Critiques de jeux,  Jeux de plateau

TANG GARDEN. UN JEU MAGNIFIQUE, MAIS MOISI

Temps de lecture: 5 minutes

Tang Garden, de quoi ça parle ?

Dans Tang Garden, vous incarnez des ingénieurs engagés pour construire un jardin impérial en Chine. Votre but ? Respecter et équilibrer les éléments de l’eau, de la roche et de la flore. Tout en rajoutant divers éléments, tels que des pavillons, des ponts, des poissons, des oiseaux et en plantant divers essences d’arbres. Pendant la construction, des personnages visiteront le jardin pour admirer le paysage environnant.

Et au fait, pourquoi le jardin Tang ? Parce que la dynastie Tang (618-907) est considérée comme le premier âge d’or du jardin chinois. C’est L’empereur Xuanzong qui a construit le tout premier et magnifique jardin impérial, le Jardin du Majestueux Lac Clair, près de Xi’an.

Bon, une fois toute cette soupe historique digérée, Tang Garden est un « bête » jeu de tuiles à la Domino. On pose des tuiles en devant respecter l’adjacence, et on pioche des cartes qui vont obliger de poser diverses constructions. Si le thème est suranné, c’est surtout le magnifique matériel en 3D, pavillons, ponts, arbres, qui sublime le jeu et rend son thème cohérent.

Un 3 sur 5 sur l’ITHEM.

Et comment on joue ?

Dans Tang Garden, à votre tour, vous devez choisir parmi deux actions obligatoires, et quelques-unes optionnelles. Les deux actions possibles sont :

  • ajouter une tuile au jardin sur le plateau central commun, le coeur du jeu, en mode Domino
  • placer une décoration en piochant des cartes

Lorsque vous placez une tuile Jardin, vous pouvez choisir une tuile face visible parmi l’une des quatre piles. Placer la tuile vous permet d’avancer sur vos pistes sur votre plateau personnel si vous avez fait correspondre l’un des trois éléments, eau, roche, bois. En posant une tuile qui continue le chemin, vous recevez également un ou deux sous, qui servent de points de victoire en fin de partie.

L’autre action possible vous permet de décorer le jardin. Vous piochez au moins deux cartes et en choisissez une à jouer. Ces cartes se collectionnent et servent d’objectifs visibles en fin de partie. Sur la carte que vous conservez, vous pourrez, vous devrez également placer un élément de déco sur le plateau : pont, oiseau, pavillon, arbre, souvent représenté « en vrai » en 3D à la Photosynthesis. C’est toute la saveur du jeu, voir le plateau « bourgeonner », prendre vie.

Rajoutez à cela encore quelques actions optionnelles, dont celle de pouvoir « influence », piocher une carte de personnage, avec sa figurine, pour la placer sur le plateau et bénéficier de quelques PV en fin de partie selon ses objectifs, sa ligne de vue sur le plateau.

Au final, la mécanique de jeu est plutôt fluide. Une tuile, ou des cartes. Ce sont les milliers de pictos qui rendent le jeu bien plus complexe qu’il en a l’air. Quelle carte conserver, qui confère quel bonus.

Et comment on gagne ?

Une fois qu’il ne reste que trois ou moins de jetons sur le plateau, qu’ils ont tous été recouverts par des tuiles, la partie s’interrompt, et on passe au décompte. Et là, c’est le drame ! On décompte ses cartes objectifs, pour peu que l’on en ait piochées pendant la partie, et qu’on ait eu « de la chance » lors du tirage (mais est-ce que la chance existe vraiment ?). On gagne également des points pour ses sous accumulés pendant la partie, parfois reçus en posant les tuiles, et enfin, pour les lignes de vue pour ses figurines posées sur le plateau.

Bref, un décompte en mode « salade de points de victoire » qui éparpille le jeu, le décompte, les stratégies. On peut un peu tout faire, on reçoit toujours des points. Peu de tension, d’enjeux.

Interaction ?

Sur l’IGUS, l’échelle de mesure de l’interaction dans les jeux, Tang Garden atteint un 1/5.

Pourquoi ?

Parce que dans Tang Garden, on peut plus ou moins piquer une carte, une tuile convoitées par les autres. Plus ou moins, parce qu’on peut toujours se débrouiller pour faire autre chose. La tension, l’interaction sont très faibles, froides.

À combien y jouer ?

On peut y jouer de 1 à 4. Toutes les configurations tournent bien, surtout avec un IGUS peu élevé.

C’est toutefois à 4 que le jeu prend son envol, avec des parties extrêmement dynamiques .

À partir de quel âge y jouer ?

Le jeu est conseillé dès 14 ans. C’est une bonne estimation, car il y a beaucoup d’éléments, de picto à gérer.

Alors, Tang Garden, c’est bien ?

Le jeu est superbe ! Mais c’est tout. Le reste ne fonctionne pas. Ce qui pêche, c’est l’ergonomie du jeu. Toute l’ergonomie. Tout est raté ! Les multiples pictos, sur les persos, sur les cartes de construction, tout est trop petit, illisible, peu clair. Et les tuiles que l’on place, le cœur du jeu, sont très, trop peu claires. Où s’arrête la forêt, où commence le chemin ?

Et pire que cela, à mesure que le jeu avance, que les constructions fleurissent sur le plateau, tout finit par entraver le jeu, le gameplay et le plaisir qu’on pourrait retirer à y jouer. Les superbes pièces en 3D rendent le plateau illisible. On ne voit plus les tuiles, on ne sait plus quoi placer où.

Bref, un magnifique jeu, certes, mais au final, le jeu est tellement pénible et raté que c’est plus une corvée qu’un plaisir d’y jouer. À éviter !

🔴 Tang Garden, score final :

Note : 1.5 sur 5.

Ce qui nous a moins plu ⛔️

❌ La construction du matériel, fragile, qui prend des plombes avant la toute première partie

❌ Une mise en place fastidieuse

❌ Des figurines vraiment hideuses qui font cheap. Depuis quelques années, on est habitué à beaucoup mieux (Hello Rising Sun !)

En vrai, les figurines ne sont pas aussi représentatives.

❌ Des règles peu didactiques, denses, touffues. Pénibles

❌ Un jeu lancé sur Kickstarter il y a deux ans, avec un gros retard de livraison. Le jeu a récolté presque un million. Avant d’y jouer, il en jette. Après y avoir joué, on le jette. C’est un peu symptomatique des jeux sur KS. Mettez 2-3 figurines, du beau matos, de la poudre aux yeux, et au final, le jeu est injouable. Mais ça, vous ne pouviez pas le savoir avant

❌ Un jeu bâclé. « L’habit ne fait pas le moine. » Ici, c’est « le magnifique matériel en 3D ne fait pas le bon jeu. »

❌ Aucune aide de jeu. Mais pourquoi ? Les éditeurs auraient pu, auraient dû penser à en proposer une par personne, avec un résumé du décompte des points, des picto, etc. Ce qui ralentit le jeu à devoir toujours coller le nez aux règles et devoir toujours tout expliquer à tout le monde

❌ Un jeu destiné à quel public ? Trop hasardeux pour les Core, trop touffu pour les Casu / Familles. Un jeu « pur » jeu Familial+++ qui au final a « le cul entre deux chaises » et qui ne parvient pas à trouver l’équilibre

❌ Un décompte « au petit bonheur la chance ». On peut passer sa partie à poser des tuiles, et/ou piocher des cartes objectifs qui rapporteront des points en fin de partie, et on espère que ça tienne en fin de partie. On n’a que très peu de visibilité sur ce que l’on fait, et encore moins sur ce que les autres font

❌ Devoir garder le nez dans les règles toutes la, toutes les parties pour comprendre tel ou tel picto

❌ Une ergonomie catastrophique !

Ce qui nous a plu ❤️️

✅ Un magnifique matériel en 3D : arbres, pavillons, ponts, qui vient peu à peu agrémenter le plateau

✅ De superbes illustrations, notamment celles des personnages

✅ Une grosse boîte lourde et bourrée à craquer

✅ Un thermo optimal

Et encore une chose

Vous pouvez consulter les règles de Tang Garden en français ici

Vous pouvez trouver Tang Garden en français chez Philibert ici

Et également chez Magic Bazar ici

Pour une lecture plus agréable, plus confortable, notre blog ne vous propose aucune publicité, aucun contenu sponsorisé ! Nous espérons que vous appréciez. Dans un souci de transparence, pour votre information, Gus&Co entretient des relations d’affiliation avec Philibert et Magic Bazar. Ainsi, si vous achetez un jeu en cliquant sur nos liens, nous pouvons obtenir une (minuscule) part des revenus, ce qui nous permet d’acheter d’autres jeux et de continuer à pouvoir vous proposer de nouveaux articles

  • Auteurs : Pierluca Zizzi, Francesco Testini
  • Illustrateur : Matthew Mizak
  • Éditeur : ThunderGryph Games pour la VO, Lucky Duck Games pour la VF
  • Nombre de joueurs et joueuses : 1 à 4 (tourne très bien à toutes les configurations. Le « must » à 4)
  • Âge conseillé : Dès 14 ans (une bonne estimation, il y a beaucoup d’éléments, de picto à gérer)
  • Durée : 45-60′
  • Thème : Jardin Impérial Chinois de la Dynastie Tang
  • Mécaniques principales : Tuiles, collection
%d blogueurs aiment cette page :