Critique de jeu: Amun-Re, le jeu de cartes. Un mini format pour un maxi plaisir

Une version allégée mais réussie du jeu de plateau. Court, intense, ramassé, profond. Un mini format pour un maxi plaisir

  • Date de sortie: octobre 2017
  • Auteur: Reiner Knizia
  • Illustrateur: Gael Lannurien
  • Editeur: Super Meeple
  • Nombre de joueurs: 2 à 5 (optimum 4)
  • Age conseillé: dès 12 ans
  • Durée: 45 minutes
  • Mécaniques principales: enchères par expulsion, majorité

Amun-Re, le jeu de cartes

Vous l’aurez deviné

Amun-Re le jeu de cartes est la version cartes d’Amun-Re le jeu de plateau. L’excellent jeu de plateau de Knizia sorti en 2003 et rebooté par Super Meeple en 2013

Donc le même thème. Egypte Antique. Construction de pyramides au bord du Nil. Agriculture

Comme il s’agit de la version cartes, ne vous attendez pas à avoir un thème fort. Si dans la version plateau les pyramides apparaissaient vraiment et on y croyait (presque), en cartes c’est plat

Mais ce n’est pas du tout un souci

Et comment on joue?

Exactement comme dans la version plateau, mais en très, très allégé et streamliné

On va jouer 3 manches, chacune composée de 3 tours

Lors de la toute première manche, on commence par composer une main de cartes « argent » pour arriver à un total de 14. Chacune et chacun choisira. Beaucoup de petites cartes, ou peu mais des cartes à fortes valeurs? Tout dépendra des autres

Puis, on sort autant de cartes « province » que de joueurs. S’ensuit alors un échauffouré d’enchères par expulsion. A son tour, on pose l’une de ses cartes sous l’une des provinces. Le ou la joueuse suivante peut poser sa carte sur une autre province et déloger la carte déjà posée. Et ainsi de suite. Enchères par expulsion, donc. Une mécanique déjà vue dans Evo, Cyclades et le tout récent (mais décevant) Montana

Quand tous les joueurs et joueuses ont chacune obtenu une province, on procède alors aux offrandes. Tout le monde choisit des cartes de sa main (le 0 revient toujours en main) et les pose face cachée sur la table. On retourne. La somme donne alors la hauteur, la crue du Nil. Qui va fournir l’or en fonction des paysans et des chameaux sur ses trois provinces acquises précédemment

Cet or est inscrit sur une piste, pas directement reçu en main

Puis s’ensuit une phase d’achat de pyramides. Plus on en achète en une fois et plus elles seront chères

Et ce qui restera d’argent sur la piste en fin de manche donnera la somme pour composer sa main à la prochaine. Chaud. Autrement dit, il va falloir éviter de trop bourriner et gérer son pactole avec minutie

Touffu au premier tour, épuré après

Une fois qu’on a saisi les enjeux de bien composer sa main au départ, qui permet d’enchérir ET de procéder aux offrandes plus tard, on jouera très stratégique

Et comment on gagne?

A la fin de chaque manche (main, enchères, offrandes puis achat), on décompte les PV, ultra-simple: on reçoit 1PV par pyramide sur la province qui en compte le moins (plus de 2-3 bricoles)

Donc il faudra bien savoir gérer ses pyramides et ses trois provinces. Sachant qu’à chaque manche, on en obtient trois nouvelles. Qui se placent sur les précédentes pour augmenter le nombre de pyramides par addition. Donc on restera toute sa partie avec trois provinces

Et avec ce scoring de majo-mino, que l’on retrouve déjà dans le titre culte de Knizia Tigre et Euphrate sorti en 1997, inutile d’avoir une province à 6’000 pyramides et une à zéro. Car dans ce cas-là, ça sera 0 PV…

Interaction?

Oui, terrible

Puisqu’il s’agit d’un jeu d’enchères par expulsion, dégager une ou un joueur est délicieux (ou détestable si ça arrive à soi-même)

Et à combien y jouer?

A deux, c’est bien

A trois, c’est bien

A quatre, c’est le mieux. Le rapport interaction-temps de jeu est idéal

A cinq, c’est trop long. C’est dans cette config que le jeu est le plus interactif, le plus tendu, mais aussi beaucoup trop long et lent, la phase d’enchères par expulsion s’éternise. A déconseiller, donc

Et qu’est-ce qui change, par rapport à la version plateau?

Déjà, on peut y jouer à 2! Pas le cas de la version plateau. Et ça c’est bien. Même si ce n’est pas la config idéale, moins d’interaction, vu le matos ramassé du jeu on peut le transporter en voyage, au chalet au ski pour y jouer en couple. Oui parce que qui joue en couple, reste en couple, c’est prouvé

Alors, Amun-Re le jeu de cartes, c’est bien?

Oui, mais vraiment

Une toute petite boîte, un tout petit matos. Rien qui ne casse trois pattes à un canard

Et pourtant

Derrière ce format ramassé se cache un concentré de plaisir. Il n’a l’air de rien, et pourtant il est beaucoup: tension, interaction, gestion, réflexion

Il est tout ce qu’on peut rêver d’une version cartes slash allégée d’un gros jeu de plateau. Épuré, et pourtant profond. Simple, et pourtant complexe. Bon marché, et pourtant pas cheap

Et pourtant pas répétitif, avec une grosse, grosse rejouabilité et une solide courbe de prog

Vous ne saviez pas quel jeu acheter pour vos prochaines vacances à la montagne?

Mais encore

Ça date un peu, mais vous l’aviez déjà lu, notre TOP 10 des meilleurs jeux de société sur l’Egypte Antique

Vous pouvez trouver Amun-Re chez Philibert

4 Comments

Laisser un commentaire