Play » pourrait se voir développer un peu partout en France, et peut-être en Suisse aussi. Toujours à la recherche de nouvelles idées pour fidéliser leur clientèle, plusieurs grandes enseignes voient dans ces « caisses lentes » un moyen de rappeler à quel point le commerce est un lieu de rencontres et d’échanges.

Le personnel de caisse sera formé et préparé à proposer une petite partie. Comme Asmodee est partenaire de l’action, on pourra certainement y retrouver une partie de leur catalogue de jeux rapides, conviviaux. Mais on ne connaît pas encore les jeux retenus pour cette expérience « Caisses Play ». Un Jungle Speed sur le tapis roulant ? Un Super Mega Lucky Box avec, et entre deux personnes qui attendent de payer ?

À l’heure où tout va toujours plus vite et où des voix s’élèvent contre une certaine déshumanisation du commerce, les Caisses Play veulent proposer une alternative. Dorénavant, il y aura les caisses en libre-service pour les gens pressés, les « bla bla caisses » pour ceux qui veulent discuter, et les Caisses Play pour les personnes qui veulent prendre leur temps et se lancer (dans) une petite partie.

En vrai, pas folle la guêpe. En mettant leurs jeux à disposition des magasins Intermarché, Asmodee compte bien s’y retrouver et vendre leurs jeux ensuite à la clientèle qui les aurait bien kiffés.


Article écrit par Gus. Rédacteur-en-chef de Gus&Co. Travaille dans le monde du jeu depuis 1989 comme auteur et journaliste. Et comme joueur, surtout. Ses quatre passions : les jeux narratifs, sa ménagerie et les maths.


Les Caisses Play, vous en pensez quoi ? Vous allez essayer en faisant vos courses ?

Votre réaction sur l'article ?
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0

13 Comments

  • Fred

    Trop cool, à essayer. Je ne vais pas souvent faire mes course à Intermarché, mais là pour le coup je vis peut-être changer mes habitudes

  • Lana75

    Alors autant je suis gavée par Asmodee qui rachète tout, n’importe quoi et n’importe qui, autant là, c’est une chouette initiative.

  • roboycks

    Franchement, je m’emmerde souvent lors du passage en caisse. C’est long ! Avec ces Caisses Play ça peut devenir fun. Si je tombe sur l’une d’elles je vous dirai comment ça s’est passé. En tout cas merci Gus&Co pour l’info !

  • MAFLO35

    👍👍👍 😂🤣😂
    en tous cas, ça m’a fait découvrir les bla bla caisses 👍
    Ce serait peut être toutefois un concept à étudier et ça détendrait sûrement certaines personnes 😉

  • Thorenko

    Le monde devient fou sérieux !! Bientôt ils vont nous proposer de rester coucher aux supermarchés et pour quoi pas non plus trouver dans les rayons son partenaire ?? Il est pas mal lui ? non Tu ne trouves pas ? Non regarde en jaune ou en blanc, il est trop gros , trop maigre ! Il est végétarien , il mange bio au moins ? Et au lit il a quoi comme note ? etc !!

    • Gus

      Merci pour ton réaction à chaud ! Je vous invite à lire le communiqué d’Asmodee et Intermarché sur le sujet, cité dans l’article. Tout devient alors plus limpide

  • PMesplé

    J’ai d’ailleurs entendu dire que certains auteurs de jeux de société, frappés eux même par la crise économique, ont été embauchés par ces grandes enseignes pour devenir caissiers-animateurs. Une chouette reconversion non ?
    Bravo (et merci) pour ce premier article du mois … et pour tous les précédents. 😊

    • Erik

      C’est à l’experimentation depuis quelques temps, déjà.

      Une fois je suis tombé sur Bruno des Montagnes. Il était assez nul comme caissier, j’ai dû lui signaler qu’il me restait 2 packs de lait dans le chariot.
      Ensuite il s’est trompé de bouton de caisse et il a fallu appeler une responsable.
      Elle m’a expliqué qu’il en était à sa 10eme bourde depuis le début de son « stage » et qu’elle désespérait de le former correctement.

      Mais elle avait l’air sympa et on a laissé tomber les commentaires pour entamer une partie de Sobeck Full Market. Un prototype. C’était fun & horrible à la fois parce que je me retrouvais avec des pions de corruptet je comprenais que ça allait me coûter bien plus cher que le contenu de mon chariot (avec ou sans pack de lait).

      Au moment où je pensais avoir perdu, la responsable a fait tomber une carte entre les grilles du tapis. Là, ça a dégénéré parce qu’il s’agissait donc d’un proto et que Bruno était censé le rendre à Pochon à la fin de la journée.

      J’ai préféré m’éclipser en vitesse, quitte à écraser les orteils de la responsable au passage.

      Je ne suis pas certain que l’opération sera un succès : derrière nous des clients vitupéraient parce qu’ils préféraient les jeux coopératifs.Un pion de Pandémie a atterri sur mes sachets de bretzels au moment où je quittais les lieux.

      Je ne suis même pas sûr d’avoir réglé mes courses…

À vous de jouer ! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :