Critiques de jeux,  Jeux de plateau

Hachette Heroes, ou quand Hachette se lance dans le big business des Escape Games de salon

Temps de lecture: 6 minutes

L’éditeur de livres Hachette s’engouffre dans la brèche et sort plusieurs Escape Game « de salon » dans leur gamme Heroes. Et que valent ces boîtes ?


Entre Unlock, qui fait figure de modèle, jamais égalé, Exit et autres Escape Game chez Mango ou 404, les Escape Games dits « de salon » sont devenus un véritable business et genre ludique à part. Le cas ici aujourd’hui avec cette nouvelle gamme, les Hachette Heroes.

Ces titres fonctionnent tous de la même manière : une petit boîte, un matériel composé de quelques cartes, un thème plus ou moins bien intégré, un enchaînement d’énigmes et des parties qui rappellent les Escape Games « en vrai » et que l’on peut jouer bien au chaud chez soi. Il faut admettre qu’avec la pandémie et les confinements, ces Escape Games « de salon » représentent un bon moyen de se divertir en sécurité et en famille à la maison

L’un des plus gros éditeurs de livres, qui s’est également lancé dans le jeu de société en créant Studio H (Oriflamme) ou en rachetant il y a deux ans coup sur coup Gigamic et Blackrock, se jette maintenant avec leur gamme Hachette Heroes sur le marché des Escape Game « de salon ». Et ils en sortent à la pelle ! Avec plusieurs boîtes sorties pratiquement en même temps il y a quelques semaines, ils viennent de remettre le couvert avec quatre nouvelles qui sortent ces jours juste à temps avant Noël. Nous vous en reparlerons également.

Ces quatre titres que nous vous présentons ici aujourd’hui fonctionnent plus ou moins tous de la même manière (hormis pour le Sherlock) : pas d’appli (ça aurait coûté trop cher à développer ?), un ou deux paquets de cartes, une affiche ou une carte de départ qui nous indique quel numéro de carte piocher, et une suite d’énigmes que l’on va devoir valider grâce à des tableaux à double entrants que l’on va croiser. Chaque boîte est également accompagnée d’un mini-mini carnet avec l’explication des règles, la présentation du thème, souvent minime, avec enfin des indices et les solutions disponibles.

Et que valent ces quatre titres ? Valent-ils la peine qu’on s’y intéresse ? Verdict.


L’Ascenseur Infernal

Ceci doit être leur toute première boîte, car c’est, de loin, la moins réussie et la moins captivante.

Le pitch :

« Piégés dans un ascenseur infernal, vous n’avez pas le choix : résolvez les énigmes, atteignez le dixième étage et méfiez-vous des apparences.« 

On commence au rez, et le but est d’atteindre le dixième étage pour sortir de cet ascenseur… infernal. Qui n’a d’infernal que son titre, car le récit est aussi passionnant qu’une balade un dimanche matin de novembre avec son teckel sur un parking de supermarché.

Les énigmes, peu captivantes et convaincantes, s’enchaînent et nous laissent souvent pantois. Et parlons aussi des illustrations, pour peu que l’on puisse les considérer comme des illustrations… Un trait naïf, simpliste, plat et grossier, un mélange entre des clipart de 1997 et des dessins d’un enfant de 5 ans (j’ai un enfant de 5 ans, je sais à quoi ces dessins ressemblent…).

Bref, une boîte pâlotte et aussi dispensable que des hémorroïdes à Noël.

❤️️ Ce qu’on a aimé

➡️ Le format de la mini-boîte qui se déplie

➡️ Le premier chapitre d’une mini-campagne qui se déploie en deux parties (nous parlerons de la deuxième ci-dessous)

💔 Ce qu’on n’a pas aimé

➡️ La mécanique de résolution des énigmes, des codes, avec un système de validation sur des cartes en croisant des chiffres sur un tableau. Pénible !

➡️ Tout le reste, aussi

Verdict

Immersion

Note : 1 sur 5.

Récit

Note : 1 sur 5.

Énigmes

Note : 1 sur 5.

Matériel

Note : 2 sur 5.

Verdict final :

Argh !

Un Escape Game « de salon » calamiteux

Note : 1 sur 5.
  • Sortie : octobre 2020
  • Prix constaté : 13 euros
  • De 2 à 6 personnes
  • 60 minutes. La boîte ne contient qu’un seul scénario

➡️ Vous pouvez trouver L’Ascenseur Infernal chez Philibert ici

➡️ Et également chez Magic Bazar ici


Le Triangle des Bermudes

Cette mini-boîte est en réalité la suite du précédent titre. Dans l’Ascenseur Infernal, une fois que l’on a atteint le dixième étage, on découvre et rejoint une société. Celle-ci nous confie alors une mission, explorer une île et en apprendre plus sur un autre groupuscule ennemi. Sauf que forcément, traversant le fameux triangle des Bermudes, on va débarquer sur une île perdue et on va se trouver alors confrontés à de véritable défis.

À noter que l’on peut très bien jouer à cette boîte sans être passé par la précédente. Et mieux vaut ne pas rentrer dans l’Ascenseur Infernal (quel titre !).

Même format, même mécanique de validation des énigmes, des codes que le précédent titre, mais cette boîte est plus réussie : la carte de l’île se révèle peu à peu, pareil avec le récit, et les énigmes se montrent plus passionnantes. On se situe toujours très loin d’un Unlock, mais pour un tel format dense, cet Escape Game « de salon » nous convainc (presque) plus, avec des illustrations déjà plus convenables.

❤️️ Ce qu’on a aimé

➡️ Le format de la mini-boîte qui se déplie

➡️ La suite d’un scénario en deux parties

➡️ Au début plongée dans la brume, l’île et l’aventure se révèlent et se déploient au fil de la partie

💔 Ce qu’on n’a pas aimé

➡️ La mécanique de résolution des énigmes, des codes, avec un système de validation sur des cartes en croisant des chiffres sur un tableau. Pénible !

Verdict

Immersion

Note : 3 sur 5.

Récit

Note : 3 sur 5.

Énigmes

Note : 3 sur 5.

Matériel

Note : 3 sur 5.

Verdict final :

Sympathique !

Pas un Escape Game mémorable, mais correct

Note : 3 sur 5.
  • Sortie : octobre 2020
  • Prix constaté : 13 euros
  • De 2 à 6 personnes
  • 60 minutes. La boîte ne contient qu’un seul scénario

➡️ Vous pouvez trouver Le Triangle des Bermudes chez Philibert ici

➡️ Et également chez Magic Bazar ici


Sherlock Holmes vs Moriarty

De ces quatre Escape Game de la gamme Hachette Heroes présentés ici aujourd’hui, celui-ci est peut-être le plus « réussi ». Entre guillemets, car il n’est pas exempt de défauts pour autant.

Cette plus grosse boîte contient 5 scénarios, 5 aventures qui se jouent l’une après l’autre comme des chapitres successifs. Côté pitch, c’est du pur Sherlock : une affaire, ici plus ou moins captivante, disons moins, et Moriarty qui se dévoile peu à peu et que l’on va devoir arrêter. Rien de très original.

Comme un Sherlock Holmes Détective Conseil, tout le jeu se déploie dans des carnets criblés de paragraphes.

Sauf que.

Et c’est là que réside le gros écueil de cette boîte, c’est que comme un livre, on feuillette l’aventure paragraphe par paragraphe, chapitre par chapitre, page par page. Tout est linéaire. Lorsqu’on est confrontés à une énigme, qui nous demande observation et déduction, il suffit de lire la suite. C’est aussi plat que peu passionnant.

On finit par ne plus s’impliquer dans l’aventure. Il suffit d’avancer dans la lecture. L’avantage avec cette boîte, c’est qu’au moins on n’est pas obligé d’utiliser leur mécanique absconse et pénible de croisement de tableau.

L’une des mécanique subtiles et suaves de cette boîte est l’immense affiche accompagnant le jeu, qui dévoile le bureau de Sherlock. Celui-ci est constellé d’icônes pour représenter diverses actions possibles : siroter un thé, parcourir le journal, arpenter la bibliothèque, etc. Au fil de l’enquête, et pour avancer et obtenir des indices, on va devoir « effectuer » l’une ou l’autre de ces actions, qui renvoient toutes à une annexe. Et chaque carnet, chaque aventure possède sa propre annexe.

Selon l’affaire en cours, et les actions résolues dans son bureau, on va pouvoir obtenir l’une ou l’autre information. Malin. Et ce n’est pas tout ! Ces icônes, ces actions peuvent se combiner : boire le thé ET lire le journal en même temps pourrait fournir une autre entrée et dévoiler une information différent. Bref, une mécanique attachante.

❤️️ Ce qu’on a aimé

➡️ 5 scénarios, 5 aventures. Dont une découpée en deux parties. Donc 6 carnets en tout

➡️ La mécanique des objets, des indices brassés sur l’affiche

➡️ Ne pas devoir utiliser leur mécanique de validation d’énigmes, de codes, pénible

💔 Ce qu’on n’a pas aimé

➡️ Le jeu qui se déroule chapitre par chapitre, de manière linéaire

➡️ Un scénario Sherlock peu inspiré qui reste au ras des pâquerettes de Conan Doyle

Verdict

Immersion

Note : 3 sur 5.

Récit

Note : 2 sur 5.

Énigmes

Note : 3 sur 5.

Matériel

Note : 3 sur 5.

Verdict final :

Sympathique !

Même si imparfaite, elle constitue la meilleure boîte de toute cette sélection

Note : 3.5 sur 5.
  • Sortie : octobre 2020
  • Prix constaté : 20 euros
  • De 1 à 6 personnes
  • 60-90 minutes par affaire

➡️ Vous pouvez trouver Sherlock Holmes vs Moriarty chez Philibert ici

➡️ Et également chez Magic Bazar ici


Les 3 Malédictions du Pharaon

Plongez dans l’Égypte Antique et résolvez plusieurs affaires, plusieurs enquêtes successives.

Le pitch :

« Le pharaon Toutânkhamon vient d’être inhumé dans la Vallée des Rois, et le royaume d’Égypte est en deuil. Mais d’étranges rumeurs commencent à se répandre : on murmure que le jeune garçon que l’on pleure n’était qu’un usurpateur, et que la dépouille du véritable héritier du trône se trouve ailleurs…« 

Cette boîte de taille moyenne, du même format que Sherlock VS Moriarty, contient trois scénarios plutôt cossu, avec trois carnets et trois paquets de cartes idoines. Pas de réelles plus-value dans cet Escape Game, si ce n’est la possibilité de « vivre » à l’époque des pharaons. À relever peut-être la qualité des graphismes et illustrations.

Hormis ces quelques points, la totalité de l’expérience n’en demeure pas moins très, trop classique pour offrir une expérience galvanisante et mémorable. Et toujours, cette mécanique pénible de validation par tableau.

❤️️ Ce qu’on a aimé

➡️ La qualité des visuels

➡️ Jouer à l’époque des Pharaons

➡️ Trois aventures

💔 Ce qu’on n’a pas aimé

➡️ Et touours cette mécanique de résolution des énigmes, des codes, avec un système de validation sur des cartes en croisant des chiffres sur un tableau. Pénible !

Verdict

Immersion

Note : 3 sur 5.

Récit

Note : 3 sur 5.

Énigmes

Note : 3 sur 5.

Matériel

Note : 3 sur 5.

Verdict final :

Sympathique !

Très, trop classique pour passionner

Note : 3 sur 5.
  • Sortie : octobre 2020
  • Prix constaté : 20 euros
  • De 2 à 6 personnes
  • 60 minutes par scénario

➡️ Vous pouvez trouver Les 3 Malédictions du Pharaon chez Philibert ici

➡️ Et également chez Magic Bazar ici

Pour vous proposer une expérience de lecture plus agréable, nous ne vous proposons aucune publicité. Notre équipe prend soin de présenter des jeux. Nous entretenons des relations d’affiliation avec Philibert et Magic Bazar. Ainsi, si vous achetez un jeu en cliquant sur les liens menant aux boutiques, nous pouvons obtenir une petite part des revenus. Ceci nous permet alors d’acheter d’autres jeux et de continuer à pouvoir vous proposer de nouveaux articles.

2 Comments

À vous de jouer ! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :