🧠The Mind. Le meilleur jeu de l’année. Mais un… jeu?

Temps de lecture: 5 minutes

Un micro-jeu de cartes nommé au Spiel des Jahres 2018, passionnant, percutant et qui fait chavirer son public. Au point de soulever un débat: mais est-ce un jeu?

  • Date de sortie : printemps 2018 pour la VO et la VF
  • Auteur : Wolfgang Warsch (le même auteur que le très récent et excellent Très Futé!, aussi nommé pour le Kennerspiel des Jahres 2018)
  • Editeur : Nürnberger Spielkarten pour la VO, OYA pour la VF
  • Nombre de joueurs : 2-4 (optimum 2-4)
  • Age conseillé : dès 8 ans (mais vraiment 8, pour pouvoir bien lire les cartes avec les nombres)
  • Durée : 15-30′, tout dépend si on est nul ou balaise
  • Thème : abstrait
  • Mécaniques principales : coopératif, télépathie (LOL)

The Mind, de quoi ça parle?

De. Strictement. Rien

Mais vraiment

Il s’agit d’un pur jeu de cartes abstrait dans lequel on doit réaliser des suites de 1 à 100

Même qu’on se demande bien pourquoi il y a des lapins sur les cartes et des… wait for it… shurikens

Et comment on joue?

Les cartes vont de 1 à 100

On joue un certain nombre de manches selon le nombre de joueurs et joueuses. 12 manches à 2, 10 à 3 et 8 à 4. Et on commence par la première manche. Egalement appelée « niveau »

A chaque manche, on distribue par personne face cachée le même nombre de cartes que la manche en cours

Puis, chaque joueur et joueuse va poser une main sur la table. Comme ça, pour rien, juste pour que « le courant » passe entre tout le monde

Puis, on pose l’une de ses cartes face ouverte sur la table jusqu’à ce que tout le monde ait joué les leurs

Et comment on gagne?

Le but est de réussir à former une suite croissante ensemble. The Mind est un jeu coopératif. On gagne ou on perd ensemble

Si on s’est planté, on perd une vie. Vie que l’on reçoit au début du jeu et qu’on peut également obtenir pendant la partie en réussissant certains niveaux

Le but ultime du jeu? Réussir TOUS les niveaux ensemble. Et si on n’a plus de vie, on a tout simplement perdu la partie. Et on peut tout recommencer à zéro. Enfin, au niveau 1

Sachant que plus on avance dans les niveaux et plus le jeu se tend et se complique puisqu’on reçoit de plus en plus de cartes, donc de plus en plus de proba de se planter

Avec des cartes « bonus », les fameux « shuriken » qui permettent à tout un chacun de révéler sa carte la plus faible pour la bazarder

Et c’est tout?

Non, pas vraiment

INTERDICTION stricte de parler à la table

On doit réussir à poser une suite croissante SANS rien se dire

Il va donc falloir ruser pour y arriver. Ou être un mutant télépathe et s’appeler Charles Xavier

Interaction?

Evidemment. Extrêmement forte. Puisqu’il va falloir rentrer dans le cerveau de l’autre, un peu comme au poker, pour anticiper et deviner ses cartes. « J’ai 18 et 34. Je pose mon 18 maintenant ou j’espère que tu as une carte plus basse que tu peux poser avant? » Tout ça sans se parler, donc

Puissant

A combien y jouer?

Le jeu fonctionne autant à 2, qu’à 3 et 4

A 2, ça sera peut-être plus simple d’être en symbiose mentale, surtout si on y joue en couple. Mais il y aura aussi plus de niveaux à réussir. Donc plus facile mais aussi plus difficile 🤔

Alors, The Mind, c’est bien? Critique

Oui, vraiment

Rapide, tendu, surprenant et passionnant, riche en rebondissements

Pour tout public, des enfants aux non-joueurs en passant par les Core Games aguerris et exigeants qui chercheront à déceler LA stratégie ultime pour y arriver. Oui, vraiment tout public

Mais. The Mind. Est-ce vraiment un jeu?

Pas facile de débattre de la question

Surtout avec sa nomination au Spiel des Jahres 2018, le meilleur jeu de l’année

Est-ce vraiment un jeu? Qu’est-ce qu’un jeu? Comment faire pour gagner, pour… jouer à The Mind?

On peut voir The Mind sous trois facettes différentes, à vous de choisir laquelle vous convient le plus:

Un challenge ludique

Oui, The Mind est un jeu

Il va falloir « lire » ses partenaires, comme au poker, déceler des « tells » pour savoir s’il faut jouer avant ou après eux

Et réussir à passer tous les niveaux en montrant une certaine expertise dans l’observation de la communication non-verbale: un long regard en biais??? Mais qu’est-ce que ça peut bien vouloir dire???

Un challenge mystico-poterie

Et pourquoi est-ce que la télépathie n’existerait pas? Bon, pas comme dans les X-Men, mais vous est-il déjà arrivé de penser très fort à quelqu’un et pouf, vous recevez aussitôt un whatsapp (ça nous arrive souvent avec mon épouse)?

Donc The Mind, un entraînement pour développer son acuité mentale, son empathie, sa synergie

Un gros WTF

Et si The Mind n’était juste qu’un gros WTF de l’auteur et de l’éditeur? Qui se seraient dit, comme ça, au coin d’une table de bistrot après leur 4e bière allemande en automne 2017, « hey, Wolfgang, et si tu créais un jeu sans queue ni tête mais que tout le monde penserait qu’il s’agirait d’un jeu juste génial? »

Bim! Six mois plus tard, The Mind est nommé pour le Spiel 2018 (avec une grosse chance de le décrocher)

Le point 3 me fait un peu penser au conte des Habits Neufs de l’Empereur… « Mais, il est tout nu? » Personne ne veut reconnaître, avouer que c’est juste un gros WTF, de peur de passer pour un abruti. Une allégorie de The Mind? « Mais, c’est pas un jeu? »

Score:

Anticipation: 3/5: Haaaa, ces jeux nommés aux Spiel. Années après années, ces petits rigolos du jury nous en auront fait voir de toutes les couleurs. Des bons titres (exemple en 2017 avec Kingdomino de Bruno Cathala), comme des titres tous pourris (Thurn und Taxis en 2006). A voir, donc, avec une curiosité mêlée de circonspection

Pendant la partie: 5/5. Palpitant. Jouera la bonne carte, pas la bonne carte? Tendu du slip, surtout à mesure que les niveaux avancent. Utiliser un… shuriken, ou pas?

Après la partie: 5/5. On en refait une? Oui! Surtout si on a perdu. Et on perd. Sans cesse. C’est ça qui est drôle

Score: 5/5. Un jeu? Pas un jeu? Un « jeu » qui sans effet de manches parvient à faire chavirer le monde du jeu. Avec ses détracteurs et ses (nombreux) adeptes. Pas un « jeu » qui laisse de marbre

Des reco?

Dans la série « jeux pour télépathes » ou pour « couples qui se connaissent ultra-bien (ou qui pensent que.) », il y a d’autres jeux qui reposent sur le même (ou presque) postulat, entre télépathie et déduction

The Mind fera tout de suite penser au cultissime Hanabi, Spiel des Jahres 2013, une sorte de poker vietnamien / indien dans lequel il faut également réaliser des suites sans trop se parler, juste en révélant un indice aux autres

Egalement chez Cocktail Games, Compatibility, un jeu à jouer en couple, entre amis, pour voir si on est raccord et qu’on choisit les mêmes associations

Et enfin, très proche de Compatibility, un autre jeu, Qui Paire Gagne des éditions québécoises du Scorpion Masqué, également un jeu dans lequel il va falloir se propulser dans la tête des autres pour scorer

Et encore une dernière chose

Le prix du meilleur de jeu de l’année sera décerné dans quelques jours, lundi 23 juillet. Peut-être ira-t-il à The Mind? Ou sinon à Azul (qui a déjà raflé l’As d’Or cette année)

Vous pouvez consulter les règles de The Mind ici

Vous pouvez trouver The Mind chez Philibert ici

Et chez Jeu du Bazar

5 Comments

  1. qui paire gagne est un sympathique party game où, drame, tu t’aperçois que tu gagnes quand tu fais partie de la pensée dominante…. Plus tu penses comme les autres plus tu fais de points… TERRIFIANT !!!!!!!!!!! Hannabi on adore chez nous parce que le but n’est même pas de gagner, mais juste d’arriver à ne pas DU TOUT se parler. Pour nous c’est ça le vrai challenge.

    1. Ha mais non

      Aucun hasard dans The Mind non plus

      Et dans The Game on a le droit de parler (ou je me trompe-je?)

      Bientôt des tournois The Mind? LOL, j’attends ça avec impatience. Les X-Men contre X-Force 😝

      1. Dans the game, on doit pas donné d’informations sur les nombres dans notre main. Avec les potes on s’en tient à ‘stop’ ou ‘un petit peu’ sur les paquets. C’est un jeu très fun et qui me semble tres proche de the Mind. D’ailleurs les cartes allant de 2 à 99 il est facile de le transformer en The Mind (idem pour le 6 qui prend).

  2. « The Mind » m’a paru tellement cheaté et très vite on trouve la technique pour gagner : il suffit de compter dans sa tête. Et après 3-4 parties, j’ai abandonné le jeu…
    Acheté, joué et revendu dans la foulée.

    Pour ma part, je ne comprends toujours pas comment ce style de jeu peut faire partie des finalistes du SdJ … ca doit être le lobby du « 6 qui prend », je ne vois que cela 😉

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.