Critiques de jeux,  Jeux de plateau

Okko, la gamme qui s’étale by The Red Joker

Chronique d’Okko, la gamme de jeu dans un Japon médiéval fantastique s’enrichit avec Voyage Légendaire.


Okko

Avec l’arrivée en boutique du jeu Okko Voyage Légendaire et le foulancement de Okko le Cycle de la Terre en avril dernier, il est peut-être temps de jeter un œil dans le rétroviseur et analyser la gamme déjà proposée par The Red Joker, la petite boîte d’édition française.

« Inutile , Petite Carpe… »

Avant toute chose, revenons au point de départ de l’histoire. La BD des aventures d’Okko et de sa clique de chasseurs de démons dans un Japon médiéval fantastique.

Les 10 tomes sont parus chez Delcourt, dans la collection Terres de Légendes, entre 2005 et 2015. Classés en cinq cycles de 2 tomes, chacun basé sur un élément du Traité des Cinq Roues, ouvrage ayant engendré la colonne vertébrale du jeu de rôle L5A. Dont HUB s’est largement inspiré après en avoir été un fervent pratiquant.

Ils nous content les intrigues de la cour du Pajan ainsi que les démons œuvrant dans ses coulisses. Chacun des cycles est une aventure complète. Mais l’ensemble tient sur un fil rouge trouvant sa conclusion dans l’ultime cycle, celui du Vide.

Eau

Le premier jeu de la gamme Okko, Sombres Enquêtes du Pajan, est sous-titré le Cycle de l’Eau. Il reprend nombre d’éléments des BD et se développe comme un dungeon crawler bien amélioré,avec un système d’Overlord. Les personnages à disposition sont les héros de la BD : Okko , Noburo , Noshin. S’y ajoute au fil des différentes extensions : Tikku, Fauche-le-Vent, Satsuka et d’autres.

Le jeu se développe sur un principe d’enquête afin de découvrir un démon ayant pris possession d’un humain. Les démons sont au nombre de quatre dans le jeu de base et les humains une quinzaine. Allant de la courtisane à la servante, en passant par le chef des gardes du palais ou le daïmio local.

L’un et l’autre sont tirés au hasard en début de partie et l’enquête, sous forme de Cluedo évolué, permettra de mettre à jour le possédé avant qu’il n’arrive à mettre en place le plan machiavélique du démon.

Si le plan arrive à son terme, les héros ont perdu. S’ils mettent à jour le démon, celui-ci se révèle et un ultime combat a lieu. Amenant la victoire des héros ou du démon.Voir sa fuite. Ce qui lui donne la victoire ! S’ajoutent des objectifs secondaires, 2 à 4 par épisodes, ainsi qu’un objectif personnel pour chacun des personnages.

Chaque héro ou héroïne possède des capacités propres et un deck personnalisé qu’il doit gérer au mieux, dans un esprit Gloomhaven. Ses cartes sont défaussées au fur et à mesure, ne pouvant le récupérer qu’une fois tout le deck terminé . La gestion des dernières cartes peut être délicate.

Ajoutez à tout cela de l’équipement basique, des parchemins magiques ou des objets ancestraux pour compléter.

Démons et merveilles

De son côté, le démon, l’ensemble de ses sbires, les humains corrompus ainsi que des événements qui ralentiront les personnages seront joués par une des personnes autour de la table servant de « Maître du Mal » en version 1 contre tous les autres !

Les scénarios se déroulent en mode mini campagne sur 3 épisodes. Ces épisodes seront différents selon les victoires ou les défaites précédentes des héros. Le matériel personnel se garde d’un épisode à l’autre. Tous les épisodes sont rejouables sans difficulté et peuvent être joués sans tenir compte d’un scénario de campagne, en mode one shot.

Au fur et à mesure du développement du scénario, certains événements déclencheront la mise en parchemin de l’histoire. Pour finir c’est l’histoire contée par les parchemins qui déterminera le vainqueur de l’épisode.

L’ensemble du matériel est juste fabuleux ! De nombreuses figurines détaillées, cartes et pions à foison, des plans de pièces divers afin de construire palais, auberges ou temples selon les aventures. Et surtout une direction artistique irréprochable, HUB ayant personnellement accompagné le développement du projet.

Okko, oui, mais

Le jeu n’est toutefois pas sans écueils. Beaucoup de règles, pas forcément bien agencées, qui nécessitent de jouer régulièrement pour ne pas avoir à les consulter trop souvent.

Un Overlord faisant beaucoup de choses et des héros se partageant la même quantité de boulot entre eux, ce qui peut ralentir l’action. L’obligation d’avoir un Overlord. Et enfin, la mise en place fastidieuse.

Extensions à foison

Le Cycle de l’Eau étant bouclé après deux foulancements, toutes les extensions sont à disposition. Le Monastère du Prunier d’Argent, L’Antre de la Pennagolan, La Maison des 1 000 Plaisirs, Le Palais des Marionnettes, les Héros du Peuple et Derrière les Portes du Jigoku.

Chacune amène de nouveaux scénarios, règles, alliés ou adversaires ou équipements. À noter qu’un fan du jeu, devenu membre de l’équipe durant le développement de la gamme, a fait le lien entre un grand nombre des scénarios paru en proposant une énorme campagne de 22 étapes.

Deux autres extensions sont plus spécifiques. Chasseurs d’Oni met en place de nouvelles cartes et règles permettant de faire jouer le démon par un automate ce qui permet de jouer en coopération totale ou encore en solo. Ce qui est une très bonne chose pour profiter des potentiels du jeu !

La seconde, Campagne du Pajan, propose un système d’expérience permettant de modifier les decks de chaque héros afin de les personnaliser selon ses envies et booster leurs capacité. Le démon, en automate ou en vrai, augmente lui aussi. L’équilibrage restant de mise.

Enfin une ÉNORME boîte permet le stockage des figurines de toutes les extensions, ce qui est aussi un gros, gros plus.

Pour conclure, cette première version pour Okko est une réussite pour tous les fans de la BD. Pour les autres, comme ma compagne, le résultat sera un peu plus nuancé surtout si la direction artistique ne plaît pas.

Note : 4 sur 5.

ou, si on ne connaît pas l’univers d’Okko

Note : 3 sur 5.

  • Auteurs : Frédérick Condette & HUB
  • Illustrateur : HUB
  • Éditeur : The Red Joker
  • Nombre de joueurs et joueuses : 1 à 5 (tourne mieux à 3-4 ou en solo)
  • Âge conseillé : Dès 14 ans (bonne estimation)
  • Durée : 120+ min
  • Thème : Japon Médiéval Fantastique
  • Mécaniques principales : coopératif, semi-coopératif, dungeon crawling, enquêtes, temps limité, objectifs communs. Pour en savoir plus sur les différentes mécaniques de jeux, c’est ici

Okko, Terre

Au printemps dernier, The Red Joker s’est lancé dans un nouveau foulancement pour entamer l’aventure du Cycle de la Terre, les Remparts de l’Empire. On reprend, peu ou prou, le même système mais sur un principe de Tower Defense cette fois-ci.

Personnellement, je n’ai pas participé à cette campagne. Et ceci pour deux raisons. La première étant que je ne sors pas suffisamment le Cycle de l’Eau pour investir dans ce second opus. Le prix est viable au regard de l’ensemble du superbe matériel proposé. Mais je ne le rentabiliserai pas. Et loin de moi l’envie d’alimenter ma… pile de la honte.

Si encore The Red Joker avait proposé une version plus légère à tous ceux qui avaient déjà une partie des figurines pour cause de participation au premier cycle, j’aurais peut-être réfléchi. Et je ne parle pas de l’empreinte carbone finale…

Seconde raison plus pragmatique : je ne suis pas intéressé par du Tower Defense !

Okko Voyage Légendaire

Pour en terminer avec cette gamme, je me pencherai sur Okko Voyage Légendaire. Ce petit jeu arrive enfin dans les boutiques après moult péripéties !

Cette fois, nous changeons de type de jeu : 1-2 joueurs ou joueuses en coopération totale. En mode solo, on joue avec deux personnages.

L’histoire reste la même. Idem pour la direction artistique. Le format change avec uniquement des cartes, des pions et 5 plateaux décrivant les zones géographiques du royaume du Pajan .

Les joueurs et joueuses devront en choisir 3 différents et auront à les parcourir en combattant les sbires de l’Oni. Mais également trouver des alliés et des renseignement pour accélérer leur voyage. Ou résoudre des enquêtes afin de participer à un « memory » pour découvrir les trois démons mineurs cachés parmi les seize courtisans de la cour impériale.

On peut tenter sa chance avant la fin des trois plateaux. Mais mieux vaut attendre pour assurer son objectif. Si on découvre 2 ou 3 démons, on peut tenter de défaire l’Oni majeur en combat singulier. En cas de défaite, la partie est perdue !

Entre Feu et Air… Fer ?

Une fois passé la lecture des règles, encore une fois brouillonnes et pouvant laisser de larges interprétations, le jeu se déroule finalement de manière assez simple. Chaque plateau possède ses alliés et adversaires spécifiques ainsi que des règles lui étant propres. Avec l’obligation de n’utiliser que 3 plateaux et le choix entre 6 personnages au départ, les parties s’enchaînent avec de la variété, un bon point pour la rejouabilité.

Ici encore, quelques problèmes se rencontrent dans l’agencement des règles. Notamment le rappel synthétique de ses dernières imprimées sur la boîte. Elles correspondent à la première version des règles et n’ont plus grand chose à voir avec celles proposées.

Second problème, finalement il aurait mieux valu que j’attende la sortie en magasin : pour avoir reçu le jeu 2 semaines avant sa sortie officielle, j’ai payé plus cher pour ne rien avoir d’exclusif au jeu. Mauvais calcul de l’éditeur pour ses prochains foulancements en ce qui me concerne.

À noter que ce jeu appartient à une gamme plus importante chez l’éditeur nommé Versus, ce qui est pour le moins étonnant au vu du système proposé !

Note : 4 sur 5.

ou, si on ne connaît pas l’univers d’Okko

Note : 3 sur 5.

  • Auteur : Pascal Bernard
  • Illustrateur : HUB
  • Éditeur : The Red Joker
  • Nombre de joueurs et joueuses : 1 à 2 (plus sympa à 2)
  • Âge conseillé : Dès 14 ans (bonne estimation)
  • Durée : 60 min (90 min à 2 si on arrive au bout de la partie)
  • Thème : Japon Médiéval Fantastique
  • Mécaniques principales : coopératif, gestion de mains de cartes, stop ou encore, temps limité, objectifs communs. Pour en savoir plus sur les différentes mécaniques de jeux, c’est ici

Okkonclusion

Pour conclure, The Red Joker a fait les choses en grand sur ces produits. Mais plusieurs détails pourraient rebuter les joueuses et joueurs n’ayant pas la… « fibre Okkoèsque » au départ. Les aficionados de la BD seront, eux, en terrain connu et une multitude de détails leur permettra de se retrouver au cœur de l’action comme leurs héros préférés.

Personnellemen,t j’appartiens à cette seconde catégorie mais je vous enjoins à tenter l’expérience car elle est un peu à part de la plupart des jeux que l’on trouve sur le marché. Allez donc vous aventurer dans le Pajan mythique et faites attention à ne pas y laisser des morceaux !


Pour vous offrir une expérience de lecture plus agréable, nous vous proposons un site sans aucune publicité. Nous entretenons des relations d’affiliation avec Philibert et Play-in.

Ainsi, lorsque vous achetez un jeu en cliquant sur les liens menant aux boutiques, vous nous soutenez.

Grâce à vous, nous pouvons obtenir une petite part des revenus. Ceci nous permet alors d’acheter d’autres jeux et de continuer à pouvoir vous proposer de nouveaux articles.


Article écrit par Chab. Rôliste devenu platoïste par manque de temps. Pâtissier initié et fan de Robbie Williams. Patriarche de cœur d’un troupeau de gremlins. Aime qu’un jeu lui raconte une histoire.

Votre réaction sur l'article ?
+1
9
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0

À vous de jouer ! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :