Critique de jeu: Imaginarium. Banal, original

Temps de lecture: 5 minutes

Un jeu tellement banal, mais cruellement original. Un jeu à formule, avec une formule qui fonctionne ici à merveille. Du tout grand Cathala (avec Florian)

  • Date de sortie: printemps 2018 en VF
  • Auteur: Bruno Cathala et Florian Sirieix
  • Illustrateur: Felideus Bubastis
  • Editeurs: Bombyx
  • Nombre de joueurs: 2 à 5 (optimum 4)
  • Age conseillé: dès 14 ans
  • Durée: 90′
  • Thème: rêves, steampunk
  • Mécaniques principales: programmation, objectifs, combinaisons, majorité (mais ici pas une mécanique principale)

Imaginarium, de quoi ça parle ?

De rêves

De rêves à fabriquer dans une manufacture abracadabrantesque

Les illustrations sont tellement incroyables, somptueuses et originales qu’on se sent tout de suite transporté dans cet univers oniricopunk slash steamonirique

Rarement un jeu aura proposé un univers, des visuels autant téméraires et insolites (les dents pour la défausse… 😱)

Le choix de l’illustrateur ibérique Felideus Bubastis était une idée dantesque

Allez faire un tour sur son blog, vous verrez tout de suite le style, un croisement über-chatoyant entre du Terry Gilliam période Munchausen et du Steampunk

En plus d’une esthétique originale, le jeu propose des règles immersives. Ponctuées de mises en situations cohérentes et hilarantes. Et les machines

Les noms des machines sont autant loufoques qu’excentriques: la Productivette, la Copobrigandeuse, L’Embrouillette, j’en passe et des meilleures

Rien que la lecture des règles donne déjà furieusement envie de jouer à Imaginarium. Qui porte très bien son nom

Et comment on joue?

Deux phases

Une phase de prog/planif/réservation

Une phase d’action

La phase de prog permet aux joueurs et joueuses de placer leur figurine (superbe pièce en plastique lourd) devant soit une carte slash machine sur le tapis roulant soit devant une récolte de charbon

Vient ensuite la phase d’action, le cœur-même du jeu

On commence par recevoir les ressources de ses cartes-machines, puis le cas échéant on achète la carte réservée sur le tapis roulant, puis on déplace ses deux aiguilles sur son plateau perso pour réaliser deux actions: combiner des cartes, recevoir du charbon = thunes, démonter/défausser une carte/machine pour en tirer des ressources, engager des assistants en payant leur coût en charbon, etc

Une fois les six actions disponibles et le système d’aiguilles compris, ce qui ne prend pas long, les règles sont extrêmement fluides

Reste peut-être les particularités des machines et des trois assistants dispo à chaque manche qui risquent de lever quelques sourcils et demanderont de garder le nez dans les règles. On reconnaît ici l’indéniable patte de Cathala qui ne peut pas s’empêcher de truffer ses jeux de 200’000 perso aux pouvoirs particuliers qui ralentissent le jeu. Si c’est aussi le cas dans Imaginarium, ce n’est pas un gros souci au vu de son ampleur et de sa durée

Car oui, Imaginarium dure bien 90 minutes. On a clairement affaire ici à un Familial+++. Pas un jeu pour Core Gamers non plus, mais pas léger pour autant. De quoi transpirer des neurones. Un format inhabituel pour l’auteur, qui tape plutôt dans du Gateway. Il faut dire que Cathala a travaillé avec et sur le proto de Florian Sirieix, un jeu de gestion avec une roue déjà bien exigeant.

Bref. Des règles fluides, évidentes, même s’il faut quand même s’attendre à garder le nez dans les règles pour les premières parties histoire de bien saisir les pouvoirs des cartes, machines et assistants

Et comment on gagne?

Le ou la première joueuse à obtenir 20 PV met fin à la partie

On lève ensuite son écran et on grappille encore quelques maigres PV par majo de ressources (il y en a 4 différentes). Cette majo n’est pas le but premier du jeu mais permet de résoudre les égalités si plusieurs sont parvenus à acquérir 20 PV lors de la même manche

Et comment pécho du PV?

Du pur jeu à objectifs à la Scythe. Au début du jeu on tire quelques objectifs majeurs qu’on dispose sur le plateau. Ces objectifs confèrent un certain nombre de PV selon leur difficulté: disposer de six machines, totaliser 15 charbons, avoir 4 machines de prod, etc

On peut être plusieurs à les remplir, mais les « viennent-ensuite » gagnent 1 PV de moins. Une broutille, certes, mais de quoi motiver à se grouiller les fesses.

D’autant qu’il existe peu d’objectifs, et que ceux-ci rapportent peu de points, alors autant se masser!

Interaction?

Très forte

La course aux PV, bien sûr, avec le besoin d’être le ou la première à réserver une carte en début de manche, mais surtout le ou la première sur les objectifs

Et pour renforcer l’interaction, des machines « d’attaque » qui permettent de faire défausser, et de récupérer ces ressources aux autres. Un peu le principe des cartes « monopole » des Colons de Catane. Tout le monde doit défausser une certaine ressource, mais comme elles sont cachées derrière un écran, à moins d’avoir une mémoire d’éléphant et/ou de bien suivre le jeu, pas sûr que ces cartes/machine d’attaque se révèlent toujours efficaces

Imaginarium n’est pas un jeu belliqueux pour autant, ces « vols » n’ont lieu qu’une seule fois lorsque la carte est « construite », c’est tout

Donc pas un jeu de gestion froid comme on en a l’habitude

Et à combien y jouer?

A 2-3, le plateau subit quelques adaptations. Moins d’objectifs, par exemple. Et à deux, on utilise un système de joueur neutre. Enfin, pas vraiment non plus. Un saboteur. Qui vient mettre des bâtons dans les roues de l’autre. Ce qui complexifie inutilement le jeu. Pas glop

A 5, le jeu connaît quelques lenteurs et longeurs

C’est vraiment à 4 que le jeu prend toute sa saveur, le rapport optimal entre tension, interaction et durée

Alors, Imaginarium, c’est bien? Critique

Terriblement

Le thème, l’esthétique du jeu lui confèrent un aspect unique

Les mécaniques et le système de la roue / aiguilles sont savoureuses. Pareil pour le système de combinaison de cartes

Une forte interaction

Beaucoup de choix cruciaux, douloureux à opérer. Réserver cette carte/machine, plus coûteuse? Combiner, ou pas? Démonter, pour obtenir des ressources et libérer une place, très limitées?

Même si le jeu est une énième course aux objectifs, vu très/trop souvent, Scythe, Otys, mâtiné de gestion de ressources, un jeu à formule, donc, dans Imaginarium la formule fonctionne vraiment bien. Tellement banal, cruellement original

Fluide, nerveux, riche. Rarement 90 minutes auront passé aussi vite

Score:

Anticipation: 3/5. Entre un Bruno Cathala qui sort des jeux à la kala et qui ne sont pas tous bons, un auteur qui mise plus sur la quantité que la qualité, et Florian Sirieix qui a déçu avec son précédent Oh Capitaine, pas super, super motivé. Mais. En tombant en hiver 2017 sur la courageuse couv, l’anticipation montait

Pendant la partie: 5/5. Du pur plaisir ludique. Gestion, planification, interaction. Du très, très bon jeu de plateau

Après la partie: 5/5. On remet ça? Avec une terrible envie d’essayer d’autres stratégies et d’autres machines

Score final: 5/5. Un solide 5/5. C’est pas plus compliqué que ça. L’année 2018 commence sur les chapeaux de roue. Et kudos Bombyx d’avoir exploré une esthétique aussi courageuse et hors-norme. Après leurs multi-couv d’Abyss, Bombyx étend à nouveau ses ailes avec cet Imaginarium cocasse et détonnant

Et encore une dernière chose

Les règles sont dispo ici. Lisez-les juste pour vous imprégner de l’univers insolite

Vous pouvez trouver le jeu chez Philibert,

Et chez Jeu du Bazar

6 Comments

  1. Merci pour cet article qui donne envie. D’habitude j’évite les jeux Cathala parce qu’ils ne me correspondent jamais, mais il ne faut jamais dire jamais, et si tu compares ce jeu à Scythe ça sent bon. Par contre ton ressenti à 2 joueurs refroidit un peu. A tester avant d’acheter 🙂

  2. j’ai le jeu, mais pas encore testé… ce soir qui sait !!!
    j’aime beaucoup le « lien » entre cet article (couverture de la boite) et l’article du 26/02 sur les jeux du 18e et 19e ou l’image de l’éléphant… la place de l’éléphant dans l’imaginaire ? à transposer également avec la machine de Nantes 🙂

      1. J’sais pas vraiment, comme je dis c’est juste une sensation… Le jeu m’a pas plus emballé que ça (même si j’ai surkiffé les graphismes, les noms des machines) mais j’ai le sentiment que je pourrais vite me lasser. L’impression qu’il n’y a pas 36 stratégies différentes à adopter…. Pour le coup pas vraiment d’élément factuel pour argumenter. En gros le jeu est sympa comme ça, un soir vite fait bien fait, mais je ne l’achèterai pas.

A vous de jouer! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.