Critique de jeu: Caverna, Caverne contre Caverne

Temps de lecture: 4 minutes

Plus léger que son grand frère Caverna, Caverne contre Caverne est une adaptation à deux joueurs réussie, même si l’auteur reste dans sa zone de confort sans mouiller le maillot. Mais comme avec les films de Michael Bay, on ne lui en demande pas plus. Ce qu’il fait, il le fait bien

  • Date de sortie: Printemps 2018 pour le VF
  • Auteur: Uwe Rosenberg bien sûr, puisque c’est l’adaptation à 1-2 joueurs de son hit de 2013 Caverna.
  • Illustrateur: Klemens Franz
  • Editeur: Funforge
  • Nombre de joueurs: 1 à 2 (optimum 2)
  • Age conseillé: Dès 12 ans
  • Durée: 20 à 40′
  • Thème: caverne, exploitation
  • Mécaniques principales: pose d’ouvriers, ressources

Caverne contre Caverne, de quoi ça parle?

Comme dans la version « normale » du jeu, il est question de nains méd-fan qui bâtissent / creusent leur résidence dans une… wait for it… caverne

Et puisqu’il s’agit ici d’un jeu à deux joueurs (ou en solo, on y reviendra), deux nains se font face et doivent réaliser la plus chatoyante des constructions possibles

Et comment on joue?

Chaque joueur dispose d’un plateau personnel avec des emplacements vides (sauf la toute première case / tuile / chambre, déjà posée). On place une ligne de tuiles, avec certaines déjà dispo face visible, et d’autres face cachée indispo. A chaque manche, on en retourne une qui devient alors une nouvelle action dispo

A son tour, un joueur se saisit d’une des tuiles dispo sur la ligne et effectue l’action, qui consiste principalement à construire ou à prendre des ressources. Puis c’est à l’autre joueur de choisir une autre tuile. Et ainsi de suite. Les premières manches permettent aux joueurs d’effectuer deux actions chacun, puis plus plus tard

Oui, ça ressemble furieusement à Le Havre avec la ligne de bateau qui rentre au port, avec la petite surprise en plus de voir de nouvelles actions devenir dispos (dans Le Havre après le tout premier tour toutes les actions sont visibles)

Le but du jeu est de parvenir à construire le plus de tuiles / pièces, moyennant certaines ressources (bois, pierre, blé, lin…)

Des règles simples, fluides

Des pictos, une ergonomie toujours aussi parfaite avec l’éditeur allemand Lookout

Et encore une boîte WTFourre-tout

Et comment on gagne?

A la fin de la 8e manche la partie s’arrête et on décompte les PV présents sur les tuiles / pièces construites, ainsi que pour l’or amassé pendant la partie

Comme dit plus haut, le nerf de la guerre est la construction de pièces, dont celles qui rapportent le plus de PV

Interaction?

Comme il s’agit d’un jeu à deux, l’interaction est forcément élevée

Mais plutôt froide car non, on ne peut pas détruire les tuiles de son voisin, juste lui chouraver l’action ou la tuile qu’il comptait prendre

Solo?

Caverne contre Caverne peut aussi se jouer en version solo. Le but étant d’atteindre 50 points, voire plus de 60, un record. Les règles s’adaptent un tout petit peu, avec une règle de tuiles qui se placent automatiquement

Pour une fois, la règle solo n’exploite pas une « IA » cradingue avec un joueur virtuel ridicule. Ca se laisse tenter, donc. Même si c’est évidemment à deux joueurs que le jeu est quand même beaucoup mieux, soyons lucides

 

Alors, Caverne contre Caverne, c’est bien? Critique

Uwe Rosenberg apprécie adapter ses jeux en version à deux joueurs uniquement. Il l’a déjà fait, et bien, à deux reprises avec AgricolaAgricola Terres d’Elevage et Le Havre – Le Havre à deux joueurs

Dans le cas de Patchwork, c’était le contraire. Le jeu de base n’était qu’à deux joueurs, il en a fait ensuite une version (plutôt moyenne) à 3-4, Cottage Garden, et une intermédiaire, Indian Summer

Caverne contre Caverne est surtout un Caverna light. Si son grand frère est beaucoup plus ample, riche, long et exigeant, Caverne contre Caverne est lui beaucoup plus rapide et accessible, en empruntant la mécanique de base de Le Havre (la piste d’actions) tout en la réinventant et en la redynamisant

Plus léger que son grand frère Caverne contre Caverne est une adaptation à deux joueurs réussie, même si l’auteur reste dans sa zone de confort sans mouiller le maillot. Mais comme avec les films de Michael Bay, on ne lui en demande pas plus. Ce qu’il fait, il le fait bien

Limits are the artist’s best friends. Uwe est passé maître dans l’art d’imposer des contraintes. Et des contraintes, dans Caverne contre Caverne il y en aura. Soyez prêts à ressentir beaucoup, beaucoup de frustration. Mais soyons honnêtes, c’est ce qu’on aime, maso que nous sommes

On ne pourra pas poser plus de salles bleues que d’oranges

On ne pourra construire les tuiles que selon certaines conditions d’arrangement des murs adjacents

Et bien évidemment, une grosse gestion des ressources pour construire tout ce bastringue. Ressources qu’on peinera à obtenir. Forcément, sinon ça ne serait pas drôle

Enfin, un autre très bon point du jeu c’est la possibilité de réaliser des combos (comme celle toute cheatée de Caverna) dévastateurs. Une tuile bleue au pouvoir permanent associée à une tuile orange tempo et bim

Mais

Avec Caverne contre Caverne se pose quand même trois petites questions slash soucis:

petit problème de rejouabilité. En effet, il n’y a que 24 tuiles différentes, et même si elles apparaissent de manière différente à chaque partie, en l’état, les combos ne sont pas illimitées. Donc après 4-5 parties ça tourne un peu en rond. Peut-être qu’avec une prochaine extension…

petit problème de fraîcheur. Des jeux de gestion et de ressources il en existe déjà des palettes. Cave vs Cave n’en est qu’une énième déclinaison. Est-ce qu’il parvient à tirer son épingle du jeu (vous apprécierez l’expression)?

Et si on a déjà la version « normale » (et lourde. Et onéreuse) qui se joue déjà de 1 à 7, faut-il craquer pour cette version à deux joueurs? Oui, si on a 20 euros à lâcher. Car 1. la mise en place dure 2 minutes au lieu de 20, et 2. car les parties sont plus trapues 3. les couples qui jouent ensemble, restent ensemble, c’est prouvé…

Et encore une dernière chose

Vous pouvez trouver les règles ici

Vous pouvez trouver le jeu chez Philibert

Et si vous habitez en Suisse, chez Helvétia Games Shop

2 Comments

  1. Salut et merci pour cet aperçu! À la maison on a terres d’élevage et les 2 extensions, on y joue quand on a pas envie de se prendre la tête. C’est cool, le comptage de points est presque optionnel, on a beau prendre une raclée on a construit quelque chose.
    Ça vaut le coup de prendre Caverna 2 joueurs étant donné que les objectifs et le système d’actions sont différents? Ou bien ça fait carrément doublon?

    Merci et à la prochaine!
    Tristan.

    1. Plus court, surtout

      Doublon? Oui, un peu, mais pas carrément non plus

      Un jeu nécessaire, du coup? Tout dépend de votre budget bien sûr

      Merci pour votre question Tristan et bonnes parties!

A vous de jouer! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.