Critique de jeu: The Climbers. La petite bête qui monte, qui monte

Temps de lecture: 3 minutes

Un jeu de construction coloré mais chaotique et insipide. Un pur jeu-next. Prochain!

  • Date de sortie : 2018 pour la VO
  • Auteur : Holger Lanz
  • Illustrateur : Konstantin Vohwinkel
  • Editeur : Capstone Games
  • Nombre de joueurs : 2 à 5 (optimum 2)
  • Age conseillé : dès 8 ans
  • Durée : 45 minutes
  • Thème : architecture
  • Mécaniques principales : construction

The Climbers, de quoi ça parle?

De pas grand-chose, en réalité

Juste de construire une structure en 3D en plots et de parvenir à grimper le plus haut possible

Et comment on joue?

Chaque joueur et joueuse reçoit un matériel à sa couleur: un pion « grimpeur », un marqueur de réservation / blocage, une petite et une grande échelle

A son tour, on doit se déplacer, soit au même niveau soit plus haut. On ne peut jamais descendre

A son tour, on peut également se saisir d’un bloc pour le regarder et le retourner si on le désire. Le retourner? Oui, car chaque bloc présente chaque couleur sur l’une de ses faces. Couleur que l’on va utiliser pour se déplacer

Enfin, on peut également utiliser son marqueur de blocage, qui va empêcher un ou une autre joueuse de prendre slash retourner le bloc correspondant pendant un tour. Comme les échelles, ce marqueur est à usage unique

Et comment se déplacer?

On peut déplacer son pion sur des plots adjacents, tant qu’on reste sur sa même couleur ou sur la couleur neutre

Impossible de s’arrêter ou de passer par des plots d’une couleur adverse

Et comment grimper?

Comme dans l’excellentissime Santorini, également un jeu de construction (mais bien meilleur), on peut monter d’un étage

Pour monter de deux étages, on doit utiliser sa petite échelle. Pour grimper de plus d’étages, 3 ou 4, c’est aussi possible on peut alors utiliser sa grande échelle

A noter que les deux échelles sont à usage unique. Une fois utilisées, elles sont défaussées pour le reste de la partie

Et comment on gagne?

Facile

Quand tout le monde passe, que plus personne ne peut soit grimper, soit se déplacer (mais jamais redescendre), le pion le plus élevé remporte la partie

Interaction?

Oui, plutôt forte, puisqu’on est toujours en train de bloquer les autres en tournant / retournant les cubes pour les empêcher d’avancer / grimper

Et à combien y jouer?

A 2, en affrontement direct, ce qui permet un minimum de contrôle. Un minimum

A 3-5, le « plateau » change tellement qu’il est difficile de suivre ou contrôler quoi que ce soit

Alors, The Climbers, c’est bien? Critique

Non

Le jeu est plat et inspide

Même si très joli au demeurant, empiler des blocs de bois de couleur fait son petit effet 3D sur une table, on finit par s’ennuyer ferme à jouer au petit bonheur la chance. Aucune stratégie ni tactique possible puisque tout change constamment: couleur, cubes, hauteur

On espère se déplacer sur un prochain cube de sa couleur au prochain tour, on met tout en place pour y arriver, et pouf, quelqu’un d’autre retourne le cube et en modifie la couleur. Alors que fait-on? On improvise. A chaque tour. C’est super tactique, super opportuniste, mais peu passionnant

On finit par gagner sans vraiment savoir ni comment, ni pourquoi. Un pur jeu-next. Prochain!

Pour y jouer en famille, avec des enfants dès 8 ans, pourquoi pas. Mais à part le sens de l’observation, le jeu ne développe pas grand-chose. Ni anticipation, ni planification puisque tout bouge tout le temps

Score:

Anticipation: 3/5. Un jeu de construction avec des cubes en bois colorés? Pourquoi pas

Pendant la partie: 2/5. Tout change tellement constamment qu’on finit par ne plus savoir comment jouer ou gagner. On avance, on se déplace, on grimpe, c’est tout. Beau, certes, mais plat

Après la partie: 1/5. Une autre partie? Surtout pas

Score final: 2/5. Un beau jeu, certes, des règles simples et limpides, quelques décisions douloureuses à prendre (quand utiliser son marqueur de blocage et ses échelles à usage unique), mais sinon, c’est tout. Et c’est peu

Et encore une dernière chose

Si vous aimez les jeux de construction, voici deux reco beaucoup plus passionnantes:

Le jeu de construction coopératif des Suisses d’Helvetiq, Team Up!. Aussi avec des cubes en bois et des faces de couleur. Mais vraiment plus torride

Santorini. Tout simplement. Moins… organique et plus… plastique, mais beaucoup plus stratégique

Les règles sont disponibles en anglais ici

Et le jeu est sur Philibert ici (avec une occaz ici, si jamais)

7 Comments

  1. Oh dommage!! Ca avait l’air sympa, surtout que dans notre groupe de 4 il y en a deux qui sont a fond construction haha! Du coup on va passer notre chemin mais je vais aller voir les deux autres je que tu conseilles!
    Sinon pour info j’ai attribué à ce blog un Blogger Recognition Award dans mon dernier article car ça fait du bien ce genre de blog!!!

A vous de jouer! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.