Kings’ Struggle đź‘‘ Manigouilles et entourloupettes. Le jeu qui va vous donner envie de ne PAS faire de bisous Ă  vos amis

Temps de lecture: 6 minutes

Ébouriffant. Mais exigeant. Pour les nerfs

Kings’ Struggle, de quoi ça parle?

Le jeu ne se perd pas dans un thème artificiel. Il n’y en a tout juste aucun

Comme il s’agit d’un pur jeu de nĂ©gociation, d’enfoirĂ©s, de pouvoir, vu les personnages, mĂŞme si le thème est absent, ça fait très intrigues royales

Tiens, d’ailleurs, le jeu pourrait ĂŞtre rethĂ©matisĂ© Game of Thrones, ça passerait bien

Et comment on joue?

Chaque joueur et joueuse dispose des mĂŞmes dix cartes. Cartes qui disposent d’une valeur et d’une action spĂ©cifique

A chaque tour, un ou une joueuse active choisit l’une de ses cartes qu’elle joue face visible. Les autres en choisissent alors une que l’on pose alors face cachĂ©e devant soi. Quand tout le monde a choisit, on rĂ©vèle toutes les cartes

Commence alors le bal (des enfoiré.e.s)

En commençant par le ou la joueuse active, celle-ci peut nĂ©gocier avec les autres l’utilisation, ou pas, du pouvoir de sa carte: assassinat, changement de cartes, forcer quelqu’un Ă  en changer, augmentation de la valeur d’une autre carte, etc

Tout peut se nĂ©gocier, avec tout le monde, et n’importe comment: si tu fais ça, je te promets que… Ou plus simplement, en offrant quelques pièces pour faciliter la nĂ©go

Une fois que le ou la joueuse active a accepté ou refusé les négo, il ou elle peut activer son pouvoir, ou pas

On procède ensuite ainsi avec tous les joueurs et joueuses

C’est tout?

Oui mais non

A la fin du tour, quand tout le monde a joué, on procède au décompte du fin de tour

Les cartes à la valeur semblable sont tout simplement défaussées, et parmi les cartes restantes, celle à la valeur la plus élevée remporte la manche en cours et ramasse toutes les autres cartes jouées par les autres (sauf les semblables défaussées)

Ces cartes ramassées sont mises de côté et compteront pour le score final

NĂ©go et entourloupes

D’oĂą des nĂ©gociations de ouf

Si des cartes semblables ont été jouées, on fera tout pour les virer / changer

Si des cartes à la valeur supérieure ont été jouées, on fera tout pour les virer / changer

D’oĂą des nĂ©gociations de ouf

Préparez-vous

Par exemple, un exemple

Le fou du roi

Le fou du roi peut forcer un.e autre joueur.se de choisir une carte différente. Ou pas

A son tour, celui ou celle qui a posĂ© son fou peut nĂ©gocier pour utiliser son pouvoir sur quelqu’un. Ou nĂ©gocier pour ne pas le faire

Imaginons une partie à 3. En plus du fou du roi, les deux autres personnes ont joué une carte à 8 (le chevalier) et une autre à 10 (le roi), la valeur max

Le fou du roi pourra nĂ©gocier avec l’un.e ou l’autre pour activer son pouvoir. S’il remporte la nĂ©go, il peut obliger la 8 Ă  changer. Dans ce cas, le ou la joueuse peut dĂ©cider de poser la 10, s’il l’a encore, pour mettre alors des bâtons dans les roues de l’autre 10. Car dans ce ca,s les deux 10 sont annulĂ©s / Ă©liminĂ©s / dĂ©faussĂ©s

Et alors oui, le fou du roi remporte la manche. Mais ne gagne pas grand-chose, hormis sa carte qui rejoint son « butin » pour la fin de partie

Ou, la 8 peut poser une autre carte et laisser la 10 remporter la manche. Et ramasser le fou du roi dans son butin

L’assassin

Que serait un bon jeu d’enfoirĂ©s sans assassin… Citadelles, Mascarade, Coup, Complot, toussa…

L’assassin peut dĂ©cider d’Ă©liminer et de gagner en butin une autre carte avec le symbole royal ou marchand

L’assassin n’est pas fort, sa valeur n’est que de 3, il a alors très peu de chance de remporter la manche. Mais beaucoup de chance de remporter les nĂ©go vu son pouvoir lĂ©tal qui va changer l’issue de la manche

L’assassin va pouvoir menacer les autres, ou se faire payer comme « tueur Ă  gages » pour se dĂ©barrasser d’un personnage gĂŞnant, comme la carte la plus Ă©levĂ©e par exemple…

Un personnage faible mais… puissant

Et comment on gagne?

On joue sept manches

A la fin des sept manches, on décompte:

Ses pièces gardées, reçues, accumulées pendant la partie, 1=1

Son « butin » de cartes ramassées à chaque manche, pour constituer des combos de cartes semblables et/ou suites

Plus on possède de cartes semblables et plus on score. Et également, plus les suites constituées sont longues et plus on score

Et non, on ne peut pas utiliser plusieurs fois la même carte pour réaliser plusieurs combos différentes

Des conditions de victoire simples, qui demanderont un effort de rĂ©flexion et d’observation intenses pour rĂ©cupĂ©rer les cartes nĂ©cessaires tout au long de la partie

Mais

Vu les entourloupes qui secouent la partie, et le peu de contrôle dus aux alliances, trahisons, acceptations et refus, il devient très difficile, voire impossible de mettre la main sur les cartes recherchées pour compléter ses combos finales

Au point que ça en finit par ĂŞtre un peu « au petit bonheur la chance », et la grosse surprise en fin de partie lorsqu’on dĂ©couvre son « butin de guerre »

Mais, comme le jeu est vraiment fun, au final, on s’en fiche un peu de rĂ©aliser un score de ouf

Kings’ Struggle est clairement plus un jeu d’ambiance que de points. Remporter une nĂ©go est dĂ©jĂ  une rĂ©ussite en soi

Interaction?

Sur l’IGUS, l’Ă©chelle de mesure de l’interaction dans les jeux, Kings’ Struggle est Ă©valuĂ© Ă  5 sur 5. Au max

Pourquoi 5 sur 5?

Parce que dans Kings’ Struggle, l’interaction est « extrĂŞme ». Qui me propose quoi pour que j’active, ou pas, mon pouvoir, et sur qui?

Et là, ça part en sucette 🍭

A combien y jouer?

On peut jouer Ă  Kings’ Struggle de 3 Ă  6

Mais c’est du flan

A 3, le jeu n’a aucun intĂ©rĂŞt. Aucune interaction, aucune nĂ©gociation, aucune tension. Autant s’amuser Ă  nĂ©gocier avec son chat, ça sera plus fun

A 5, ou pire, Ă  6, les manches sont interminables. Les nĂ©gociations et argumentations durent des siècles et s’enlisent. Et on finit pas s’ennuyer sec. A 5-6, le jeu devient long et pĂ©nible

C’est vraiment Ă  4 que Kings’ Struggle s’apprĂ©cie Ă  donf

Alors, Kings’ Struggle, c’est bien? Critique

Un très bon jeu

Un très bon jeu d’enfoirĂ©s

👍🏽 Gros point positif du jeu: ses illustrations, superbes

👎🏽 Gros point négatif: ses règles, inutilement touffues et denses pour bien cadrer toutes les situations de négociation. Du coup, les règles en deviennent vraiment relou

C’est un Love Letter survitaminĂ©, sans bluff et avec (beaucoup, beaucoup, beaucoup) des coups de p… Je te paie ça pour que tu utilises ton pouvoir contre cette joueuse pour que du coup je remporte la manche

Un jeu Ă  ne pas jouer avec n’importe qui pour ne pas se quitter fâchĂ©.e.s

Alors, Kings’ Struggle, faut-il y jouer?

Oui

Non

Oui

Tout dépend avec qui

Surtout, n’y jouez pas en couple. Pour deux raisons: petit un, parce que si vous passez votre partie Ă  manigouiller contre votre partenaire, vous risquez bien de finir par dormir comme une moto. Sur la bĂ©quille (merci Julien pour cette croustillante expression vaudoise)

Petit deux, parce que certaines alliances « naturelles » entre couples risquent de dĂ©sĂ©quilibrer la partie. Nous contre eux, parce qu’on s’aime

Score:

Anticipation: 5/5: Un jeu de nĂ©gociation et d’enfoirĂ©s avec les illustrations de Weberson Santiago, Ă  la Love Letter slash Citadelles? Mais ouiiiiii

Pendant la partie: 4/5. Les tours peuvent devenir très, très longs, mais qu’est-ce qu’on s’amuse Ă  manigouiller sec

Après la partie: 3/5. Pour jouer Ă  Kings’ Struggle il faut avoir les reins et les nerfs solides. Et savoir garder son calme. Pas sĂ»r qu’on n’y retourne souvent, tellement l’ambiance Ă  la table peut devenir hostile et hargneuse

Score: 4/5. Alliances, trahisons, scoring touffu, un jeu Ă©bouriffant mais exigeant… pour les nerfs. A Ă©viter en couple / avec des ami.e.s mauvais.ses perdant.e.s / soupe au lait. Un excellent jeu pour entraĂ®ner ses compĂ©tences de nĂ©gociation. Jouez Ă  Kings’ Struggle 2-3 fois, et sur votre lancĂ©e, courez demander une augmentation Ă  votre patron.ne. Vous verrez, après une partie de Kings’ Struggle, piece of cake 

Et encore une chose

Une VF n’est pas encore prĂ©vue, et pas sĂ»re qu’elle ne se fasse

En l’Ă©tat, il y a beaucoup, beaucoup de texte. Sur les 10 cartes, texte qu’il faut comprendre pour bien les jouer, et dans les règles, extrĂŞmement compactes

Si vous craquez, assurez-vous de bien maîtriser la langue pour profiter du jeu

Et encore une dernière chose

Vous apprĂ©ciez les jeux d’enfoirĂ©s? Nous en avons dressĂ© Ă  l’Ă©poque un petit topo et quelques propositions ici

Comme autre gros jeu d’enfoirĂ©s sorti cette annĂ©e, l’un des meilleurs jeux de 2018, c’est Rising Sun. La critique complète Ă  dĂ©couvrir ici

Sinon, pour gagner Ă  TOUS les jeux d’enfoirĂ©s, demandez au Donald. Il a quelques conseils pour vous

Vous pouvez consulter les règles de Kings’ Struggle en anglais ici

Vous pouvez trouver Kings’ Struggle chez Philibert ici

  • Date de sortie : novembre 2018
  • Langue: anglais
  • Auteur : Robert Burke
  • Illustrateur : Weberson Santiago, le mĂŞme illustrateur brĂ©silien que pour l’Auberge Sanglante
  • Éditeur : Wizkids
  • Nombre de joueurs : 3-6 (optimum: 4)
  • Age conseillĂ© : dès 14 ans (mais vraiment)
  • DurĂ©e : 30′ (comptez le double, voire le triple avec une Ă©quipe loquace ou dure en affaires)
  • Thème : cour du roi
  • MĂ©caniques principales : nĂ©gociation

4 responses to Kings’ Struggle đź‘‘ Manigouilles et entourloupettes. Le jeu qui va vous donner envie de ne PAS faire de bisous Ă  vos amis

  1. Ange says:

    Dès le dĂ©but de la règle, je me suis dit, tiens on dirait un Love Letter avec de la nĂ©go en plus… ce qui fut confirmĂ© quelques lignes plus bas. Mais bon, je vais rester sur le love letter, qui se joue bien de 2 Ă  plus, rapidement, en s’amusant…
    Pas vu dans l’article, les cartes vont de 1 Ă  10, mais avec un grand ou un petit nombre d’exemplaires de chaque ? voir variable Ă  la love Letter ?

    • Gus says:

      Du Love Letter en effet, mais avec de la négo

      Juste, Ange, de 1 Ă  10, et un seul exemplaire de chaque

      On peut y jouer en mode « jour », avec toutes les cartes en main et on finit par n’en jouer que sept sur dix, ou en mode « nuit », en en dĂ©faussant trois au hasard au dĂ©but, ce qui rend l’anticipation et calcul et mĂ©morisation impossible par les autres. Perso, je prĂ©fère le mode « jour », offrant plus de contrĂ´le (mais aussi, moins de fun)

      Merci pour vos nombreuses interventions et questions Ange, fort appréciées

  2. Ange says:

    B’en alors je ne comprends pas l’image oĂą on voit un gros paquet de cartes + un nombre de cartes faces visibles ???
    Et de rien, les articles étant sympas, cela donne envie de réagir !

A vous de jouer! Participez Ă  la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.