Critique de jeu: Raxxon. Sisyphe chez les Zombies

Temps de lecture: 5 minutes

Un casse-tête froid, sans relief ni passion. Trop mécanique pour transcender, trop polaire pour transporter. Poussif, répétitif, un jeu qui ne bouscule pas le genre des jeux coopératifs

  • Date de sortie : novembre 2017
  • Auteur : J. Arthur Ellis
  • Illustrateurs : Fernanda Suarez
  • Editeur : Plaid Hat Games pour la VO. Bientôt une VF chez Asmodée? Oui, parce que Plaid Hat appartient aussi à Asmodée…
  • Nombre de joueurs : 1 à 4 (optimum 1-2)
  • Age conseillé : dès 14 ans
  • Durée : 45-60 minutes
  • Thème: zombies
  • Mécaniques principales : coopératif, stop-ou-encore

Raxxon, de quoi ça parle?

Le jeu se déroule dans le même univers zombies que Dead of Winter, du même éditeur. Un stand-alone version cartes qui reprend certaines mécaniques de l’excellentissime jeu de plateau

Raxxon se déroule au tout début de l’épidémie zombies, dans Raxxon, la ville présentée dans Dead of Winter : la nuit la plus longue. Les joueurs et joueuses incarnent des spécialistes dont le but est d’évacuer cette ville le plus rapidement possible en limitant la casse

Raxxon, c’est un peu le Fear of the Walking Dead de Dead of Winter, le tout premier chapitre de la saga

Autant Dead of Winter était prenant, passionnant, immersif, autant Raxxon est au final un jeu de cartes avec des zombies, peu palpitant, plutôt abstrait. Il y a bien les cartes « Raxxon », des cartes narratives à choix multiples à la Dead of Winter qui tentent de rajouter une couche immersive en venant poser défis, choix et variantes de règles, mais elles ne parviennent pas à épicer le tout. Raxxon reste un jeu de cartes coopératif froid et abstrait. Je déplace cette carte pour la remplacer par celle-ci, je défausse celle-là, etc

Et comment on joue?

Deux phases, nuit, jour

Au tout début de la phase de jour, on commence par créer la « foule », une matrice de cartes face cachée plus ou moins grande en fonction du nombre de joueurs

Vient ensuite le tour d’actions des joueurs et joueuses. A son tour, on résout les conséquences indiquées sur son personnage (voir plus loin), puis on effectue une seule et unique action

Soit une action « gratuite », qui est de retourner une carte de la matrice, soit une action qui entraînera une conséquence, action spécifique à son personnage: évacuer des survivants, tuer des infectés, inverser des cartes, mettre des infectés ou des survivants en quarantaine, etc

Pour jouer ces actions propres aux personnages on pose un jeton sur la case correspondante à l’action. Case qui indique une conséquence à résoudre au début de son tour: rajouter une carte à la foule / matrice, augmenter le nombre d’infectés, tirer une carte « Raxxon » slash événement. Plus on joue, plus on effectue d’actions et plus les conséquences vont devenir nombreuses et lourdes à gérer. Donc un côté stop-ou-encore à apprivoiser

Sachant que lorsqu’une carte « foule » est révélée, plus il y a d’infectés et plus le niveau de menace augmente. La carte retournée peut provoquer un effet « boule de neige » et en retourner, ou rajouter d’autres

On peut également passer. Quand tous les joueurs et joueuses ont passé, la phase « nuit » peut commencer. Dans laquelle on retourne toutes les cartes de la matrice, ainsi que de la zone de quarantaine temporaire. On compte alors le nombre d’infectés. Le total rajoute des infectés dans la pioche (pour un max de 4, faut pas pousser grand-mère dans la horde non plus). Zone de quarantaine tempo, défausse, foule, tout est mélangé pour recomposer une nouvelle pioche, et c’est reparti pour une nouvelle manche

Au final, des règles plutôt simples, mais rédigée de manière peu didactiques et très denses. Il faudra s’accrocher pour en venir à bout. Après 2-3 tours, on en aura saisi les mécaniques principales, le tout deviendra alors très fluide, limpide

Et comment on gagne?

Raxxon est un jeu coopératif. On gagne ou on perd tous ensemble contre le jeu

Un seul moyen de gagner, deux de perdre

Pour gagner, vous l’aurez deviné, il faut avoir réussi à évacuer tous les survivants. Tous. Selon le mode de jeu, facile ou difficile, il y en aura un nombre plus ou moins important. Dès qu’on aura sécurisé tout ce beau monde, la partie sera remportée

Mais on peut également perdre, souvent, facilement, quand:

Il n’y a plus de cartes « infectés » dans le paquet de cartes « infectés » préparé au début

Le curseur du pouvoir de Raxxon arrive à 8. Un semblant de mécanique à la Pandémie

Interaction?

Oui, très forte puisqu’il s’agit d’un jeu coopératif. Donc à moins d’y jouer en solo, il est important de discuter pour trouver, à plusieurs, les meilleures stratégies possibles

Et à combien y jouer?

Le jeu s’adapte en fonction du nombre de joueurs, personnages, matrice, quantité d’infectés

Mais

En solo, Raxxon est très bon, il fait presque office de Solitaire avec non pas des suites à réaliser mais des survivants à récupérer

A deux, il est très bon aussi pour les discussions menées et les stratégies élaborées

A plus, il devient lent, long et poussif, avec des échanges qui s’éternisent

Avec le danger de se retrouver à la table avec un King Speaker, un joueur ou une joueuse alpha qui va prendre le contrôle de la partie en donnant des ordres aux autres

Alors, Raxxon, c’est bien?

Non, pas vraiment

Le thème, d’abord, très mal rendu avec des actions peu cohérentes, mécaniques, froides

On passe sa partie à retourner des cartes de la « foule » et à faire les pompiers.

Un jeu froid, sans relief ni passion. Trop mécanique pour transcender, trop polaire pour transporter

Un jeu qui ne bouscule pas le genre des jeux coopératifs avec un hasard omniprésent et la nécessité de réagir, vite

Score

Anticipation: 5/5. Un jeu dans le même univers que Dead of Winter et avec quelques mécaniques similaires? Au taquet

Pendant le jeu: 2/5. Grosse déception. On ne fait que jouer les pompiers avec des cartes qui se révèlent peu à peu. Qu’on défausse. Puis qu’on repioche à la prochaine manche. Très répétitif

Après le jeu: 2/5. Trop froid, trop « casse-tête ». Pas envie de ressayer. 2-3 parties et puis s’en va

Score final: 2/5. Décevant. Un jeu qui surfe clairement sur la hype de Dead of Winter. S’il était sorti dans un autre univers, pas sûr qu’on s’y attarde

Passer sa partie à retourner des cartes et à trouver les meilleures combos pour « évacuer » les survivants, avec des manches qui se répètent, toujours et encore. C’est Sisyphe chez les Zombies. Et la fin de partie devient laborieuse et tire en longueur à chercher les derniers survivants. Car plus on évacue et plus il reste des infectés. Et plus il devient long et fastidieux de trouver les dernières cartes qui mettront fin à la partie. Bâillement

Avec des cartes « Raxxon » narratives et à choix multiples à la Dead of Winter qui ne parviennent pas à rehausser l’intérêt d’un jeu froid qui ressemble plus à un casse-tête

Et oui, comme dans la plupart des jeux coop, la difficulté peut être adaptée en fonction de sa maîtrise et de son masochisme. Ca va du plus « simple » entre guillemets au plus hardcore sans guillemets. Mais le jeu reste le même, les différents modes ne relancent pas l’intérêt d’un jeu toujours aussi répétitif. Retourne des cartes, défausse des cartes

Petite boîte, petit matériel, grande déception

Un jeu qui ne va pas sans rappeler deux autres zombies de poche / de cartes, également pâlots, ZIMP et Invazions

Et encore une dernière chose

Dans Raxxon il y a deux personnages qui peuvent être également joués dans Dead of Winter, deux goodies, deux cadeaux-bonus

Et jouer à Raxxon en vrai et en live, ça vous dit?

Depuis 1989, nous organisons des événements grandeur nature un peu partout en Suisse Romande. Zombies Invasion. Notre tout premier Zombies Invasion doit dater à 1992 ou 1993. Depuis, nous essayons chaque année d’en organiser un

Après un chapitre éprouvant dans des lieux incroyables, 10’000 m2 sur 4 étages en juillet 2017, nous sommes en train de travailler sur le tout prochain chapitre, prévu pour juillet 2018. Plus d’infos à venir sur le site officiel

Vous pouvez trouver Raxxon chez Philibert

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.