Ces quelques jeux de société qu’il vous faut pour passer une soirée d’Halloween 🎃 effrayante

Temps de lecture: 8 minutes

Demain soir, c’est Halloween

La nuit des sorcières, des fantômes, des citrouilles

Une soirée passée à se faire peur. Une tradition qui nous vient des US. Via les films, les séries et le merchandising, cette tradition s’est peu à peu étendue et installée chez nous en Europe

Quels sont les jeux de société à sortir demain soir justement pour Halloween, histoire de se faire peur?

Mais au fait, la peur, c’est quoi?

photo-1504701954957-2010ec3bcec1

Tous les animaux, comme les êtres humains, ressentent la peur. Une émotion extrêmement nécessaire puisqu’elle a une fonction de protection. Face à une menace soudaine et fulgurante, la peur entraîne une réaction de survie. Flight or fight.La fuite ou l’affrontement

La peur se manifeste tout d’abord sur l’organisme de plusieurs manières autonomiques: augmentation du rythme cardiaque, pour préparer le corps à une action immédiate. Accroissement de la sudation, muscles des bras et des jambes suractivés, décharge d’adrénaline par les glandes surrénales

Le but étant de nous alerter, d’augmenter notre éveil, notre capacité attentionnelle pour traiter les informations de notre environnement et réagir de manière adéquate et pertinente. Flight or fight

Différences

Quand on parle de peur, on parle d’une situation, et d’une émotion, soudaine et immédiate. Courte dans le temps. L’anxiété, elle, ne correspond pas à l’émotion fulgurante qu’est la peur. L’anxiété, l’angoisse, sont plutôt des humeurs. On n’est moins dans des manifestations physiques immédiates, mais plus dans des états d’esprit

Ces humeurs peuvent également générer des impacts néfastes sur l’organisme, comme l’augmentation du cortisol, l’hormone du stress, qui peut alors provoquer un effet d’usure sur l’organisme

Les phobies, elles, sont également des peurs, mais liées à un objet, à un événement très spécifique. Les phobies sont un lien entre un objet, une situation contextuelle, et un état émotionnel. Peur des araignées, des serpents, des morsures de chien… Générées par des expériences traumatiques ou ataviques (pour les araignées par exemple)

Les expériences traumatiques seront cristallisées par le complexe amygdalien du cerveau, cette zone qui est le centre émotionnel de la peur. Et qui ressemble à une amande, d’où le terme « amygdale ». Amande, en grec

Cette cristallisation va provoquer un « flashbulb memory », un repère temporel dans la mémoire autobiographique

C’est l’exemple des attentats, du 11 septembre 2001 ou du 13 novembre 2015, on se rappelle tous avec grande précision ce qu’on faisait à ce moment-là. Ces événements sont tellement incroyables, et tellement dangereux, qu’ils ont été marqués dans notre système neural

Habituation

A force d’être exposé à des situations qui engendrent ou qui devraient engendrer de la peur, notre système va peu à peu s’habituer. Surtout si l’on n’est pas directement concerné

S’engage alors une certaine forme d’accoutumance. Un phénomène psychologique qu’on nomme l’habituation

C’est « l’effet zombie » dans les films d’horreur et dans The Walking Dead. Le premier effraie. Au bout du vingtième, c’est bon, on les a tous vus…

Plaisir

Qu’est-ce qui nous pousse à voir des films d’horreur? A aller dans des parcs d’attraction? A jouer à des jeux qui risquent de susciter de la peur? On aime avoir peur

On aime se faire peur

C’est une émotion que l’on recherche. On prend même du plaisir à avoir peur

Mais a-t-on véritablement peur? Ou est-ce qu’exposés à un jeu, à un film, nous sentons que cette pseudo-peur n’est que pseudo, justement? Le plaisir de ne pas avoir une peur réelle. Et peut-être que cette recherche de la peur est également liée à un besoin de confrontation à cette émotion pour en faire l’apprentissage. Pour ensuite mieux gérer la peur, la vraie

La peur et les jeux

Prenez l’incroyable saga des Resident Evil, vieille de plus de vingt ans et toujours active, du succès indéniable du jeu de rôle Cthulhu qui vient de souffler ses quarante bougies, ou de la sortie fin-décembre 2017 de la seconde version des Demeures de l’Épouvante (tout est dans le titre)

Les jeux qui font peur continuent à « hanter » le marché du loisir ludique

Jeux vidéo, jeux de plateau, jeux de rôle, jeux de rôle grandeur nature. La peur fait vendre

Comme la peur est une puissante émotion, elle provoque chez le joueur une expérience intense et profonde. Certains jeux, quel que soit leur format, plongent le joueur dans une réalité alternée, effrayante et émotionnellement exigeante. Et c’est justement ce qui est recherché

C’est d’ailleurs ce qui manque aujourd’hui aux jeux de plateau, des émotions. Quand des jeux placent le joueur devant la peur, ils remportent un certain succès. Parce qu’ils proposent de vivre une expérience forte, immersive, intense, mémorable

Comme vu plus haut, on aime à se faire peur, on en tire un certain plaisir. Depuis tout petit déjà, avec le fameux cache-cache. Partir se cacher et attendre, fébrile et effrayé, que l’autre vous découvre. Le plaisir du cache-cache réside dans cette attente, cet inconnu. Quand va-t-on être trouvé? Une forme d’apprentissage de la peur, comme un entraînement ludique, contrôlé et sans danger

C’est d’ailleurs la grande différence entre épouvante et horreur, deux états émotionnels qui vont tous deux provoquer la peur. L’épouvante, c’est l’attente. Générée par le mystère, instiguée par l’imagination. L’horreur, c’est la confrontation à l’indicible, le repoussant, l’effrayant, le fatal

Peur et jeux peuvent aller de pair. Le jeu permet la pratique factice d’une activité, l’incursion dans une autre réalité: on s’essaie à l’élevage bovin (Great Western Trail), aux conquêtes antiques (Mare Nostrum) ou aux manipulations et mensonges mafieux (Mafia de cuba)

Les jeunes enfants, sans autre occupation que celle de jouer, ne le font pas pour s’amuser, c’est clairement faux. Ils jouent pour s’entraîner, pour apprendre.

« Les enfants n’ont point d’affaires plus sérieuses que leurs jeux », Michel de Montaigne.

Ou aussi

« Jeu après jeu, l’enfant devient « je » », Arnaud Gazagnes.

Le jeu est simulation. Et rien de tel que le jeu pour apprendre à avoir peur. A ressentir cette vive émotion. Ne dit-on justement pas « jouer à se faire peur »?

Les moyens que l’on se donne

Au contraire des jeux vidéo ou des jeux de rôle grandeur nature, immersifs, ou des jeux de rôle sur table, imaginatifs, les jeux de plateau, eux, doivent surpasser de nombreux défis pour parvenir à effrayer le joueur

Pas facile pour un jeu de plateau d’instiguer la peur. Comment y parvenir, avec quelques bouts de carton, des cartes et des figurines en plastique? Le matériel est souvent là comme béquille, comme vecteur. Les règles de jeux y contribuent à moindre mesure. Ou en exploitant la mécanique de surprise

C’est le thème, avant tout, servi par l’esthétique du jeu, qui immerge le joueur dans un univers. Univers qui pourrait alors susciter de la peur.

Quelques recommandations pour passer une soirée Halloween effrayante 👻

nyctophobia (3)

Nyctophobia

Tout est dans le titre Nyctophobia, la  » peur du noir « , un jeu coopératif de survie dans lequel jusqu’à quatre joueurs doivent travailler ensemble pour échapper à un prédateur fou qui les poursuit dans une forêt noire. Mais il y a un problème : les survivants potentiels jouent le jeu avec des lunettes opaques

Les joueurs ne peuvent donc pas voir le plateau et doivent compter sur le toucher pour naviguer en toute sécurité

L’assassin à la hache vous traque, vous et vos amis, dans la forêt, avançant à toute allure sans soin ni pensée, abattant les arbres qui vous séparent pour vous atteindre le plus rapidement possible. Spooky

Le jeu vient d’ailleurs tout juste de sortir en VF

TS_EstrellaDrive_Sample_FR_BD

Time Stories Estrella Drive

Time Stories, ça vous dit quelque chose? Evidemment. Ce carton narratif à scénarios

Sorti il y a une année en novembre, Estrella Drive est un scénario intense et éprouvant. Et pour cause, il est véritablement inspiré de faits (horribles) réels

Tout le jeu se déroule à Estrella Drive, un manoir hollywoodien décati, très VIP, drogue and rock n’roll. Les agent·e·s de la Time débarquent dans une petite sauterie pour y découvrir plusieurs personnages haut en couleur

Les couleurs et illustrations parviennent encore plus à placer et plomber l’ambiance avec des teintes criardes et froides

Gore, violent, effrayant

Egalement dans la gamme Time Stories, il y a le scénario Endurance. Une expédition bloquée dans les glaces à sauver. Et ça va se compliquer après…

betrayal-at-house-on-the-hill

Betrayal on the House on the Hill

C’est LE jeu idéal à sortir pour votre soirée d’Halloween

Betrayal n’a jamais été traduit en français, et c’est vraiment, vraiment dommage. Il mériterait amplement d’être joué dans la langue de Manu Macron

Deux jeux en un, avec une montée inexorable de la tension et une fin en apothéose

Au début, les joueurs se baladent dans un manoir sans connaître leur but, quand tout d’un coup l’un d’eux se transforme pour devenir le méchant du jeu. Et là, c’est le drame

Le jeu propose un système malin de deux brochures séparées, une pour les survivants / gentils et une pour le méchant, avec des scénarios et informations secrètes à lire uniquement lors de la transformation

Juste. Démentiel

Et devinez quoi? Une toute nouvelle boîte slash version du jeu vient tout juste de sortir cette semaine

Oui

Réalisée par Rob Daviau

Car oui, maintenant Betrayal est décliné en format Legacy

betrayal-legacy-collage

Dans cette version, il y a 52 nouveaux scénarios, avec les joueuses et joueurs qui appartiendront toutes et tous à une famille qui (re)(re)(re)viendra se balader dans le fameux manoir sur plusieurs générations, de 1666 à 2004 (tiens, marrant, c’est l’année de sortie du jeu) avec des objets et autres éléments qui seront légués pour les prochaines parties

Avec des scénarios forcément angoissants et effrayants. On traîne quand même dans un manoir hanté… Mais quelle idée…

unlock-mystery-adventures-vf

Unlock

Tiens, on reste avec le même éditeur que Time Stories, avec Unlock

Unlock fait partie de cette « mode » d’Escape Games de salon

Un deck de cartes, une appli et hop, c’est parti pour 60′ de triturage de neurones pour réussir l’aventure le plus rapidement possible et avant la fin du chrono

Si Exotic Adventures, la toute récente et quatrième boîte a déçu, chaque boîte contient toujours un scénario plus ou moins angoissant

Dans la toute première boîte, Squeek et Sausage propose une incursion dans un manoir effrayant. Le tout sur un ton cartoon

Dans la seconde boîte, il y a une aventure qui se déroule dans une réelle maison d’horreur et qui s’intitule justement La Maison Hantée. Idéal à sortir à Halloween

Dans la troisième boîte, c’est retour dans l’univers déjanté de Squeek et Sausage. La suite, ou à peu près. Toujours inquiétant et délirant (surtout délirant)

Enfin, dans la toute récente boîte, le premier scénario se déroule dans l’univers des rêves cauchemars, il va falloir aider un enfant à se débarrasser de ses craintes slash monstres

Et encore une toute dernière chose

CMON vient tout juste d’annoncer hier soir préparer une adaptation du cultissime La Nuit des Morts-Vivants de Romero de 1968 en jeu de plateau, en reprenant quelques règles de leur carton Zombicide

Une sortie pour Halloween 2019?

Et si au lieu d’un jeu on se faisait une série?

L’offre est pléthorique. Les studios américains ont depuis toujours proposé de vivre des émotions fortes et de ressentir de la peur devant une toile

Voici quelques reco récentes:

The Terror

Le titre idéal

Cette série sortie en début de cette année parle d’une expédition navale en 1848 cherchant un passage en mer arctique

Et ça va se gâter, parce que forcément

Une série qui fait froid dans le dos, dans tous les sens du terme

The Haunting of Hill House

Une série qui vient tout juste de sortir sur Netflix il y a deux semaines, pile poil pour Halloween

Une histoire de… maison hantée

Dit comme ça, un pitch pas forcément original de base, mais une série toutefois surprenante et intense

Chilling Adventures of Sabrina

Sabrina, la sorcière

Mais siiiiiiiii, souvenez-vous, c’est cette série sortie dans les années 90 et tirée d’un comics américain

Netflix vient tout juste de sortir le reboot

Un reboot beaucoup plus mature et sombre que la version bling-bling des années 90. Très #meetoo, avec une héroïne forte

Et qui dit sorcière, dit forcément Halloween

Et si au lieu d’un jeu on se faisait un film?

Trois reco de films d’horreur récents à mater demain soir, en streaming ou au ciné

Nous avons vus les trois, et nous pouvons vous assurer qu’ils sont tous les trois réussis et bien effrayants

Et vous, quels sont vos recommandations de jeux de plateau, de séries ou de ciné pour Halloween 2018?

8 Comments

  1. Merci pour cet article, j’ai eu beaucoup de plaisir à le lire.
    La peur dans les jeux de société est pour ainsi dire impossible à instaurer, car cela ne reste qu’un jeu… et tout le monde le sait.
    J’ai beacoup aimé Last Night on Earth qui peut, en lumière tamisée et musique d’ambiance, apporté un brin d’émotion assimilable à de la peur.
    Vivement Massacre à la tronçonneuse en jeu de plateau, un ameritrash bien sûr 😉

  2. dans l’ambiance inquiétante d’une forêt, avec la pression du sablier … Mad Trip est familial mais en accord avec l’ambiance halloween : jeu très simple et parfait pour un après midi halloween avec enfants ou un apéro halloween avec adultes ! une vrai bonne idée !

  3. Un « petit » Horreur à Arkham Jce, qui, avec une ambiance tamisée voir même quelques décos donnera aussi parfaitement le ton pour un halloween ludique. 🙄
    Par contre, il est pour des joueurs quelque peu experimentés déjà.

    En plus accessible (quoique…), La Fureur de Dracula n’instaura pas tant de l’horreur ou de l’épouvante, mais une très bonne ambiance de traque transylvanienne.
    Prévoyez toutefois 2 à 3 heures de jeu quand même.

    Bon jeu à tous !

    Ps : Merci à l’équipe de Gus and Co pour vos articles, cela fait peu de temps (je dirais 1 mois) que je connais votre site mais c’est un réel plaisir que de le parcourir.

    Votre approche du jeu de société et la manière dont vous le faites découvrir est agréable et inhabituelle de par vos questionnements réguliers sur l’univers ludiste
    C’est rafraîchissant…vraiment !

  4. Le dernier KS d’Ankama « Monster Slaughter » vient d’être livré en temps et en heure à quelques jours d’Halloween. Plus délirant qu’effrayant cette fois puisqu’on incarne les créatures iconiques des films d’horreur pour se disputer 5 étudiants venus (parce qu’il n’ avait aucun problème bien sûr) dans une cabane au fond des bois.
    Sa met dans l’ambiance avant ou entre toutes ces autres propositions.

  5. Bonjour,
    L’idée est de trouver des jeux qui jouent avec la peur et pas seulement dans jeux dans le thème. Pas facile. Je dirais que les mécanismes comme la pression temporelle permettent de générer un état de stress pas si loin du but recherché.
    Donc pression temporelle + thème => zombies 15 😉

    Bon Halloween à tous.

A vous de jouer! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.