Jeux de plateau

La crise met le jeu de société en péril

L’industrie du jeu de société est en plein essor, mais la crise mondiale du transport maritime pourrait être désastreuse.


Situation de crise

Cela fait plusieurs mois que nous couvrons pour vous la situation de crise inédite, mondiale, économique et maritime, qui touche le monde entier, et également l’industrie du jeu de société. C’est hier, mardi 28 septembre, que le fameux media Time a consacré un riche article sur la situation de crise qui touche le secteur du jeu de plein fouet. Nous vous en proposons ici la traduction. Si vous vous intéressez aux jeux de société, et à la situation actuelle, l’article pourrait vous intéresser.

Le secteur des jeux de société est en plein essor, mais la crise mondiale du transport maritime pourrait être désastreuse

Par Megan McCluskey

En pleine pandémie, pour se divertir, les jeux sont devenus une bouée de sauvetage pour de nombreuses personnes confinées à la maison, et de nombreux propriétaires d’entreprises de jeux de société ont connu un succès en poursuivant leur passion. Mais maintenant, l’industrie du jeu de société ressent les effets désastreux de la crise mondiale du transport maritime en cours, certains souffrant plus avec une demande qui a augmenté si fortement.

Alors que les prix montent en flèche pour les conteneurs maritimes, les retards d’expédition et les augmentations des coûts de fret frappent durement les éditeurs de jeux de société, et en particulier les petites entreprises. Malgré le fait que les consommateurs achètent des jeux, il n’y a aucun moyen pour les éditeurs de faire parvenir des produits à leurs clients, explique Maggie Clayton, directrice des ventes et du marketing de Greater Than Games.

« Nous avons un conteneur de notre jeu le plus populaire en Chine depuis mai de cette année », a-t-elle déclaré à TIME. « Nous avons pris des précommandes pour que ce titre soit techniquement tout vendu, avec un petit détail toutefois, nous n’avons pas encore les jeux ou l’argent. Nous sommes donc dans cette situation étrange où il y a une forte demande pour nos jeux en raison de l’augmentation du nombre de personnes jouant à des jeux pendant la pandémie, mais nous ne pouvons tout simplement pas obtenir le produit ici. »

Une épée à double tranchant

En raison du besoin de plastiques et d’autres matières premières qui proviennent généralement de l’étranger, ainsi que des coûts élevés de fabrication aux États-Unis, les petites entreprises de jeux n’ont souvent pas d’autre choix que de commander leurs produits à l’étranger. Maintenant, les créateurs et les éditeurs de jeux de société essaient tout, de la négociation à l’action collective pour maintenir leurs entreprises à flot.

👉 À lire également : Avec la crise maritime qui s’aggrave, l’industrie du jeu de société retient son souffle.

Hasbro, la société qui édite des classiques comme le Monopoly et le Cluedo, a annoncé un bond des ventes de jeux de plus de 20% en 2020, tandis que le fournisseur d’études de marché Euromonitor International a estimé que la valeur du marché mondial des jeux et des puzzles a augmenté de près de 1 milliard de dollars. Chez  Fireside Games, la PDG Anne-Marie De Witt a déclaré que le jeu le plus populaire de la société, Castle Panic, (un jeu de société coopératif de tower defense) a également connu une hausse des ventes d’environ 20%.

Puis la crise de l’offre a frappé.

« Alors que nous essayions toujours de déterminer si nous devrions utiliser des mesures traditionnelles pour le quatrième trimestre, si les chiffres étaient artificiellement gonflés par la pandémie, nous avons commencé à entendre parler de la hausse des prix de transport », explique De Witt. « Puis nous avons cesser de tergiverser. Nous n’avons pas le temps d’être précis sur notre fabrication. Mettons nos jeux sur un bateau. »

Alors que les coûts de transport avaient déjà augmenté avant la pandémie, ils ont explosé au cours de la dernière année. Et une popularité croissante des jeux signifie généralement commander plus de jeux pour garder le stock à portée de main pour le vendre ensuite.

« Avant que la pandémie ne frappe, nous voyions des conteneurs de 20 pieds coûtant environ 5 000 $, ce qui était en hausse par rapport à environ 3 000 $ les années précédentes », explique De Witt. « Nous avons eu la chance d’obtenir un conteneur de 20 pieds à 9 000 $. Ensuite, nos deux suivants étaient de 21 000 $ chacun… J’ai entendu parler de certaines personnes qui paient 35 000 $ ou même 40 000 $ pour un conteneur de 20 pieds. C’est juste une catastrophe. »

Crunch collectif

Bien que le copropriétaire de DUST USA, Gregoire Boisbelaud, affirme que la demande de jeux a été « massivement meilleure » que prévu en 2020, les goulots d’étranglement de la chaîne d’approvisionnement ont depuis créé d’énormes problèmes pour l’entreprise. Le jeu populaire Dust 1947 de la société est un jeu de figurines tactiques qui incorpore des extraterrestres, des zombies, des « monstres invoquant des cultistes » et des armes futuristes, le tout dans une chronologie alternative de la Seconde Guerre mondiale. Alors que le jeu prend normalement cinq à six semaines pour se rendre de Chine à l’entrepôt de l’entreprise en Géorgie, Boisbelaud dit que cela n’a pas été le cas cette année.

« Nous étions censés avoir une cargaison en provenance de Chine en février, mais elle est restée bloquée au centre d’expédition pendant près d’un mois », a-t-il déclaré à TIME. « Elle est finalement partie en mars et devait arriver en mai, mais elle est resté coincée dans le port de Seattle depuis lors. Donc, mon conteneur est bloqué quelque part dans une pile de conteneurs. C’est tellement problématique que nous allons probablement fermer d’ici la fin de l’année. »

Les problèmes de DUST USA illustrent comment les petites sociétés de jeux sont obligées de prendre des décisions difficiles qui ont le potentiel de les faire ou de les fermer. Alors que certains choisissent d’essayer d’absorber les coûts associés aux coûts de transport, d’autres n’ont pas d’autre choix que d’augmenter les prix de détail et, ce faisant, risquent de perdre des clients.

Chez Greater Than Games, leur titre le plus populaire est Spirit Island, un jeu de stratégie coopératif, où les joueurs jouent en tant qu’esprits dotés de pouvoirs élémentaires. Clayton dit qu’ils ont augmenté le prix de détail d’environ 10 $ par boîte pour tenir compte de la hausse des frais de transport.

« Nous avons un peu de chance, dans le sens où ce produit est un jeu de stratégie très lourd, donc un prix plus élevé est plus acceptable du point de vue du consommateur parce qu’il y a beaucoup de matériel dans la boîte et la valeur est toujours là », dit Clayton. « Mais comme nous nous heurtons à ce problème avec certains de nos petits jeux, il sera plus difficile de convaincre les gens qu’un jeu qui semble devoir coûter 20 $ vaut vraiment 30 $. »

👉 À lire également : La pénurie de papier menace l’industrie du jeu de société.

Pendant ce temps, certains éditeurs comme Molly Zeff, cofondatrice et PDG de Flying Leap Games, ont exploré des solutions créatives pour faire face aux hausses de prix.

Voyant des citations de conteneurs d’expédition équivalant à cinq à 10 fois le coût de fabrication de jeux comme leur Wing It sur le thème de la narration, Zeff dit qu’elle a formé un collectif de 11 autres éditeurs de jeux pour essayer de négocier des coûts de fabrication plus bas.

« Je suis très coopérative d’esprit, alors j’ai pensé que je pouvais donner plus de pouvoir à notre entreprise si je formais un collectif pour nous aider à négocier », dit Zeff, notant qu’elle a contacté plus de 30 fabricants dans 17 pays pour leur poser des questions sur les prix.

La situation sur Kickstarter

Les éditeurs et les créateurs qui ont fait confiance à Kickstarter pour financer des projets doivent également prendre en compte dans leurs finances les jeux qu’ils doivent déjà aux backers. Cela a créé encore plus de problèmes pour les éditeurs dont les backers ont pris la décision de financer leur projet avant que les blocages de la chaîne d’approvisionnement ne deviennent un réel problème.

« Il y a plus de 50 000 unités de différents jeux, extensions et accessoires que nous essayons de déplacer depuis trois mois », explique Clayton. « Cela inclut notre jeu le plus vendu Spirit Island et Sentinels of the Multiverse: Definitive Edition, que plus de 7 000 backers attendent. »

Kickstarter joue un rôle énorme dans l’industrie du jeu de société, avec des jeux de plateau qui auraient levé plus de 146 millions de dollars sur la plateforme au cours du seul premier semestre de 2021. Plus de 1 800 jeux auraient été financés en 2021 jusqu’à présent, dont 28 ont rapporté plus de 1 million de dollars. Mais pour que les petites entreprises avec des produits financés ainsi survivent, Zeff dit que les backers vont devoir se montrer patients.

« Kickstarter est une grande partie de cette industrie », dit-elle. « Ainsi, les backers sur Kickstarters et les consommateurs individuels ou les magasins qui ont précommandé devront se rendre compte qu’ils vont devoir attendre le produit et que puisque les frais d’expédition augmentent, une partie de ces coûts pourrait être répercutée sur le consommateur. »

Surtout, Clayton dit qu’elle veut que les joueurs comprennent que les petites entreprises ne veulent pas avoir à faire face à ces défis, pas plus qu’elles ne le font.

« Parce que nous sommes une petite entreprise, cela semble parfois plus personnel lorsque nous prenons une décision comme augmenter le prix de détail d’un produit ou ne pas avoir un produit disponible dans certaines lignes de distribution parce que certains de nos fans nous connaissent très bien », dit-elle. « C’est une décision d’affaires, et même pas une décision que nous voulons prendre. La crise maritime semble paraître importante et lointaine, mais toutes les industries sont touchées d’une manière ou d’une autre.

7 Comments

  • amnesix77

    Bonjour Gus et merci comme toujours pour tes articles. Espérons que toutes ces difficultés accélère la relocalisation de la production, je suis étonné de pas sentir de frémissement de ce côté.

    J’ai bien compris de tes autres articles que ce n’est pas si simple et que ca prendra du temps, mais quand même ces difficultés devraient y aider et ca pourrait avoir des retombées favorables sur nos « territoires » à long terme (écologie, industrie).

    A bientôt

    • cyrillekehr

      Bonjour Gus (et merci), bonjour à tous,
      Oui, il me semble qu’il va falloir sérieusement revoir les chaines de conception de nos jeux favoris. Mais pas que! La relocalisation va devenir une problématique récurrente pour tous nos biens de consommation. Et malheureusement, le gap entre l’idée de principe et la faisabilité est immense. Faute à un fonctionnement basé sur un ultra-libéralisme de marché qui a pris le temps de s’installer et de nous rendre dépendant de (trop) longs chemins logistiques (qui a dit que tout se qu’on consomme est, en fin de compte, du pétrole!?). Alors de notre cachet d’aspirine à la figurine plastique du dernier Kemet en passant par le café moulu du matin, le nouveau pédalier de mon vélo et la fraise kényane que mamy mange en hiver, il va falloir revoir pas mal de chose!!! Et c’est un sacré bazar (pour rester poli).
      En tout cas, à mon humble avis, toute cette problématique liée à nos produits ultra manufacturés, et que Gus&Co a très bien décortiqué sur les derniers articles en question, s’est accentuée avec ce satané virus mais ne fait que commencer. On sait que l’énergie nécessaire à la fabrication, aux approvisionnements, au stockage… fortement dépendante du pétrole est un gros problème aujourd’hui qui risque de faire durer cette crise…
      Alors, demain, on ne jouera plus qu’à des jeux Bioviva ou sera-t-on capable de produire un Zombicide en France avec des figs en amidon de patates?

  • ranyanya

    En fait c’est bon signe, ça veut dire que la société de loisirs des bourgeois est au bord de la rupture et qu’au lieu de jouer les bourgeois vont devoir se mettre à transpirer comme des prolos.
    Le malheur de quelques uns va faire le ravissement des masses.

À vous de jouer ! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d bloggers like this: