Architectes du Royaume de l’Ouest. Le jeu qui va vous rabibocher avec les jeux de placement

Temps de lecture: 5 minutes

Tradi et classique, encore un énième jeu de placement d’ouvriers. Et pourtant. Architectes sort du lot avec brio

Architectes du Royaume de l’Ouest, de quoi ça parle?

Le pitch du jeu:

« Architectes du Royaume de l’Ouest se déroule à la fin de L’Empire Carolingien, aux environs de l’an 850. En tant qu’architectes royaux, les joueurs rivalisent pour impressionner leur roi et maintenir leur noble statut en construisant des monuments variés partout dans son empire nouvellement formé. Les joueurs devront collecter des matières premières, embaucher des apprentis et garder un œil attentif sur leur main-d’œuvre, le tout dans une époque perfide. Rien n’empêchera les architectes rivaux de ralentir vos progrès. Resterez-vous vertueux ou vous retrouverez-vous en compagnie de voleurs et de vendeurs au marché noir ? »

Je résume: architectes, ressources, construction

Pas un thème incroyable, déjà vu 600’000x dans beaucoup de jeux de société. Un village, des emplacements, des ressources, des bâtiments à construire

Rien d’incroyable. Un thème insipide

Et comment on joue?

A son tour, on pose l’un de ses ouvriers sur l’un des emplacements sur le plateau. Sachant que la plupart des emplacements peuvent accueillir un nombre illimité d’ouvriers

Donc pas de blocage ni de contrainte, c’est light

Et plus on a posé de meeples sur un emplacement et plus on pourra prendre de ressources ou activer l’emplacement

Les emplacements: prendre du bois, de la brique, de la pierre, construire l’une de ses cartes en main en défaussant les ressources correspondantes, construire la cathédrale en défaussant les ressources correspondantes, etc

Du très, très classique

Mais pas du tout

Expliqué comme ça, Architectes du Royaume de l’Ouest est du vu et revu, du pur réchauffé sans aucun intérêt

Sauf que non

Le jeu introduit deux mécaniques, deux dynamiques originales, surprenantes et passionnantes

La Vertu:

aka la Force 😉

Il y a une piste de Vertu. Selon ses choix, ses actions, les emplacements utilisés, on va pouvoir monter ou descendre sur cette échelle, se montrer vertueux, ou pas

Evidemment, en toute fin de partie, si on est descendu on risque de morfler et de perdre des PV. Mais pendant la partie, on aura quelques avantages à se la jouer « rogue »

Et vice versa

Donc beaucoup de choix, de décisions parfois cruciales et douleureuses

De quelle côté de « la force » veut-on évoluer?

Passionnant

La capture:

Vous souvenez-vous de la phrase ci-dessus: « plus on a posé de meeples sur un emplacement et plus on pourra prendre de ressources ou activer l’emplacement »?

Sachant qu’on dispose à loisir de 20 meeples, on peut stacker de nombreux pions sur quelques emplacements pour à chaque fois en engranger des quantités de ouf

Sauf que non

En effet, il y a un emplacement, l’Hôtel de Ville, qui permet de capturer des meeples placés sur un emplacement

Ces meeples des autres (mais pas que, on y reviendra) atterriront sur son plateau perso. On pourra ensuite les envoyer en prison, pour un pièce d’argent par meeple ainsi « livré »

Donc oui, l’interaction est forte et directe, on peut dégager des meeples des autres pour les ralentir dans leur développement

Passionnant. Aussi

L’Hôtel de Ville est également le seul et unique moyen pour rapatrier ses meeples pour pouvoir alors les utiliser et envoyer ailleurs

Des règles fluides, instinctives, pour un jeu plutôt Core mais pas trop non plus. Avec Architectes du Royaume de l’Ouest, on se situe juste entre le gros jeu et le jeu Familial+. Un Familial+++ (à la Orbis, pour donner un idée)

Et comment on gagne?

Dès que la Maison des Corporations est remplie de meeples, c’est la fin de partie

On score alors les bâtiments construits, les parties / niveaux de cathédrale, ainsi que les PV présents sur la piste de vertu, positifs ou négatifs. Plus que poussières par-ci par-là avec les pièces d’argent ou les ressources en rab

Rien de bien chanmé

Les conditions de victoire sont limpides, sans aucune salade de points de victoire mais suffisamment variées pour ne pas proposer des stratégies unilatérales et linéaires

Interaction?

Sur l’IGUS, l’échelle de mesure de l’interaction dans les jeux, Architectes du Royaume de l’Ouest atteint un 5/5

Pourquoi 5 sur 5?

Parce que dans Architectes du Royaume de l’Ouest, on passe sa partie à capturer les pions de ses voisin.e.s dans la joie et la bonne humeur, histoire de ralentir leur dév et stratégies

Donc une interaction très « prends ça dans tes gencives »

Rien ne vous oblige toutefois à capturer les autres, à leur mettre des bâtons dans les roues. Après tout, cette une maniclette qui perdre 2 tours (placer à l’Hôtel de Ville + prison), mais les autres aussi. Et surtout, ça les empêche de stacker / camper sur des emplacements

Bref, une interaction forte et surprenante pour une telle gamme de jeu

A combien y jouer?

On peut y jouer en solo avec des règles spéciales. Pourquoi pas. Mais ce n’est pas trépidant

On peut y jouer à deux. En mode normal ou en rajoutant une « IA », contre un « bot ». Pas mal, mais on sent bien que ce n’est pas le must

A 3, le jeu commence à s’améliorer

A 4, c’est le must

A 5, ça devient trop long. Mais surtout, trop chaotique. Entre un tour et un autre, le plateau change et évolue à une telle vitesse qu’on a alors peu d’emprise dessus

Le principe? Plus on augmente le nombre de joueurs et joueuses et plus on diminue le contrôle

Alors, Architectes du Royaume de l’Ouest, c’est bien? Critique

Après un Pillard de la Mer du Nord du même auteur Shem Phillips, qui s’est bien fait remarquer en 2015, après un Explorateurs de la Mer du Nord en 2016 plutôt décevant, Architectes du Royaume de l’Ouest est un jeu de placement d’ouvriers tout ce qu’il y a de plus classique

Et pourtant

Ses mécaniques subtiles et interactives lui permettent de se démarquer et de lui conférer un intérêt, un certain brio, à sortir la tête hors de l’eau du lot

Aujourd’hui, avec un marché du jeu de société en pleine ébullition, hyper dynamique, hyper saturé, les quelques jeux qui parviennent à se démarquer sont rares et difficiles à trouver. Aussi, quand l’un d’eux y parvient, et ce n’est pas le seul en 2018, autant se ruer dessus

Et trois autres points positifs:

Les illustrations

Superbes

Les mêmes quand les précédentes galettes du même auteur. Mais dans
Architectes du Royaume de l’Ouest, elles parviennent à atteindre un niveau supplémentaire

L’ergonomie

Liée aux illustrations, les pictos sont extrêmement clairs. Pas besoin de passer 6’000h à expliquer le jeu, tout est limpide sur les cartes et le plateau

La boîte

Rarement un jeu d’une telle ampleur au matériel aussi pléthorique n’aura été placé dans une si petite boîte. Compacte, dense

En prenant la boîte, on a l’impression d’avoir un petit ou moyen jeu entre les mains. Grossière erreur. Une fois tout sorti et le plateau déplié, on est soudain surpris.e par l’ampleur du jeu

Un exemple pour certains éditeurs qui ont parfois tendance à s’étendre et s’épandre

Alors, Architectes du Royaume de l’Ouest, faut-il y jouer?

Oui

Oh oui

Souvent

Si en 2018 vous étiez un peu fatigué.e.s des jeux de placement d’ouvriers, Architectes du Royaume de l’Ouest va vous rabibocher avec le genre

Score:

Anticipation: 2/5: Encore un énième jeu de placement d’ouvriers dans un village médiéval??? Yeeeeah 😒

Pendant la partie: 5/5. La. Grosse. Claque. OK, Architectes du Royaume de l’Ouest est et reste un jeu de placement d’ouvriers, ressources, construction, mais ses deux mécaniques innovantes parviennent à lui conférer un certain brio

Après la partie: 5/5. On rejoue? Oh oui, souvent. Pour essayer d’autres stratégies. TeamVertu ou TeamRogue?

Score: 5/5. Un jeu qui parvient à surprendre malgré ses côtés tradi et classique. Grosse reco Gus&Co

Et encore une chose

⚠️Attention ⚠️, la trad français est foireuse à un endroit, ce qui change considérablement la partie:

En français, il est dit:

Alors qu’en anglais:

Donc il faut corriger ainsi: pour libérer tous ses Ouvriers de TOUS les Plateaux des autres joueurs et joueuses

Donc en réalisant cette action, on peut récupérer tous ses meeples sur tous les plateaux. Si on joue à 2, cela ne change évidemment rien . Mais à 3-5, carrément

Cette erreur me rappelle l’article écrit par Limp:

Pourquoi les règle de jeu sont parfoi tellement mal traduit

Et encore une dernière chose

Vous pouvez consulter les règles de Architectes du Royaume de l’Ouest en français ici

Vous pouvez trouver Architectes du Royaume de l’Ouest chez Philibert ici

Chez Jeu du Bazar,

Et si vous habitez en Suisse, chez Helvétia Games Shop ici

  • Date de sortie : octobre 2018
  • Langue : Français
  • Auteurs : S J Macdonald, Shem Phillips
  • Illustrateur : Mihajlo Dimitrievski
  • Editeur : Pixie Games pour la VF, Renegade pour la VO
  • Nombre de joueurs : 1-5 (optimum: 3-4 )
  • Age conseillé : dès 12 ans (une très bonne estimation)
  • Durée : 60-90′. A 1-2 on peut même plier une partie en 45′
  • Thème : médiéval
  • Mécaniques principales : placement d’ouvriers, draft

4 Comments

  1. Je pourrais bientôt commenter: un collègue vient de me prêter le jeu en vantant ses qualités citées ci dessus. A voir à combien nous serons autour de la table…

  2. Comme promis, petit commentaire après une partie à 4. 2 gagnants à 27 points, puis 26 points, puis 19 : avec des stratégies d’actions totalement différentes (certains on joué la cathédrales à donf, d’autres pas du tout), les scores étaient finalement très serrés : gage d’un jeu bien équilibré.
    Contrairement à ce qui a été écrit ici, assez peu d’interaction (il n’y a eu que 2 fois des joueurs enlevés par des adversaires), autant que des joueurs récupérés par leur camps.

    Par contre, j’avais oublié la correction expliquée ici. cela en effet, peut changer la donne… (enfin pas dans notre partie)

    Si on a le temps, on verra si on en refait une partie, les avis des joueurs sur ce jeu étant différent (de bôf à chouette).

A vous de jouer! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.