Jeux de plateau

First Empires. Concentré d’intensité

Dans First Empires, plongez dans une Antiquité fantasmée et étendez, développez votre civilisation. Un petit grand jeu, ou le contraire. Intense !


First Empires

Certains jeux réussissent l’impossible. Nous balancer une claque, ludique. Ce fut déjà le cas de Res Arcana sorti il y a exactement deux ans, le tout premier jeu de ce jeune éditeur Sand Castle Games. Et là, avec First Empires, l’éditeur réussit de nous filer une nouvelle claque, ludique, intense, épurée.

De quoi ça parle ?

De pas grand-chose, en réalité. Des civilisations, antiques, qui s’affrontent et qui tentent de se développer, sur la carte mondiale et en « technologie » en gravissant plusieurs pistes. Oubliez l’aspect narratif, First Empires n’en propose pas. Et ce n’est pas grave.

Et comment on joue ?

On lance des dés, on déplace des petites pièces sur un petit plateau commun, et on fait gravir ses cubes sur son plateau perso de développement. Rien de bien original. Et pourtant.

Et selon les dés lancés et les zones contrôlées par ses unités sur le plateau commun, on peut monter ce cube-ci, ce cube-là. Et ainsi débloquer de nouveaux avantages. First Empires intègre ici une mécanique d’Engine-Building. Plus je me développe et plus je me… développe.

First Empires est un peu le gloubi-boulga du jeu de société. Un jeu qui coche des trucs vus ici et là, partout. Contrôle de territoire, conquête, pistes de développement, dés. Vous cherchez une expérience innovante, surprenante ? Oubliez First Empires. Et pourtant.

First Empires, verdict

First Empires réussit l’impossible. Proposer un jeu de société d’affrontement et de développement ramassé, tendu, dans une petite boîte.

Fluide, aux règles courtes, claires et évidentes, First Empires est un réel concentré d’intensité. Une partie peut se jouer en 30-45′, et on aura vite fait de s’en lancer plusieurs dans la soirée. Pour faire mieux, pour faire plus de points, pour essayer d’autres stratégies.

First Empires n’est ni punitif ni trop asymétrique, avec un placement initial sur le plateau central certes différent avec 2-3 spécificités et qui peuvent conduire à tel ou tel développement, mais pas trop non plus pour ne pas adopter de stratégie-couloir.

Et surtout, le jeu est suffisamment fluide pour ne pas devoir trop attendre entre ses tours. On lance ses dés, un certain nombre en fonction de son développement. Puis on peut les relancer un certain nombre de fois, en fonction de son développement. Puis on déplace des unités d’un certain nombre de cases, en fonction de son développement. Puis on tire un certain nombre de cartes Objectifs. Tout est personnalisé, et tout évolue au cours de partie.

Tout file, tout fonce. Avec des choix, cruciaux, cruels, qu’on doit effectuer à chaque tour. Où aller, quel territoire conquérir, abandonner, tenir. Et quel développement poursuivre.

Attention toutefois, si le jeu indique 5 personnes, c’est dans cette configuration que le jeu perd de son intérêt. Chaotique, à 5 il devient lent et foutraque. À éviter.

First Empires est intense, palpitant. Et surtout, il réussit à s’adresser à tous les types de public. Accessible, il ravira les publics avides d’expériences courtes et simples. Profond, il ravira les publics avides de jeux stratégiques à forte interaction.

First Empires surprend. Un grand jeu, camouflé en petit. Ou le contraire. Un must-have de 2022 !

Grandiose !

Note : 5 sur 5.

  • Auteur : Eric B.Vogel
  • Illustrateur : Jérémie Fleury
  • Éditeur : Sand Castle Games
  • Nombre de joueurs et joueuses : 2-5 (tourne mieux à 2-3)
  • Âge conseillé : Dès 14 ans (aussi possible dès 12 ans)
  • Durée : 45′
  • Thème : Antiquité
  • Mécaniques principales : Dés, conquête

Pour vous offrir une expérience de lecture plus agréable, nous vous proposons un site sans aucune publicité. Nous entretenons des relations d’affiliation avec Philibert et Play-in. Ainsi, lorsque vous achetez un jeu en cliquant sur les liens menant aux boutiques, vous nous soutenez. Grâce à vous, nous pouvons obtenir une petite part des revenus. Ceci nous permet alors d’acheter d’autres jeux et de continuer à pouvoir vous proposer de nouveaux articles.


Article écrit par Gus. Rédacteur-en-chef de Gus&Co. Travaille dans le monde du jeu depuis 1989 comme auteur et journaliste. Et comme joueur, surtout. Ses quatre passions : les jeux narratifs, sa ménagerie et les maths.

Votre réaction sur l'article ?
+1
1
+1
1
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0

6 Comments

  • Jici

    Sur le coup, je pensais que c’était une nouvelle version de Yamatai. Mais le designer graphique est le même voilà d’où partait cette impression!

    • Gus

      Merci pour votre message Christian.

      « quasi » les mêmes, peut-être. Tout le détail se trouve dans le « quasi. Car si dans Kitara il est également question de conquête et de déploiement, comme dans tout jeu de conquête, somme toute, First Empires n’a rien a voir avec Kitara. Qui n’intègre aucune mécanique de piste. C’est « quasi » du Khôra 😉

  • schindou

    Super article. Le jeu n’est effectivement pas vraiment punitif. Perdre une bataille permet de repositionner les troupes vaincues. Je le trouve largement accessible dès 10 ans et même recommandé pour s’initier aux jeux avec un peu de stratégie, de « planification » et d’asymétrie.

  • amnesix77

    Merci pour cette présentation.

    J’avoue que j’ai du mal à me motiver pour jouer à un jeu dit de « civilisation » qui semble aussi abstrait, quand bien même il se joue vite. Tanat mieux si la mécanique est bien huilée et plaira à d’autres.

À vous de jouer ! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :